Hannathème Lormys, la Vipère du Dragon

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
MessageSujet: Hannathème Lormys, la Vipère du Dragon Mer 25 Avr - 23:37











♛ HANNAH LORMYS ♛





♛ Mes informations ♛

Nom ϟ Lormys
Prénom ϟ Hannathème
Surnom ϟ Hannah / Hann'
Âge ϟ 22 ans d'apparence / 198 ans
Date de naissance ϟ le 3 novembre 1820
Signe astrologique ϟ Vampire
Nationalité ϟ Tartare
Orientation ϟ Hétérosexuelle
Situation amoureuse ϟ Libertine / C'est compliqué
Groupe ϟ Démons
Penchant ϟ Le Mal
Raison de la venue ϟ Dragón



♛ Mon physique ♛

Hannah a 17 ans dans les écrits entre guillemets, ceci est tiré de sa longue première nuit en rencontrant Dragón (les parties traitées par la Hannah d'aujourd'hui sont la deuxième partie de son histoire ou l'apparence divine).

« Bon j’ai quoi bientôt 17 ans, et je me trouve pas hideuse, t’en penses quoi ? Je dois faire dans les 1m77, j’ai l’air de le dire au hasard mais je le sais parfaitement bien en fait, tout comme mon poids mais ça se demande pas à une femme. Je suis contente que tu le saches et que tu ne me poses pas ce genre de questions. De toute façon, je fais vraiment attention à moi, et même en dehors de ma silhouette que j’essaie de garder attractive et légère. J’ai commencé à avoir un peu de poitrine depuis quelques années d’ailleurs… mais euh, ce n’est pas ça dont on parlait ! Oui, je fais attention par mes formes que les regards se braquent sur moi, et je suis assez bien gâtée, je le vois dans tes yeux ! Si toi tu as le regard ambré et froid, je suis loin de laisser insensible par l’intensité de mon regard vert émeraude. Puis, je sais que tu aimes bien la finesse de mes traits de visage et … Et je ne t’ai pas autorisé à regarder si bas, c’est beau mais tu touches avec les yeux. Ok, tu gagnes un point, j’ai cette cicatrice à l’œil gauche et qui vient un peu contraster avec la pâleur de ma peau mais j’aime bien, ça entretient l’image de la fille sulfureuse qui a vécu pas mal de choses, hahaha ! Et si on s’autorise à trop regarder mes défauts, je dois parfois contrebalancer en accentuant mes qualités, et ça j’en ai aussi. J’ai déjà vu des garçons dire que mon nez était fin, mes yeux enchanteurs par leur couleur et leur forme, que ma bouche était tentatrice et colorée par la passion, ce genre de mots enjôleurs pour obtenir ce que l’on veut de toi. Toi, tu as l’air de n’en avoir rien à faire, bien que j’ai pu voir ton intérêt pour mes cheveux qui tombent si bas dans mon dos, à mi-hauteur de celui-ci. Ce ne sont pas mes formes qui t’a le plus marqué dans notre rencontre, tu m’as regardé droit dans les yeux et tu n’as vacillé que pour jeter des regards à mes cheveux. Tu aimes leur couleur rousse ? Mais je ne suis pas une vraie rousse, pas un dégradé presque orangé qui pâlit au fil du temps, non quand je dis que je suis rousse, c’est couleur sang, couleur vermillon si tu te sens poète.

Un petit secret pour toi qui prends le temps de m’écouter. On dirait comme ça que je ne prends pas le temps d’entretenir mes cheveux, mais j’en suis réellement fière et j’aime bien de temps en temps m’en occuper. Bon après, j’aime pas tellement devoir me faire des coupes complexes et puis c’est quoi l’utilité après tout ? Je les laisse donc tout le temps relâchés et j’ai la chance de ne pas avoir à les brosser tous les quatre matins. Ma mère en a toujours été jalouse, donc après tout ça, tu peux pas me dire que je suis laide à voir et puis vestimentairement parlant, j’entretiens aussi les regards. J’ai un certain sens esthétique mais certains diront que je ne suis qu’une provocatrice dévergondée ! J’aime avoir de la liberté de mouvement surtout pour mes bras alors bon, ça me lie à ce genre de tenues, avec un décolleté souvent important et un haut très léger. Et j’ai tout le temps chaud donc ça ne peut que m’aider à me sentir mieux. Je ne peux difficilement comprendre ces filles frileuses, emmitouflées dans des tenues qui gâchent leur potentiel, rah ! J’ai toujours craint par le passé de ne jamais voir mes formes se prononcer, de devenir une fille « plate », quoi, ça ne te fait rien, Dragón ? C'est très important les formes pour une femme. Tu vois, avant, j’étais habillée comme une parfaite petite écolière, collégienne, des chemisiers blancs, de longues robes parfois dentelées, quelque chose de très classique en somme. Puis, je me suis rendue compte que le cuir était une matière tellement noble, j’adore ça mais ça ne se porte définitivement pas ici. Mais bon par contre, il y aura un moment où je pourrai affirmer mon propre style et j’espère que ce moment viendra bientôt. J’ai des atouts à faire valoir et même toi, tu ne pourras le nier, inutile de faire le dur ou l’insensible. Sérieusement, vu la vie d’aventures qu’on va s’offrir, les robes ne sont pas une tenue adéquate, et je perdrais de mon aise avec tout ceci. J’en ai porté d’accord, mais même à l’avenir, ce ne sera que très rare d’en revêtir une.

Et puis, ça dépend de laquelle surtout ! Je ne te parle pas des horreurs que certaines portent ici. J’aimerai assez un look un peu plus sombre, imaginons des corsets noirs et rouges bien serrés accompagné de grandes bottes noires et de collants très haut, ça c’est sympa. J’adorerais en porter, ce serait original. Quelques magnifiques créatures en portaient au Tartare, je les admirais. C’est tranchant, on annonce la couleur tout de suite. En tout cas, j’abhorre le goût classique en tenue vestimentaire, ça dénote d’une personnalité fade et sans vie, ça fait écho à l’ancienne moi. Je ne veux plus me revoir à m’habiller selon un code si ce n’est celui de la mode… Ne soyons pas non plus ringarde ! La démarche d’un individu en dit aussi beaucoup sur lui-même. Pour moi, tu as bien vu, je marche avec un déhanché voulu, je ne vais pas le cacher mais ça reste assez subtil, parce qu’en fait, de toute façon, ça me met plutôt bien en valeur. Tu rajoutes à tout ça un peu de maquillage aussi, c’est la clé, autour des yeux surtout, le regard s’en trouve bien plus développé, un peu de fond de teint parfois si je ne suis pas au top de ma forme et puis bien sûr du rouge à lèvres, ça rend plus désirable. Et puis, entre mes lèvres et mes cheveux, mon regard se trouve renforcé par sa couleur contraire, tout ça, c’est étudié, pensé. Ne pas oublier non plus la manucure, ça peut vraiment jouer aussi sur le physique, des mains mal soignées sur une femme, ce n’est vraiment pas envisageable pour moi. Je crois que je te perds sur des questions peut-être un brin féminines, non ? Désolée, quand je parle de l’apparence, si ça concerne un peu la mienne en plus, je m’emballe rapidement. »


Taille ; 1m77
Poids ; Remarquablement inconvenant... Ah c'est pour un défilé ? Mmm... 63 kg.
Cheveux ; Ah tu es aveugle... je te plains. Vermillon, pour les poètes, rousse pour les pragmatiques.
Yeux ; Un vert émeraude habille mes yeux, ne t'en rends tu toujours pas compte ?
Apparence divine ; Certains craignent le feu ou les ténèbres, je ris de leur ignorance car ils n'en connaissent rien. Le véritable feu n'a pas sa couleur rouge, il est d'une toute autre aura. J'incarne les flammes des Enfers les plus insatiables et les plus troublantes. Je prends alors le Bleu, comme j'aime le dire à Dragón, seule personne à m'avoir vu d'innombrables fois en cet état. Mes ailes noires, semblables à celles de chauve-souris ne changent pas d'un pouce, mais mon aura devient plus flamboyante alors, car mes cheveux même prennent la teinte de la véritable flamme. Un feu qui te saisit et te dévore, sans y songer. Mes mains deviennent spectrales, griffues, improprement humaines, teintées d'une aura violette alors que mes armes libèrent leur nature démoniaque, car mon aura est bien plus concentrée dans mes lames. Dragón a perçu une aura d'un bleu-violet, semblable à un feu continu. Si le Roi le suggère, je pense qu'il n'est pas loin d'une vérité. De même, mon teint devient celui d'un mort, je l'incarne dans sa pâleur la plus extrême et mon regard devient semblable à celui de Dragón, reptilien et ambré. Et alors quand ma transformation s'exerce puis ne cesse, les flammes des Enfers de leur couleur véritable m'entourent à nouveau pour céder place à une flamme plus naturelle, orangée puis enfin à mon apparence "mortelle".
Apparence divine:
 
♛ Ma personnalité ♛

« Ouais, ouais, ouais… Je suis superficielle, provocante et sulfureuse. Je sais, tout le monde me le dit. Honnêtement, c’est dans ma nature et une chose est sûre, c’est que je suis pas prête de changer. Au-delà de ça, je tiens même à cette réputation, c’est ce qui fait mon charme, je suppose. Si j’ai un physique si avantageux, c’est bien parce que je m’entretiens. Je ne peux pas rester sans rien faire, j’ai toujours envie de bouger, de me dépenser, de transférer cette énergie. Ce qui me rend d’autant plus inaccessible haha ! Je suis toujours dans l’action, dans le mouvement, attendre c’est mourir d’ennui, réfléchir, c’est penser que des idées prévalent sur l’action, c’est idiot et putain c’est chiant. Ça va, on se connaît un peu mieux, c’est pas non plus quelques gros mots qui vont te choquer non ? Bah voilà. J’essaie des fois de faire « comme les autres », de rester dans un coin à faire quelque chose de manuel ou d’artistique, mais ce n’est jamais mon truc, au bout d’un moment, je me lève à bout de patience et je crie et tape sur tout ce qui bouge. Attends mais comment on peut rester assis 5 min sans rien faire ? Je panique vite dans le silence et l’inaction et quand je panique, je deviens parfois légèrement violente et impulsive. Oui, ce n'est pas sage, réfléchi ou tempéré, et justement ça pimente la vie, et si je ne gagne pas à tous les coups, je ne regrette pas, je suis comme ça après tout ! Je préfère une action qui tourne mal à l'inaction.

La dernière fois, j’essayais d’écrire une lettre, un truc un peu… voilà, tu vois, et j’en ai eu marre, j’ai explosé la tête d’Alexeï sur le rebord de la table, haha, son nez pissait le sang, c’était vraiment marrant. Après, j’ai finalement jeté la lettre au feu, y avait du sang partout de toute façon et pour me calmer complètement, je suis partie courir pour m’aérer l’esprit. Mais non, Alexeï n’est pas mort, il était seulement à l’hôpital et il m’a pardonné quand je lui ai montré ma poitrine et un peu plus… donc c’est bon, aucune affaire de police là-dedans, vu qu’il n’a pas porté plainte. Y en a qui disent que j’agis comme une fille de petite vertu en faisant ça, mais déjà non, c’est juste euh… se servir de talents pour mes objectifs personnels. Et puis qu’est-ce que ça peut leur foutre ? Ceux qui disent ça, je leur explose leur petite bouche, d’un grand coup de botte dans la face, bande d’idiots… Alors oui, la violence, c’est mal blablabla… Mais non en fait même pas, c’est tellement utile ! Puis, je suis douée pour ça alors à quoi bon s’éviter de l’admettre ? A la moindre insulte ou remarque, mon sang ne fait qu’un tour et je n’arrive pas à me retenir, le coup part tout seul. Bon des fois, j’envoie juste des piques, et ça suffit. Non mais quand je parle de piques, je parle de petites pointes en fer, j’en cache sur moi. Bah quoi, t’as pas l’air de me croire, regarde ! Plus tard, j’aimerais avoir des dagues, c’est plus simple, faut juste réussir à mettre la main dessus. Et je ne veux pas du mauvais acier, j’exige que ce soit tel que je le voudrais. Pareil pour toi, tu pourrais mieux t’habiller, c’est du grand n’importe quoi là. Si on veut traîner ensemble, je veux que tu sois un peu plus classe, d’accord ? Comment ça, non ? Tu verras, j’ai bon goût et il faut bien une femme pour aider un homme dans son style. Bref. Peu importe, j’ai envie de manger un paquet de sucreries au miel maintenant. Non, je bouge pas tant que j’en aurais pas plein la bouche, j’en veux et c’est tout, c’est pas discutable !

Capricieux toi-même ! Mmm… Ils étaient vraiment pas bons, ceux-là, on s’est bien fait avoir. Je crois que je vais retourner au commerçant et lui expliquer ce que sont de vrais friandises parce que là c’est un putain de scandale, j’y crois pas quoi ! Dis, tu m'en achètes d'autres ? Attends, attends, je reste avec toi mais tu m'en offres, maintenant ! Ben quoi ? Tu es en train de me dire que quand j'ai un désir en tête, je ne pense plus qu'à ça et que je peux te casser les pieds des heures et des heures ? Oui, oui, tu as raison, et je suis un peu bavarde aussi, mais ça va, y a pire que moi hein. Je nous occupe au moins, et puis c’est sympa de pouvoir parler avec d’autres personnes. Bien souvent, seule la parole suffit, mais bon des fois, quand je veux quelque chose, il y a un peu d’expression corporelle. Ok je suis un peu dans ma période « garçon », mais y a pas que ça qui m’intéresse comme tu as l’air de le sous-entendre. J’aime bien les animaux, j’ai eu un rongeur, Kiki, mais je ne m’en occupais pas et il a mal fini, le pauvre. Ce sont des choses qui arrivent. Mais je sais que tu m'en offriras un bientôt, parce que je le veux. Bon ok ! Et tu marques un point, mes "excès de caprice" pour reprendre ta phrase causent parfois de menus soucis... de gros soucis... des coups et des blessures... des morts ? Oh, en parlant de mort, j’aime beaucoup la musique, on m’a dit que j’avais une belle voix et un talent là-dedans, faudrait peut-être que je m’y mette plus tard ! D’accord, je vais chanter pour toi. Eh ! Y en a qui paieraient pour ça, petit ingrat ! Tu ne sais pas ce que tu rates ! »



♛ Mon passé sombre comme clair ♛

« En tout cas, ça me donne envie de te raconter comment j’en suis arrivée là, ma petite histoire personnelle. Je suis née dans le Tartare aux Enfers, le 3 novembre 1820 pour le calendrier mortel. J’aurai 17 ans en fin d’année si tu comptes bien, je sais, je les fais pas, j’ai poussé un peu vite. J’essaie de l’oublier parfois mais si je me nomme ainsi, Hannathème, c’est à cause de mon père. Je n’aime pas ce prénom, je préfère très clairement le diminutif alors je te préviens, ne m’appelle pas ainsi, ça a le don de me taper sur les nerfs. Alors pourquoi ce nom ? Il m’a toujours dit que c’était parce que j’étais vouée aux Enfers, que je ne ferai que m’élever pour sa puissance et sa reconnaissance au travers de mes actes. Je pense toutefois qu’il souhaitait seulement pouvoir dire qu’il avait fait un jeu de mots savant. Pitoyable ! Mais Lormys est le nom de ma mère que j’ai préféré reprendre finalement, j’avais déjà un nom hérité de mon autre parent. J’ai grandi parmi la populace, vivant dans une précarité affichée. Mais déjà, quand j’étais haute comme trois pommes, j’en voulais à tous et j’avais très envie de sucreries que d’autres enfants, eux, pouvaient manger. Cette envie et jalousie m’ont toujours rongées. J’avais eu l’idée de créer mon propre bonbon et j’ai mis pour ça tout ce qui m’était passé sous la main, j’étais très fière de moi, il avait vraiment l’air pas mal. Toute contente, je défilai dans la rue sale avec ce bonbon et des garçons sont venus pour me le prendre en me tirant sur ma tignasse. Le chef l’a pris, me claquant à deux reprises et l’a avalé d’un coup. Il s’était alors mis à vomir du sang et hurler et à m’incendier de ses injures, quand j’ai vu ça, j’ai ri. Les deux autres essayaient de l’aider et moi je riais. Je ne riais pas seulement pour l’ironie de la situation mais aussi parce que j’aimais bien le voir souffrir ainsi sans que je n’ai eu à lever le petit doigt. J’ai découvert ce talent tôt donc. Quand j’en fis le récit à mon père, il en était très fier et dès le lendemain, il m’avait emmené à son travail. Tout le monde m’avait trouvée mignonne, j’avais 4 ans. Et c’est vrai que j’étais assez chou avec ma verrerie à essayer d’aider Papa, en lui passant aussi les ingrédients. Je savais lire quelques mots mais je me concentrais pour suivre les directives imposées par une voix paternelle autoritaire. Il était strict et exigeait que je sois toujours à l’écoute et j’étais pourtant si jeune, ne comprenant pas tout l’enjeu de ce qui se déroulait.

Quand les années passèrent, je pus avoir plus de leste et composer moi-même quelques petites potions. Je ratais souvent mais chacun de mes essais n’était pas forcément un échec. J’avais trouvé à quelques occasions des mélanges inventifs et créatifs que seul un enfant doué et plein de talent pouvait imaginer. Oui, j’étais talentueuse là–dedans et je le suis encore ! J’en ai encore quelques-uns sur moi et surtout, je me souviens très exactement de leur composition. Pendant ce temps, avec ma mère, on partageait nos rêves de s’habiller comme les plus riches, de porter des ornements. J’admire tout ce qui peut m’aider à devenir plus attirante ou plus sensuelle. Maman m’a faite devenir la femme que je suis aujourd’hui et je lui dois mon physique et mes qualités sociales, c’est certain. Tu m’écoutes toujours, Dragón ? Et je t’ai dit de m’appeler juste « Hannah » ! Mon père a continué à m’apprendre son métier, l’assassinat. J’étais très contente d’exercer un si beau métier, ça aide beaucoup de personnes finalement et puis Papa m’a toujours dit que ce n’était pas grave de tuer. Dans tous les cas, les Démons ne mourraient jamais, me disait-il, ils finissent par revenir à la vie au bout d’un temps d’expiation. Concrètement, lui et moi, on essayait de remplir des contrats et il me laissait le dernier coup, "recueillir le dernier souffle d'un condamné", parfois en l'égorgeant, parfois au poison. Je rendais un service et l'âme du démon reviendrait, le meurtre ne m'apparaissait pas comme grave en soit, et encore aujourd'hui, je pense de la même manière. Le but n'était pas une formation au métier à part entière mais à la mentalité en elle-même, à la capacité de pouvoir ôter la vie d'autrui sans hésiter. Quand je revins, son second m'avait appelée la Vipère, je n'étais pas bien grande mais déjà "dangereuse" d'après ces propres dires et je progressais en poison. Mon père, lui, ne m’a jamais appelé autrement qu’Hannathème, il n’a jamais contracté mon prénom pour aller plus vite, il tenait beaucoup à ce nom, surtout maintenant que je faisais mes preuves. Je faisais beaucoup d’exercices de souplesse, en plus d’entraînements rigoureux aux lames courtes. Mais j’étais vraiment douée, et je m’en rendais compte. Je me suis donc permise quelques fois de quitter le hall de guilde à pas de loup et de traîner dans les rues avec des garçons. C’est là que j’ai connu mes premiers petits copains, à dix ans. Bon, j’en avais plusieurs en même temps mais il le fallait bien, un seul, c’était ennuyeux et il n’était alors pas forcément là quand je sortais. Nos relations n’étaient que des « on se tient la main et on sera amoureux pour toujours », ça me fait sourire cette naïveté. Pour ces élus, ils avaient parfois des bisous sur la joue les autres… J’aimais bien les frapper, c’était marrant. Au sein de la guilde, j’étais d’ailleurs de plus en plus connue et mon père m’avait promis que nous irions loin ensemble. Mais il y a eu un… problème.

Au cours d’une cérémonie, un enfant est entré au sein de la guilde. Tout le monde était réuni, sauf moi, j’avais fugué, hurlant sur mon père qui m’interdisait mes visites à mes petits copains. Cet enfant a tué tout le monde, je ne comprends pas mais… il a tué tout le monde. Papa est mort et Maman a entendu un bruit, dormant à la guilde, aussi assassinée. Je ne sais pas comment t’expliquer ça mais j’étais figée. Pas de peur, ni de regret ni de tristesse, c’était chose courante les assassinats et si mon père m’avait formée si jeune, c’était pour être sûr que son héritage perdurerait. Enfin bref… Je n’ai pas eu le temps de quoique ce soit qu’on m’a déchue de mon titre, traitée comme animal et jetée en pâture dans le monde terrestre. C’est de ces séances que j’en retire ma cicatrice à l’œil, de cette déchéance. Je ne suis pas tout à fait sûre, mais je pense que ma formation et mon « instabilité » parentale faisaient peur pour ma réinsertion après pareil drame. Ils ont pensé que j'étais celle qui avait tout fait. C'était logique : je connaissais bien les membres, les lieux et surtout, j'avais été entraînée par un assassin expérimenté. Ils oubliaient seulement que j'agissais davantage par poison et que... j'étais pas un peu jeune pour tuer tout ce monde seule ? Je crois, avec le recul, qu'on m'a mise de côté. Mon père devait être craint et son héritage, moi, était encore là. On a préféré m'isoler avant que je ne brille, « pour mon bien », d'après eux. Direction la Terre sans autre forme de procès.

Et pourtant, ha ha ha, j’ai adoré visiter les mortels, vraiment, ils sont délicieux ! Roh ça va, je les ai pas croqué non plus… quoique ! Depuis des années, j’ai fait… n’importe quoi, mais c’était toujours drôle. C’est ça de grandir seule, avec comme seule base sociale une guilde d’assassins du Tartare et un père Maître Empoisonneur. Étrangement, je ne me suis jamais sentie mal ici, auprès des mortels. J'ai vite été prise sous la coupe de quelques marchands pour qui je faisais des courses, le jour. La nuit, je rôdais encore, et quand je m'habituais finalement aux habitudes mortelles, je devenais une cambrioleuse. On agissait en bande alors je devais partager mais le nombre de coups plus mon travail journalier me fit avoir un peu d'argent de côté. Oh attends, attends, je vais te raconter la fois où j’ai fait croire à un jeune prince que j’étais la fille du tsar, c’était tellement tordant ! Je me suis teintée les cheveux en un roux un peu plus clair, ajouté du maquillage pour prétendre à ses quelques taches de rousseur et après avoir volé des affaires au grand opéra, j’ai pris mon rôle de fille du tsar très à cœur. Et puis, faut dire que j’étais sûre qu’elle ne reviendrait pas, elle avait été assassinée. Mais bon, je pense que ce père en détresse n’a pas flairé la chose, espérant qu’elle reviendrait un jour. Malgré mes piètres talents de comédienne, je suis restée quelques semaines. Malgré tout, j’ai dû fuir après avoir un brin franchi les limites. Un matin, tout le monde avait hurlé « A l’inceste, à l’inceste » quand les serviteurs m’avaient retrouvée dans le lit du prince, frère de la portée disparue, avec du sang attestant de l’acte sur les draps. Ce petit malin, je vois maintenant que même dans les hautes sphères, mortelles ou démoniaques, les garçons rêvent parfois de cochonneries avec leur propre sœur. Donc voilà, j’ai perdu ainsi ma virginité. C’était pas fou venant d’un prince, j’ai été amèrement déçue, moi qui m’en étais faite tout un truc. Je crois qu’à la suite de l’affaire il a été terriblement honteux, c’est remonté au peuple. Ha ha, une petite action peut déchaîner des foules et moi, dans l’affaire, j’ai eu ce mignon garçon. Hélas, je ne l’ai jamais revu, je suis sûre que son cœur bat encore pour celle qui l’a fait homme. Ils ont dû savoir depuis que j’étais seulement une imposture.

Oh, et j’ai pu prendre le train de nombreuses fois, j’adore entendre la locomotive vrombir et les cheminots suer à grosse goutte avec leur charbon, c’est intéressant. Ce moyen de déplacement est vraiment propre à la Terre, ils mettent tellement de moyens dans leur transport, quel futile gâchis !  Là, pareil, lors de ce voyage, pour m’éviter le meurtre, je me faisais passer pour une gentille fille, qui s’accommodait d’un riche fils de notable. Bon, je suis pas très pudique, mais on va éviter quand même de décrire ce que je lui ai fait… Disons qu’il m’a bien aimée, et très vite ! Puis, j’en ai eu marre et j’ai étouffé le jeune fils avec un coussin, je jubilai un peu. Je m’étais juste dit que j’en avais ma claque de ne vivre qu’avec mon charme. Si je continuais ainsi, j’allais exercer un métier qui ne m’enchante guère. Non mais je te vois pincer tes lèvres, c’est presque comme si tu souriais, Dragón ! Arrête ça, je suis pas ce genre de fille ! Je vis juste parfois en inadéquation avec les mœurs d’une société sclérosée qui ne comprend pas les joies du libertinage. QUOI ? Oui… en effet, ce n’est pas de moi, ça. J’ai volé la phrase, oui je vole beaucoup de choses. Et la suite de ma vie est d’ailleurs sur ce pan de criminalité. Tu sais, au vu de l’efficacité de leur police, sur Terre, j’ai, avec mes propres talents, relativement peu de mal à m’échapper. Et parfois, si quelqu’un se doute de quelque chose, il finit bien tassé dans une poubelle, car j'avais repris alors mes habitudes assassines. Une vie de débauche dans tous les sens du terme, impropre à la vie ici, mais je ne savais pas comment m’en tirer autrement. Tu t’en doutes, c’est comme ça que je suis arrivée jusqu’à toi dans cette ruelle. J’étais poursuivie par un gang, j’avais volé leur marchandise pour la revendre à des receleurs, et ils n’étaient pas très enjoués de ça. Je ne m’étais pas sentie de les combattre ouvertement, ils étaient dangereux et… Bon tu veux m’entendre le dire ? Oui j’avais peur d’eux. T’es content maintenant ! Tu m’as aidée, tu les as eus avec une efficacité foudroyante, mon héros, mon démon déchu. Et donc ça nous arrive à cette nuit où je te parle, comme tu le comprends. Je sais, j’ai donné peu de détails sur ces années sur Terre mais à part, m’entraîner à la discrétion, je ne peux pas t’en dire plus, j’ai simplement vécu dans la rue, cachée des mortels, à les observer. Maintenant, c’est toi que je veux observer. On va où maintenant ? J’ai encore faim… »

J’avais continué ainsi une bonne partie de la nuit. Dragón n’en pouvait plus et malgré le fait que je m’en étais rendue compte, je m’en moquais éperdument, moi, je voulais parler. Cette histoire a près de 180 ans et c’est pourtant celle qui me décrit toujours le mieux. Ce sont mes premières années qui m’ont forgée, qui ont faites celle que je suis aujourd’hui. Voilà pourquoi je voulais rappeler avec précision cette nuit. Il est maintenant des choses, qui advinrent plus tard et que Dragón ne sait pas. Du moins, il ne connait pas les raisons ou mon ressenti sur la chose. Si j’ai été très bavarde cette nuit-là, racontant tout dans le moindre détail, j’ai depuis gardé certaines choses secrètes. Continuons donc à partir de cette nuit. Cette Hannah que j’étais a observé Dragón. J’ai alors décidé d’arrêter de me retenir et de lui dire souvent ce que je pensais, mes exigences par exemple. Il m’a depuis toujours pris pour une fille insolente, capricieuse et même provocante ! Moi ? Il se comporte comme un idiot fini, incapable d’aligner trois mots et de répondre aux gens et JE suis celle qui provoque ? Et ce ne serait pas à lui de se remettre en question parce qu’il prend tout mal ? Je le déteste, je l’ai détesté et je le détesterai encore et encore ! Il refuse la plupart du temps de briser le silence et moi, je ne supporte pas ce pesant fardeau !

C’est juste horrible, de faire part d’une pensée et de ne rien avoir en échange sinon parfois un léger sourire une fois par mois. Cette absence de réaction me fait sortir de mes gonds, et alors je m’attaque à lui, il y a bien quelque chose qui doit le faire réagir ? Tout ceci est devenu routinier, terriblement routinier, mais ce n’est pas la seule chose car « réconciliation » il y a aussi. Je m’explique. Quelques temps après notre rencontre, j’en étais déjà à vouloir lui arracher les yeux pour ses attitudes d’imbécile fini, tout était parti vite. Et ne me demandez pas pourquoi mais... j’ai intercepté dans son regard une pensée, il avait lorgné plus que d’habitude sur mes formes alors même qu’il était en train de me pourrir de ses mots crûs. Je… lui ai sauté dessus et il m’a déshabillée en frissonnant. Ma tête s’était vidée et j’en voulais simplement à son corps. Je n’avais même pas imaginé que ce type de scénario se répéterait… des centaines de fois, peut-être même des milliers. Et nos prochaines disputes avaient déjà un sujet tout préparé de mon côté : son peu d’expérience sexuel. Je le rabaissai et bien entendu, nous étions dans une colère noire… Au bout d’un moment, il s’améliora, vraiment, je ne sais pas si c’était car nous nous sommes finalement beaucoup « entraînés » ou si j’étais une bonne guide pendant nos premiers actes. Brrr… Ok, c’est bizarre de penser à ça, je n’avais qu’une vingtaine d’années. Ah ! J’ai l’avantage d’être démone, expérimentée dans tout un tas de domaine et pourtant, dans la force de l’âge !

Avec ces sentiments contraires, je le suivais, je n’avais eu rien de mieux à faire de toute façon. Heureusement, nous sommes retombés sur une possibilité de rentrer, malgré notre errance sur Terre. Un portail ! Nous avons tué les deux gardes avec aisance, car j’avoue que Dragón était doué dans la chose, très doué même ! Aux Enfers, je m’étais demandée ce qu’il désirait et bientôt, je compris : le pouvoir. Moi, j’y ai vu l’occasion d’un peu d’action, car je m’ennuyais et j’avais horreur de ça. Sans action, je suis un peu comme un mannequin sans parure, et ça, jamais ! Bientôt, je pus faire l’acquisition de mes lames, mes splendides lames, à l’épreuve du temps et de tout endommagement. Je pus mettre à profit pleinement mes enseignements et arrêter de brider mon hyperactivité, j’étais libre d’exécuter les danses macabres, d’embrasser d’un baiser empoisonné ceux nous faisaient face. En réalité, ce n’est qu’une figure de style, je ne tuais personne de cette façon. Mon mode opératoire était le silence et la rapidité d’action. Un coup suffit pour tuer un démon, alors je prenais soin d’en asséner une dizaine, une fois mes dagues empoisonnées, histoire d’être sûre. Ma plus grande fierté était d’avoir trouvé la recette d’une potion dont la simple inhalation dans une grande pièce provoquait un coma suivi d’une mort certaine, mais son pouvoir était trop concentré et infligeait des pertes… collatérales. Dragón m’avait intimé de ne plus refaire ça, nous perdions de nos fidèles pour une de mes « lubies ». J’ai essayé de le tuer avec le reste de fiole et nous nous sommes battus et ce fut l’un de nos plus prodigieux affrontements, il a failli me tuer cette fois ci… J’étais empêtrée dans mon propre sang, mes ailes incapables de se mouvoir, ma tenue si imbibée que mes cheveux avaient une couleur presque terne, je souriais encore de mes dagues qui avaient fait mouche, l’une profondément plantée dans sa jambe et il souffrait. Quand j’ai ri de lui, au sol, il m’a saisi, m’a retournée et a fait de moi sa chose… J’en étais très heureuse et lui intimais de continuer, j’ai ensuite pris les choses en main. Je ne sais pas si c’était l’acte qui m’a valu un tel repos ensuite ou les blessures mais je fus bien loin de m’en remettre avant un bon moment et cela avait aussi joué sur lui. C’était il y a un siècle… Non, ce n’est nullement une expression, c’était réellement il y a un siècle. Sur Terre, une grande guerre sévissait, faisant écho à celle que nous nous étions livrés avec Dragón. Certains disent que les Démons dans leurs affrontements, engendrent pour les mortels les pires souffrances, je n’en sais strictement rien, pour ma part.

En plus de ce combat d’anthologie dont je me souviens sans peine, il y avait aussi ce « détail ». Dragón n’en sait rien et, par tous les Démons que j’ai juré d’abattre, j’espère qu’il n’en saura jamais rien. De cet acte précis était ressorti que j’étais tombée enceinte. Je ne m’en étais pas rendue compte, rien ne semblait le présager, jusqu’à ce que, bien plus tard, je sois forcée à l’admettre. Mon accouchement, le premier, se fit seule, bien cachée dans mes appartements, tandis que Dragón était parti réveiller ses troupes, pour lui, tout était normal, et c'était ce que j'avais cru aussi. Quand j’ai vu cette créature, j’ai pleuré, un long moment. Je me rendais compte alors que j'avais fait un... déni de grossesse, peut-être sous le choc d'un acte un brin violent de reproduction. Je n’en pouvais plus et je n’imaginais pas pouvoir être autant à bout malgré ma volonté et mon énergie habituelles. Cependant, j’étais Hannah Lormys, impossible pour moi d’avoir à m’occuper de cette chose ! Je l’ai serré de mes doigts jusqu’à ce que ses gémissements ne cessent et que… que j’eus fini de tuer mon fils. Prise de peur, j’ai tout fait flamber. L’incendie fut prompt à vite se propager et quand Dragón était revenu, cela me fut vite reproché et ce fut l’unique fois où je ne me rebellai pas, j’avais encore à l’esprit ce qui s’était déroulé. Dragón, je crois, n’en a jamais eu vent et je pense, qu’il s’en fichait. Quand je ne suis pas occupée, quelques fois, je me demande s’il aurait aimé qu’il en soit autrement, s’il me voulait un enfant, si… Non, c’est pitoyable, alors, j’ai tout fait pour que je ne tombe plus jamais enceinte et la chose a fonctionné tout le long de ma vie encore. C’était la première fois que j’essayais d’éviter à avoir à ôter une vie, j’étais encore celle que je prétendais être ? C’est la seule noirceur qui occupe mon cœur, la seule pensée qui hante la plupart de mes nuits, la seule opportunité d'être appelée Maman... Mon seul regret.

En dehors de tout cela, nos combats et nos ébats nous ont rapprochés, Dragón et moi, mais je le déteste toujours encore et il ne se cache pas de me rappeler son dégoût pour moi de même. Seulement, d’autres s’accordent à dire que je suis sa seconde la plus fidèle. Au départ, j’étais révoltée en entendant ces balivernes, puis, des dizaines d’années allant, je m’y suis habituée et je crois que… même si je continue à braver ceux qui l’affirment ouvertement, je ressens une fierté au fond de moi. Qui pouvait se dire si proche de celui qui a dorénavant tant de pouvoir ? Je suis l’une des seules qui l’a tant côtoyé. Après tout, j’aime encore à le provoquer, et ce régulièrement. Un vrai régal. Entre vous et moi, quand j’en ai envie, ce besoin brûlant en moi, je file vers Dragón, et m’arme de ma langue la plus fourchue. Le connaissant, c’est très facile pour moi de déclencher une dispute, et je m’emporte alors volontairement pour amener à des réactions violentes. Bon… Parfois, ce n’est pas feint, il m’énerve vraiment. Et finalement, ma manipulation fonctionne, et j’obtiens son corps en récompense.

Pourtant, il n’était et n’est pas mon seul amant. J’aime me rendre de temps en temps sur Terre et choisir de bons amants, que je garde auprès de moi durant parfois de longs moments. Mon immortalité me permet de prendre plus de temps même pour ces histoires purement charnelles. L’un m’a même voulu sa femme, pour mieux avoir ce que je voulais, j’ai accepté. Mais ce contrat n’a de toute manière aucune valeur, je ne suis pas les règles des mortels ! A côté, durant ces trois années particulières sur Terre, cet homme m’avait proposé de me lancer dans une aventure « originale », au bout d'un an. Il était producteur et manager, mon charme et ma personnalité l’avaient ensorcelé, disait-il. De même, il me trouvait parfaitement dans le thème d’un groupe de musique qu’il avait formé plus tôt. « Mon mari » donc, Etienne Pierce, me lança à leurs côtés. Je crois que le fait d’avoir près de deux siècles de vie à mon actif, à souvent pousser la chansonnette, ont eu raison de mon inhabileté à chanter. Je me débrouillais raisonnablement bien avec ce style musical, le métal. Rien que le nom me fascinait et je me perdis un moment dans cette lubie, je voulais que les mortels m’adulent par cette nouvelle forme de violence. Je chantais sur la mort, sur des thèmes infernaux et le public adorait. Quand je dessinais des tatouages à l’effigie des Enfers, quand je les insultais en fin de concert, on m’acclamait. Je n’ai pas compris mais j’ai aimé ce style de vie un temps. Les mortels m’avaient élevée assez haut dans leur estime, me disais-je. Quand j’en ai eu marre de tout, de mon « mari », de mes amis mortels, de cette vie, je disparus sans dire un mot. J’imagine qu’Etienne s’est suicidé, il a eu raison, sa vie était minable sans moi. Et comme souvent, mon souvenir s'effrita, on ne retient jamais les petits groupes qui tournent en Russie. Ce que je chantais, ça donnait quelque chose comme...


Moi avec mon guitariste lors d'une tournée:
 


Pour les autres démons et même Dragón, cette escapade ne fut rien. Trois années et quelques, ce n’était rien et Dragón ne courrait pas vraiment derrière moi, il devait même en être assez heureux dans le fond. Je ne pouvais laisser les choses comme ça et puis… J’avais ressenti le manque de ne pas le revoir alors à nos retrouvailles, j’étais devenue pire que ce qu’il avait aperçu de moi avant mon départ. Nous n’avons pas eu le temps de trop entrer en guerre l’un contre l’autre, qu’une autre guerre, il y a une dizaine d’années, éclata. Isabel, la reine des Anges, déferla sa colère sur Dragón et ses troupes, sur nous. Assommée par des coups prodigieux de ses soldats d’élite, je ne m’étais réveillée qu’en apercevant Dragón dans un combat formidable contre Isabel. Par instinct, voyant la force qu’ils employaient trop importante pour la structure du palais, j’avais sauté vers lui, ouvrant un portail pour l’en tirer. Je n’avais pas réfléchi que je le couvrais sûrement de déshonneur, moi-même j’aurais tué celui qui m’aurait tant criblée de honte. Mais… depuis mon retour de la Terre, je ne sais pas, j’agis parfois avec une étrangeté qui m’angoisse autant qu’elle me fascine. Je ne l'aurais pas protégé de cette manière avant mon voyage sur Terre, ni demandé avec presque tendresse si tout allait bien. J'ai.. ces moments d'égarement où je me surprends moi-même à avoir quelques paroles douces pour lui. Toujours quand nous sommes seuls, toujours rarement, mais quoiqu'il en soit, c'est réel. Et alors, je m'énerve contre moi-même de devenir "bizarre" et nos affrontements avec Dragón ont monté d'un cran. Il a dû remarquer quelque chose.Depuis ce même temps, j’ai en horreur les femmes qui s’approchent de Dragón, certaines ont déjà été froidement abattu et je le revendique haut et fort. Je ne veux pas qu’on s’approche de lui, il est mien. On dit jalousie, mais c'est bien peu comparé à ce que je ressens et NON, pas de l'amour... J'ai mis bien 150 ans à enfin comprendre ce qui m'anime. Si au départ, je ne ressentais que haine et joie de la jeunesse des corps, je crois que cela a évolué, j'affiche tout ce qui paraît être une violente passion. C'est bien pour cela que lorsque Dragón s'est enfui vers cette ville, Damned Town... J'étais à peine revenue d'une bête mission d'assassinat d'un officier récalcitrant qu'il avait déjà disparu. Et vers là-bas qui plus est. Je ne sais pas ce qui l'a attiré là, mais je le suivrai... Oui, il va m'entendre quand je le retrouverai, je ne peux pas laisser passer ça, je suis sa petite...non, seconde !



♛ Derrière l'écran ♛

Pseudo ϟ Hannah
Âge ϟ 22 ans
Comment nous as-tu connu ? On veut tout savoir ϟ Par partenariat avec un autre forum, comme quoi la pub, ça fonctionne !
Avatar ϟ Katarina, League of Legends
Note du forum ϟ Je ne donne pas de note, je ne suis pas prof, mais je pense qu'il a du potentiel et des voies d'amélioration. Ça reste votre forum, en tout cas, je n'ai pas à juger du moment que vous pensez que cela vous va ainsi.
Avis ϟ Voir ci-dessus. Je rajouterai que je suis là parce que... Je ne pouvais pas ne pas jouer Hannah. Vraiment.
Le petit code ϟ g'nom g'nom par Ava'
Un dernier mot ? ϟ Hannah  Niéééééééé




©️️ Damned Queen

____________________________________________________________

avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 4
Âmes : 45
Date d'inscription : 27/02/2018
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Hannathème Lormys, la Vipère du Dragon Ven 27 Avr - 3:11

"Non... Tu n'en crois pas un mot... Dans ton palais, l'effroi pèse sur chacun des membres de ta cour. Même ta garde ressent le trouble s'installer comme la peste. C'est Elle. Tu la reconnaîtrais entre mille. Sa chevelure de feu, ses yeux émeraude et cette silhouette élancée... Hannathéma Lormys, la traînée du Dragon est revenue auprès de son Seigneur et Maître."

Bienvenue à toi ! Licoooornes

Tu l'auras compris, je suis la plus vieille rivale de Keithan en personne.
J'ai grand hâte de te voir à l'action. Et si l'envie te prend de vouloir me bousculer dans un rp, ca sera avec plaisir. Bon courage pour la validation de ta fiche. ^^

____________________________________________________________

Highway of the Fallen King
❀ Chaos isn’t a pit. Chaos is a ladder. Many who try to climb it fail, and never get to try again. The fall breaks them. And some are given a chance to climb, but refuse. They cling to the realm, or love, or the gods …Illusions. Only the ladder is real. ❀ Hell will fall for ever !
avatar
Rose Impériale
Rose Impériale
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 44
Âmes : 83
Date d'inscription : 26/02/2018
Localisation : Palais des Anges
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Hannathème Lormys, la Vipère du Dragon Dim 29 Avr - 0:27

Bonjour à toi chère Hannah ~

Je te souhaite la bienvenue et bonne chance pour la validation de ta fiche Ouiii

____________________________________________________________


Avalon parle en #CD5C5C et pense en #FFB6C1.
Ivy parle en #BC8F8F et pense en #8B0000
avatar
Artiste
Artiste
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 662
Âmes : 219
Date d'inscription : 18/10/2015
Age : 21

Localisation : Au temple
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Hannathème Lormys, la Vipère du Dragon Lun 7 Mai - 21:04

Ma chère Hannah, quel plaisir de pouvoir poser ma griffe sur ta fiche de présentation. Je ne suis pas venu pour te faire des cadeaux, je ne vais pas me montrer tendre avec toi ma chère vipère. Prépare-toi à te faire croquer par le grand Dragon ~

Pour la précision, j’avais déjà lu la première version de ta fiche et t’avais déjà fait des commentaires. C’est alors normal que tu ais moins de modifications à faire sur ton post ici présent. C’est un bon point. Je tenais aussi à souligner ton implication dans la création de ton personnage, les nombreuses questions que tu m’as posées, et la ferveur avec laquelle tu t’es approprié le personnage. Il te plait, et je le sens bien ;)

PS : Attention, la reine des anges n'est pas Abra mais Isabel, je dois modifier le nom sur ma fiche, ce qui explique peut-être ta confusion :o


Petit aparté : la couleur de fond ne peut normalement pas être modifiée, disons qu’elle correspond bien au thème du forum. Il serait embêtant que ma chère codeuse fasse une crise cardiaque non ? Cependant les couleurs des catégories peuvent sans problème être changées. J’ai aussi remarqué que tu avais réarrangé l’ordre de la fiche et modifié les informations demandées au sein de la case physique ? Bon, tous les signes demandés sont retrouvés, mais sur le coup j’étais surpris. Je préfèrerais que tu remettes à la fin ou au début les catégories en les remplissant, juste pour respecter le codage de la fiche :)


courage !
/!\ Le pavé qui va suivre ne doit pas te faire peur, il est principalement présent pour t'aider à t'améliorer et te donner des pistes pour t'aider dans tes modifications, alors lis le avec du courage, et accroche toi ♡

Tes informations de base :
Je n’ai rien à soulever de particulier, tu as bien repris les informations inscrites dans la fiche de prédéfini tout en choisissant selon tes désirs une ou deux catégories. C’est très bien :)

Ton physique :

« quoi, ça te fait sourire, Dragón ? »
Je chipote à mort, mais juste pour rappeler que Dragon ne sourit jamais, du coup O:)

Sinon pour le caractère physique, bah je n’ai pas grand-chose à dire. Tu choisis une sorte de semi-monologue, le lecteur comprend qu’il est sur Terre par des détails subtils, c’est excellent. Le style de diction mis en avant avec Hannah lui correspond particulièrement bien, du moins surtout à l’âge où elle prononce ces dires. Tu abordes tous les points de la personnalité à travers le physique, non c’est vraiment bien je suis agréablement surpris.

Un petit plus pour ta forme divine qui est magnifique. Si tu souhaites la décrire tu peux, mais comme tu proposes une image explicite, ce n’est pas obligatoire. Peut-être éventuellement préciser ce qu’il advient de ton aura ? C’est-à-dire Hannah est-elle entourée de Ténèbres au moment de sa transformation sous forme divine ?

Ta personnalité
:
Même remarque, tout est très bien décris, je n’ai pas grand-chose à redire pour le moment. Si je pouvais seulement appuyer sur un détail, c’est que les défauts d’Hannah ne sont pas assez mis en avant. Je pense qu’ajouter quelques lignes pour bien les matérialiser seraient parfait.

• « Capricieux toi-même ! »
Le fait d’être capricieuse apporte-t-il parfois des problèmes et des embrouilles avec Hannah ? Par exemple, elle est provoquante, elle aime se battre, elle doit souvent avec des problèmes avec les démons et les hommes en particulier.

• « Je panique vite dans le silence et l’inaction et quand je panique, je deviens parfois légèrement violente et impulsive. »

Par moment, ces accès incontrôlables peuvent-ils porter préjudices à ma chère Hannah ? Tu pourrais pas exemple d’une simple ligne rappeler que parfois, Hannah ne réfléchit pas sur le moment, et regrette éventuellement ses actes après coup ? Je me doute bien qu’Hannah ne regrette jamais vraiment ce qu’elle entreprend, mais dans ce cas pourquoi ne pas l’ajouter ? ;)

La présentation sinon est excellente, tu fais rapidement le parallèle entre Hannah et les autres femmes, montrant d’elle une personnalité forte et insoumise.

Ton histoire :
La justification du prénom d’Hannah est excellente, je ne peux que le constater. J’aime beaucoup aussi les deux tableaux relation père/fille et mère/fille, qui contraste bien le personnage et montre son ambivalence.

« Mon père a continué à m’apprendre son métier, l’assassinat. »
Hannah n’a que dix ans, je ne pense pas que son père la laisse seule tuer des personnes. Tu justifies les morts en disant que le père lui répétait que les démons ne meurent pas, ce qui rend plutôt logique ses actes au vu de l’éducation d’Hannah. Cependant, ce serait peut-être bien de préciser qu’au départ, Hannah est accompagnée par son père ou je ne sais qui d’employé et ne fait qu’assister également, avant de commencer par elle-même à tuer pour de vrai :) tu peux d’ailleurs éventuellement profiter de ce passage pour décrire la façon avec laquelle Hannah appréhende le meurtre de ses propres mains (ou du moins via poison).

« Je ne suis pas tout à fait sûre, mais je pense que ma formation et mon « instabilité » faisaient peur pour ma réinsertion après pareil drame. »
Tu expliques un peu le pourquoi de la déchéance, mais c’est assez confus. Ce serait bien que tu étoffes un peu sur les conditions autour, comme par exemple comment les démons l’ont retrouvé. Tu pourrais par exemple expliquer qu’en trouvant l’enfant sur les lieux, ils l’auraient pris pour la vraie meurtrière au début, et hop bannis sans réfléchir. Ou alors tu pourrais expliquer qu’étant seule survivante, les concurrents voyaient d’un mauvais œil la possibilité qu’Hannah puisse reconstruire l’empire bâti par ses parents. Dès lors, un peu d’argent passé sous la table, et la jeune fille est mise au Tribunal. Un petit point sur lequel tu pourrais donc te pencher pour bien parfaire le passage en question ♪

• Pour l’arrivée sur Terre, tu ne décris pas du tout comment Hannah s’adapte au début, et comment elle prend ses marques. Tu n’es pas obligé de faire un roman sur la question, mais juste deux trois petits ajustements pour expliquer qu’au début elle est un peu perdue, mais qu’elle doit s’habituer en volant et magouillant comme elle peut au début, avant de prendre ses marques. Pourquoi pas d’ailleurs agir comme empoisonneuse ? Le passage avec le Tsar est assez humoristique, je ne suis pas contre, cependant comme tu parles de voyages et de hautes sphères, je pense qu’Hannah s’est au moins assurée un peu d’argent pour pouvoir s’amuser, d’où la nécessité de juste par quelques lignes préciser les débuts sur Terre ! Tu parles de comment elle se cachait et magouillait à la fin de ta première partie, c’est donc juste quelques lignes au début de son arrivée à Terre qui sont nécessaires ;)

• Le passage avec le train est très bien, tu justifies bien comment Hannah réussit à prendre le train grâce au notable, je n’ai rien contre.  

• Le passage avec le retour sur Terre pour le groupe de rock est farfelu. Mais pourquoi pas, il faudrait cependant que tu précises deux trois choses : n’oublie pas qu’un an seulement se déroule. Tu parles de mariage, de célébrité fulgurante, mais je pense que tu devrais un peu modérer tes dires, notamment pour une raison simple : tu précises qu’Hannah disparait subitement pour retourner en Enfers, mais si jamais elle retourne sur Terre, les gens pourraient la reconnaitre ! Dans ce cas, tu pourrais préciser que l’histoire se déroule il y a longtemps, et que les gens l’ont oublié avec le temps. Et juste préciser qu’elle n’était pas non plus une icône du métal, sinon sa moindre réapparition causerait de sacrés problèmes sur Terre ah ah.

• Le passage avec le bébé au départ ne me plaisait pas du tout, cependant il correspond bien au personnage au final. Cependant, c'est dommage, car tu passes très vite sur le ressenti d'Hannah concernant la perte de son enfant. Elle reste une mère. Qui plus est, ne s'est-elle pas rendu compte qu'elle était enceinte ? Et Dragon ne l'aurait pas remarqué pendant si longtemps ? Il faudrait que tu penses à ce détail, soit en précisant un déni de grossesse, ou alors en parlant d'avortement au lieu d'un accouchement ? A toi de voir. Quoi qu'il en soit, le passage apporte beaucoup de choses au final, il suffirait de le compléter.

• Ce serait peut-être bien que tu précises un peu plus ce qu’est cette étrange façon dont Hannah agit depuis son retour sur Terre, est-elle plus à cran, moins énervée, moins hyperactive ou plus au contraire ? Juste préciser un peu les changements sur son comportement que produise le voyage sur Terre. Cela serait très bons pour bien justifier la nouvelle vision que la démone possède du monde.


Sinon pour le reste c’est bon pour moi. Tu proposes beaucoup de bonnes idées, j’apprécie beaucoup. Certains passages sont farfelus, mais justifiés et n’entrent pas en contradiction avec le contexte, ce qui ne les empêchent en rien finalement de trouver leur place dans ta fiche. En plus, tu montres leur implication dans l’histoire et la façon dont Hannah en est perturbée (ou presque, se référer à ma dernière remarque plus haut). Quoi qu’il en soit, je suis fier et satisfait de ta fiche, et j’attends avec impatience de lire les modifications que tu proposeras. Je reste à disposition pour toute question, pancake pour toi ♡

____________________________________________________________

Dragon reign over the city
Phaedra - Lucius Annaeus Seneca ✻  Iamque erat in totas sparsurus fulmina terras sed voluit, ne forte sacer tot ab ignibus aether conciperet flammas longusque ardesceret axis esse quoque in fatis reminiscitur, adfore tempus quo mare, quo tellus correptaque regia caeli ardeat et mundi moles obsessa laboret.
avatar
Dragon Souverain
En ligne
Dragon Souverain
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 641
Âmes : 345
Date d'inscription : 10/05/2015
Age : 19

Localisation : Palais des démons
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Hannathème Lormys, la Vipère du Dragon Mar 15 Mai - 16:12

Bonjour/Bonsoir,

Je réponds déjà avec joie à la communauté qui m'accueille, pardonnez de ne pas avoir répondu avant, je voulais répondre à tous en même temps pour m'éviter du flood. ^^
C'est un bonheur de vous rejoindre, et j'espère avoir des occasions rôlistes avec vous, bien que Hannah sera réservée un moment après sa validation Fufufufufu
Alors merci à vous tous Hiii


A nous, Dragón Ouiii
Je te remercie pour le temps pris pour la correction de la fiche et plus encore pour les réponses que tu as dû fournir nombreuses. J'aime te poser des questions ! Mais c'est promis, je conti... je me calme. Je n'ai même pas eu l'impression d'avoir pris un prédéfini, tant je suis en adéquation avec le personnage, tant je le comprends. Hannah est comme je l'imagine, et j'espère comme tu l'imaginais. Nous sommes bien tombés. (sûr que tu ne me regrettes pas, tu as encore l'occasion de prendre une Hannah docile !)

Brefouille, j'ai procédé à l'édit mais pour simplifier les choses, je répondrai à tes remarques ici aussi quand réponse à apporter il y a. Cela te permettra entre autre de bien voir que je les ai prises en compte et pourquoi/comment. Et j'aurais des choses à préciser notamment.

Pour la Reine des Anges, j'avais cru comprendre qu'il y avait une reine "absolue" qui était Abra et qu'Isabel était seulement Reine à Damned Town, je m'en excuse. Notre rivale est bien plus puissante qu'espéré, l'épine dans le pied est conséquente.

Je m'excuse bien bas pour la modification du codage, je ne pensais franchement pas à mal et j'ai remis en état. Je songeais seulement à mettre la fiche aux couleurs des yeux de la demoiselle, rien de plus. Pardon encore ! L'édit pour le physique a aussi été fait.

Mon physique :

L'apparence divine a été rajouté également, j'au eu tort de ne pas en parler du tout, même si l'image était zolie, ça ne fait pas tout.

Ma personnalité :

Avec le parti pris dans la fiche, il est très ardu de faire dire à Hannah d'elle-même "Je suis vraiment une chieuse, je suis faible... " ou que sais-je de but en blanc. Les défauts étaient alors parsemés dans la fiche et sa façon de parler pour mieux comprendre, c'est le pari osé de cette fiche. Je me suis quand même plié à la modif en rajoutant de ci de là quelques nouvelles phrases. Tes deux remarques ont donc été prises en compte.

Mon histoire :

  • « Mon père a continué à m’apprendre son métier, l’assassinat. » J'ai fait trop de sous entendu. En relisant, il pouvait apparaître qu'elle remplissait déjà des contrats seule mais ce n'est absolument pas le cas, les modifs ont été ajouté.

  • « Je ne suis pas tout à fait sûre, mais je pense que ma formation et mon « instabilité » faisaient peur pour ma réinsertion après pareil drame. » Le souci a été traité, il y avait bel et bien un blanc. En voulant faire du moment un choc, rapide et incompréhensible pour elle, le passage devenait de fait confus. Mes excuses.

  • L'arrivée sur Terre a été un peu étoffé. Le passage me parait peu digne d'intérêt mais j'espère que maintenant cela ira mieux ainsi !

  • Je ne lâche rien ! On est passé d'une année à trois déjà. Et j'ai précisé que le groupe n'était pas de renommée internationale ou autre, si ça n'apparaissait pas directement, c'était assez sous-jacent. C'est un des points dont j'attends un retour ^^

  • Le bébé ! Je voulais surprendre, je crois que c'était réussi. Et j'ai mal compris le statut de démon, je les imaginais bien plus sans cœur que ce qui est réellement. Après discussion, je comprends mieux et reprends mon idée originale. Si cela n'apparaît pas bien encore (ce que je doute), Hannah en est réellement torturée. Je ne peux rendre ça plus éloquent que par
    Citation :
    C’était la première fois que j’essayais d’éviter à avoir à ôter une vie, j’étais encore celle que je prétendais être ? C’est la seule noirceur qui occupe mon cœur, la seule pensée qui hante la plupart de mes nuits, la seule opportunité d'être appelée Maman... Mon seul regret.


  • Pour l'attitude étrange, j'ai effectué des modifications, je pense que la chose est plus claire. S'il y a des questions, je ne répondrai pas, je pense les indices assez flagrants à présent. Normalement, ça devrait aller. Sur ce point-ci, crucial, j'attends aussi un retour.


Ce sont sur ces trois derniers points que se forge la Hannah d'aujourd'hui est qui relève d'un potentiel pour RP, alors le retour est important, voire une discussion avec toi. Je ne céderai pas sur tout, Dragón, mais tu dois bien connaître ta Vipère maintenant.

Maintenant, c'est un bon courage à toi que j'adresse car les modifs sont un peu éparpillées aux quatre coins de la fiche... Et de sincères remerciements. Alter Deus Fecit !

____________________________________________________________

avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 4
Âmes : 45
Date d'inscription : 27/02/2018
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Hannathème Lormys, la Vipère du Dragon Sam 19 Mai - 23:34

Et c'est avec un grand plaisir que je viens de relire ta fiche. Je suis très heureux de voir que chacune de mes remarques a été prise en compte à la perfection, et que chaque point qui posait problème a été modifié. Que ce soit pour le point concernant le bébé ou bien le point concernant le voyage sur Terre, tu as ajouté ce qu'il fallait pour justifier chaque passage de ton histoire. C'est donc avec grand plaisir que je pré-valide ta fiche. Pour moi tout est bon, je n'ai rien de plus à redire, ni à pinailler.

Nous allons toi et moi pouvoir passer à la vitesse supérieure désormais. Après la fiche, vient le test concernant le RP. Je vais dès lors poster ici, les petites règles concernant ce RP-test. Ne crains rien, ces règles n'ont pour but que de poser les bases, rien de plus, elles ne sont pas contraignantes. Si la moindre question tracasse ton esprit, tu peux m'envoyer un MP ♪

  • Le RP-test :

Contexte : Hannah rentre d'une longue mission loin du palais. En rentrant, elle découvre que Dragon n'est pas à la maison. Il n'a laissé aucune lettre, ni aucune indication sur son départ. Elle apprend par des interrogatoires qu'il est parti à Damned Town. Déterminée à lui faire payer, elle se dirige donc vers cette ville pour régler ses comptes.

Lieu : Au palais des démons, Dragon sera dans son bureau à l'étage.

Autre
: C'est à toi de commencer le premier post (pour des raisons purement pratiques concernant l'ordre et l'action). Tu as carte blanche, impressionne moi :) Mon objectif est avant tout de voir ce que tu as dans le ventre, et ta capacité à interagir, prendre des initiatives lors d'un RP avec moi. Bon courage, prends le temps pour concevoir ton post. Je te laisse un pancake en guise d'encouragements, tu en auras plus si tu réussis à être validée ~

____________________________________________________________

Dragon reign over the city
Phaedra - Lucius Annaeus Seneca ✻  Iamque erat in totas sparsurus fulmina terras sed voluit, ne forte sacer tot ab ignibus aether conciperet flammas longusque ardesceret axis esse quoque in fatis reminiscitur, adfore tempus quo mare, quo tellus correptaque regia caeli ardeat et mundi moles obsessa laboret.
avatar
Dragon Souverain
En ligne
Dragon Souverain
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 641
Âmes : 345
Date d'inscription : 10/05/2015
Age : 19

Localisation : Palais des démons
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Hannathème Lormys, la Vipère du Dragon

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Hannathème Lormys, la Vipère du Dragon
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Damned Town :: Le personnage :: Présentations-
Sauter vers: