Once upon a time...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
MessageSujet: Once upon a time... Ven 9 Mar - 19:35

Once upon a time...Zora Magnus & Ana. R Malleby

Ana avait passé une énième journée à déballer ses derniers cartons.
Elle avait bien cru ne jamais en venir à bout et pourtant, elle pu, enfin, poser son dernier bocal d’herbe médicinale sur les étagères de son cabinet.

Narcisse était sur le comptoir à déambuler au grès des pas de sa maîtresse et des rayons du soleil qui filtrait dans la pièce par une large fenêtre.

Ana caressa le poil doux de sa nouvelle amie qui se coula entre ses doigts.
Cette petite boule de poil avait dédramatisé son arrivée à Damned Town.
Bien qu'elle ai fini par s’habituer à la solitude, mais cette dernière lui pesait et la présence du chaton lui faisait un bien fou.

Sûrement qu’elle la gâtait un peu trop songea t-elle en regardant la petite sauter sur une bouteille en plastique.
Un liquide bleu s’écoula sur le plan de travail sous les pattes du chaton, étonné d’avoir réussi à renverser son adversaire.

Ana soupira longuement et entreprit de nettoyer la bêtise de son chaton. Cette dernière trouva plus amusant de s’attaquer au torchon. La jeune médecin l’attrapa par la peau du cou et la plaça sur son épaule, histoire de limiter les dégâts. Mais un rien amuse un animal si jeune, ce fut la tresse lâche de l’ange qui se trouva maltraité.

Elle sourit et quitta son laboratoire enfin rangé pour retrouver son salon douillé. Elle avait enfin réussi à s’installer et se sentait bien. Enfin aussi bien que possible.

Ana gratouilla l’oreille de sa boule de poil et la déposa sur un arbre à chat installé dans un coin de la pièce, non loin de sa bibliothèque.
Une bibliothèque bien vide pour la jeune femme qui avait du se résigner à laisser une bonne partie de ses ouvrages au Paradis… Un véritable déchirement, tout comme son déménagement.

En parcourant les couvertures en cuir, la jeune médecin se remémorait d’où chacun d’entre eux venait. Il y en avait en anglais, en chinois, en français,… Presque tous étaient reliés de prés ou de loin à la médecine.

Son déménagement l’avait obligé à lâcher une part de son passé et de ses connaissance, elle n’avait pas eu assez d’argent pour tous faire voyager.
Une fatalité qu’elle pourrait certainement régler avec le temps : faire revenir ses livres ou bien remplir ses étagères avec de nouveaux ouvrages…

De nouveaux livres...En voila une bonne idée !
Ana savait exactement où se rendre pour en trouver et elle était certaine que Zora ne serai pas contre une petite visite de bon voisinage. Et puis finalement, sa librairie était la seule boutique de la ville que l’ange connaissait (avec l’animalerie).

Elle se détacha de sa bibliothèque et attrapa sa veste sur le porte manteau.

Narcisse miaula avec véhémence, et s’agrippa au mat de l’arbre à chat. Sa manière à elle de protester quand quelque chose lui déplaisait. La jeune médecin avait bien compris que sa boule de poil n’aimait pas rester seule ou être ignoré (comme quoi, son nom était bien en adéquation avec son caractère).
Résignée, Ana passa ses doigts sur le dos de son chaton. Elle allait devoir l’emmener avec elle si elle tenait à retrouver son appartement en état convenable. Un petit chat aussi malin pourrait bien retourner les lieux en moins de temps qu’il ne faut pour le dire.

Ana se saisit de sa besace de soin et glissa la petite Narcisse dedans. Ce sac en bandoulière beige, elle le trimbalait avec elle depuis sa plus tendre enfance.
Il était léger, souple et pourvu de nombreuses poches intérieurs. C’était un cadeau de sa mère quand Ana avait commençait à partir chercher ses propres herbes en montagnes.
Il sentait d’ailleurs très fortement les plantes médicinales et la terre. Une odeur que elle même, sous sa forme de chat, appréciée. Il n’était donc pas étonnant de voir sa compagne se lover en milieu d’une pochette en ronronnant.
Elle glissa sa main sur les troues et les égratignures qui maculaient la besace et ferma en partie cette dernière. Ana ne voulait pas asphyxier l’animal, mais elle ne pouvait pas non plus prendre le risque de la voir jaillir hors de son sac et se sauver dans cette grande ville. Jamais elle n’aurait la force de la rattraper ou de la retrouver.

Le soleil dehors vint aveugler un cour instant la jeune femme et le froid hivernal de ce début d'année la saisit au corps.
Ana referma son manteau et sa porte avant de se mettre en route vers le centre ville.

Elle connaissait le chemin maintenant. Enfin celui qui la faisait passer par le parc, mais une ballade ne lui ferait pas le moindre mal.
L’air pur était l’un des meilleurs remèdes contre tous les maux.

L’ange se déplaçait lentement, de peur de secouer Narcisse. Mais le chaton semblait apprécier la balade, elle sautait dans la besace et régulièrement, on pouvait entre-apercevoir un coup de patte déformer le tissus beige.

Elles arrivèrent dans le parc qui avait vu la rencontre entre Ana et Zora, peut être le destin referait bien les choses.
Mais Ana ne croisa que quelques personnes qui l’ignorèrent presque toute : un jeune, casque rivé sur les oreilles ; une jolie blonde perdue dans ses pensées ; un couple noyé dans leur amour ; une famille dont les parents débordés tentaient de calmer les ardeurs de leurs enfants.
Seule la fille de ces derniers dévisagea Ana, sûrement intrigué par les cheveux d’argents de la médecin.
Ana lui sourit gentiment et ne reçu en retour qu’une langue rose tirée avec un sourire moqueur. Les enfants….
L’ange passe sa main sur son ventre, distraitement. Serait-elle ici avec Bai et son enfant….Serait-elle comme cette mère de famille à gronder un petit garçon un peu trop chahuteur ?

Elle secoua sa tête pour chasser ses pensées, rien ne servait de refaire le passé. Rien ne redeviendrait comme avant.
Bai était amnésique et son enfant mort. Elle n’avait rien pu y faire et imaginer une vie hypothétique ne pourrait que la faire souffrir.

Son pas s’accéléra légèrement. Ana essayait de fuir ses démons. Ironique pour une ange n’est ce pas ?

Elle finit par quitter le parc au pas de charge et déboula dans la rue principale du centre ville.
Étant une après-midi plutôt ensoleillé, il y avait beaucoup de monde. Le lèche-vitrine attire toujours les foules.

Ana se glissa parmi ses gens en plein shopping.
Damned Town était définitivement une ville bien étrange, l’on pouvait voir de tous ici. Les hommes et les femmes se succédaient sans se ressembler, les styles et les époques semblaient se mélanger dans cette espace hors du temps sans que cela ne choque personne.
La jeune médecin se demanda à nouveau si elle était réellement sur un champs de bataille...elle avait connu la guerre chez les Hommes, ici elle avait le sentiment de découvrir la paix.

A contre sens dans la foule, elle finit enfin par réussir à atteindre la librairie de Zora. Son sac miaula de mécontentement d’avoir été un peu secoué et elle poussa enfin la porte de la bibliothèque, se retrouvant ainsi plongée dans un monde bien plus calme et plus silencieux que la rue derrière elle.

La porte de la boutique se referma, faisant teinter une clochette pour avertir la propriétaire des lieux qu’un intrus avait pénétré dans ce havre du savoir.

Ana s’avança lentement, intimidé par les lieux. Elle avait les mains crispés sur la bandoulière de son sac et sentait Narcisse s’agiter dans la besace.
Sa voix finit par rompre le silence, enfin si tant est qu’un murmure puisse briser un silence :

« -Bon...Bonjour... »

Elle attendit, tremblante, une réponse. Prête à bondir à tout instant en arrière pour sauver sa peau et la fourrure de son chat.  
© 2981 12289 0
avatar
Ange
Ange
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 25
Âmes : 77
Date d'inscription : 01/07/2017
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Once upon a time... Dim 11 Mar - 4:44



Once upon a time...

Ana R. Malleby & Hélène MagnusNon ! Mais c'est pas vrai ! Dure journée pour la bibliothécaire. Un moment de doute l'a envahi, provoquant une prodigieuse série de hoquets et spasmes en tout genre. Hélène a perdu ses fiches de paie, et tout un carnet relié aux comptes. Son esprit déglingué pense automatiquement à son alter-ego indisciplinée, la pro du bordel administratif. Car oui, son bureau déborde de tout et n'importe quoi. Depuis le passage de Miyabi, elle aura réussi à en trier une petite partie... Mais sans plus. Et tant qu'elle n'aura pas retrouvé sa "trésorerie" personnelle, elle ne se sentira pas bien. Alors elle fouille, farfouille et refouille partout, à plusieurs reprises. Mais c'est pas possible ! Où a t'elle donc planqué ces documents ? Soudain, une illumination. Oui, c'est ça... Hélène sort en trombe de son bureau et se dirige vers les étagères de livres, au fond d'une section scientifique. Elle se souvient, une fois, à avoir caché le tout dans une boite sertie d'un cadenas, car elle recevait une visite impromptue de son propriétaire. La clé est cachée dans un petit pot en terre cuite, sur une table basse pour les lecteurs. Bingo ! Elle la récupère, ouvre la boite et pousse un soupir de soulagement. Idiote...

Elle récupère le tout et court ranger sa propriété dans le tiroir de son bureau en bois. Interdiction d'y toucher jusqu'à nouvel ordre,c'est clair ? Elle se gronde verbalement. A t'elle donc perdu la tête ? Ça se pourrait. Rester cloitrée dans sa propre boite crânienne durant toutes ses semaines aura eu raison d'une poignée de ses neurones. Mais alors qu'elle reprend son classement, elle tombe par hasard sur une feuille pliée en deux. Elle s'en empare, la remet à plat et lit son contenu, ô combien troublant :

Texte:
 

Drôle de texte sur la nature. Et Zora n'a pas une once de poésie ! Difficile de croire qu'elle soit l'instigatrice de ce bout de papier insignifiant. Qu'importe. Elle le replie et le met de côté. Quand tout à coup : « Bon...Bonjour... » Cette voie... Elle la reconnait. Remettant sa tenue en place, elle sort de la pièce et retourne à l'entrée, perplexe. Devant elle se dessine la silhouette de Ana, vêtue d'un long manteau et d'un sac en bandoulière. Et toujours aussi farouche... Le bout de tissu bouge. Qu'a t'elle donc amené ? Hélène respire et s'approche tranquillement de la jeune femme. Il est temps de faire bonne impression.

« Bonjour Ana. Bienvenue dans ma bibliothèque. Je... je suis contente de vous voir. Comment allez-vous ? »

Nul... Zéro, décevant ! Zora ne s'exprime pas comme ça. Elle l’aurait abordée avec plus de désinvolte, défaut que Hélène n'a pas. De toutes manières, il n'est pas question de se faire passer pour elle, mais de lui avouer la vérité sur sa schizophrénie. Sera t'elle en mesure de le comprendre ? Seule l'avenir lui dira. Mais pour l'heure, ce qui se trémousse dans son sac l'obnubile au plus haut point.

HRP:
 
© YOU_COMPLETE_MESS
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Once upon a time... Ven 16 Mar - 11:07

Onece upon a time...Zora Magnus & Ana. R Malleby

La jeune médecin se trouvait toujours dans la pièce silencieuse. Elle se demanda un court instant si elle était au bonne endroit, ou bien n’étais-ce simplement pas le bon moment ?
Mais Zora fini par apparaître dans son champs de vision, égale à elle même avec ses cheveux bleu coupées cours.

« - Bonjour Ana. Bienvenue dans ma bibliothèque. Je...je suis contente de vous voir. Comment allez-vous ? »

Ana tilta immédiatement. Ce n’étais pas Zora. C’était quelqu’un d’autre. Une sœur jumelle ? Non, sinon elle ne l’aurait pas reconnu. Elle était certaine d’avoir déjà vu cela quelques parts. Toutes ces alarmes de médecins venait de se mettre en marche, sa curiosité piqué à vif. L’ange était certaine d’avoir connu cela sur terre, l’avoir étudié et vu de ces propres yeux, mais le mots ne lui revenait pas.

« - C’est plutôt à moi de vous poser la question. »

Sa voie avait perdue son côté intimidé, c’était la chirurgienne de guerre qui parlait, pas l’ange fraîchement arrivée sur le champs de bataille. Elle réalisa soudainement qu’elle s’était mis sur la défensive, son corps tendu vers l’arrière, prêt à déguerpir au moindre signe de danger. C’est à ce moment là que Narcisse décida de faire son show ou bien avait elle trouvé le sac trop petit.

La boule de poil s’extirpa du sac en bandoulière en miaulant et sauta au pied de sa maîtresse. Sa petite tête scruta la bibliothèque qui s’étendait devant elle et même avant que sa propriétaire ne puisse dire « flûte », elle avait disparu dans les rayonnages.
Ana tenta maladroitement d’attraper son animal, mais la coquine lui fila entre les doigts en galopant sur le parquet ancien.
La jeune femme se mit à bredouiller :

« -Je...je suis tellement désolé...elle ne devait pas...enfin j’avais imaginé que…. »

Des phrases qui resteraient sûrement en suspens dans le vide tant Ana était mal à l’aise. La jeune femme avait perdu tout ces moyens et tentait désespérément d’appeler sa compagne disparu entre les rayonnages.

Ana se redressa, mal à l’aise et s’excusa à nouveau au prés de Zora ou qui que ce soit. Elle n’aurait jamais du céder au caprice de son animal, cela lui aurait éviter ce moment très gênant et d’importuner sa seule connaissance dans cette ville.

Elle referma sa sacoche et serra fermement son écharpe dans ces petites mains pâles.

« -Pardonner ma maladresse, si jamais cela est un problème pour vous je vais récupérer Narcisse et nous vous laisserons en paix. »

Elle parlait à voix basses, les yeux baissés vers ses pieds, attendant une réponse de la bibliothécaire. Elle était mal à l’aise à cause de la bêtise de son animal, mais aussi à cause du doute qui planait sur l’identité de son interlocutrice. En même temps, la curiosité du médecin la poussait à vouloir découvrir qui était cette Zora qui n’était pas Zora.  
© 2981 12289 0
avatar
Ange
Ange
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 25
Âmes : 77
Date d'inscription : 01/07/2017
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Once upon a time... Sam 17 Mar - 22:10



Once upon a time...

Ana R. Malleby & Hélène MagnusAna n'est pas dupe. Elle l'a senti tout de suite qu'elle ne s'adressait pas à la même personne. Rien à voir avec cette petite garce allongée dans un parc qui lui avait craché son venin au visage avant de se remettre quelque peu en question ! Mais comment va t'elle le prendre ?

« C’est plutôt à moi de vous poser la question. » Ana se fige, son chaton en profite et s'échappe. « Je... je suis tellement désolé... elle ne devait pas... enfin j’avais imaginé que… »

Hélène ne répond pas, surprise par la situation. En une fraction de seconde, la jeune femme sera passée de la défensive à la honte. Elle ne peut pas lui en vouloir et quand elle apprendra ce qui se trame vraiment, elle voudra très certainement quitter la bibliothèque en courant. Non, ce qui intriguait la bleutée lui redonne le sourire. Son petit chaton, qui ne devait plus en pouvoir de rester enfermé dans son sac, s'est enfui de sa prison et vagabonde librement, quelque part entre les longes rangées de livres. Elle le scrute du coin de l’œil, ravie. Quel est son nom déjà ? Ana referme sa sacoche et baisse le regard sur ses chaussures, ne sachant que faire.

« Pardonner ma maladresse, si jamais cela est un problème pour vous je vais récupérer Narcisse et nous vous laisserons en paix. »

« Mais non ! Il n'y a pas de mal, vraiment. Laissez votre petit chaton se balader, il n'y a personne aujourd'hui. Je vais refermer la porte, au cas où. »

Hélène sourit naturellement, étirant ses bras au dessus de sa tête. Une pause ne lui fera pas de mal. Et l'arrivée de Ana tombe à point nommé. Au même titre que Miyabi, elle doit savoir ce qui se passe. La laisser dans l'ignorance est mal. Mais avant :

« J'allais préparer du thé dans mon bureau. Ça vous dirait ? C'est encore le bazar, suite à certains évènements imprévus, mais on pourra s'asseoir. »

Elle contourne la jeune femme, encore en proie au doute, et ferme l'entrée de son lieu de culture à clef. Inutile d'être dérangé. Attendant un retour de son invitée, elle repère Narcisse devant l'étagère des polars et s'approche à pas de loup, l'air malicieux, dans l'espoir de l'attraper.
© YOU_COMPLETE_MESS
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Once upon a time... Lun 19 Mar - 14:38

Once upon a time...Zora Magnus & Ana. R Malleby


Zora pas Zora tenta de rassurer son interlocutrice, toujours aussi mal à l’aise à cause des bourdes de son chaton.
Mais elle ne semblait pas du tout gênée, au contraire, la situation l’amusait plus qu’autre chose, tandis que Ana aurait souhaité se transformer en une toute petite souris pour disparaître. Quoi que après réflexion, elle risquerai de se faire croquer par Narcisse.

En entendant quelques cervicales craquer, l’ange releva la tête vers la bibliothécaire, au bruit de son dos elle avait du passer pas mal d’heure avachie. Un grand frisson la parcouru des pieds à la tête sachant parfaitement les effets ravageurs d’un tel acte sur le squelette humain.

« J'allais préparer du thé dans mon bureau. Ça vous dirait ? C'est encore le bazar, suite à certains événements imprévus, mais on pourra s'asseoir. »

Ana n’osant plus répondre sourit poliment et fit signe à la bleuté qu’elle la suivait dans son domaine.
Bien qu’elle n’aime pas le thé, elle était curieuse d’en apprendre plus sur la jeune femme face à elle. Mais elle se trouva un moment dépourvu quand la bleuté la contourna pour se rendre vers la porte. Etait-ce une mauvaise blague pour la mettre dehors cette histoire de thé ?
Zora alla refermer la porte de la boutique, histoire de contenir les bêtises de  Narcisses dans la boutique. Ana se détendit légèrement : elle ne risquait apparemment  rien de la jeune femme et sa chatte était plus ou moins sous contrôle.

Sa voix ne tremblait plus du tout, elle était sereine bien que encore un peu intimidé :

« -Je vous suit. »

La jeune médecin vit son interlocutrice s’approcher d’une petite boule de poil, qui avait fait son apparition entre deux allées de livres, un sourire mutin sur les lèvres. Aussi silencieusement que possible, Ana vit la femme s’approcher, en glissant sur le parquet, de Narcisse, qui intrigué par les odeurs régnants dans le lieux, scrutaient les étagères devant elle, ne regardait toujours pas derrière elle.
Elle était absolument adorable avec sa petite queue qui glissait sur le sol à un rythme irrégulier, preuve de son excitation et son petit museau tendu vers l’avant comme pour capter un peu plus de saveur.

La main de Zora vint l’effleurer et la petite chatte fit un bon de plusieurs centimètres avant de détaler sur plusieurs mètres.
Ana éclata de rire. Pour une fois que son intrépide Narcisse c’était fait avoir… Mais ce ne fut que de courte durée, après sa petite course effrayé, elle s’arrêta à l’angle d’une bibliothèque et se retourna pour voir son agresseur.
On aurait presque pu lire dans ses yeux une certaine fierté, à présent blessé.
Elle revint beaucoup plus lentement vers Zora, la queue dressé, les poils hérissés et les membres tendus près à aller se cacher aussi loin que possible.
Narcisse vint renifler Zora sous le regard presque attendrie de sa propriétaire. Puis bien vite, se détourna d’elle pour aller poursuivre son inspection de la bibliothèque.

Ana reporta son regard sur la propriétaire des lieux. Il y avait quelque chose de changer en elle… La Zora qu’elle avait rencontré au parc l’autre jour était beaucoup plus...beaucoup plus agressive, acerbe, mordante. Là, il y avait de la douceur, de la gentillesse et peut-être même un peu de maladresse. Pourtant les deux se ressemblait comme deux gouttes d’eaux et même des jumelles n’atteindrais pas ce degrés de perfection en matière de ressemblance. Non. La médecin avait de plus en plus l’impression d’avoir à faire à une seule et même personne...Mais elle ne savait pas comment qualifier cela.
Après tout, Damned Town n’est pas la Terre, la magie complique bien souvent les choses… Et elle ne pouvait pas vraiment déterminer la nature de son interlocutrice.

© 2981 12289 0
avatar
Ange
Ange
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 25
Âmes : 77
Date d'inscription : 01/07/2017
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Once upon a time... Jeu 22 Mar - 19:11



Once upon a time...

Ana R. Malleby & Hélène Magnus« Je vous suit. » Fort bien. Hélène tente cependant de surprendre ce petit chaton fouineur, ne remarquant pas sa présence derrière lui. tendant le bras vers son poil, ses doigts viennent effleurer le haut de son dos, provoquant un sursaut incontrôlé. La petite boule de poil s'extirpa de là à une vitesse fulgurante puis, laissant passer la surprise, revient vers la bleutée, sur ses gardes. Elle lui accorde à peine deux secondes d'attention, reniflant sa main tendue vers son museau. Mais pas plus. La petite aventurière préfère de loin se promener dans les rangées de livres. Les jeunes femmes en rient joyeusement. À la réflexion, Neptune pourrait venir ici pour se dégourdir les pattes et explorer de nouveaux horizons ? Hum, à voir. Revenant à Ana, Hélène lui fait signe de la suivre dans son bureau, et lui met une chaise à sa disposition.

« Asseyez-vous, je vous en prie. Et faites comme chez vous ! Nous ne seront pas dérangées par quelconque étranger. Je vais faire du thé. Vous en voulez ? Ou préféreriez-vous un chocolat ? »

La bibliothécaire laisse son invitée prendre place et s’affaire à la tâche en silence. Son thé à la cerise est toujours le bienvenu dans sa cuisine improvisée. Le temps de faire chauffer la bouilloire et de préparer deux tasses. Ana aura libre choix de se servir en théine ou en cacao, selon ses envies. Attendant sagement que ça chauffe, elle retourne à la table et s'assoit à côté de la demoiselle. Elle n'est vraiment pas idiote à ce point. Elle risque de lui demander de but en blanc si la bleutée ne fait rien.

« Je vais vous enlever le doute de suite. Non... Je ne suis pas Zora. Elle n'est plus là. Enfin si elle est là, mais quelque part enfouie dans mon esprit, réduite au silence. Je m'appelle Hélène ! Et au risque de vous faire halluciner, je suis la détentrice officielle de ce corps. Si je puis le dire ainsi. »

Clair, net, précis. Hélène n'ose regarder le faciès de Ana, ne sachant que penser si elle devait arborer la surprise ou même le dégoût. Ses yeux suivent inlassablement les rainures de la table en bois, essayant de ne pas perdre ses moyens.

« Je suis navrée de vous annoncer ça sans pincettes, mais je ne peux plus me permettre de le cacher. J'espère ne pas vous offenser, et encore moins vous faire peur. Je suis un ange à côté d'elle ! »
© YOU_COMPLETE_MESS
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Once upon a time... Ven 23 Mar - 10:18

Once upon a time...Zora Magnus & Ana. R Malleby


Ana se retrouva dans un petit bureau sans dessus-dessous. Des papiers jonchaient une petite table ou plutôt un bureau en bois. Son hôte lui proposa une chaise et un chocolat, au plus grand bonheur de Ana qui se voyait mal boire une infusion de feuille de thé aromatisé. Etrange pour une médecin qui prône l’homéopathie et la médecine naturel.
L’ange regarda la bibliothécaire s’affairer pour préparer les boissons chaudes, une légère nervosité se lisait sur son visage et dans chacun de ses gestes. Cela aurait pu passer pour quelque chose d’anodin mais pas pour la docteur chevronnée qu’elle était, pas après avoir vu l’étrange comportement de la jeune femme.                

Ana passa en mode médecin, remettant les pièces du puzzle dont elle disposait sur sa table mental en espérant y faire apparaître une image qui serait la réponse à ses interrogations.
Il y a quelques jours, elle avait rencontré Zora, une jeune femme acerbe et cassante, mais qui pourtant avait cherché à l’aider. Il se dégageait d’elle, une grande force de caractère. Et là, cette même Zora, émanait quelque chose de complètement différent : une plus grande douceur et une peur qu’elle n’avait pas senti la première fois.  C’était si troublant que Ana pouvait presque voir un changement dans le faciès de son hôte.
La théière sur le feu, « Zora » revint s’asseoir face à Ana. Toujours aussi...anxieuse (enfin le terme est sûrement un peu fort…), elle lança un regard à l’ange avant de déballer de but en blanc :

« - Je vais vous enlever le doute de suite. Non... Je ne suis pas Zora. Elle n'est plus là. Enfin si elle est là, mais quelque part enfouie dans mon esprit, réduite au silence. Je m'appelle Hélène ! Et au risque de vous faire halluciner, je suis la détentrice officielle de ce corps. Si je puis le dire ainsi. »

Bingo, elle avait vu juste avec la bipolarité. Ana resta stoïque un moment, cogitant sur ce qu’elle venait d’apprendre un peu brutalement. Elle avait déjà été confronté à ce genre de cas : une bipolarité assez extrême car les deux sont conscientes de l’état et partage leurs temps de vie. Souvent, elles tentent de se confondre pour duper leurs monde, mais les risques de crises sont encore plus élevés.
L’ange avait peur de la femme en face d’elle. La médecin elle, était fascinée.
Elle garda le silence encore quelques secondes, le temps de laisser Hélène-Zora s’expliquer. Mais aucune explication ne vint. Ana voyait le malaise de la femme devant elle, comme si elle était honteuse d’être malade et d’en être consciente. C’était du jamais vu.

« Je suis navrée de vous annoncer ça sans pincettes, mais je ne peux plus me permettre de le cacher. J'espère ne pas vous offenser, et encore moins vous faire peur. Je suis un ange à côté d'elle ! »

Un rire manqua de lui échapper. C’était le médecin qui s’excusait de cette manière généralement, pas le malade.
La jeune femme aux cheveux d’argents chercha un instant les mots exact. Elle savait parfaitement que l’énergie qu’elle dégageait n’était plus la même car le médecin avait pris le pas sur tout le reste.
« - Vous n’avez pas à vous excuser. »
Elle sourit et releva la tête vers la bleuté, son regard la scrutant pour y déceler les émotions.

« - Je suis ravis de vous rencontrer Hélène. Je m’appelle Ana, mais ça vous le savez déjà. Ce que vous ne savez peut être pas, ou peut-être que si, je suis médecin. »


Les choses étaient dites. Ana espérait que cela aiderait la jeune femme devant elle à se détendre et à se confier sur sa maladie.

« - Vous souffrez de bipolarité ? Je n’avais encore jamais vu de cas où les deux personnalité étaient consciente de l’existence de l’autre. Mais je suis bien contente que vous soyez la proprio des lieux. En fait, cela m’étonnait d’apprendre que Zora était bibliothécaire, je l’imaginez mal dans le calme que nécessite ce genre de lieu. Je comprend mieux les choses à présent. »

Ana sourit gentiment à la bleuté. Le médecin était fière de lui, l’ange compatissait avec son « ami », enfin elle espérait s’être fait un amie.
Mais un doute subsistait. Ana le savait bien, les personnes atteintes de maladie mental pouvait rapidement devenir paranoïaque. Peut-être qu’Hélène verrait-elle la jeune femme comme une personne envoyait vers elle pour la forcer à prendre un traitement ou l’enfermer. Elle se rappelait d’une anecdote qui lui avait voulu quelques côtes cassés : un patient, venu pour des mots de tête, l’avait agressé quand elle lui avait prescrit des calmants. Il s’était révélé par la suite, que ce dernier était atteint de schizophrénie grave et qu’il avait perçu les calmants comme un risque pour ses « amis imaginaires ». Depuis, elle avait appris à se méfier.

« - Je vous rassure tout de suite. Je ne suis pas ici en tant que soignant. Mais si vous cherchez de l’aide avec Zora, vous pouvez passer chez moi quand bon vous semble. »

Ana espérait avoir dissiper tout doute. Elle était ici parce qu’elle appréciait la femme devant elle, rien de plus, et elle ne voulait pas être perçu comme un danger par Hélène.
L’ange se détendit sur sa chaise et attendit patiemment la réponse de son hôte. Elle avait le sentiment de ne plus rien risquer. Hélène semblait tellement plus calme que Zora. C’était presque drôle de savoir que les deux femmes ne faisaient qu’une seule et même personne.  

© 2981 12289 0
avatar
Ange
Ange
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 25
Âmes : 77
Date d'inscription : 01/07/2017
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Once upon a time... Ven 23 Mar - 16:59



Once upon a time...

Ana R. Malleby & Hélène Magnus« Vous n’avez pas à vous excuser. » Ana ne sent pas le besoin de se protéger de cette schizophrène ambulante. Peut-être a t'elle jugé Hélène saine d'esprit ? Plutôt qu'une potentielle menace ? Elle lui sourit, sereine. Zora n'était pas parvenue à ce tel privilège.

« Je suis ravis de vous rencontrer Hélène. Je m’appelle Ana, mais ça vous le savez déjà. Ce que vous ne savez peut être pas, ou peut-être que si, je suis médecin. »

La demoiselle est médecin ? Voilà qui explique certaines choses. Comme son entrée en matière dans ce parc par exemple, où la bleutée soupçonnait une potentielle aide émaner de cette dernière. Et le fait qu'elle ne panique pas face à ce cas de figure inhabituel pour le commun des mortels. Hélène relève le nez et observe Ana.

« Vous souffrez de bipolarité ? Je n’avais encore jamais vu de cas où les deux personnalité étaient consciente de l’existence de l’autre. Mais je suis bien contente que vous soyez la proprio des lieux. En fait, cela m’étonnait d’apprendre que Zora était bibliothécaire, je l’imaginez mal dans le calme que nécessite ce genre de lieu. Je comprend mieux les choses à présent. »

Hélène manque de s'étouffer de rires. Zora déteste cet endroit ! Au plus haut point. Mais sans en comprendre le motif, elle aura pris la décision de faire un grand ménage de printemps, pensant certainement devoir rester là un bon bout de temps. Mais la roue a tourné belle garce... Et au moins, la bleutée peut d'ors et déjà voir en Ana une alliée solide. Et médecin de surcroit ! Peut-être pourra t'elle l'aider en temps voulu ?

« Je vous rassure tout de suite. Je ne suis pas ici en tant que soignant. Mais si vous cherchez de l’aide avec Zora, vous pouvez passer chez moi quand bon vous semble. »

Le doute est levé. La bibliothécaire sent la pression s'échapper de son corps comme un ballon qui se dégonfle. Elle soupire et sourit à Ana, entendant la bouilloire siffler. Alors elle se lève tranquillement et prépare les boissons chaudes. Pourtant, la jeune femme conserve une certaine aversion pour la profession médicale. Son psy de l'époque doit en être la cause d'ailleurs... Cet incapable n'a jamais su faire son travail ! Et s'il avait su la présence de l'autre nuisible, il s'y serait pris autrement, enfin elle l'espère. Les tasses prêtes, Hélène retourne s'asseoir et offre le chocolat chaud à la femme médecin. Il est grand temps de lui expliquer ses plans.

« J'apprécie votre honnêteté Ana. Il est vrai que les gens comme moi sont mal vus... Je n'ai que peu d'amis ici. J'espère pouvoir vous compter parmi eux. Sincèrement... »

La bleutée boit une grosse gorgée de son thé à la cerise. Avalon restera sa seule et unique meilleure amie, personne ne pourra la détrôner de cette place si chère à son cœur. Mais rien ne l'empêche de côtoyer d'autres gens. Elle a perdu Flora déjà, et Miyabi n'était que de passage... Ça ne suffit en rien. Peu importe, là n'est pas le sujet.

« Mon cas est un peu particulier. Je ne savais pas l'existence de Zora avant de me retrouver ici, dans cette ville. Elle sortait de sa torpeur quand je dormais la nuit. Et il y a peu, elle a pris ma place sans me demander mon avis. Nous sommes incapables de nous entendre elle et moi. »

Non, Hélène ne savait strictement rien, trop absorbée par son besoin de survie dans cette Londres hostile. C'est trop tard de toutes façons ! Elle ne cessera de se le rappeler. Il n'y a que deux solutions : apprendre à vivre avec elle... ou la faire taire pour de bon. Inutile de se concentrer sur le premier choix. C'est une impasse.

« Je serai brève. Elle cherche à se débarrasser de moi. Elle veut pouvoir vivre en tant qu'humain unique. Mais elle ne se rend pas compte de la complexité et... si je meurs, elle y passera aussi... Je me trompe ? »
© YOU_COMPLETE_MESS
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Once upon a time... Jeu 29 Mar - 12:13

Once upon a time...Zora Magnus & Ana. R Malleby


Ana avait senti le malaise d’Hélène.
Certainement une rancœur envers le corps médicale qu’elle pouvait parfaitement comprendre. La difficulté dans ce métier ce n’est pas le diagnostique ou le soin, c’est de garder une relation de confiance avec le patient malgré tout.

L’ange quitta son rôle de médecin pour revenir à la nouvelle à Damned Town pendant que la bleuté partait chercher les boissons chaude. Au grand bonheur de Ana, elle lui offrit un chocolat chaud, une boisson autrement plus à son goût que le thé, bien que déconseiller pour la santé.
Elle sentait parfaitement que Hélène avait envie de parler, cette femme aimait mettre les choses au clair, garder après d’elle ceux qui accepterai sa maladie. L’argenté comprenait parfaitement, alors elle garda le silence, les mains jointes autours de la tasse chaude.

Un ange passa entre les deux femmes (pardonné moi l’expression), et la bibliothécaire rompis le silence :

« J'apprécie votre honnêteté Ana. Il est vrai que les gens comme moi sont mal vus... Je n'ai que peu d'amis ici. J'espère pouvoir vous compter parmi eux. Sincèrement... »

Aussi banale que cela puisse paraître. Ces quelques mots firent un bien fou à Ana. Elle avait une amie ? Vraiment ?  

Depuis la mort de Bai, jamais elle n’avait refais de lien avec qui que ce soit. Par peur de perdre à nouveau son bonheur. Une erreur et elle le savait mais c’était tellement dur pour elle.
L’émotion lui noua la gorge, peut-être était-elle trop sensible. Certainement, mais elle avait la nette impression qu’elle pourrait reconstruire sa vie et son cœur ici.

Un nouveau silence s’installa entre les deux femmes. Ana avait les yeux baissés dans sa tasse, car dans son ventre, remué les vieux souvenirs d’une vie heureuse.
Hélène prit une longue gorgée de sa boissons. Était-elle gênée ? Peut-être regrettait-elle ce qu’elle venait de dire à la jeune femme ?
Elle brisa à nouveau le silence pour s’expliquer sur Zora.

« Mon cas est un peu particulier. Je ne savais pas l'existence de Zora avant de me retrouver ici, dans cette ville. Elle sortait de sa torpeur quand je dormais la nuit. Et il y a peu, elle a pris ma place sans me demander mon avis. Nous sommes incapables de nous entendre elle et moi. »

C’était en effet assez particulier. Inédit peut-être pas, il semblait à Ana avoir déjà entendu des histoires semblable, un peu comme des somnambules menant une double vie.
Mais souvent les personnes atteintes de ce genre de trouble se rendait compte à un moment en se réveillant dans des endroits improbables, grâce à des relevés de cartes bancaires ou encore en ayant des messages ou des visites de personnes semblant les connaître mais dont le cerveau de l’éveillé ne se rappelle pas.
A moins que la seconde partis du malade soit elle même consciente et sache masquer son existence en vivant comme son « hôte ». Mais elle voyait mal Zora se comportait aussi gentiment et calmement que Hélène. Il aurait donc était étonnant qu’elle ne se rende compte de rien.
Ana mis cette question dans un coin de sa tête pour plus tard. Elle voulait d’abord laisser parler sa nouvelle amie.

« Je serai brève. Elle cherche à se débarrasser de moi. Elle veut pouvoir vivre en tant qu'humain unique. Mais elle ne se rend pas compte de la complexité et... si je meurs, elle y passera aussi... Je me trompe ? »

Zora voulait vivre pour elle et pas par Hélène. Une revendication normal car elle semblait très intelligente. Mais au vu de son comportement… Ana avait du mal à voir en quoi elle pouvait chercher à détruire Hélène...Elle semblait plus exaspéré par la gentillesse de cette dernière et voulait la protéger dans un monde dure.
Elle était convaincu que la cohabitation était possible si le dialogue s’installait. Une chose certe matériellement compliqué, mais pas impossible.
Néanmoins, Hélène avait raison, elle était la propriétaire du corps et donc la première personnalité. Sauf que à ce stade, Zora avait prit une part importante dans la vie de Hélène et sa mort serait probablement destructrice pour elle.

Elle ne voulait pas vivre l’une sans l’autre, mais ne pouvait pas vivre sans l’autre.

Ana reprit une gorgée de chocolat et répondit à la question en premier lieu. Il fallait dissiper les doutes.
Elle prit un ton calme et serein :

« - En effet, si vous veniez à mourir, Zora subirait le même sort étant donné que le seul moyen de vous tuer serait de détruire le corps que vous partagez. Mais c’est bien plus compliqué que cela... »

Elle s’arrêta un instant pour chercher ses mots, des mots simples en évitant les termes médicaux.

« - A ce stade, vous ne partagez pas seulement un corps. Vous partagez toute votre vie. La difficulté réside là. La destruction de Zora ou la vôtre vous détruirez. Ce n’est pas forcément la mort, mais dans le cas où cela arriverai...elle serait encore préférable... »

Oui, la destruction mentale serait elle qu’il vaudrait mieux mourir que de vivre dans cet état. Si tant est que l’on puisse appeler ça vivre. La personne qui subirait de tel dommages psychologiques ne serai plus en mesure de se rappeler ne serai ce que son nom. Elle y aurait perdu son identité et donc son existence.

Ana repris une gorgée de chocolat chaud, pensive.

« - De plus, je suis certaine que Zora ne cherche pas votre destruction...Généralement, les personnes atteintes de troubles bipolaires avec une identité voulant les tuer n’ont pas ce genre de comportement.
Zora cherche à garder une certaine linéarité dans votre vie de ce que j’ai vu. Oh vous êtes différentes certes, mais elles tentent de se comporter comme vous… »


La médecin plongea son regard dans celui de Hélène, scrutant sa réaction.

© 2981 12289 0
avatar
Ange
Ange
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 25
Âmes : 77
Date d'inscription : 01/07/2017
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Once upon a time... Dim 1 Avr - 4:56



Once upon a time...

Ana R. Malleby & Hélène MagnusAna prend le temps de réfléchir un instant à la question, buvant une gorgée de son chocolat chaud. Ses talents de médecin devraient lui être utile, enfin elle l'espère. Et puis, selon ce qu'elle aura à lui apprendre, elle pourra en tenir deux mots à Avalon, et surtout à Ivy.

« En effet, si vous veniez à mourir, Zora subirait le même sort étant donné que le seul moyen de vous tuer serait de détruire le corps que vous partagez. Mais c’est bien plus compliqué que cela... »

Voilà. Elle en a la confirmation. Même si Ivy lui avait donné son point de vue au préalable, il vaut mieux prendre en compte le diagnostic de Ana, bien plus calée en la matière. Hélène s'empare de sa tasse et la fait tourner lentement entre ses mains, histoire de se réchauffer un peu, attendant de comprendre la complexité de son cas.

« A ce stade, vous ne partagez pas seulement un corps. Vous partagez toute votre vie. La difficulté réside là. La destruction de Zora ou la vôtre vous détruirez. Ce n’est pas forcément la mort, mais dans le cas où cela arriverai... elle serait encore préférable... »

La mort. Un mot si cruel. Si Ana ne fait pas référence à la mort physique, de quoi s'agit-il donc ? D'un simple coma ? D'une perte de contrôle à vie ? Ou alors elle deviendrait folle, pour de bon, comme l'envie lui prend depuis qu'elle sait qui elle héberge dans son corps depuis toutes ces années... Supers révélations docteure. Hélène avale un peu de thé et soupire, frottant ses yeux de ses doigts fins.

« De plus, je suis certaine que Zora ne cherche pas votre destruction... Généralement, les personnes atteintes de troubles bipolaires avec une identité voulant les tuer n’ont pas ce genre de comportement. Zora cherche à garder une certaine linéarité dans votre vie de ce que j’ai vu. Oh vous êtes différentes certes, mais elles tentent de se comporter comme vous… »

La bibliothécaire manque de s'étouffer. Zora... Essayer de devenir comme elle, et éviter la fatalité ? Impossible. Ça se voit que Ana ignore tout de cette peste insoutenable. L'avoir croisée dans ce parc lui aura donnée une fausse idée de ses valeurs. Hélène se doit de remettre les choses dans leurs contextes originaux. Elle pose sa tasse loin de sa fureur et dévisage presque la médecin de ses iris bleus.

« Ana... Zora se fiche bien de savoir ce que je suis et ce que je veux. Elle ne tient pas à me garder en vie, attachée à une laisse. Ma meilleure amie en a fait les frais. Cette garce a bien failli la tuer de ses mains ! »

La bleutée se souvient de ce jour terrible où elle avait dû forcer sur son mental pour la stopper in extremis. Mais Zora était plus forte, et l'avait repoussée au fin fond des limbes de son esprit. Heureusement, Avalon avait eu le temps de filer, mais les séquelles de cette bataille psychologique sont toujours là, à vif et sur le point de saigner. La jeune femme peine à garder son calme.

« Zora ne peut pas rester. Elle ne doit plus se manifester. S'il est question de l'absorber ou de l'éradiquer qu'une quelconque manière, je suis prête à courir le risque. Mais s'il vous plaît, ne m'obligez pas à discuter avec elle. »

Non, plus jamais. De toutes manière, même si la médecin parvenait à la soudoyer, l'usurpatrice n'y entendrait rien. La prochaine fois qu'elle se manifestera, elle sera libre de sa chute passée et tentera de l'étouffer dans son sommeil, si ce n'est pire. Soufflant à nouveau, la bibliothécaire reprend sa tasse et la refait tourner dans sa paume de main, anxieuse.

« Je l'ai fait... J'ai tenté le dialogue avec elle, à de maintes reprises, alors qu'elle se faisait passer pour moi en ville. Pour elle, je ne suis d'aucune utilité. Vous comprenez ? »
© YOU_COMPLETE_MESS
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Once upon a time... Lun 9 Avr - 14:20

Once upon a time...Zora Magnus & Ana. R Malleby


Ana prit un moment pour réfléchir. Et si d’apparence elle était très calme, dans son crâne c’était l’ébullition.
Il lui fallait une solution et rapidement.

Elle ne connaissait pas bien Zora c’est vrai et elle ne pouvait que croire ce que lui disait Hélène. De plus l’émotion de la jeune femme touchait Ana et lui donner envie de la croire. La bibliothécaire était sincère et semblait presque avoir peur de Zora.

La médecin faisait une liste intérieur de ce qui pouvait marcher pour aider sa nouvelle amie, elle lui devait bien ça. Mais elle ne pouvait pas les dissocier, le dialogue semblait avoir échoué et Ana détestait les traitements lourds (tout comme Hélène apparemment).
Mais….elle avait peut être une solution temporaire pour la jeune femme.

Ses yeux se mirent à pétiller d’excitation. Ana ne connaissait aucune sensation plus douce que celle de pouvoir proposer des solutions et une aide au personne en détresse. Bien qu’elle ne s’imagine absolument pas monter sur un grand destrier en se recouvrant de plaque de métal, elle aimait l’idée d’être un genre de chevalière au service de la santé de chacun.

La jeune femme au cheveu d’argent cessa de faire tournicoter sa tasse et posa son regard clair sur son amie aux cheveux bleus.
Avec un demi-sourire, elle brisa le silence :

« - J’ai peut-être une solution »

Elle posa sa sacoche en toile sur ses genoux et l’ouvrit en en libérant les odeurs âcres des plantes et des décoctions qu’elle trimbalait (en dehors de la petite boule de poil d’Ana).  Elle avait toujours certaines choses essentielles sur elle : de quoi réaliser des soins d’urgence en toute circonstance. Un résidu de sa vie de médecin de guerre certainement.

Ana farfouilla un instant parmi les bocaux qui se cognait dans sa besace à chaque passage de la petite main frêle et agile.
La jeune femme finit par trouver ce qu’elle voulait. C’était un petit pot en argile qui semblait avoir été fait à la vas-vite et c’était le cas. Elle l’avait façonné il y a longtemps, alors qu’elle n’était qu’une petite fit pour conserver ses crèmes et poudres aux secs.

En reposant sa besace au sol, elle le fit glisser devant elle et souleva le couvercle en liège. Une odeur âcre la prit au nez et la fit tousser un bref instant.
La pâte avait une couleur verdâtre tout comme la plante dont elle était issus. Ce n’était qu’un mélange d’herbe et de graisse mais un mélange bien efficace.

« - C’est une base de Ginko Biloba . Une plante que l’on peut utilisé pour atténuer les symptômes de la bipolarité en jouant sur l’afflux de sang au cerveau.  »


Elle glissa un regard vers la bleuté, espérant qu’elle accepterai son aide.

« - Mélangée à de la graisse végétale, elle permet d’être appliqué sur le corps de la personne à traiter, mais aussi de l’ingérer dans des plats du quotidien. »


Elle marqua une pause de quelques secondes et tendit le pot à sa patiente surprise.

« - Ce n’est peut-être pas grand-chose, mais cela devrait vous permettre de garder, au moins, un peu de contrôle sur Zora la journée ainsi que la nuit.
Mais je pourrais peut-être vous en faire un véritable remède…. »


Ana avait beau avoir l’habitude de distribuer des remède, elle savait que bien souvent, ces derniers étaient refusés parce qu’ils étaient à base de plante inconnue pour la plupart des gens. Et elle tenait vraiment à aider Hélène, ne serai ce que pour respecter le serment fait de nombreuses années auparavant.

« - Il y a de nombreuses autres plantes pouvant jouer sur votre capacité de contrôle, mais pour cela, il me faudrait faire des test, des analyses,…. »

La jeune femme le savait, elle devait convaincre son patient, mais là, elle n’était pas dans son cabinet : elle n’était pas le médecin ici, elle était juste Ana.

© 2981 12289 0

HRP:
 
avatar
Ange
Ange
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 25
Âmes : 77
Date d'inscription : 01/07/2017
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Once upon a time... Ven 13 Avr - 1:11



Once upon a time...

Ana R. Malleby & Hélène Magnus« J’ai peut-être une solution. » Six petits mots magiques apparus du bout des lèvres de Ana, après quelques instants de réflexion calme et posée. Hélène écarquille les yeux et l'observe avec attention, trop intriguée par ce que la médecin aurait à lui proposer. Quoi donc ? Avec rapidité, elle s'empare de son sac et le dépose sur ses genoux. Le miracle se trouverait-il sur elle, dissimulé dans un flacon comme si on allait chez un herboriste ? Il semblerait en effet. Des bruits cristallins sous-entendaient une multitudes de contenants fragiles dans sa besace, à manier avec précaution. Quand enfin, elle finit par dégoter ce qu'elle cherchait, en l'apparence d'un petit pot d'argile à première vue.

« C’est une base de Ginko Biloba . Une plante que l’on peut utilisé pour atténuer les symptômes de la bipolarité en jouant sur l’afflux de sang au cerveau. »

Trop d'informations à avaler en un coup. Surprise, la bleutée se concentre sur ce que Ana a entre les mains. Le produit en question doit être puissant. L'odeur a eu pour effet de faire tousser la femme médecin immédiatement. Son regard empli de générosité se pose sur la bibliothécaire.

« Mélangée à de la graisse végétale, elle permet d’être appliqué sur le corps de la personne à traiter, mais aussi de l’ingérer dans des plats du quotidien. »

Comment ? Ça se mange ? Et pourquoi pas... Dans le fond, si cela peut permettre à Zora de rester recluse un moment de plus, histoire de gagner du temps... Ana tend donc le pot à Hélène. Elle s'en empare et respire à son tour les effluves qui s'en dégagent. Effectivement, l'odeur est très particulière.

« Ce n’est peut-être pas grand-chose, mais cela devrait vous permettre de garder, au moins, un peu de contrôle sur Zora la journée ainsi que la nuit. Mais je pourrais peut-être vous en faire un véritable remède… »

Ana ne sait pas que Zora est inactive depuis plusieurs mois maintenant, mais peut-être que le produit, une fois ingéré, lui fera plus de mal que prévu ? Oui, c'est acté : Hélène lui déclenche la guerre. Et peu importe les effets secondaires. Elle sourit, conquise par Ana et ses remèdes à base de plantes. Elle qui déteste les médicaments, elle est plutôt bien tombée. La bleutée compte la remercier, mais cette dernière lui coupe involontairement la parole.

« Il y a de nombreuses autres plantes pouvant jouer sur votre capacité de contrôle, mais pour cela, il me faudrait faire des test, des analyses... »

« Alors faites-les ! » Hélène ne s'en rend pas compte, mais elle l'a presque hurlé sous le coup de l'émotion. Les murs de son bureau en tremblent encore, Ana incluse. Belle idiote ! Elle repose le bocal sur la table, proche des tasses vidées de leur contenu et s'empare des mains de sa nouvelle amie, le regard agrippé à ses pupilles dilatées.

« Vous avez mon accord, si là est la question cachée. Faites tous les tests que vous voulez, et essayez-les sur moi. Je n'ai que peu de temps avant que Zora ne se rende compte de la supercherie... »

Tout à coup, un bruit familier. Ce petit cliquetis de griffes sur le parquet de sa bibliothèque. Le chaton de Ana apparait au recoin de la porte et passe la tête, comme intrigué par la source des cris. Aurait-il fini d'arpenter les rangées de livre de la pièce principale ? Tranquillement, il entre et vient se loger dans les pieds de sa maîtresse, miaulant pour une raison inconnue. Que veut-il donc celui-là ? Manger ? Partir... Ou jouer ? Hélène profite de l'instant pour pointer l'heure au mur. Une sueur froide la parcourt soudainement. Il est déjà si tard ? Elle doit reprendre le travail sous peu.

« Ana, loin de moi l'idée de vous chasser de mon sanctuaire mais... J'ai encore une montagne de paperasse à terminer, et je ne suis pas en avance. Peut-on se revoir bientôt ? »

HRP:
 
© YOU_COMPLETE_MESS
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Once upon a time... Lun 23 Avr - 18:48

Once upon a time...Zora Magnus & Ana. R Malleby


Ana avait sursauté sur sa chaise quand Hélène avait hurlé. Elle ne s’attendait pas à une telle réaction, à tant d’enthousiasme envers son idée de faire nombre de test.

« - Vous avez mon accord, si là est la question cachée. Faites tous les tests que vous voulez, et essayez-les sur moi. Je n'ai que peu de temps avant que Zora ne se rende compte de la supercherie... »

Ana éclata de rire une fois sa surprise passé.
Narcisse passa sa tête par entrebâillement de la porte, sûrement attiré par tous ce bruit. Le chaton vint se glisser entre les pieds de l’ange en miaulant.

Ana attrapa la boule de poil sous le ventre et la déposa sur ses genoux. Son regard se reporta vers Hélène qui avait repris son calme, mais dont le visage c’était soudain crispé en regardant la pendule. Elle jeta un coup d’oeil rapide à son tour et en effet, elle n’avait plus vu le temps passer.

« -Ana, loin de moi l'idée de vous chasser de mon sanctuaire mais... J'ai encore une montagne de paperasse à terminer, et je ne suis pas en avance. Peut-on se revoir bientôt ? »

Se relevant d’un bon, elle fit glisser Narcisse sur son épaule et enroula son écharpe de tel sorte à ce que le petit monstre à poil ne puisse plus s’enfuir. Il était grand temps de partir !

« - Oui bien sur ! Je serai ravis de vous acceuilir dans mon cabinet pour procéder à plus ample examen. Vous êtes la bienvenue n’importe quand Hélène. »

Elle sourit gentiment à sa nouvelle amie et prit la direction de la porte du magasin.

« - Je vous remercie pour le chocolat et votre gentillesse. Tenez moi au courant pour Zora. »


Elle salua d’un signe de tête polie Hélène et quitta la boutique.
Le soleil dehors, avait vraiment baisser, si bien qu’il disparaissait presque derrière les toits.
En s’engageant dans les ruelles de la ville, Ana se sentait bien, elle avait une amie et elle aimait se sentir utile pour elle.  Narcisse sur son épaule s’était lové dans le tissus et plongée dans les bras de Morphée.

C’était le début d’une nouvelle et belle histoire.

© 2981 12289 0
avatar
Ange
Ange
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 25
Âmes : 77
Date d'inscription : 01/07/2017
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Once upon a time...

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Once upon a time...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Seize the Time!An essay by Cynthia McKinneySeptember 19, 2008
» Session time out...
» Damon Moon - "It's time to forget about the past"
» 08. Remember that time is money - Benjamin Franklin
» la Crazy Time recrute!!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Damned Town :: Rp terminés-
Sauter vers: