Alma D. Sorin || Je te retrouverai de l'autre côté.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
MessageSujet: Alma D. Sorin || Je te retrouverai de l'autre côté. Lun 28 Mai - 16:35











♛ Alma Douceline & Sorin ♛





♛ Mes informations ♛

Nom ϟ Sorin. Clement est son nom de jeune fille.
Prénom ϟ Alma Douceline.
Âge ϟ Vingt-six ans.
Date de naissance ϟ Un deux novembre.
Signe astrologique ϟ Corbeau.
Nationalité ϟ Française.
Orientation ϟ On aime les yeux fermés, le cœur ouvert.
Situation amoureuse ϟ Condamnée à perpétuité par un "jusqu'à ce que la mort nous sépare".
Groupe ϟ Humains.
Penchant ϟ Bien.
Raison de la venue ϟ Meurtre.



♛ Ma personnalité ♛

Brisée. Comme un vase recollé à la hâte, effort d'un enfant pour tromper un adulte et esquiver la sanction, Alma est cette porcelaine parcourue de fissures qui tente contre vents et marées de maintenir en vie les fleurs en son sein en ne laissant fuir que le moins possible d'eau. Désespérée, et désespérante, elle contemple jour après jour le désastre de son existence, au point d'en perdre le fil. Pour elle, le temps s'est arrêté, figé, si bien qu'elle ne semble plus prêter la moindre attention à son entourage, gravitant en d'autres sphères quelque part au-delà des nuages. "Voir mais ne pas regarder, entendre mais ne pas écouter", est une phrase la représentant bien. Pratiquement toujours perdue dans ses pensées, il lui arrive toutefois de s'en extirper à moitié et de converser avec les autres lorsque l'on s'adresse à elle suffisamment longtemps pour qu'elle le remarque. Mais même dans ces instants, quelque chose paraît l'appeler, plus loin, la traîner jusqu'à cet espace à l'écart ou rien ni personne ne semble pouvoir l'atteindre. Peut-être est-ce là son moyen de se défendre, de ne pas souffrir, ce qui serait ironique puisque ce comportement lui étant parfaitement instinctif est en réalité très douloureux. Plus que réservée, maladivement effrayée par les autres, elle cherche à tâtons une personne qui serait apte à lui apprendre à survivre, quelqu'un qui pourrait écouter, et comprendre. Mais cette personne existe t-elle seulement ? Son profond pessimisme, depuis ce désastre la pousse à penser que non, et qu'il s'agit là de la sanction divine abattue sur son crâne au creux toujours bourdonnant d'une myriade de questions.

Il lui arrive de dormir la journée, très souvent même. Échapper à la vie en mourant l'espace de quelques instants, renaître dans un monde qui n'échappe pas à son contrôle et dans lequel elle peut retrouver l'être que son cœur adore par-dessus tout, voilà là l'unique raison pour laquelle elle se refuse à mettre fin à ses jours. Il s'agit là de l'excuse qui maintient l'illusion. Derrière celle-ci, Alma est terrifiée. Trop pieuse pour vouloir mettre en colère le Seigneur une seconde fois, l'ayant si chèrement payé la première fois, elle craint partir et atterrir ailleurs. Elle craint s'effacer et ne jamais rejoindre son ange, être condamnée aux fourneaux des Enfers. Priant dès que son âme semble chavirer, tanguer sous la tentation de la simplicité, elle s'adresse à Lui, le Père fondateur, celui dont les mots sont constitués de silence. Et elle l'aime, infiniment, malgré de l'avoir trahi, malgré d'avoir voulu rejeter son offrande qu'est la vie.

Bien malgré son attitude pour le moins atypique, Alma ne permettra jamais à quiconque de poser un doigt sur son passé. Secrète, elle ne partage pas les événements ayant jonchés le chemin de son existence, se refusant à entacher quelqu'un d'autre dans le procédé. Personne ne doit savoir, personne ne saura jamais. Et ce peu importe à quel point le fardeau est lourd à porter pour ses épaules seules, voûtées. Plus littéralement, cet état d'esprit explique également le fait que la jeune femme s'évertue à ne jamais toucher qui que ce soit. Ayant longtemps prétendu ne pas aimer les contacts physiques, ce qui a bien sûr fini par devenir une réalité puisqu'elle en a perdu le goût avec l'abstinence, elle serait littéralement paniquée rien qu'à l'idée de devoir serrer la main de quelqu'un. Sa noirceur ne doit se répandre à personne. Son monde se voit coupé des autres jusqu'à ce qu'elle atteigne la rédemption, si le doux rêve de celle-ci lui est permit.

Ceux côtoyant la française auront très probablement souvent l'occasion de la voir couverte de bandages, de pansements, cachant maladroitement les marques de bleus sous des couches de fond de teint appliquées d'une main tremblante, coupable. Bien que ses principes lui ordonnent de garder courage, et de garder la tête haute en toutes situations, avoir tout perdu la pousse régulièrement à se faire du mal, à se détruire. Pourquoi est-elle toujours ici ? Pourquoi respire t-elle toujours, alors que son cœur a cessé de battre ? Aucune mère ne devrait voir partir son enfant en premier. Elle ne saura jamais se pardonner, jamais avancer. Sa vie vacille ainsi, entre l'envie d'obtenir le droit de le rejoindre au Paradis et le désir d'être punie, de brûler dans les entrailles de la Terre pour son crime.

Malgré cette déchéance, il y a des parties de sa personnalité qui ne sont pas parties avec lui. Alma a toujours été une femme croyante, voulant répandre le bien autour d'elle. Participant aux œuvres caritatives de son village, donnant de vieilles affaires à ceux en ayant besoin, il lui est arrivé plus d'une fois d'offrir plus aux autres que ce que l'on ne lui a jamais offert. C'est ce même principe qu'elle apprenait à son fils, lui répétant que les bonnes personnes se doivent de répandre la parole du Seigneur, et de faire croître l'amour de leurs frères et sœurs. Aujourd'hui encore, la française veut veiller sur les autres. Se perdre corps et âme dans leurs larmes jusqu'à toutes les sécher, jusqu'à apaiser leurs sanglots. A ses yeux, il n'existe rien de plus beau qu'un sourire sincère, il n'y a rien de plus lumineux que ce sentiment d'aimer et d'être aimé, cadeau de Dieu.

Elle n'a pas plus perdu de sa douceur. Cette même douceur qui enveloppe la moindre note de sa voix, lui offrant cet air de profonde sagesse, de connaissance malgré de n'avoir pas encore vécu une trentaine d'années. Dans sa façon de construire ses phrases, dans la sélection de ses mots, il n'est en rien complexe de percevoir qu'Alma a vécu. Ce détail la concernant a pour avantage de généralement mettre les gens en confiance en sa présence. Apaisante, encore un fait particulièrement comique puisqu'elle se sent toujours mal à l'aise pour sa part lorsqu'elle se trouve être accompagnée, elle est le genre de personne qui donne envie d'ouvrir son cœur, de profiter un instant du réconfort de cette incomparable tendresse maternelle.

Une bienveillance dont il est facile de profiter. Trop, peut-être même. Encline à se laisser tomber avec quiconque chutera devant elle si la personne se voit dotée de suffisamment d'esprit pour la guider avec assurance, l'on peut dire qu'Alma souffre d'une certaine naïveté.



♛ Mon physique ♛

Taille ; Un mètre cinquante-six.
Poids ; Donnée inconnue. Après avoir souffert de malnutrition, elle est en sous-poids.
Cheveux ; Longs (lui arrivant légèrement plus bas que le milieu du dos) et fatigués. Ils sont d'une couleur chocolat.
Yeux ; En amandes et d'un vert terne.

Apparence ; D'une visible fragilité, Alma a ce quelque chose qui donne l'impression que l'enlacer la briserait. Épuisée de sa vie, elle marche toujours avec lenteur et d'un pas se voulant suffisamment discret pour que personne ne puisse remarquer sa présence. Le rôle de fantôme lui va très bien. Pour ce qui est de son style vestimentaire, elle n'a jamais porté que les tenues choisies par son mari, lesquelles sont souvent fleuries et dans les tons pâles.

Autres ; Ayant tendances à fréquemment se blesser, voire attenter à sa vie, il n'est pas rare de la voir recouverte de bandages ou "groggy" par les anti-dépresseurs. Il est également important de préciser qu'elle porte toujours son alliance, ne se sépare jamais de la croix offerte par sa propre mère et emmène partout avec elle, dans une poche ou son sac, son chapelet, bien qu'elle ne le sorte jamais en public.



♛ Mon passé sombre comme clair ♛

Ses yeux au vert lumineux, pétillant de la joie de vie innocente de l'enfance, tentent de suivre le paysage qui, sous le mouvement rotatif du carrousel, défile. Son père lui fait signe de la main, un sourire rayonnant aux lèvres, son bras de libre passé à la taille de sa mère comptant pour sa part les coupons pour définir le nombre de tours restants. Alma est née là, dans un village minuscule, perdu entre des champs et des bois. Raison de plus pour rompre le rythme de vie si lent des campagnards en venant admirer le passage des forains dans la région. Henry et Sophie Clement, les heureux parents de la petite demoiselle agitant avec détermination un bâton à bout rond dans l'air pour tenter d'attraper le pompon gagnant, se regardent un instant, leurs visages se tournant l'un vers l'autre. Et, amusés par les nouveaux cris de joie de leur progéniture victorieuse, ils se lovent l'un contre l'autre une poignée de secondes. Mais ce n'est "jamais simple", comme le disent les adultes.

Les cris ricochent sur les murs. Le bruit effrayant d'une assiette venant s'écraser et voler en éclats contre un mur fait pousser un cri à Alma, cachée à moitié derrière une main de son père visant à la protéger des projectiles de la mère, furieuse, qui s'égosille à pleins poumons. Depuis quand ? Elle ne saurait le dire. Un soir, Henry est rentré à la maison, Sophie ne lui a pas lancé le moindre mot. L'heure du coucher venu, pourtant, la petite a entendu les phrases vicieuses, empoisonnées. "Parce qu'elle est plus jeune et belle que moi ?!", était une phrase qu'elle ne comprenait pas plus que tout le reste, mais qui un instant tourna dans son esprit. Mais oui, Alma était plus jeune que sa maman, pour sûr ! Les larmes débordent de ses yeux, venant former des sillons salés sur ses joues rondes, l'une d'elles entre rosie par la fulgurance d'une gifle. " Laisse Alma en dehors de tout ça ! ", lance l'homme à la voix éclaté par la colère et la douleur. Alors la mère pointe la petite d'un index au mouvement presque sauvage. "Alma, viens avec moi ! Ton père ne t'aime pas, moi je t'ai porté !", riposte t-elle bientôt. Et la petite balance la tête de l'un à l'autre, sans parvenir à calmer les tremblements de son corps. Ses petites mains se serrent bientôt sur la manche de la chemise de son paternel. Elle lui fait peur. En réponse, l'homme hausse à son tour le ton, se défendant en disant ce nouveau flot de choses qu'elle ne comprend qu'à moitié. Un soldat de six ans au milieu du no man's land de la guerre entre Papa et Maman.

Après avoir maintenu l'illusion pendant des années, après avoir creusé le silence, les deux adultes ont convenu qu'il serait "mieux" pour Alma qu'ils divorcent. Henry a pleuré. Sophie a pleuré. Alma a pleuré. Personne n'était heureux, dans cette histoire. Il n'y avait pas de "mieux". La petite tenta tant bien que mal de dessiner sa famille, de maintenir le bateau à flot, mais personne n'écoutait ses paroles. Entre eux, ils avaient décidé qu'il n'y aurait jamais plus rien. Sophie, redevenue Sophie Petit, prit un petit appartement. Henry en fit de même, la maison familiale, trop chère pour l'un comme pour l'autre, vendue à hauteur "égale" pour les deux anciens amants. Derrière cet amas d'accord, de négociations, Alma demeurait seule. Seule face au silence, face aux promesses et aux mensonges. "Il m'a trompé". "Elle ne pense qu'à elle". Et choisir. Toujours, sans cesse, devoir choisir. Dès ses seize ans, pour fuir une scolarité anarchique et des parents tout deux trop égoïstes, Alma parvient à obtenir de vivre chez sa marraine, une amie de l'ancien couple. Tatie Lucile veille sur la femme en devenir, de son mieux, et le bonheur ré-apparaît à l'horizon. Enfin.

Tatie Lucile part, pourtant. Ayant voulu esquiver un cerf sur la route au petit matin sur le chemin du travail, son véhicule a viré en urgence avant de s'écraser contre un arbre sur le côté. Alma assiste aux funérailles sans verser la moindre larme. Droite comme les piliers de la Justice, elle accepte la douleur des autres, les condoléances. Le soir, pourtant, en devant faire ses cartons, tout s'effondre. La mort... Partir, et ne jamais revenir. Est-ce douloureux ? Y'a t-il un moyen de mourir sans souffrir ? La question perd son sens, tourmentée par les joutes de son esprit. Y'a t-il un moyen de vivre sans souffrir ? Obligée de revenir chez l'un de ses parents, Alma choisit son père sur un coup de tête. Chez lui, au lycée, elle rencontre Thomas Sorin. Le jeune homme, mauvaise graine, s'éprend d'elle, et joue des coudes au quotidien pour attirer son attention. Le jour où leurs lèvres se rencontrent pour la première fois, Alma ne sait pas quoi penser, quoi ressentir. C'est doux, mais quelque chose semble étrange.

Le jour de son mariage, quelques mois après ses dix-neuf ans, la jeune femme se souvient d'une phrase de tatie Lucile : "Les jolies fleurs attirent les sales bêtes. Fais attention à toi, Alma, parce que tu es une très belle fleur". Pourquoi avait-elle toujours si tristement raison ? Pourtant, elle refuse de simplement l'accepter. Thomas est différent, c'est ce qu'elle se rabâche à longueur de journée, alors qu'il sème du bleu et du violet sur son corps, écrasant son amour contre sa peau de pêche. Ne voulant pas créer le malheur, Alma accepte son sort, sourit et avance, le protège en étouffant ses cris, en lui répétant jour après jour qu'elle l'aime. Pourtant, ces mots sont vides de sens. Et en mentant pour son bien, elle creuse toujours un peu plus le ravin entre eux.

Les vestiges de leur amour créent la vie. Thomas lui ordonne d'avorter, un soir, la menaçant d'une bière encore à moitié pleine, rependant dans ses gesticulations le liquide sur la moquette bleue. Mais il est déjà trop tard. Cette petite chose est consciente, a des émotions, les premiers mois sont passés. Il ne l'aimera jamais, mais elle, elle peut l'aimer pour deux. Quelques mois après l'annonce, Alma met au monde l'incarnation même de ses rêves : Un petit garçon, qu'elle nomme Raphaël. Un ange, venu sur Terre pour lui donner une raison de se battre. Elle n'a alors que vingt-et-un ans, prie jour et nuit pour être une bonne mère, mais vit pour cette petite main qui, au premier jour, a entouré son petit doigt comme pour qu'elle ne parte jamais. Et Raphaël grandit. Il pleure, beaucoup, parfois des heures, faisant hurler son père qui abat encore son courroux sur la mère venant à chaque fois supplier le petit être d'être silencieux. Il apprend à sourire, rire, ramper puis marcher. Il appelle sa maman, pleure quand il doit manger ses haricots verts. Et à chaque jour qui passe, Alma s'attache d'avantage à lui. Un amour infini, toujours grandissant, qui la pousse cependant un jour à en venir à l'irréparable.

Thomas a frappé Raphaël. Si fort que le petit est couvert d’hématomes, tremble en n'osant pas faire le moindre son pour pleurer. Il fixe son père, esquive au dernier moment le regard qui lui ordonne sans son de "la boucler". Et Alma garde le bras de son mari entre les mains, pour le tenir éloigné de l'enfant terrorisé, le suppliant de s'en prendre à elle plutôt qu'à lui. Autour de son cou si fragile, il y a encore ses marques rouges, celles de la poigne par laquelle il l'a tenue, lui vociférant de rester à sa place. Punir ainsi leur fils, simplement parce qu'il avait accidentellement fait tomber le restant de pâtes de son assiette en voulant la mettre au réfrigérateur. C'est toujours ainsi, pour des choses stupides, pratiquement pour rien, qu'il s'emporte et que sa vision vire au rouge. Mais cette fois-ci, il a frappé le fruit de leur amour. L'unique preuve qu'il restera à jamais quelque chose en eux. Après qu'il ait décidé de partir, emmenant avec lui clés de voiture et manteau, lançant au visage de sa femme qu'il préfère encore aller aux joyeuses que de continuer à voir son air de chien battu, Alma emmène le petit dans sa chambre. Une pièce étroite, aux murs rendus gris par les cigarettes du père qui trouve plus simple de fumer là où l'envie l'en prend. Quand elle lui demande d'arrêter, lui précisant que la fumée est mauvaise pour leur petit ange, il répond qu'il travaille pour ça, qu'il paie pour ça, et qu'il a donc le droit de faire ce qu'il lui plaît sous son toit.

En mettant le petit au lit, elle s'allonge à son côté, caresse ses cheveux et se réfugie dans ses yeux comme lui se réfugie dans les siens. "C'est fini mon amour, ne pleure plus. Maman te protège, Raphaël. C'était la première et la dernière fois qu'il te faisait du mal." L'enfant semble hésiter, baisse la tête, venant la loger contre sa poitrine de sa mère dans l'espoir d'entendre battre son cœur, et de s'endormir avec sa mélodie. Mais elle n'est pas dupe. En venant prendre son menton entre ses doigts, pour qu'il la regarde à nouveau, elle lui pose une question. Et enfin, le petit-garçon de cinq ans lui répond, d'un hochement de tête. Alors, le monde disparaît. Il n'y a plus que la souffrance, sans frontières, s'étendant si loin qu'elle la voit comme un tout.

Il ne les laissera jamais partir. Et elle ne peut pas de toutes façons, perdra la garde du petit parce qu'elle ne travaille pas, n'a pas d'attache avec sa famille, parce qu'elle est "faible" et qu'il l'atteindra toujours. Ses yeux bifurquent vers la porte de la chambre, et les minutes défilent. Pourtant, ils doivent partir, se libérer. Son visage revient finalement vers celui de son fils, qui, dépassé par son propre aveu, la supplie de rester avec lui. "Je ne partirai nulle part sans toi. Jamais". Elle se lève, l'emmène avec elle par la main jusqu'à la salle de bain. Son cœur tambourine dans sa poitrine, si fort qu'il semble prêt à en sortir. Raphaël n'a pas à vivre ça. Il n'a pas à survivre de cette façon. Versés dans un verre d'eau, les "bonbons" dont elle a vidé toutes les boites se diffusent en poudre blanche, épaisse. Et elle lui tend le verre d'une main, l'autre repoussant les cheveux de son visage pour en distinguer les contours.

Il l'appelle, d'une voix hésitante, le ton interrogatif, et elle lui sourit de son mieux. "Tu te souviens, mon ange, du pays des rêves ? Nous y allons. Juste toi et moi. Bois, et allons dormir." Le verre se rapproche alors des lèvres éclatés du petit, et elle songe un instant à le balayer de la main. Mais elle n'a plus aucun autre choix. Personne ne les croira, parce que son mari prétexte sans cesse qu'elle est folle, menteuse, que c'est pour cette raison que sa tante est morte et que sa famille a disparue du tableau. Il prétend qu'il est bon, bienveillant, de veiller sur une malade mentale, et certains lui répondent sans savoir qu'il devrait la faire interner, et reconstruire sa vie. Et si un jour, il en venait vraiment à là..? Raphaël vide le verre, si effrayé qu'il préfère tout boire d'une gorgée avant de se blottir contre sa mère, déjà en train de re-remplir le verre. Ses mains tremblent, manquent à plusieurs occasions de faire tomber le récipient, mais elle s'accroche à l'énergie du désespoir, également au regard que le petit être lui lance. Alors elle boit à son tour ce terrible mélange de médicaments, cette bombe à retardement. Le verre revient se poser sur le bord du lavabo, et elle se saisit de son fils, le portant contre elle pour revenir à son lit, où tout deux s'allongent ensemble. Bientôt, Raphaël ferme les yeux et, à sa vision devenue floue et confuse, Alma sent qu'elle va le rejoindre, qu'ils vont partir loin ensemble. A l'abri.

Mais ce n'est "jamais simple". Ses yeux se rouvrent, le voile de ses paupières mit à mal par la lumière trop vive du jour perçant à travers les persienne de la chambre du petit. En se redressant, elle jette le regard autour d'elle, l'esprit confus, le corps en vrac. Tout lui fait mal, la vision est troublée, et elle sent les tentatives de remontées de son estomac voulant rejeter ce qu'il a ingéré. Dans un élan de lucidité, elle se tourne vivement vers le côté du lit, où Raphaël se trouve encore. Ses bras viennent l'entourer, et elle embrasse son front, les larmes tombant en cascades. Il ne respire plus. Dans ses bras, ce corps si petit est inerte, froid. Elle lutte, hurle, le supplie de l'emmener, lui demande mille fois de la pardonner. Mais c'est là sa punition. Raphaël est parti, il vole avec les autres anges. Et elle, pour avoir commit cette horreur, reste à souffrir derrière, dans la poussière à laquelle elle appartient. Un dernier hurlement, un glas du destin, et sa tête vibre si fort qu'elle vacille. L'équilibre, si fragile, se renverse, et ses mains tentent de rester accrocher au corps de son ange, sa volonté refusant de s'en séparer. Pourtant les lumières disparaissent, s'éteignent. Je meurs..? La dernière chose qu'elle ressent, c'est la douceur des cheveux de son fils sur son visage, sa tête rentrée en contact avec la sienne dans sa chute.

A nouveau, ses yeux se rouvrent. Son corps lourd, douloureux, elle ne comprend plus ce qu'il se passe. Est-ce ça, la mort ? Est-elle de l'autre côté ? Ses mains cherchent à la parcourir, comme si elle espérait ne pas parvenir à se toucher. Les histoires de ces fantômes, populaires, tournent une fraction de secondes dans son esprit, avant que le son d'un klaxon ne la ramène. Elle n'est toujours pas morte. Mais Raphaël n'est plus là. Sa vision cherche les environs, dans la brume torturant ses pupilles et ses iris. Une ville. Des immeubles, des voitures. Épuisée, elle ne parvient plus qu'à se rouler sur la marche sur laquelle son corps se retrouve mystérieusement, tirant sur la couverture dont elle ignore tout autant la provenance pour tenter de disparaître au creux. Ce n'est jamais fini.



♛ Derrière l'écran ♛

Pseudo ϟ Soah.
Âge ϟ Majeure et vaccinée.
Comment nous as-tu connu ? On veut tout savoir ϟ En me baladant de partenaires en partenaires.
Avatar ϟ Ichijou Mikumo - Gyakuten Saiban
Note du forum ϟ C'est une question piège ? De prime abord, je le trouve déjà agréable graphiquement parlant (même si j'ai du mal avec la pâleur de certains titres).
Avis ϟ Je n'en ai, pas pour l'instant.
Le petit code ϟ g'nom g'nom par Ava
Un dernier mot ? ϟ Mot.




©️️ Damned Queen
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Alma D. Sorin || Je te retrouverai de l'autre côté. Lun 28 Mai - 18:12

Bonjour et bienvenue à toi chère Alma, je suis Dragon, roi des démons et fondateur du forum :) si la moindre question ose venir tracasser ton esprit, tu peux m'envoyer un MP (ou à un autre membre du staff) et tu auras des réponses (c'est mieux). J'espère que tu t'amuseras bien parmi nous, et j'ai hâte de voir ta fiche complète.

Un tout petit quelque chose tant que je le puis : pour ton penchant, tu dois choisir entre bien et mal, c'est assez manichéen mais c'est à titre informatif, c'est important ;) de même, pour le signe astrologique, il s'agit en vérité du signe astrologique du forum, qui est disponible sur ce sujet : http://damnedtown.forumactif.org/t402-horoscope-de-la-cite. Si tu le souhaites, tu peux modifier ce détail ;)

Quoiqu'il en soit, beaucoup de courage pour ta fiche, et voici un pancake pour t'encourager Heart ♥

____________________________________________________________

Dragon reign over the city
Phaedra - Lucius Annaeus Seneca ✻  Iamque erat in totas sparsurus fulmina terras sed voluit, ne forte sacer tot ab ignibus aether conciperet flammas longusque ardesceret axis esse quoque in fatis reminiscitur, adfore tempus quo mare, quo tellus correptaque regia caeli ardeat et mundi moles obsessa laboret.
avatar
Dragon Souverain
Dragon Souverain
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 711
Âmes : 394
Date d'inscription : 10/05/2015
Age : 19

Localisation : Palais des démons
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Alma D. Sorin || Je te retrouverai de l'autre côté. Lun 28 Mai - 18:25

Merci de l'accueil, Monsieur le Ô grand fondateur.
Merci également pour les petites précisions, c'est à présent corrigé. Je m’attelle à la suite de la fiche dans les prochaines heures ! ♥️

Je prends volontiers le pancake.
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Alma D. Sorin || Je te retrouverai de l'autre côté. Lun 28 Mai - 18:30

Bienvenue à toi chère Alma !

J'aime déjà ce début de fiche avec les informations de base et j'ai déjà envie de faire un câlin à ton perso Câlin !

Je suis Avalon et la co-fondatrice du forum, comme Keithan l'a déjà mentionné si tu as la moindre question n'hésite pas à nous embêtez, ça nous fera plaisir de t'aider ^-^ (j'ai déjà validé ton code ~)

Je te souhaite bon courage et bonne continuation de ta fiche ♥️
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Alma D. Sorin || Je te retrouverai de l'autre côté. Lun 28 Mai - 18:52

Et me voici, en bonne dernière ! faux
Je vois que tu n'as pas perdu de temps, tu as tout à fait raison d'ailleurs ! Pourquoi faire traîner sa fiche quand l'idée est lancée ?

Je te proposerai bien un rp, mais si Kylie l'apprend, elle risquerait de mal le prendre !
Mais sait-on jamais, sur un malentendu...

Allez ! Bon courage again ! *^*
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Alma D. Sorin || Je te retrouverai de l'autre côté. Lun 28 Mai - 20:06

Heyo ! Bienvenue à toi Hiii

Le peu d'informations dévoilées pour le moment me rendent impatiente de lire la suite. Bon courage pour la rédaction et la validation, j'espère que tu te plairas parmi nous ♥️

Des bisous de tata Alice ~
PS : Les signes du corbeau sont les meilleurs, bienvenue dans ma team *^*

____________________________________________________________


~ I've learned to be good and it was boring ~

 
Alice & Alec ♥:
 
avatar
Ange
Ange
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 129
Âmes : 58
Date d'inscription : 29/10/2015
Age : 22

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Alma D. Sorin || Je te retrouverai de l'autre côté. Lun 28 Mai - 21:51

Merci beaucoup à vous trois, c'est très gentil de votre part. J'espère que ma petite Alma vous plaira. Keur keur ♥

J'en profite également pour dire que, sauf s'il manque des éléments que le staff voudrait voir rajoutés, normalement ma présentation est terminée !
Au cas où, je vous conseille de préparer des mouchoirs. Juste au cas où.
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Alma D. Sorin || Je te retrouverai de l'autre côté. Lun 28 Mai - 23:49

Je vois que ta fiche s'est rapidement complétée, et tu m'en vois ravi ! Je suis heureux de voir que tu ne traînes pas, et c'est pourquoi je viens directement m'occuper de ta prose en posant dessus ma griffe. Ce que je dois dire, c'est que ta fiche est très bien écrite. Elle est complète, bien détaillée et écrite d'une plume agréable à lire. Je suis très agréablement surpris en tout cas. Cependant, deux points viennent m'embêter et je vais te les détailler :)


courage !

/!\ Le pavé qui va suivre ne doit pas te faire peur, il est principalement présent pour t'aider à t'améliorer et te donner des pistes pour t'aider dans tes modifications, alors lis le avec du courage, et accroche toi ♥️

Concernant le caractère : Alma est un personnage très mélancolique. Sombre, perdue dans son passé, c'est un personnage que je qualifierai d'assez négatif. En soi, bien que je ne sois pas du tout frivole de ce genre de personnalités, je n'ai rien contre leur existence. Objectivement parlant, ton caractère est complexe et plutôt équilibré, bien qu'à aucun moment tu ne cites un quelque chose qui fasse du bien à Alma. Tu la dis croyante, et tu dis que prier lui donne du baume au cœur, mais n'y a-t-il vraiment rien d'autre ? Je suis sur qu'en fouillant un peu, tu peux donner un peu de lumière à ce personnage sombre. Parce qu'en lisant ta description, je n'ai qu'une idée : que fera Alma à Damned Town ? Elle ne semble que caractérisée par son malheur, alors hormis se morfondre chaque jour passant dans un coin, cela risque d'être compliqué. Tu dis qu'elle est du genre à écouter les autres, mais tu ne la décris pas comme sociable. Dès lors, te laisser t'amuser avec un personnage si négatif risquerait de te priver de liberté de jeu. Je ne te demande pas de tout changer, mais juste d'apporter un quelque chose comme une activité, une passion quelconque (art, cuisine, sport, couture, promenade). Cependant, tu parles d'association caritative, et je pense que développer en disant que ce moyen est un outil pour Alma afin de sortir de chez elle serait un excellent plus pour ta fiche par exemple.

Sinon, le reste est très bon, je n'ai rien à dire. Je n'ai pas non plus à revenir sur le physique, il est très bien détaillé et tu reprends les passages du caractère pour le décrire.

Concernant l'histoire : ton histoire est pleine de coïncidences, beaucoup de coïncidences. Je n'ai rien contre, mais je tenais juste à te rappeler qu'utiliser trop de coïncidences peut nuire à l'histoire d'un personnage. Mais je ne te demanderais pas de les supprimer ;) cependant, elle est très bien écrite, concise mais efficace et contient tous les éléments que l'on attend d'un personnage tel que le tiens. Je ne reviendrais que sur deux petits moments :

« Les histoires de ces fantômes, populaires, tournent une fraction de secondes dans son esprit, avant que le son d'un klaxon ne la ramène. Elle n'est toujours pas morte. Mais Raphaël n'est plus là. Sa vision cherche les environs, dans la brume torturant ses pupilles et ses iris. Une ville. Des immeubles, des voitures »
Attention /!\, Damned Town n'est pas une cité moderne ou futuriste. Il n'existe pas de voiture à Damned Town, et encore moins de gratte ciel ou grands immeubles sans fin aux murs de verre. Damned Town est une cité bâtie dans un matériaux inconnu, aux allures d'une petite bourgade ancienne perdue quelque part. Pense à corriger de petit détail ;)

• Venons-en au point le plus important. Il faut remonter un peu ton histoire pour venir au moment de ce que j'appelle "la scène du double suicide". En fait, je préfère être honnête avec toi, je ne pourrais pas laisser passer ce moment. Alma aime son petit Raphaël plus que tout au monde, et son instinct maternel apparemment ultra-développé ne pourrait jamais laisser tuer de sang froid son fils. Pour moi, toute autre possibilité serait plus plausible que le double suicide. Je comprends pourquoi tu as voulu l'employer, mais je ne peux pas l'accepter. Il faudrait que tu trouves un autre péché. Je vais te proposer une liste d'idées non exhaustive pour t'aider dans ton choix :
- Alma tue le mari alors qu'il rentre
- Alma s'enfuit avec le bébé
- Alma appelle la police (je me doute que ce choix ne soit pas très privilégié)
- Alma confie le bébé à quelqu'un d'autre et se confronte seule à son mari
- Alma appelle une association protectrice (en plus, elle est bénévole dans une association, ce serait très pertinent)



C'est à toi de trouver le point qui te conviendra le plus, mais je ne peux pas accepter le double suicide, désolé. Alma est psychiquement stable, et en plus, sa croyance envers Dieu est si forte, que l'idée du suicide assisté de son fils me pose problème.

Quoi qu'il en soit, je te souhaite beaucoup de courage pour terminer ta fiche. Le plus gros est derrière toi, il ne te reste que ces points cités précédemment. Des pancakes t'attendent à l'arrivée alors courage Keur keur ♥

____________________________________________________________

Dragon reign over the city
Phaedra - Lucius Annaeus Seneca ✻  Iamque erat in totas sparsurus fulmina terras sed voluit, ne forte sacer tot ab ignibus aether conciperet flammas longusque ardesceret axis esse quoque in fatis reminiscitur, adfore tempus quo mare, quo tellus correptaque regia caeli ardeat et mundi moles obsessa laboret.
avatar
Dragon Souverain
Dragon Souverain
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 711
Âmes : 394
Date d'inscription : 10/05/2015
Age : 19

Localisation : Palais des démons
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Alma D. Sorin || Je te retrouverai de l'autre côté. Dim 10 Juin - 11:44

Hey,

Bienvenue à toi sur le fofow Soah :) J'espère de tout coeur que tu te plairas parmi nous. En tout cas, ton personnage me plais grandement. Je rejoins la position de Dragon quant à la personnalité, mais pour le reste, je n'ai jamais vu de tel personnage. Il m'intrigue de ce fait grandement, et je n'ai désormais qu'une hâte, le voir évoluer en rp. Pour voir ce que cela va donner.

J'aime tout particulièrement l'histoire d'Alma. Je la trouve touchante, non par le fait qu'elle évoque bon nombre de souffrances, mais par l'amour sans faille qui s'en dégage. Le lien avec son petit Raphaël est absolument magnifique à constater. Encore plus par le fait qu'il soit peint par une écriture de velours. Ta plume est toute douce, c'est un vrai régal. En plus ce prénom est si beau [bon j'arrête de faire mon enfant émerveillé].

J'ai vraiment très beaucoup hâte de te voir à l'oeuvre (oui, moi pas parler la France, et quoi?) :p

En attendant, je te souhaite bon courage pour les dernières petites modifs, ainsi qu'une bonne journée ♥️

____________________________________________________________

avatar
Démon
Démon
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 327
Âmes : 196
Date d'inscription : 15/05/2015
Age : 22

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Alma D. Sorin || Je te retrouverai de l'autre côté. Dim 10 Juin - 19:14

Bonjour bonjour petite Soah, je rejoins la position du Dragon sur l'avis de ta fiche bien que tu aie une plume sublimement légère ce qui est un régal à lire, c'est un peu tard que je te souhaite la bienvenue dans cette ville, j'espère de tout coeur que tu t'y plaira, en tout cas j'attend avec impatience la modification de ta fiche, des bisoux :*

La voyante Casey Williams :3

____________________________________________________________

Je pense en #00ffcc
Je parle en#cc0000

Invité, je tire les ficelles de tout les pantins des cette ville, sauras-tu échapper à mes fils?


avatar
Démone déchue
Démone déchue
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 451
Âmes : 460
Date d'inscription : 13/10/2015
Age : 19

Localisation : très loin...
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Alma D. Sorin || Je te retrouverai de l'autre côté. Lun 11 Juin - 16:24

Bonjour Alma,

Je te souhaite la bienvenue ici, c'est un bonheur de voir une nouvelle tête.
Ton écriture est agréable mais plus que tout, tu sais utiliser des ellipses et ne pas alourdir de trop un texte en allant à l'essentiel et ça, j'adore. Parfait mélange entre détails et efficacité d'écriture.
Ensuite, le point que je tiens à souligner, c'est ce côté universel d'une histoire tragique. Cela m'a touché, car je connais des personnes qui ont pu éprouver tels ou tels moments du récit. En fait, ce côté réel renforce l'impact que tout ça a sur nous. Rien d'épique mais tout de dramatique.
Mention ++ les histoires parent/enfant me font tout chose, mais ça ressort de la sensibilité de chacun donc bon. ^^

Ah et tu m'as aussi donné des idées, donc je t'en remercie sincèrement. Peut-être à l'avenir pourrons nous en discuter.
Ainsi, aie bon courage à finir tout ça. Je double l'offre de Dragón (oui oui, en fait c'est moi qui lui fait ses pancakes, M. ne cuisine pas...) ^^


____________________________________________________________

avatar
Démone
Démone
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 73
Âmes : 108
Date d'inscription : 27/02/2018
Localisation : Damned Town
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Alma D. Sorin || Je te retrouverai de l'autre côté. Ven 27 Juil - 18:26


désolé ça n'ira pas


Sans nouvelles de ta part depuis un moment, j'archive ta présentation. Merci quand même.


____________________________________________________________

Dragon reign over the city
Phaedra - Lucius Annaeus Seneca ✻  Iamque erat in totas sparsurus fulmina terras sed voluit, ne forte sacer tot ab ignibus aether conciperet flammas longusque ardesceret axis esse quoque in fatis reminiscitur, adfore tempus quo mare, quo tellus correptaque regia caeli ardeat et mundi moles obsessa laboret.
avatar
Dragon Souverain
Dragon Souverain
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 711
Âmes : 394
Date d'inscription : 10/05/2015
Age : 19

Localisation : Palais des démons
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Alma D. Sorin || Je te retrouverai de l'autre côté.

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Alma D. Sorin || Je te retrouverai de l'autre côté.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Alma Wade
» ALMA + (de l'art de mettre une fille dans son lit)
» Kyoshi Alma, ou " Visage de corbeau " ( terminé )
» (X) Drague la si tu peux-feat Alma Rodriguez [Terminé]
» Mamma, le barche avere gambe? ° Alma -- Fini !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Damned Town :: Le personnage :: Présentations :: Présentations Refusées-
Sauter vers: