The Hunt [RP libre - Come & enjoy]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
MessageSujet: The Hunt [RP libre - Come & enjoy] Mar 30 Oct - 20:44


The Hunt





Il avait si sagement attendu que le zénith ne décline.. Avec un soulagement extrême, il repensa au moment de sortir, à l’après-midi qu’il venait de passer. Depuis que ses souvenirs étaient revenus le caresser, il n’avait eu de cesse que de vouloir les retrouver. Ses phalanges avaient pianoté l’accoudoir de son canapé, encore et encore, jusqu’à ce que l’engourdissement ne se soit mis à le tirailler. Ce furent dès lors ses pieds, qui s’étaient croisés et décroisés, marquant le tempo du temps qui s’écoulait. Ses yeux étaient demeurés vissés par delà la double épaisseur de ses carreaux, à contempler les toits de Damned Town. Le chasseur avéré qu’il était n’avait, outre ses mouvements machinaux, pas bougé d’un poil. Il avait sagement attendu que le sablier ne s’écoule.

Au moment où l’éclairage public avait flambé, ses prunelles s’étaient fendues, ses lèvres retroussées. Lentement, il s’était relevé, en s’appuyant de ses mains, le regard toujours tourné vers la ville et ses quartiers. De son pas souple et silencieux, il avait ouvert la fenêtre, et s’était avancé jusqu’à ce que son bassin ne vienne toucher le cadre en acier qui l’empêchait de basculer. Le vent était alors venu à la rencontre des joues de ce vieil ami, le léchant de son froid mordant. Alec avait fermé les yeux, se plongeant dans l’un de ses exercices de conscience éveillée. Le dos droit, la sangle abdominale bloquée, les pieds campés, il avait laissé la brise s’engouffrer dans son appartement, retournant, malmenant les éventuels papiers qui avaient eu le malheur de ne pas être rangés.

Il avait tu les frissons qui secouaient son échine, sous la force de cet élément sans cesse en mouvement. Il avait au contraire accueilli avec chaleur cette sensation de dépouillement. La nature avait, et conserverait à jamais le pouvoir sur son âme et sur sa destinée. Inspirant et expirant posément, il étendit ses sens par delà ses propres quartiers. Son ouïe était dans un premier temps descendue jusqu’au local du brave Jonathan, qui se tuait à chanter, possédé qu’il était. Le son électrisant de la guitare qu’il faisait jouer résonnait, tentant vainement de couvrir les bruits assourdissants des jeunes qui sortaient. Les bouteilles brinquebalaient les unes contre les autres, chantant de leur verre travaillé. Avec délice, le démon songea au goût amer du nectar qui coulerait à flot le long de leur œsophage avide. Dommage pour lui qu’ils semblassent réticents à partager, au vu du sdf qu’ils venaient de recaler.

Au bout de quelques minutes de concentration, il avait rouvert les yeux en soupirant. La soif avait commencé à se faire ressentir, lui léchant le bas-ventre jusqu’à l’en faire gronder. Sans plus attendre, et tout en laissant le vent continuer à entrer, il avait tourné le dos à l’immensité de la cité, s’enfonçant dans la pénombre de son appartement. Suivant l’idée qu’il en avait gardé, il avait mis la main sur son manteau, l’avait enfilé et était sorti.

Tournant à droite à la première intersection, il entama une marche rapide, les sens tout droit tournés vers la forêt. De là où il résidait, il en avait pour une quinzaine de minutes à pieds. Ce petit temps de trajet lui permettait de s’éveiller, musculairement parlant. Dans sa tête résonna la voix suave d’Aym, tandis que ses pas se firent entendre sur le macadam à ses côtés. Tournant la tête vers la gauche, il dévisagea avec un sourire la silhouette fantomatique de son père, avant de la laisser s’envoler d’un battement de cil. Ses muscles expirateurs vibrèrent alors qu’il évacuait activement l’air emmagasiné. Ce soir, il le savait, il allait renouer avec ses actions passées. Retrouver ses passions, se libérer de la superficialité dans laquelle il s’était empourpré.

Il avait fait des efforts pour s’intégrer, avait rencontré suffisamment de monde pour toujours trouver avec qui bavarder. Mais avec ou sans lui, le monde continuait à tourner. Pour sa pseudo-intégration, il avait laissé derrière lui des projets, des habitudes, qu’il avait même fini par enterrer, les yeux tous droits tournés vers l’espoir infime de pouvoir se retrouver un foyer. Que nenni. Sa place n’était pas avec eux. Sa place se situait à ses côtés. Sa solitude était sa fidèle compagne, et il n’aurait jamais du ainsi vouloir tant lui fausser compagnie. Toutefois, avant de partir en bon termes avec le présent, il avait envie de renouer avec le passé.

Sitôt que DT fut quittée, il sentit une petite main venir se glisser. Déliant les doigts, il accueillit la douceur de cette peau blanche, respirant le parfum fruité qu’elle portait. Par peur de la faire fuir, il ne tourna pas les yeux vers elle, gardant le cap de sa destination. Avec elle, il suivit le premier sentier qu’il trouva, pénétrant le couvert de la forêt. A droite de son champs de vision, les cristaux de la respiration de sa compagne se matérialisaient, alors qu’il commençait à percevoir ses tremblements.

Se retenant de passer un bras autour de ses épaules afin de la ramener à lui, il serra davantage sa petite main gracile, l’intimant de le suivre un peu plus profondément. Les lampadaires ne leur furent bientôt plus d’aucun recours, et ils se retrouvèrent seul à seul, à fouler les feuilles mortes du bois . Sous leur nez, l’odeur du mucus perçait, chatouillant leur muqueuse. Avec un sourire, Alec entama la conversation :

« Tu m’avais manquée ».

Tournant cette fois les yeux vers sa jolie dame, il fut frappé par le souvenir de sa beauté. Malgré la couche épaisse qui la couvrait, il retrouvait les pommettes qu’il avait tant fait rougir, les lèvres dont il s’était tant emparé. Il imaginait sans mal sa silhouette se balancer, de gauche à droite au fur et à mesure des pieds qu’elle engageait pour marcher. Pour seule réponse, il n’obtint qu’un pâle sourire dont il se contenta aisément. Sa présence lui suffisait, elle n’avait pas besoin de se fatiguer à parler.

Après quelques minutes de marche, il parvint précisément à l’endroit qu’il avait visé. Au milieu des hêtres qui s’élevaient, une large pierre exhibait fièrement son plateau. Galamment, il aida sa dulcinée à monter, grimpant à sa suite avec une aisance insouopçonnée. Le froid n’avait plus de prise sur son être, tout comme il n’entendait plus le hululement des chouettes qui se réveillaient. Son corps et son attention étaient entièrement dévoués à la jeune femme. Celle-ci s’assit avec grâce au bord de la roche, incitant le démon à en faire de même.

Alec n’avait pas attendu ce signal pour revenir se placer à ses côtés. Il glissa sa main le long de ses hanches, la ramenant un peu à lui afin d’enfouir le bout de son nez dans sa chevelure caramel. Vorace comme il était, il respira encore et encore ce parfum familier, se repaissant de toutes les nuances d’effluves que ses micro-mouvements créaient. Elle était là, elle était de nouveau sienne. Papillonnant des yeux, il se permit de laisser le froid venir la titiller alors que ses mains s’avançaient sous la couche de ses vêtements. De ses doigts glacés, il vint faire frissonner la peau encore plus froide de sa dame.

Avec un sourire, il repensa à la danse qu’ils venaient d’effectuer, à la chaleur qu’ils avaient dégagé alors que leurs regards brûlants s’étaient immobilisés, l’un dans l’autre, s’accrochant désespérément. De l’index, il effleura la courbure de sa poitrine, apprécia la chute de ses reins.

L’absence de mouvement, de chaleur durent avoir raison d’elle, car Alec ressentit bien rapidement son envie de rentrer. Sous ses doigts, elle commençait à s’agiter. Relevant les yeux, il dévisagea sa pâleur, vit soudainement les larmes la dévaster. Quand son pouce vint écraser les perles nacrées, il laissa derrière lui un sillon d’hémoglobine. Ce même filet là, il voulut l’effacer. Mais à chaque geste qu’il faisait, à chaque fois que ses mains la touchaient, il la mutilait. Son visage fut rapidement le puit d’un flot sanguin, recouvrant les mains du démon. Sans paniquer, il tenta de croiser son regard. Il ne vit que la profondeur de ses orbites. Sa pâleur cadavérique soutenait le regard vide qu’elle lui lançait. Les mains poisseuses, il tendit la main vers sa joue, mais elle s’effaça, fuyant l’homme violent qu’il était. Alec n’eut d’autre choix que de la regarder disparaître. Quand elle eut quitté son champ de vision, il baissa les yeux sur ses mains vierges, démunies de toute trace rougeâtre.

Un sourire triste ébranla ses lèvres alors qu’il se relevait. Il était gelé. Tout son être souffrait du trop plein de froideur qui l’habitait. Il allait devoir rentrer. Mais avant ça, il devait honorer la mémoire de son père.
Effaçant le souvenir de son corps engourdi, il projeta sa conscience à travers les bois. Les cris strident des oiseaux de nuits lui écorchèrent soudainement les oreilles. C’est fou à quel point les rêves peuvent nous éloigner de la réalité.

Ses frissons engagèrent et dictèrent sa respiration. Avançant à travers les fourrés, il se mit en quête d’une quelconque proie à venir cueillir. Contre sa cuisse battait la lame de son couteau, soigneusement effilé pour l’occasion. A sa droite soudainement, il perçut un bruit de frottement. D’une part, les feuilles craquelaient sous le poids de pas bien lourds, d’autre par des branches bruissaient en se caressant les unes les autres au passage de la créature. Le démon se figea, les sens en alerte. Réduisant sa respiration au strict minimum, il prit la pose statuaire qui était de coutume, et attendit que la bête ne se révèle, elle qui avançait droit vers lui.



©️ codage by Serfy



____________________________________________________________

avatar
Démon
Démon
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 332
Âmes : 203
Date d'inscription : 15/05/2015
Age : 22

Revenir en haut Aller en bas
The Hunt [RP libre - Come & enjoy]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Obama en chute libre ...
» Un sous-vêtement dans l'arbre [Libre]
» JEAN JUSTE LIBRE HEUREUX ! JACQUES ROCHE EST MORT POU JE'L !
» Pas sur la neige...[Libre]
» ♦ Juste une envie d'oublier ... [ Libre ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Damned Town :: La ville :: Extérieur :: Lac-
Sauter vers: