Prologue : Tâche d'encre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
MessageSujet: Prologue : Tâche d'encre Mar 27 Fév - 22:03




   
Feat Isabel Rosenthal & Keithan S. Kahara

☾ Prologue : Tâche d'encre  ☽

Tu inspires profondément, serres les poings et lève la tête vers l'arche qui te surplombe. Tes cheveux bercés par le vent virevoltent tels des épis de lin sur les berges du Nil. Ce monde, dans lequel vivent et survivent des milliers d'êtres insignifiants te surprendra toujours. Qui aurait pu croire, qu'un jour comme celui viendrait pour toi ? Tu jettse un dernier coup d’œil à lettre de Luke, puis la déchire en pièce. La brise légère éparpille les fragments de papier tout autour de toi, tandis que tu fais craquer chacune de tes articulations, chacun de tes os, chacun de tes cartilages, comme un rituel sacré.

Tu fais un pas en avant, franchissant cette limite qui sépare l'extérieur et l'intérieur de la cité. Une fois de l'autre côté, un frisson parcourt ton corps, et un redoutable sourire carnassier se dessine sur tes lèvres.
Ainsi tu es enfin dans cette ville, aux milliers de secrets. Cette cité au centre de tout, qui accapare l'attention des foules. Pour une fois, le petit blondinet avait raison. Tu te sens étrangement bien, comme si ces monuments, cette pierre, ces ombres et ces ruelles t'appartenaient. Tu as l'impression de te sentir renaître, de posséder un territoire immense qui s'étend jusqu'à ton horizon. Ton cœur déchire ta poitrine, et ton sang bouillant te brûle les veines. Tu ressens des auras peu importe où balaie ton esprit. Des anges, dans toutes les directions. Alors il disait vrai. Elle abrite vraiment beaucoup de monde n'est ce pas ? Peu importe le nombre de sujets, un royaume reste un royaume.

Tu repenses un court moment à une idée séduisante qui caresse ton encéphale depuis si longtemps. Imagine, redessiner sur une carte les frontières d'un territoire qui t'appartiendrait. Ne jamais relever ta plume, et toujours plus dévorer des terres. Que ce serait bon que de possèder cet endroit. Que ce serait bon de régner ici. Oui, tu te vois déjà Roi, et tu as raison. Cette ville est faite pour t'appartenir !
En suivant l'artère principale luxueusement pavée, tu passes tes phalanges sur les murs des maisons. Le matériau qui les constitue doit être fascinant. Tu devrais me plonger dans les livres laissés dans ton futur palais, vers lequel tu te rends actuellement. Le soleil est levé, et ses rayons bercent les ruelles désertes. Peu de monde dehors. Ce n'est pas habituel. D'ailleurs, tu n'as aucune envie de croiser sur ta route cette misérable demoiselle. Tu ne saurais dire où elle se cache, mais tu te fera un devoir de la traquer, puis de la tuer, pour terminer finalement ce combat passé. Tu as trop attendu. Repenser à elle te fait serrer les poings encore plus fort, et ton visage se crispe légèrement. Ce jour viendra, où ta vengeance implacable s’abattra sur son cou. Son sang coulera le long de tes bras, alors que tu lui arracheras le cœur.  Isabel, ton cadavre doit être exquis. Tu ris intérieurement. Cette idée te plait beaucoup.

Ton chemin est monotone, même si le paysage alentours mérite que tu le regardes. Tu savoures le silence, qui pour le moment règne ici. Il ne sera que de courte durée, car se profile dans ton cortège un orage fantastique. Au loin, une ombre gigantesque se peint sur le sol. Tu crois que les contours de la maire, cette immense bâtisse millénaire, sont visibles plus loin. Tu approches donc de la place publique, si tu te reporte aux plans de tes informateurs. Le palais est au nord. Tu dois passer devant d'autres bâtiments encore.Tu feras d'ailleurs un détour par le temple, qui t’intéresse particulièrement.

Tu débouches sur ladite place, après quelques minutes. Étrange, personne, pourtant... tu entends comme des claquements de talon dans ta direction. L'ombre se fait menaçante, et le vent s'accentue.

Que se passe-t-il ?

La réponse n'est pas celle que tu espérais. Les bruits cessent et une silhouette sort de l'obscurité. Au croisement, sa tête se tourne vers toi. Une seconde. Rien qu'une seconde, le temps se coupe. Dans ton esprit défilent milles images de ta mémoire, et ton sourire devient moue agressive. Tes prunelles s'assombrissent et se fixent sur l'être qui vient d'arriver. Elle est là. Son aura... tu la reconnaitrais entre milles. Tu sens le parfum de ses cheveux et de sa peau malgré la distance. Tu ressens son sang qui s'agite en elle, tu ressens son dégout qui lui ronge la gorge. Elle est là. De sa mine hautaine et de sa position supérieure, elle s'approche de toi. Sa chevelure châtaigne flotte dans le vent.

Ô Damned Town, quelles surprises lui réserves-tu donc ? T'offrir dès ton arrivée, sur un plateau d'argent, ta rivale depuis toujours ? Si c'est une seconde chance que le destin te tends, tu ne passeras pas à côté. Tu as mentit plus tôt. Tu espérais pouvoir croiser sa route, ne serait-ce que pour voir son visage déconfit devant toi. Tu as l'honneur de la rencontrer, dès ton arrivée. L'honneur de la dépecer dès aujourd'hui. Isabel... ton heure a sonné.

(c) codage by Serfy


____________________________________________________________

Dragon reign over the city
Phaedra - Lucius Annaeus Seneca ✻  Iamque erat in totas sparsurus fulmina terras sed voluit, ne forte sacer tot ab ignibus aether conciperet flammas longusque ardesceret axis esse quoque in fatis reminiscitur, adfore tempus quo mare, quo tellus correptaque regia caeli ardeat et mundi moles obsessa laboret.
avatar
Dragon Souverain
Dragon Souverain
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 712
Âmes : 394
Date d'inscription : 10/05/2015
Age : 19

Localisation : Palais des démons
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Prologue : Tâche d'encre Mar 6 Mar - 14:23

Prologue : Tâche d'Encre
Isabel & Keithan
❀ Tu inspires profondément, ramènes tes mains en prière et baisses la tête vers les jardins que tu surplombes. Ce jour que tu redoutais tant est arrivé. Ce jour que tu refusais de croire, que tu ignorais sciemment au point de le négliger. Tout le palais est en émoi, sur le point d’imploser. La tension qui y règle est devenue palpable. Une larme coule sur ta joue tandis que tu peines à t’extirper de ce malaise étouffant. Keithan, ton pire ennemi, est arrivé à Damned Town.

❀ Pourquoi ce monstre s’obstine t’il à te suivre partout où tu vas ? Son aura malveillante s’abat sur la ville tel un voile noir gorgé d’épines. Le venin qu’elles abritent se veut puissant et nauséabond. Tu peux le sentir du balcon où tu te trouves tellement il empeste la mort. Mais tu ne peux pas te résoudre à le laisser faire. Tu es la Reine, ton devoir est de protéger ton peuple avant ta propre vie. Cette ville t’appartient… De quel droit croit-il pouvoir l’obtenir ? C’est toi qui l’a découverte, toi qui a juré de mener ces âmes égarées vers la lumière… Il ne peut en être autrement ! Ta colère se lit sur ton visage tel un livre ouvert. Proche de toi, Peter t’observe, perplexe. Il sait ce que tu comptes faire à présent, mais il ne t’en empêchera pas. Il est ton second, il veillera à ce que le palais tienne bon jusqu’à ton retour.

❀ Tu rouvres tes paupières endolories et décroises tes mains. Ton regard se tourne vers ton âme sœur, prise d’une envie irréversible de lui demander son aide. Mais tu t’en abstiens. Tu l’aimes beaucoup trop pour un second. Tu t’approches de lui et lui caresses la joue affectueusement, sans lui adresser le moindre mot. Ce simple geste en dit long sur tes intentions à venir. Tu ne peux lui sourire… la situation ne s’y prête guère. Mais il comprend quand même… Il comprend toujours. Ta main délicate se détache et rejoint sa jumelle le long de ton bas ventre, tandis que tu te réfugies dans tes appartements.

❀ Parée de ta combinaison fétiche, tu inspectes à la loupe ton arc et tes flèches. Tu as peut-être la hargne, mais tu ne dois pas négliger ton attirail. Le Dragon attendra ! Méthodique, tu remplis ton carquois de tes meilleures pointes. Lisses et affûtées, comme tu les aimes. Ces quelques mois de paix t’auront permis d’améliorer leur portée, que tu juges acceptable. Ce n’est pas assez... Elles doivent être impeccables, parfaites. Tes menuisiers y travaillent nuit et jour pour te satisfaire. Tu sais qu’ils finiront par atteindre leur but. Mais tu n’as pas le temps de les consulter. L’heure tourne, et l’aura de ton pire ennemi se renforce à chaque minute qui passe.

❀ Tu quittes tes appartements, fin prête. Peter reste à tes côtés, le temps de la traversée du palais. Le silence reste de mise, il ne doit en aucun cas bouleverser ta concentration. Dehors, l’odeur de tes rosiers embaume tes jardins royaux. Tu te délectes de leur parfum juste une minute, pas plus. Enfin, tu déploies tes ailes et d’un pas vif, tu te propulses vers les cieux, sans regarder en arrière. Ton arrivée sera remarquée, et c’est ce que tu souhaites. Le loup est dans la bergerie, il faut l’en déloger.

❀ L’aura du Dragon émane de la place de l’hôtel de ville. Le cœur de la cité… Il ne pouvait choisir de meilleur endroit. Tu atterris en trombe sur une rue adjacente, faisant claquer tes talons sur le bitume humide. Avec élégance, tu bombes le torse et mets en avant ta féminité, tandis que tes pas te rapprochent de ta cible. Le vent provoqué par ton élan s’éteint. Le rideau se lève et laisse apparaître tout ton être, s’exposant au faciès décomposé de cette caricature tant méprisée.

❀ Le voilà donc, cet abjecte cancrelat aux yeux de jais ! Ton regard s’y accroche et ne lâche plus prise. Un petit air suffisant s’esquisse sur tes lèvres roses, tandis que tu défiles sous le feu des projecteurs. Il t’attendait. Sans la moindre hésitation, tu poursuis ton chemin et t’arrêtes à un pas de lui, poussant la provocation jusqu’à son paroxysme. Le ton est donné ! Libre à lui de s’exprimer le premier… tu ne lui donneras pas ce plaisir.
©️ YOU_COMPLETE_MESS
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Prologue : Tâche d'encre Mar 13 Mar - 19:56




   
Feat Isabel Rosenthal & Keithan S. Kahara

☾ Prologue : Tâche d'encre  ☽



Plus un bruit. Elle s’est immobilisée face à toi. Seule la douce caresse du silence accompagne par moment le souffle du vent. Au loin, une première détonation grondante retentit. Le vent ne vas pas tarder à se lever. Déjà des nuages s’amoncellent au dessus de ta tête. Tu es immobile, le visage braqué dans la direction de ton ennemie. Tu n'es pas tranquille, ton sang est agité. Tu ne dis mot, mais les fluctuations de ton aura parlent à ta place. Elle jauge, se détaille sous toutes les coutures, feignant un pas vers l’autre pour piéger. Tu sens que celle qui porte le titre dérisoire de « Reine des Anges » n’a pas chômé depuis votre dernière rencontre. Un coup d’œil sur son épaule te permet de remarquer son armement. En baissant ton regard, tu ne peux qu’observer l’armure finement portée par la demoiselle misérable. Futilités ! Que croit-elle cette garce ? Elle espère pouvoir t’empêcher de poser tes quartiers à Damned Town, là même où ta présence est la plus nécessaire ? Non, ce serait si inconscient. Et pourtant si peu étonnant venant de sa part.

Silence, toujours le silence. Elle ne semble pas déterminée à articuler un son. Soit, tu n’as pas vraiment envie de lui adresser la parole. La rancœur est encore forte. Tu ressens ton sang s’échauffer, tandis que de nouvelles images de ta mémoire traversent ton esprit. Instinctivement, ta main gauche vient se poser su le pommeau de ton arme. Ce jour est resté gravé en toi, et tu comptes bien l’effacer d’un revers de lame. Tu es prêt, à saisir toute occasion qui se présentera à toi pour y mettre fin. Faire cesser l’humiliation, faire cesser la vie d’une créature aussi exécrable que la peste. Elle est le jour, tu es la nuit. Elle est la lumière, tu es les ténèbres. Elle est sa vie, tu seras sa mort. Oui, tu ne comptes pas être tendre avec elle, les gens de son espèce mérite le seul châtiment qui convient à leur race, la Mort.

Ton aura serpentine étend son corps le long des bâtiments. Une constriction silencieuse, sournoise, laissant le mal envahir peu à peu la grande place de la cité. Les écailles de Kâa, ta crépusculaire atmosphère, absorbe la lumière environnante. Tu tournes la tête : le soleil est en train de disparaître derrière les nuages. Des ombres majestueuses se dessinent au sol, entourant ton corps de géant. Tu perçois des auras affolées, des pleurs d’enfants étouffés par des marâtres horrifiées. Les volets des résidences qui encerclent la pièce sont fermés. Comme si la vie s’immobilisait le temps d’un spectacle qui s’apprête à commencer. Ton grand spectacle. Toi qui préférait ne pas avertir de ta présence, il est trop tard.

Tes yeux d'or se posent sur le visage marqué de rage d’Isabel, puis s'attellent à scruter sans répit un tableau magnifique : une figure angélique défigurée par un courroux sans nom. Tu aurais presque envie de rire, si ton cœur n'était pas si insensible au monde extérieur. Tu te remémores la violence dont elle avait fait preuve quelques années plus tôt, qui avait ravagé ton palais, tué de nombreux de tes fidèles. Et cette brutalité, tu espérais la retrouver s'agiter devant tes yeux, telle la flamme d'une bougie se contractant désespérément sans oxygène. Le mutisme que tu imposes augmente la pression alentour. Bientôt, un éclair viendra déchirer le ciel ; s'il s’abattait entre vous deux, cela ne t'étonnerait guère. La tension est perceptible au toucher, un rien, et tout craque, éclate, dégénère. La ville entière retient son souffle. Il suffit d'une petite étincelle...

 
Eripuit coelo fulmen, sceptrumque tyrannis.


(c) codage by Serfy


____________________________________________________________

Dragon reign over the city
Phaedra - Lucius Annaeus Seneca ✻  Iamque erat in totas sparsurus fulmina terras sed voluit, ne forte sacer tot ab ignibus aether conciperet flammas longusque ardesceret axis esse quoque in fatis reminiscitur, adfore tempus quo mare, quo tellus correptaque regia caeli ardeat et mundi moles obsessa laboret.
avatar
Dragon Souverain
Dragon Souverain
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 712
Âmes : 394
Date d'inscription : 10/05/2015
Age : 19

Localisation : Palais des démons
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Prologue : Tâche d'encre Mar 20 Mar - 16:04

Prologue : Tâche d'Encre
Isabel & Keithan
❀ Si la parole est d'or, le silence est de perle. Tu te souviens de ce vieux proverbe tadjik que t’avait enseigné ton père autrefois. Ses quelques mots sont une science inépuisable de savoir, et pour cause. L’abjecte créature qui te fait face s’en sert à bon escient. Que se passe t’il mon cher Dragon ? La jeune rebelle qui sommeille en toi aimerait jouer avec ses nerfs… lui arracher, les mastiquer, si ce n’est même les lui cracher au visage par dégoût de sa véritable nature. Mais tu t’en abstiens, et monopolises toute ta concentration sur sa splendeur, aussi stupéfiante que laide.

❀ Tu sens son regard carnassier te dévorer d’envie. Il te scrute, observe chaque détail de ton apparence, parcourt une à une les pores de ta peau en quête de vérité. Même ton arc et tes flèches sont souillés de son inébranlable désir de vengeance. Oui ! C’est bien moi ! Me prendrais-tu pour une imposture ? Tu arques un sourcil et arbores un léger sourire narquois. Que croit-il cet énergumène ? Il espère pouvoir s’approprier la cité de Damned Town ? Sa présence n’est nullement nécessaire. L’enfer n’a pas sa place ici, et tu comptes bien le lui faire rappeler.

❀ Le silence s’éternise. Il s’impatiente. Comme toujours. Tes certitudes se confirment dès l’instant où sa main gauche s’empare du pommeau de son épée. Il veut en finir, ici et maintenant. Il ne supporte plus l’humiliation que tu lui as porté il y a quelques mois. Les murs de son palais en tremblent encore ! Tu aurais dû le tuer ce jour-là. Tu aurais dû repousser Peter et terminer ton office. Il t’a sauvé la vie, ne l’oublie jamais. Ton cœur espère que ton siège soit maintenu, que ce crétin ne t’ait pas joué un tour aussi puéril en t’attirant ici. Non, ce n’est pas son genre. Ses troupes resteront à la niche tant que leur maître n’aura pas obtenu satisfaction.

❀ Tu ressens le magnétisme de son aura grandissante. Le Soleil lui-même ne parvient pas à se libérer de son joug, laissant place aux prémices du crépuscule. Autour de toi, des âmes en peine se calfeutrent et hurlent leur peur. Ils ignorent ce qui se trame sur cette place, mais leur instinct ne se trompe pas. Une bataille va éclater sous peu. La colère se lit sur ton visage. Tes yeux se plissent et défient du regard ce présomptueux. Voilà qu’il se croit invincible ? Jamais de ta vie tu n’auras vu pareil spectacle de vantardise. Tu te dois de réagir ! La pression atteint des sommets inégalés. On ne peut la toucher, ni même s’en approcher. Mais alors que tu retiens ton propre souffle, l’abjecte créature finit par céder et te provoque, en latin.

Eripuit coelo fulmen, sceptrumque tyrannis.



❀ Une goutte d’eau s’écoule le long de ta nuque raidie. Son faux-semblant de grandeur le rend ridicule à souhait. Il n’est pas près de te prendre ton sceptre, ni même de te chasser de ton propre royaume. Son éloquence a assez duré ! Avec majesté, tu laisses ton aigle royal sortir de sa torpeur et se propager telle une vague protectrice sur la place de l’hôtel de ville. Cet oiseau rare reprend ses droits et annihile toute l’obscurité de son territoire autoproclamé.

Non ad columbam salivae bufo.



❀ Vous voilà donc à égalité, alors que les cieux se veulent menaçants. Qui osera braver la folie là-haut ? Personne ne viendra vous interrompre. Pas cette fois. Ta main droite se projette sur ton arc, prête à dégainer à la moindre occasion.
©️ YOU_COMPLETE_MESS
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Prologue : Tâche d'encre Mar 27 Mar - 22:34




   
Feat Isabel Rosenthal & Keithan S. Kahara

☾ Prologue : Tâche d'encre  ☽



Les auras se déchaînent. L'aigle pique de son bec, griffe de ses serres, tandis que ton cobra s'enroule autour de lui, lui crochète la peau pour le maudire. Délicieux. Deux bêtes qui affrontent au nom de leur maitre. Deux animaux ennemis de nature dont la haine ancestrale ressurgit. Combat silencieux, cependant perceptible. Les âmes qui t'entourent vibrent au rythme des sifflements de Kâa. Un léger bruit de volet retentit, des parents s'enferment pour protéger leurs enfants. Charmant. Dérisoire. Tu les croqueras bien assez tôt.

Tu ne peux pour le moment pas prendre l'avantage. La quantité d'ange couplée à l'aura écrasante de sa méprisée t'empêche d'écraser la place sous ta domination crépusculaire. Peu importe. Après tout, ce serait trop facile de n'avoir qu'à montrer deux trois tours de passe passe pour vaincre l'ennemi. Où est la ferveur guerrière, l'odeur du sang qui appâte les narines, le crépitement des flammes qui séduit les tympans ? Non, la représentation ne doit pas s'achever si vite. Ce n'est que le prélude, que le premier acte d'exposition. Son sérum sera l'encre se déversant sur les pages depuis ton stylo.

Ton humeur noire pulse dans ton corps. Ventricule, atrium, artère, veine ; le chemin se répète en un cycle effréné. Cette ardeur combattive que tu ressens sur le champ de bataille demande à ressurgir. Tes vaisseaux gonflent, tes muscles s'échauffent. Ton corps répond à l'appel puissant du plasma. Sentir en soi chacune de ses articulations retrouver l'irrigation de l'action. Ô divine hémoglobine. Que c'est merveilleux !

Non ad columbam salivae bufo.


Les dires de l'abominable créature en face de toi réussissent à écarter d'un millimètre le coin inférieur gauche de ta lèvre supérieure. Toi, un crapaud ? Elle une colombe ? Quelle comparaison indigne d'une gueuse. Hormis les ailes, Isabel n'a rien de l'oiseau céleste. Cependant elle aura les mêmes larmes lorsque sous ton joug, elle implorera ta pitié. Damned Town est sa cage, toi tu es son bourreau. L'heure a sonné petite colombe, le repas va être servi.

 
Tantum columba septum diebus vivet. Deo aeterna maledicta est.


Tu poses un pied sur le côté, puis te déplace en décrivant un arc de cercle autour de ta proie. Elle t'imite, pour ne pas changer. De ton regard d'or tu la jauges pour réveiller en elle la colère enfouie dans les obscures abysses de son esprit. Sors tes serres oiseau de pacotille que je te dévore.

(c) codage by Serfy


____________________________________________________________

Dragon reign over the city
Phaedra - Lucius Annaeus Seneca ✻  Iamque erat in totas sparsurus fulmina terras sed voluit, ne forte sacer tot ab ignibus aether conciperet flammas longusque ardesceret axis esse quoque in fatis reminiscitur, adfore tempus quo mare, quo tellus correptaque regia caeli ardeat et mundi moles obsessa laboret.
avatar
Dragon Souverain
Dragon Souverain
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 712
Âmes : 394
Date d'inscription : 10/05/2015
Age : 19

Localisation : Palais des démons
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Prologue : Tâche d'encre Lun 2 Avr - 23:19

Prologue : Tâche d'Encre
Isabel & Keithan
❀ Ton aigle s’acharne, le serpent s’obstine. Quelque part sur ce plan astral insoupçonné, se joue un combat de titans où nul ne peut prédire le vainqueur. Le sort de Damned Town se confronte aux idéaux de ces deux êtres que tout sépare. La pureté immaculée face à la vermine. Ô toi Keithan, Roi des Enfers, sinistre bouffon au service de la déchéance et de la luxure… Comment oses-tu appeler cela un royaume ?

❀ Tu le vois s’agiter. Il n’en peut plus. Tu sens son envie refreinée de te sauter à la gorge, de t’étrangler, de te mutiler à l’extrême. Sa lame n’attend que son maestro pour lancer la mélodie. Son pommeau suinte la sueur tellement il le serre fort. Tu perçois les veines apparentes sur son cou, sur le point d’exploser à la moindre pulsion. Le voilà donc, ce désir si ardant où tu lui sectionnerais la carotide, le laissant se vider de son sang à même la pierre… où tu le fixerais de ton regard conquérant, sans même lui accorder la moindre clémence. Non, il ne mérite pas une mort rapide. Ce serait lui accorder trop d’honneur.

Tantum columba septum diebus vivet. Deo aeterna maledicta est.



❀ Face à de telles injures, ton calme olympien se contente d’une interjection dédaigneuse, d’un simple souffle émanant de tes lèvres à demi pincées. Tu n’en as cure. La colombe survivra toujours au courroux des dieux. Qu’il en soit ainsi. Ce qui suit finit par éveiller en toi ce que tu es venue chercher, ce que tu désires et redoutes à la fois. Vos iris se frottent les uns aux autres sans jamais se défaire. Enfin ! le Dragon passe aux choses sérieuses.

❀ Il s’écarte, déployant une mise en scène moyennement jouée où tu t’amuses à faire de même. Tu sens son agacement t’éclabousser le visage. Que crois-tu, sale phénomène de foire ? Il te scrute à nouveau, tentant de se focaliser sur tes faits et gestes à venir. C’est peine perdue ! Tandis que ta main droite reste fermement agrippée à ton arc, tu sens sa jumelle se projeter lentement sur le carquois, en quête de ta première flèche.

Non est draco in forti ut percutiat tyrannus angelica.



❀ Avec agilité, tu t’empares d’une flèche et la loges sur ton arc, prête pour le combat. Gao Xingjian, fabuleux écrivain du siècle dernier... Comment l’abjecte créature pourrait-il connaître ses écrits ? Impossible. Son manque de culture te répugne. Tu te congratulerais presque d’avoir pris le temps de côtoyer l’élite humaine. Leur savoir est source d’inspiration pour toi. Tu n’hésites jamais à lui claquer à la figure, lui prouver que tu mérites ton rang, que tu t’es battue corps et âme pour l’effleurer du bout des doigts. Tu n’es pas un tyran, mais tu aimes brouiller les pistes. Tu es déterminée à le détruire, à le réduire en cendres… De ton regard bleu, les sourcils légèrement plissés, tu menaces ton ennemi de ta flèche, impatiente de la décocher en plein cœur. Un seul mot de plus Dragon, et je signe ton arrêt de mort.
©️ YOU_COMPLETE_MESS
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Prologue : Tâche d'encre Mar 10 Avr - 19:50





Feat Isabel Rosenthal & Keithan S. Kahara

☾ Prologue : Tâche d'encre ☽

Crissement hagard. Le dédain de la créature des nuages te répugnes. Ta lame vient de quitter sa demeure, ton bras tendu vers le sol laisse au fer le plaisir de goûter du bout de sa pointe les pavés de marbre. Combien de temps les architectes de cette cité se sont évertués à ordonner chacun de ses carrés décoratifs ? Un temps inimaginable à l’échelle humaine, et toi, tu prends pied à rayer cette délicate pierre au prix inestimable. Petit à petit, tu laisses des traces de ton passages. S’il le faut, tous les murs de Damned Town compteront sur leur corps une taillade fine et nette, marquant une fois de plus ta présence écrasante au sein de la ville. Bout par bout, parcelle par parcelle, tu repousseras la domination angélique, comme tu repoussas les armées de démons qui te refusaient l’entrée aux Enfers. Que c’est ironique. Malgré les années écoulées, ta haine est intacte. La détestation inaliénable associé au personnage méprisable qui te fait face est la raison de ta présence ici, de tes futurs actes, et de la victoire que sonneront les corps martiaux lorsque la guerre sera venue.

Votre valse préparatoire est pressurisante. Tu jauges les prunelles ardentes de ton ennemie jurée, et peux ressentir toutes les émotions négatives qui agitent son esprit torturé. Son calme et son orgueil ne sont que de la commodité, futile façade pour rester digne. Pitoyable, Isabel n’a pas changé. Elle est toujours aussi misérable, et même pire au fil des années. La vieillesse ne lui réussit pas, la sagesse semble quitter son corps en parallèle de l’écoulement du sablier. Le ciel est aussi noir que ton sang, le tonnerre gronde autant que ta colère. Tes pas sont mécaniques, tes muscles gonflés pour la bataille. Réaction épidermique. Ta peau appelle le sang de ta rivale. Ta respiration devient sifflante, tu accumules de l’oxygène. Cependant, jamais ton regard ne cesser de fusiller du regard la créature immonde.

Non est draco in forti percutiat tyrannus angelica.


Prouver son intelligence en citant de la littérature classique. Le comble pour une sotte qui se croit reine. Ce n’est pas si petite bassesse rhétorique qui suffira à t’impressionner. Au contraire, cela renforce ton impression négative. La petite fille pourrie gâtée copie ses ancêtres, comme un bon petit toutou. Elle suit ses enseignements à la lettre, prouvant à ses cher parents et sa chère cour à quel point elle est une bonne pigeonne. Et personne ne trouve rien à redire, comme toujours au Paradis. Rien ne change, tout s’empire. Où va le monde à cette allure ? Une bande de moutons dégénérés. Rien d’autre que du bétails suivant docilement les ordres antiques.

Les mains opalines de la princesse capricieuse se portent sur son armement. Elle est prête, en position de combat. Excellent, elle semble déterminé tout comme toi à croiser le métal. Elle se décide enfin à offrir sa vie sur un plateau d’argent. Elle va quitter ce monde dans un instant, de ta lame, de ta rage, de ta main. Fini de jouer, terminé les petites fioritures bienséantes. Il est venu le temps de la mort.

Hybris angelis genu terram tanguntor.


Tes doigts s’agitent, laissant glisser ton arme au creux de ta paume. Tu fais tournoyer l’uchigatana férocement. Ton visage se ferme, et tes yeux s’emplissent de la lueur de la faucheuse avant son repas. Kâa, ta belle aura serpentine, prépare dans ses glandes sub-manidbulaires son venin démoniaque. L’aigle royal est inquiet, une goutte de sueur coule le long du front de celle qui se fait nommer à tort reine. Tes pieds pivotent sans crier garde, tu files sur la droite, puis d’un appui martelé au sol, te propulse sur la gauche en diagonale. Flexion du coude, angle droit formé avec le tranchant. Ton corps se penche de quelques degré pour gagner en aérodynamique. Un éclair traverse le ciel, et ta lame raye le corps de l’arc d’Isabel. Si proche d’elle, tu ne résistes pas à la tentation de braquer en plein dans ses pupilles ton regard meurtrier. Imprimant dans la piètre boite crânienne de cette femme le visage de celui qui lui ôtera la vie en ce jour.

(c) codage by Serfy


____________________________________________________________

Dragon reign over the city
Phaedra - Lucius Annaeus Seneca ✻  Iamque erat in totas sparsurus fulmina terras sed voluit, ne forte sacer tot ab ignibus aether conciperet flammas longusque ardesceret axis esse quoque in fatis reminiscitur, adfore tempus quo mare, quo tellus correptaque regia caeli ardeat et mundi moles obsessa laboret.
avatar
Dragon Souverain
Dragon Souverain
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 712
Âmes : 394
Date d'inscription : 10/05/2015
Age : 19

Localisation : Palais des démons
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Prologue : Tâche d'encre Mar 17 Avr - 2:28

Prologue : Tâche d'Encre
Isabel & Keithan
❀ La guerre est déclarée. L’odieuse vipère jubile, en extase face à ta puissante colère. Ces quelques mots échangés à la va-vite auront servi à appesantir l’air ambiant, à défaut d’aboutir à un compromis. La tempête gronde de plus belle, menaçant de foudroyer chacun de vous dans l’instant. Les dieux ne feront pas de distinction. Aucune once de pitié ne vous sera accordée. S’ils décident de vous toucher de leurs foudres, rien ne les empêchera. Tu auras beau être pieuse et t’agenouiller devant eux, ils ne t’écouteront pas. Tu n’as plus le choix à présent, il te faut agir… Pour le bien de l’humanité.

Hybris angelis genu terram tanguntor.



❀ Silence ! L’abjecte créature a scellé son destin. Ici et maintenant, toi Isabel, Reine des Anges autoproclamée, mettra un terme définitif au règne de la peur de ce monstre sans foi ni loi. Il dégaine son épée et passe à l’action. Tu manques de réactivité, d’à peine une demi-seconde. Ta flèche partira trop tard, manquant sa cible. Une goutte de sueur perle sur ton front. Tu dois te reprendre, et vite ! Il zigzague, tantôt à droite, tantôt à gauche. Tu n’as pas le temps de te saisir d’une autre flèche. Keithan arrive et déploie toute sa force dans sa première salve. Tu esquives de justesse et pares le coup porté, utilisant le corps de ton arc comme bouclier. Sa lame affûtée entaille ta précieuse arme, tandis qu’un éclair aveuglant fracasse un pavé de marbre. Son regard assassin prendra soin de gifler tes pupilles claires, te rappelant à qui tu as à faire.

❀ Le choc occasionné est d’une violence inouïe. Une rafale s’immisce entre vos corps et vous propulse aux antipodes. Tu profites de ce laps de temps opportun pour t’armer de deux flèches. Tu les glisses dans l’attirail, vises et tires à la volée. La pointe de l’une d’elle ira se casser sur le tranchant de son épée. L’autre, en revanche, fendra la joue du Dragon sur toute sa largeur. Tu l’as touché !

❀ La bourrasque s’apaise dans un bruit sourd. Tu gardes ton calme et te recentres sur la Bête. Un filet de sang aussi noir que l’encre dégouline de son visage déconfit. Tu ressens un plaisir surnaturel émerger de tes entrailles. L’avoir défiguré n’est rien comparé à ce que tu lui réserves, mais tu prends un malin plaisir à t’en moquer ouvertement. Vous vous dévisagez un court instant. Un autre éclair déchire le ciel et frappe le toit d’une habitation. Cette fois-ci, tu ne te feras pas surprendre par le démon farceur. Ton pied droit prend appui sur le côté. Tu agrippes deux nouvelles flèches et armes ton arc. Tu plisses les yeux et te focalises sur son torse.

❀ Tu prends ton élan et fonces sur lui, poussant un hurlement puissant. Extérioriser ta rage te rend plus forte. Tu t’imagines déjà atteindre ses points vitaux et savourer son agonie avec fierté. Mais un imprévu te fera stopper l’allure. L’appartement touché par la foudre prend feu, sous ton regard incrédule. Une horde d’humains affolés affluent de toute part et viennent empiéter sur vos traces. Que faire ? Ils ne peuvent pas rester là ! Et tu ne peux pas détourner ton attention de ce roi de pacotille. Il n’hésitera pas un seul instant à te prendre à revers. Tu n’as donc pas le choix.

❀ Tu relâches la pression sur la corde de ton arc et prends ton envol. D’un simple battement, tu envoies une onde de choc suffisamment puissante pour dispatcher les innocents de vos champs de vision. Ton Aigle Royal se maintient sur le vil serpent qui surveille ton petit manège d’un mauvais œil. Ces pauvres âmes en peine comprennent que leur place n’est pas ici et quittent la place de l’Hôtel de Ville sous les cris. Tu reposes un pied à terre et reprends ta posture de guerrière ancestrale. Ta colère grandit encore, mécontente d’avoir perdu l’effet de surprise.
©️ YOU_COMPLETE_MESS
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Prologue : Tâche d'encre Mer 25 Avr - 11:52




   
Feat Isabel Rosenthal & Keithan S. Kahara

☾ Prologue : Tâche d'encre  ☽

Le choc des pointes résonne à travers la place, striant les tympans des plus sensibles créatures aux environs. Pendant cette fine fraction de seconde, où ton corps est si proche du sien, à travers sa peau tu peux ressentir le rythme effréné des battements de son cœur apeuré. En comparaison, le tiens est si calme. Alors, qu’est ce que cela fait de frôler la mort ? Dans ses prunelles, sa colère te fusille de toute part. Par tous les pores de son écorce, la misérable reine suinte de haine. Elle est pathétique à te résister, à faire face à la pire terreurs des Enfers. Elle retarde son exécution.

L’onde rasante de parade te repousse à distance de ta cible, tandis qu’un autre éclair s’abat dans le ciel tourmenté. Tu sais ce qui va suivre. Isabel fuit la confrontation au corps à corps, sachant pertinemment que ses minces chances de survie se réduiraient à néant. Son champ d’action est désormais dégagé, elle arme son arc.

Un tir, un échec. Ta lame s’est levée à toute vitesse pour percuter l’extrémité métallique. En cliquetis, la flèche ricoche au sol sans vitesse.
Deuxième tir, touché ! Le sifflement aiguë du projectile révèle son méfait. Ta joue se zèbre dans sa longueur. Aucune douleur, pas même un picotement ne déchire ton expression. Ton système nerveux n’est focalisé que sur une unique fonction élémentaire : tuer. Du sang noir s’écoule de ta blessure, suivant la courbure de ta mandibule, la pente de ta gorge, les courbes de ton avant-bras. Très vite ta propre hémoglobine déteint sur ton bras, ta paume, tes phalanges. Tu frissonnes. Douce sensation que de percevoir la caresse du plasma sur la pulpe de tes doigts.

Kâa s’agite dans ton dos. Ses récepteurs sensoriels s’affolent. Du sang, du sang, du sang ! Tes muscles se contractent, et se décontractent involontairement. Le sang appelle ton être, enflamme ton âme, décuple ton aura. Ton sang coule, et bientôt le sien jaillira.

Très vite, un second assaut se prépare. L’ange s’égosille en un hurlement bestial ridicule. Elle croit que cette démonstration animale suffira à t’impressionner ? Elle perd du peu de crédibilité de réserve qui lui restait. Si elle doit se donner du courage pour t’affronter, elle n’est pas prête à te vaincre de sitôt. Au même moment, alors que la guerrière se rue dans ta direction, un coup de tonnerre embrase le ciel. Des flammes gigantesques se dessinent, dévorant de leurs crocs brûlants les immeubles entourant la place publique. Tu sens une perturbation dans l’aura angélique, parfait. La traînée s’est détournée de toi pour déployer ses ailes et repousser les intrus humains et anges. Oui, elle n’aimerait pas risquer la vie de ses gentils concitoyens, ce ne serait pas acceptable de la part de la grande reine du paradis.

Toi, tu ne comptes pas passer outre cette diversion qui tombe à point nommé. En un claquement de doigt, tes ailes déchirent ton haut pour transparaître derrière ton dos. Elles émergent avec puissance, balayant l’atmosphère et soulevant la poussière glissée entre les pavés de marbre. Tu remontes tes manches, et amène ton bras proche de tes lèvres. D’un coup de langue, tu lèches ton propre sang. La saveur de rouille délecte tes papilles et empoisonne ton pharynx. Fantastique.

Tu places ton pied en recul, prend appui, et bondit en avant. Lame à l’horizontale, tu tentes un tranchant longitudinal, esquivé par l’agile imposture. Elle se remet en garde, prête à bander son arc. Mais toi, tu ne comptes pas lui laisser le répit de viser. Ton aura serpentine rôde autour de la place, cherchant de pauvres bêtes en proie à la panique pour les opprimer. Tu tireras la force de leur peur. Tes yeux d’or quadrillent la zone, recherchant le meilleur point d’attaque pour ta prochaine offensive, qui ne ratera pas.

Sanguen fluet tam rapida flumine.


Trouvé ! Une piste invisible se matérialise à travers tes pupilles. Un enchaînement risqué, pourtant terriblement exquis. Pas à hésiter, tu agis. Tu te propulses sur le flanc de ton adversaire, t’abaissant sur le passage pour asséner un coup de coude tandis que tu arrives sur les pas de ta rivale. En un rien de temps, tes mains actionnent ta lame pour découper son corps faiblard. Manque de chance, sa vivacité est encore haute, et elle pare. Immédiatement, tu poursuis avec une feinte. Tu débute une action sur la gauche, penchant ton corps dans la même orientation, mais subitement retourne tes paumes en moulinet. Ta lame effectue un mouvement circulaire et vient fouetter la cuisse d’Isabel. De fines gouttelettes d’un sérum rouge vif s’éjectent de la blessure.

Tu es repoussé à nouveau, mais peu t’importe. Ta lame est teintée de l’hémoglobine d’un ange, et cette merveilleuse constatation te suffit à renforcer tes pulsions de mort. D’abord un mince filet, enfin une mare immense. Tu rabat ton uchigatana à quarante-cinq degré vers le le marbre, en position pour parer une prochaine flèche.

(c) codage by Serfy


____________________________________________________________

Dragon reign over the city
Phaedra - Lucius Annaeus Seneca ✻  Iamque erat in totas sparsurus fulmina terras sed voluit, ne forte sacer tot ab ignibus aether conciperet flammas longusque ardesceret axis esse quoque in fatis reminiscitur, adfore tempus quo mare, quo tellus correptaque regia caeli ardeat et mundi moles obsessa laboret.
avatar
Dragon Souverain
Dragon Souverain
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 712
Âmes : 394
Date d'inscription : 10/05/2015
Age : 19

Localisation : Palais des démons
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Prologue : Tâche d'encre Dim 29 Avr - 3:49

Prologue : Tâche d'Encre
Isabel & Keithan
❀ Le Dragon a déployé ses ailes. Leur noirceur n’entachera pas ta lumière incandescente. T’être occupée de la populace en proie aux flammes ne t’aura pas permis de le voir agir. Mais à peine as-tu reposé le pied sur le sol de marbre que l’odieux cancrelas fonce sur toi, prêt à te découper de sa forte lame métallique. Sa tentative restera vaine. Tu l’esquives sans effort, manquant d’étouffer de rire face à cet assaut que tu qualifies de minable à tes yeux. Que se passe t’il Keithan ? La présence humaine te fait perdre ton panache ? Tu te replaces en garde et dégaines ton arc. Tes doigts se faufilent dans ton carquois et chipent une flèche à la hâte. Tu en as déjà perdu trois… Inutile de les gâcher. Ton regard bleu reste concentré sur ton adversaire, ce dernier observant avec attention chaque interstice de la place. Que manigance t’il encore le fourbe ?

Sanguen fluet tam rapida flumine.



❀ La vipère souhaite que le sang coule ? Qu’il en soit ainsi. Ton Aigle Impérial s’impatiente à chaque minute de lui lacérer la moindre parcelle de son épiderme rachitique. Son bec pointu lui arrachera ses organes et les réduira en charpies. Cette idée répugnante te fait frissonner de plaisir. S’il faut en venir à de telles pratiques pour garder le contrôle sur cette ville, tu n’hésiteras pas un seul instant… Non ! Trêve de rêveries Isabel !

❀ Cette seconde d’inattention te vaudra un léger retard sur les évènements. Le roi de pacotille lâche un nouvel assaut sur toi, épée en avant. Il s’abaisse à hauteur de ta hanche et te brutalise par un coup de coude. La violence du geste te surprendra mais ne te coupera pas assez la respiration, te permettant d’éviter de justesse l’issue fatale qu’il te réserve depuis si longtemps. Le corps de ton arc se retrouve affublé d’une nouvelle entaille alors que le Dragon utilise une habile parade pour te faucher la cuisse gauche. Tu crisses des dents et le repousses d’un battement d’ailes. Ton hémoglobine perle le long de ta jambe alors qu’il se replace, visiblement satisfait de son méfait.

Ego dabo te in pavorem, quia deos ad testis !



❀ Tu es loin d’avoir dit ton dernier mot. Et pour cause. Ta cervelle aguerrie concocte une riposte à la hauteur de ses espérances les plus enfouies. Sans te soucier de la coupure, tu armes ta flèche et fonds sur ta proie, mimant la posture qui lui décochera le carreau en plein visage. Il se protège immédiatement de son arme. Prévisible… Mais alors que la propulsion te mène inexorablement vers un combat de front, ton corps tout entier attendra l’instant ultime pour le feinter.

❀ Au dernier moment, tu prends appui sur tes talons et t’expulses vers les cieux, hors de sa portée. Même si sa lame arrive à te trancher le mollet de sa pointe affûtée, il est trop tard. Tu pars en triple axel aérien et atterrit juste derrière lui. Tes doigts agiles serrent ton arc et cherchent à frapper le Dragon dans le dos. Sentant la supercherie et en proie à la haine, il fait volte-face et tente de te renverser. Le piège se referme sur lui. Tu te déportes sur la droite, évitant son coup et glisses sur le sol, cette fois dans le but de le faire chuter. Il n’y entend rien et prend son envol. C’est parfait ! Ta flèche toujours en main, tu la glisses dans la mécanique, t’allonges sur les dalles froides et tires sur ton ennemi. Elle ira se loger dans son épaule, à quelques centimètres de son cœur.

❀ Tu reprends ton souffle et te relèves illico. Dans la précipitation, tu ne remarques pas tout de suite que le mollet n’est pas le seul à suinter. En plus de ta cuisse, il semblerait que ton genou ait lui aussi subi le courroux de ton illustre ennemi. Mais tu n’en as cure. De simples entailles ne suffiront pas à te détourner de cette guerre. Et tu ne peux plus te permettre de divaguer sur les possibilités multiples à son encontre.

❀ Ses yeux de jais te fusillent tandis que ses pieds touchent à nouveau le sol. Tu attends, prête à lui rendre le peu de vie qu’il lui reste… infernale. Tes doigts effleurent les flèches à l’intérieur de ton carquois. Ton humeur ne fait qu’empirer, même si tu lui compliques la tâche avec brio. Un concerto d’éclairs virevolte au-dessus de vos têtes, menaçant de vous faire taire à tout jamais. Viens à moi Guignol, il me tarde de couper tes fils…
©️ YOU_COMPLETE_MESS
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Prologue : Tâche d'encre Mar 8 Mai - 20:24




   
Feat Isabel Rosenthal & Keithan S. Kahara

☾ Prologue : Tâche d'encre  ☽



Tes tremblements s’accélèrent, tes doigts sont incapables de s’immobiliser une seule seconde. L’appel du sang commence lentement à envahir ton esprit démoniaque. Tes paupières vacillent, tes muscles se contractent par spasmes incontrôlés. L’encre magmatique qui coule dans tes veines menace de déchirer tes artères. Si vite s’essouffle la pompe cardiaque : les cycles systoliques s’enchaînent et se déchaînent, claquant contre tes côtes depuis l’intérieur. Combien de temps encore avant de sombrer dans la colère ?  

Ta paume serre ta lame si fortement, tu pourrais briser ton arme. Tes yeux grondants scrutent la moindre action de ta rivale, surveillant depuis la distance son visage ridé par la suffisance. Toujours il exprime cette arrogance démesurée. La race de sous-hommes qu’elle représente en use depuis des générations pour affirmer sa supériorité sur vous, les démons. Personne n’est dupe. Personne ne se laissera longtemps bercer d’illusions devant une stature si déplorable. Les anges sont voués à la mort, et ce depuis qu’ils ont posé un pied sur le Paradis.

Ego dabo te in pavorem, quia deos ad testis !


Elle s’élance, et toi tu l’attends. Tu ne bougeras pas d’un pouce, laissant venir à toi l’agneau blanc sur le point d’être croqué. Le grand méchant loup encaissera l’attaque, avant de frapper. Ne t’écarte pas du chemin pauvre enfant, où les créatures de l’ombre ne feront de toi qu’une bouchée.

Une première flèche file dans ta direction. Elle est parée, de la pointe de ta lame. Tes réflexes activés te font réagir sans délai, une tentative si peu travaillée ne suffira pas à reprendre l’avantage. Isabel, tu as déjà perdu.

Tu suis le déplacement de ta piètre adversaire, observant avec attention la moindre petite parcelle dynamique exercée par ses membres. Isabel se propulse de ses ailes pour te lober, se posant juste dans ton dos. Coup manqué, tu es déjà retourné. Ta lame tranche l’air en circulaire, forçant la petite trainée à esquiver sur le côté. Tu mobilises tes ailes, t’élevant à un mètre du sol pour mieux l’écraser.

Une seconde flèche file. Le choc te déboîte l’épaule. Le projectile s’est logé en superficie, dans ton grand dentelé. Le métal écarte de ses crocs les fibres musculaires composant le haut de ton thorax. Ta musculature très développée est résistante, la flèche ne peut s’enfoncer plus loin. Tu te poses au sol, lentement, silencieusement.

Rien, pas un râle de souffrance, pas un soupire de déchirement. Rien ne s’est échappé de tes lèvres closes. Si ton cœur n’était pas de pierre, tu rirais à en perdre la raison. Si longtemps que vous croisez le fer et pourtant, elle n’a toujours rien compris. Tu n’es pas un démon lambda, tu n’es pas comme tous les autres bestioles qui pullulent en Enfers. Non, toi tu es capable du pire. Tu n’as pas de limite, tu n’as pas de sauvegarde, tu n’as pas de système d’immobilisation. Lorsque tu es lancé, plus rien ne peut jamais t’arrêter.

La joie, la peine, l’anxiété, l’amour, la douleur. Sentiments futiles et inutiles dont tu es imperméable. Pas un seul petit flux d’émotion ne peut altérer ton jugement. Tu es insensible. Insensible aux manifestations psychologiques que les humains nomment avec tendresse « affects ». Rien ne t’affecte, rien ne te tourmente. Sauf une chose : la colère.

Du feu bouillonne dans ta cage thoracique. Kâa s’agite, se trémousse, l’heure du repas sanguin est arrivée. Le grand méchant dragon va désormais pouvoir se repaître de l’agneau écervelé. Engraisse un ange comme tu engraisses une oie. Laisse-lui sentir la fierté puante de son acte dérisoire. Laisse-le rire à gorge déployée, laisses-le s’empêtrer dans sa calamiteuse condescendance. Puis lorsque la faim se manifeste dans ton estomac brûlant, attrape-le de tes mains, et déchire-lui la peau de tes dents. Oui Isabel, guide le docile bétail céleste jusqu’aux abattoirs infernaux. Le boucher qui tranchera les corps se tient face à toi.

Ta tête se tourne vers la silhouette de l’autre roulure. Tes sourcils se sont baissés, unique signe extérieur du torrent d’éclair explosant en toi. Ils encadrent ton regard. Tes yeux déclament les flammes qui consument ton âme obscure.

Tu vas la buter.


Tes griffes se portent à ta blessure. D’un coup sec, tu brise le carreau en deux, laissant dans ton épiderme la pointe métallique. Tu jettes au loin le morceau : il ricoche sur les pavés de marbre avant de se figer.

In nomine daemonibus radici, quia pulvis es et in pulverem reverteris, istud fatum signans est.


Les pupilles d’Isabel se tournent vers le bois tandis qu’il roule, lorsqu’elle se recentre sur toi, tu n’es plus là. Pas un bruit, le tonnerre retient son souffle. Une fraction de seconde plus tard, tu reparais dans son dos. Et alors que s’abat un éclair spectaculaire à travers la voute céleste, s’abat le tranchant de ton uchigatana sur le dos de l’ange. Tu sectionnes son carcan, le décollant du derrière suant de ta rivale, et ancres au passage dans les épithéliums de la reine, une croix satanique traversant son dos dans sa largeur. Elle se retourne, pour n’apercevoir qu’une plume sombre encore en mouvement. Très vite, elle comprend que tu si tu n’es plus derrière elle, tu te situes ailleurs. Ton ombre se projette sur la place publique. Tu es juste au-dessus d’elle, et telle la faucheuse, tu vas faucher sa vie.

(c) codage by Serfy


____________________________________________________________

Dragon reign over the city
Phaedra - Lucius Annaeus Seneca ✻  Iamque erat in totas sparsurus fulmina terras sed voluit, ne forte sacer tot ab ignibus aether conciperet flammas longusque ardesceret axis esse quoque in fatis reminiscitur, adfore tempus quo mare, quo tellus correptaque regia caeli ardeat et mundi moles obsessa laboret.
avatar
Dragon Souverain
Dragon Souverain
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 712
Âmes : 394
Date d'inscription : 10/05/2015
Age : 19

Localisation : Palais des démons
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Prologue : Tâche d'encre Dim 13 Mai - 17:50

Prologue : Tâche d'Encre
Isabel & Keithan
❀ Keithan, risible détritus qui se prend pour un roi… À quoi joues-tu donc ? Ton regard océan s’interroge sur ce qu’il intercepte, malgré les fluctuations de la lumière. Tes neurones chevronnés reçoivent l’information mais ne comprennent pas… Pourquoi ? La peine ne lui procure aucune émotion, ne démontre aucun signe de faiblesse. Tu te demandes vraiment si le carreau décoché plus tôt a eu un impact sur son épaule, si ce n’est la luxer par la violence du choc. Quelque peu gêné par le projectile, il se contente de le casser comme un vulgaire fétu de paille. La pique reste enfouie dans sa chair. Le bout de bois, si minutieusement travaillé par tes artisans, est jeté au loin et rebondit sur les dalles de la place.

In nomine daemonibus radici, quia pulvis es et in pulverem reverteris, istud fatum signans est.


❀ Pauvre fou... Croit-il être le bourreau qui obtiendra justice ? Qui fera passer ta fine gorge sous le couperet de sa faux ? Navrée mon cher, tu n’en as pas l’étoffe. Tu te détournes de ses paroles ridicules et observes le cadavre de ta flèche charrié par le vent. Erreur… Encore une fois, le Dragon s’est joué de toi. L’espace d’un battement de cil, tu te rends compte qu’il n’est plus à sa place. Tu paniques, sentant derrière toi son aura malsaine se faufiler entre tes lombaires. Tu ne peux pas te retourner, il est trop tard.  

❀ Un éclair déchire le ciel. Au même moment, tu sens l’épée de ton ennemi faire son office. D’abord ton carquois, qui se détache de ta colonne vertébrale. Ensuite une vive douleur, provoquée par une lacération sans pitié de ta peau dorsale. Tu lâches un cri et fais volteface illico, mais le Mal s’est déjà enfui. Une simple plume aussi noire que l’encre plane sous tes yeux effarés. Où est-il le bougre ? Tes pupilles enchainent un 360 à la hâte, sans apercevoir le moindre signe de cette belle immondice. Isabel… Réfléchis ! Le déclic. La solution te saute au visage. Il est au-dessus de toi !

❀ Tu lèves le nez vers les cieux et constates de justesse qu’il te charge à pleine puissance. Son ombre t’a prise pour cible. Tu n’as plus tes flèches, et tu ne peux pas te permettre d’aller en récupérer ne serait-ce qu’une… Il te faucherait instantanément. Alors, tu agrippes à deux mains ton arc et le places au travers de son chemin. Keithan refuse ta méthode, qu’il en soit ainsi. Il te servira de bouclier, mais aussi d’arme au corps-à-corps. Le tranchant métallique entaille encore ton précieux objet. Tu pares in-extremis, fais un bond en arrière, reprends ta position. Il ne s’arrêtera pas là. Il veut te faire craquer, tu ne lui offriras pas ce plaisir.

❀ Le Fou enchaine un coup. Tu le contres. Un second, tu réitères. Un troisième, puis un quatrième. Le scénario reste identique. Il frappe au centre, pensant pouvoir briser ton arc en deux. L’imbécile… Il n’est pas en bois ! Il ne pliera pas aussi aisément. Tu te lasses vite de cet affront. Alors tu réagis. Au cinquième coup, tu te décales légèrement sur la gauche. Sa lame érafle le creux de ton arc et s’emmêle dans la corde. C’est le moment ! Tu pivotes la pièce maitresse et parviens à écorcher la joue du démon. Un autre cri s’échappe de tes cordes vocales. Tu y auras mis toute ta force. Mais il n’est pas encore assez étourdi pour se laisser faire. Il se retire et recule de quelques pas. Ses yeux de jais observent le tranchant de son épée. Elle est fendue…

Non te interficiemus… Hic et nunc... Cave ne cadas !



❀ Tu n’en peux plus. Tout ton être réclame vengeance. Trop de sang a coulé en l’honneur de cette chose infâme qui prétend diriger un royaume. Ta respiration s’accélère. Une larme perle sur ta joue rougie par l’effort. Le corps de ton arc a tellement souffert qu’il ne tiendra plus longtemps. Sentant la folie te submerger, et par devoir envers ta propre race, tu te dois de mettre un terme à cette risible farce. Ton courroux prend possession de ton être et te jettes vers l’inévitable. Sous la tempête qui accroit sa fureur sur la ville entière, tu ne laisses plus l’avantage à ton illustre ennemi. Tes doigts ont resserré leur étreinte et tamponnent l’individu hostile.

❀ Tu attaques de toutes parts, à toute vitesse, laissant s’enfuir ce trop plein de haine qui te ronge depuis votre première rencontre. Le Dragon se défend et te rend la pareille. La brutalité orchestrée est sans précédent. Aucun de vous deux ne veut s’arrêter. Des flashs intermittents viennent amplifier ton désir de le déchiqueter. Votre dernier combat aux Enfers, l’effondrement du palais, l’intervention de vos seconds… Quel gâchis ! Te remémorer cette perte de temps te rend plus forte. Ta propre ardeur à la tâche ne fait qu’augmenter l’animosité de ce roi de pacotille. Désormais, aucun de vous ne fait attention à son propre épiderme. Les entailles se multiplient de façon exponentielle, pour toi comme pour lui. Si tu dois mourir, tu l’emporteras avec toi !
©️ YOU_COMPLETE_MESS
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Prologue : Tâche d'encre Mar 22 Mai - 21:33



Prologue : Tâche d'encre





Le tonnerre gronde. Le ciel noir de nuages étincelle d'éclairs. Le vent souffle à s'en vider les poumons. L'air humide dépose une fine pellicule d'eau sur le corps des créatures dehors. Je suis immobile, attentive. Assise depuis mon point de vue, les jambes se balançant dans le vide, mon regard perçant scrute l'horizon.

J'entends la détresse des âmes humaines apeurées.
J'entends le vacarme du désordre se propager à coup d'épée.
J'entends la colère embraser l'esprit des souverains aveuglés.
J'entends la douleur des blessures à peine cicatrisées.
J'entends la longe plainte suppliante le long de la pierre s'écouler.
L'appel. On m'appelle.

Mes prunelles se posent sur la place publique, d'où s'échappent la tourmente et le désordre. Je vois, deux auras s'affronter, sans pitié, à coup de sabre et de flèches aiguisées. Je ne peux laisser ce vacarme perturber la ville. Je ne peux laisser la peur se répandre sans sourciller. Je dois agir, pour le bien de la cité. Il en va de mon devoir. Je quitte mon observatoire, et me laisse guider par la voix du chaos.

Mes pas sont légers, les plis de ma cape sable volettent au rythme des alizées. Il ne me faut que peu de temps pour rejoindre la grande place. Deux souverains, en proie à la plus grande des détestations. Leur âme est agitée, leur aura est déployée tout autour des pavés. J'inspire : mes sens s'éveillent. L'odeur du soufre et de la pluie se mêlent en un parfum alarmant. Les ripostes successives éloignent les deux rivaux. Maintenant plus que jamais, je me dois d'intervenir. De rétablir le calme au sein de la ville.

Tandis que les deux ennemis s'élancent l'un vers l'autre, je m'interpose. Mes mains se lèvent en direction de chacun d'eux. Ils s'immobilisent, sous l'effet de la surprise. Et ma voix calme et douce comme la caresse de la Lune sur la peau d'un bambin s'élève à travers la place.

♔ Cessez cette querelle d'un autre siècle. Damned Town est un lieu de paix, et de respect. Elle n'est ni un champ de bataille, ni un cimetière. Je ne peux tolérer la peur que vous instaurez, vous n'êtes pas les maîtres de cette cité.

Mon corps, dissimulé sous mon immense cape, et mon visage, recouvert entièrement d'une capuche, n'effectuent aucun mouvement. Je ne compte pas céder.
avatar
Dirigeante
Dirigeante
Voir le profil de l'utilisateur http://damnedtown.forumactif.org
Messages : 268
Âmes : 66
Date d'inscription : 10/05/2015
Localisation : ?
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Prologue : Tâche d'encre Sam 26 Mai - 23:40




   
Feat Isabel Rosenthal & Keithan S. Kahara

☾ Prologue : Tâche d'encre  ☽

La place publique résonne du fracas de ton arme. Tu ne comptes rien lâcher, prêt à tout pour atomiser l’ennemi angélique osant se confronter à ton courroux. De la sueur lubrifie tes articulations, améliorant chacun de tes coups. Tu vises juste, sans bavure, causant multiples blessures et cicatrices à l’enveloppe charnelle ridicule de la traînée. Depuis combien de temps le sentiment de vengeance pullulait en toi et n’attendait qu’à exploser ? Ton uchigatana fend l’air sans vergogne, parant les assauts à l’arc. Sans son carquois, la misérable catin perd de sa splendeur passée. Elle ne sait plus se battre à mains nues à force de rester ses journées assise à son bureau, à déguster du putain de thé avec les pieds en éventail. Si les démons sont des paresseux, les anges sont morts d’inactivités. Lorsque la vie ne se résume qu’à trier des dossiers et tenir des discours, il ne faut pas s’étonner que son royaume ne tourne pas rond, et que ses sujets ne savent pas se tenir.

Non te interficiemus… Hic et nunc... Cave ne cadas !


Tu constates par moment l’arme de ta rivale s’abattre sur toi, sans pourtant ressentir une once de douleur. Les terminaisons nerveuses ne doivent pas être convenablement connectées, ou alors ton insensibilité extrême ne cesse de s’étendre avec la colère. Des hématomes, rien que de vulgaires hématomes en compensation de la tête d’une piètre énergumène. Un coup violent te sépare d’elle, et tu es repoussé. Parfait, tu vas pouvoir changer de stratégie. Un œil alentour : tu constates un chemin d’accès à travers la garde de la débutante. Tu fonces, et perçois ton inimitié t’imiter. Décidemment, elle ne peut pas réfléchir par elle-même cette vulgaire créature. Ta lame se soulève, prête à fendre la chaire immonde et putride, quand soudain, tu t’immobilises. Tu ne peux plus bouger aucun muscle, pas même une paupière. Tu sens des fourmillements dans tes membres. La rage se manifeste sous forme somatique, tant la frustration de ne pouvoir frapper éclate dans tes veines. Ton visage se durcit, et ton regard se couvre d’un voile mortel. L’éclat doré de tes prunelles est aussi ocre que la mort.

Une personne, vêtue d’une longue cape couleur sable, se tient entre toi et ta prochaine victime. Ses mains sont tendues vers vous, et son visage n’est pas visible. Un être présent, mystérieux. Peu importe qui elle est, elle n’aurait jamais du intervenir entre vous deux. Elle vient de signer son arrêt de mort. Tu tentes de déployer ton aura dans toute son envergure sans y parvenir. Qu’est ce qui se passe ? Tu fusilles de tes globes oculaires la peste qui empêche le jugement dernier de cadavériser Isabel. Comment ose-t-elle ? Tes muscles subissent des spasmes de plus en plus violents. Tu veux tuer, ton corps appelle à la mort de la femme. Et cette saleté t’en empêche. Si tu pouvais, tu l’embrocherais sur ton passage avec le fer de ton arme. Sa voix lointaine et claire porte sur la place.

   
Cessez cette querelle d'un autre siècle. Damned Town est un lieu de paix, et de respect. Elle n'est ni un champ de bataille, ni un cimetière. Je ne peux tolérer la peur que vous instaurez, vous n'êtes pas les maîtres de cette cité.


D’une minute à l’autre, tu vas te libérer de son étreinte, et commettre un double homicide volontaire, dont un avec préméditation. Il paraît que les humains punissent sévèrement ce genre de crimes. Toi, tu te ferais une joie de croquer les juges et les magistrats, en ne laissant que leur robe noire et leur marteau d’antiquité. Tes dents râclent les unes contre les autres, tu es rongé par la violence. Attends une minute de pouvoir bouger à nouveau, et tu les boufferas toutes crues. Tu observes ta rivale en détournant l’œil : même état. Au moins, elle doit se sentir comme chez elle, immobile à ne rien faire. Tu forces tes pupilles à se braquer sur le ciel depuis ta position. Le tonnerre ne gronde plus, il retient son souffle. Et les nuages noirs sont accumulés au-dessus de votre position ; entamant une ronde macabre cadencée sur les battements du cœur des mortels.

   
Bouge, ou crève.


Ton ordre est limpide comme du sang d'ange : soit elle dégage, soit tu te feras une joie sourdre de la décapiter. Et ta menace n'est pas à prendre à la légère.

(c) codage by Serfy


____________________________________________________________

Dragon reign over the city
Phaedra - Lucius Annaeus Seneca ✻  Iamque erat in totas sparsurus fulmina terras sed voluit, ne forte sacer tot ab ignibus aether conciperet flammas longusque ardesceret axis esse quoque in fatis reminiscitur, adfore tempus quo mare, quo tellus correptaque regia caeli ardeat et mundi moles obsessa laboret.
avatar
Dragon Souverain
Dragon Souverain
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 712
Âmes : 394
Date d'inscription : 10/05/2015
Age : 19

Localisation : Palais des démons
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Prologue : Tâche d'encre Dim 27 Mai - 4:31

Prologue : Tâche d'Encre
Isabel & Keithan
❀ L'affront final se joue entre toi et cette chose. Tu t'es lassée de cette partie d'échec dénuée d'intérêt. La fatigue se ressent dans chacune des pores de ta peau, insuffisante pour te faire déposer les armes. Tu refuses de capituler ! S'il cherche à t'avoir, il va devoir se montrer bien plus imaginatif ! Mais les rougeurs tachetant tes joues ne trompent personne. Tes forces s'amenuisent au rythme des coups portés, et Keithan ne s'en prive pas. Vas-tu donc mourir Guignol ?

❀ Sa fureur dépasse ton imagination la plus fertile. Il t'est difficile de cerner comment un être aussi mauvais arrive à puiser toute son énergie ! Ton champ de vision est pollué de ses nombreuses attaques, ne sachant où te donner de la tête. Ton arc souffre et risque de céder à tout instant. Que faire ? L'abjecte cancrelat s'apprête à fondre sur toi, tel le voile sombre de la nuit éternelle. S'il te happe, c'en sera fini de toi... pour de bon. En guerrière impériale que tu es, tu te retournes et espères pouvoir parer une fois de plus sa lame affûtée.

Mais... Qu'est-ce que...? La paralysie. Le choc. L'incompréhension la plus totale. Devant toi, une femme encapuchonnée, le regard baissée. Elle s'est interposée entre vous, ses mains levées à la parallèle, imposant une trêve à votre querelle mortelle. Le Dragon est dans le même état que toi. Contrariant n'est-ce pas ? Cet arrêt brutal est une aubaine, un cadeau du ciel. Elle ne bouge pas d'un cil, ne dénote aucune animosité. Cette aura mystérieuse... Elle ne t'est pas inconnue, pour ainsi dire familière. Non ! Serait-ce possible...?

Cessez cette querelle d'un autre siècle. Damned Town est un lieu de paix, et de respect. Elle n'est ni un champ de bataille, ni un cimetière. Je ne peux tolérer la peur que vous instaurez, vous n'êtes pas les maîtres de cette cité.


❀ Tu souris légèrement, comprenant enfin qui est la personne qui te fait face. Ô toi, misérable roi zélé, immonde déchet suintant la mort... Tu n'auras pas le dernier mot. Et pour cause : il trépigne. Son regard de braise est facile à lire. En plus de vouloir ton éradication, il compte bien s'en prendre à cette femme. Elle, qui a osé le stopper dans sa danse macabre. Elle, qui s'est permise de lui donner un ordre direct. Elle, qui ne craint pas son courroux alors qu'elle devrait...

Bouge, ou crève.



❀ Un long soupir s'extirpe de ta gorge asséchée. Il n'a donc rien compris. L'encapuchonnée ne partira pas d'ici sans avoir eu ce qu'elle demande : un cessez-le-feu. L'idée même de devoir cohabiter avec lui te donne la nausée. Mais tu n'as pas le choix n'est-ce pas ? Et le pire, c'est que tu devras t'excuser pour la peur et le chaos semés par ta faute en plus de la sienne. Quel gâchis ! Une fois encore, l'Univers t'empêche de mettre un terme au règne de la peur. Ta respiration ayant repris un rythme convenable, tu lâches la pression sur son arc et t'adresses directement à elle. Tu dois lui faire entendre raison.

Ta requête est inconcevable. En as-tu seulement conscience ? Je ne demande que la paix au sein de ta cité, mais cet individu fera tout pour l'en empêcher. Comptes-tu prendre ce risque ?


❀ La menace de ton pire ennemi vient de passer au second plan. Tu te devais de l'informer de ses intentions hostiles, pour elle comme pour l'ensemble de ses habitants. Mais si elle est bien ce qu'elle prétend, ce que tu crois au plus profond de toi... Alors elle ne cèdera pas sous la menace. Demander pardon sera une épreuve douloureuse, mais ça ne sera pas la première fois.

Ô Keithan, toi mon plus lourd fardeau... Prépare-toi à l'humiliation.
©️ YOU_COMPLETE_MESS
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Prologue : Tâche d'encre Dim 27 Mai - 23:38



Prologue : Tâche d'encre





Les nuages dans le ciel s'assemblent en une procession céleste immuable. Tournoyant, suivant le rythme cadencé de mon cœur battant à l'unisson avec ceux des âmes perdues au sein de la cité ; la procession divine enferme la brutalité de la tempête déchaînée au dessus de moi. Les auras des deux souverains se sont détendues sous le contact de ma présence. J'apaise les esprits enflammés, et calme les ardeurs sanguines des plus valeureux guerriers. La résistance exacerbée du démon sur ma droite ne m'irrite guère. Il ne me connait pas, et j'entends sa colère raisonner dans son être rongé par le mal. Je lui pardonne son indécence. Cependant, je me dois de veiller au calme et à l'ordre. Il est de mon devoir d'avertir et de prévenir de tous les écarts. Je dois me montrer ferme, pour que plus jamais la ville ne soit assiégée de douleur et d'effroi.

Je veux que le vent toujours traverse les ruelles de la cité.
Je veux que le soleil toujours éclaire dans son entièreté.
Je veux que la pluie toujours recouvre les dalles d'un film pelliculé.
Je veux que la terre toujours de pieds d'habitants sereins soit foulée.
Je veux que les éléments ensembles agissent pour préserver.
Je suis la protectrice de la cité.

♔ Mon nom est Marie Klinton, et je protège Damned Town au prix de mon existence. Je n'ai d'ordre à recevoir de quiconque, et je ne laisserai personne troubler la vie paisible que souhaite mener toute âme errante au sein de la cité. Je prendrais tous les risques nécessaires pour assurer la pérennité de la ville, quitte à en payer le plus lourd des fardeaux. Ma décision est prise.

Toujours de ma cape vêtue, je ne tourne pas le visage. Mes mains se rabattent contre mon corps, et je lève vers le haut mon visage dissimulé par le tissus pâle. Il est venu le moment de poser sur Damned Town mon empreinte indélébile et d'à jamais graver dans la roche la trace d'un monde meilleur. Un renouveau créateur, assurant paix et harmonie sur le monde.

Ville de traverse
Ville des destins
Guide moi, guide moi,
Et laisse moi te bercer de mes bras.

♔ En ce jour marqué par l'avènement du Ciel et de la Terre, j'énonce aux deux souverains dichotomes les lois absolues de la cité.

Ma voix claire s'élève aussi haut que les montagnes, descend aussi bas que les abysses. Toute la clairvoyance de mon esprit s'amoncèle pour annoncer les lois suprêmes de Damned Town. Loi que rien ni personne ne peut violer, au nom de l'immuabilité de notre monde.


- Il est interdit à quiconque de quitter l'enceinte de la cité
- Il est interdit à quiconque de profaner les vestiges de la cité
- Il est interdit à quiconque enfant de naître au sein de la cité
- Il est interdit à quiconque d'user de son identité à des fins blasphématoires
-  Il est interdit à quiconque de porter atteinte à la paisibilité et la pérennité de la cité
-  Il est interdit à quiconque de se livrer publiquement bataille au sein de la cité
- Il est interdit à quiconque de mourir au sein de la cité



Ma parole est scellée, plus rien ni personne ne pourra prétendre ignorer mes lois. En ce jour de la Révélation, je dépose la garantie de protéger chaque habitants de la ville. Du chaos naît l'étoile protectrice, qui chassera les ombres des mauvais jours. Mes mains se joignent contre ma poitrine, tandis qu'une lueur solaire transperce le rideau nuageux. La vie reprend ses droits.
avatar
Dirigeante
Dirigeante
Voir le profil de l'utilisateur http://damnedtown.forumactif.org
Messages : 268
Âmes : 66
Date d'inscription : 10/05/2015
Localisation : ?
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Prologue : Tâche d'encre Lun 28 Mai - 3:09




   
Feat Isabel Rosenthal & Keithan S. Kahara

☾ Prologue : Tâche d'encre  ☽

Ta colère est à son paroxysme. Il est inutile de détailler à quel point tu pourrais commettre la pire des atrocités à la seconde où tu briseras tes chaînes. Tu guettes de l’œil la dame encapuchonnée au centre de la place, puis ta rivale abominable en proie à un respect dégoutant. Celle qui se permet de jouer la comédie ne te plaît guère. Sa démonstration de force théâtrale te donnes envie de lui arracher ses paumes à la gloire de tes incisives. Il suffirait juste de les planter sans douceur à travers son épiderme, et de mordre toujours plus fort pour atteindre l'os. Ta mâchoire d'acier se refermerait tel un prédateur sur le membre sanglant. Secouant la tête, tu arracherais toute la chaire, et injecterais dans le plasma de ta victime le venin le plus mortel. Et tu observerais la proie se tordre de douleur, se contorsionner sous l'agonie. Elle te supplierait de l'achever, et toi tu refuserais. Ô, quelle délicieuse parodie que d'interpréter ce rôle fantastique. Tu te lècherais les babines si ton cœur n'était pas de glace et de roche.  

Mon nom est Marie Klinton, et je protège Damned Town au prix de mon existence. Je n'ai d'ordre à recevoir de quiconque, et je ne laisserai personne troubler la vie paisible que souhaite mener toute âme errante au sein de la cité. Je prendrais tous les risques nécessaires pour assurer la pérennité de la ville, quitte à en payer le plus lourd des fardeaux. Ma décision est prise.


Marie Klinton. Ce nom restera gravé au plus profond de ta mémoire. Chaque jour de ta vie, tu traqueras cette créature qui osa te manquer de respect, et tu la tueras de tes mains. Personne ne peut t'humilier de la sorte. Un affront inadmissible, dont la mesquinerie usitée sera condamnée par le tranchant de ton arme. S'il ne s'agissait que de force pure, tu aurais mis à terre ces deux donzelles misérables pour les écraser de tes chaussures. Or, tu ne combats pas à armes égales. Laisse le temps au temps, tu te prépareras.

Et tandis que tu écoutes d'une seule oreille les lois édictées par le sac de sable, tu mets en action tes méninges. Elles tournent, s'échauffent, s'affairant à transmettre à travers les neurones, des informations électriques dans toutes les directions. Dendrite, corps neuronal, axone : le cycle se répète à l'infini. Tu poses mentalement les pions sur l'échiquier de ton esprit, renverse les cavaliers adverses, fait tomber les tours une à une, sans laisser le moindre espoir à ton adversaire virtuel. Ta stratégie s'enracine en se nourrissant de ta colère profonde. A peine arrivé, tu imagines déjà le grand final. Tu vois des armes, tu vois des hommes, tu vois du sang. Des flammes s'élevant au-delà des bâtiments. Tu vois des larmes et de la sueur, des cadavres jonchant les dalles. A travers la cité tu contemples un spectacle effroyablement délicieux. Tes pupilles dilatées brillent d'un éclat ocre-doré. La victoire brillera dans ton sillage, et des cendres du Palais des Anges s'érigera le premier symbole de ton pugilat. Isabel, le temps viendra où elle périras sous tes coups. Et depuis ce duel au sommet, un pas de plus vient de t'en rapprocher.

 
Rien ni personne ne pourra m'empêcher d'accomplir mes volontés.


Relevant la tête, tu observes une dernière fois Marie. Sa silhouette te seras familière dès à présent, et plus jamais tu n'oublieras ni sa voix, ni les sensations associées à sa présence. Les lois, elles sont inscrites dans ton hippocampe. Juste auprès de ton rêve de tuer la reine des anges. Toi, Dragon, tu t'installeras dans cette ville, et fera de Damned Town le plus grand avant poste des démons. L'ultime rempart face à l'impérialisme céleste. Un sanctuaire.

« Iamque erat in totas sparsurus fulmina terras sed voluit, ne forte sacer tot ab ignibus aether conciperet flammas longusque ardesceret axis esse quoque in fatis reminiscitur, adfore tempus quo mare, quo tellus correptaque regia caeli ardeat et mundi moles obsessa laboret »


Tu portes l'épée des Enfers. De sa lame pleuvra la mort sur le Paradis.
La terre fera chuter le ciel, le mal vaincra le bien.
Et les démons reprendront le pouvoir.
Tel sont les rêves du Dragon.
Rêves qui bientôt deviendront réalité.

(c) codage by Serfy


____________________________________________________________

Dragon reign over the city
Phaedra - Lucius Annaeus Seneca ✻  Iamque erat in totas sparsurus fulmina terras sed voluit, ne forte sacer tot ab ignibus aether conciperet flammas longusque ardesceret axis esse quoque in fatis reminiscitur, adfore tempus quo mare, quo tellus correptaque regia caeli ardeat et mundi moles obsessa laboret.
avatar
Dragon Souverain
Dragon Souverain
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 712
Âmes : 394
Date d'inscription : 10/05/2015
Age : 19

Localisation : Palais des démons
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Prologue : Tâche d'encre Lun 28 Mai - 5:39

Prologue : Tâche d'Encre
Isabel & Keithan
❀ Cette femme a un don incroyable. De par sa présence et sa forte prestance, elle parvient à calmer la tempête qui menaçait tantôt de s'abattre sur la place. Comme si les Dieux lui obéissaient... ou sentaient en elle le divin que l'on retrouve en chacun de nous. Tu restes admirative face à sa volonté de fer, à cette intransigeance à peine voilée qui a le don unique de mettre le Dragon dans tous ses états. Pourtant, tu ne peux t'empêcher de sentir un léger goût amer au fond de ta gorge, signe avant-coureur de la déception qui te submerge peu à peu.

❀ Toi qui te faisait une joie de te débarrasser de lui une bonne fois pour toutes ! De le renvoyer à son Créateur, de le confronter à l'ensemble de ses pêchés capitaux... Pourquoi faut-il que le destin s'en mêle corps et âme ? Cette querelle ancestrale ne pourra t'elle donc jamais tomber dans l'oubli ? Non. Non Isabel, chère enfant gâtée par la vie, l'Univers refuse de te libérer de ton fardeau. Tu devras apprendre à vivre avec lui, en cette humble cité, dans l'espoir unique d'assister à sa déchéance. Il te faudra faire montre de stratège, afin de lui damer le pion à la moindre occasion. Et peut-être qu'un jour prochain, tu finiras par lui ôter la vie et mettre un terme définitif à ses horreurs.

Mon nom est Marie Klinton, et je protège Damned Town au prix de mon existence. Je n'ai d'ordre à recevoir de quiconque, et je ne laisserai personne troubler la vie paisible que souhaite mener toute âme errante au sein de la cité. Je prendrais tous les risques nécessaires pour assurer la pérennité de la ville, quitte à en payer le plus lourd des fardeaux. Ma décision est prise.


❀ La voix de l'encapuchonnée te ramène illico à la réalité. Tu sursautes, manifestement troublée par sa présence. Marie Klinton... Bien entendu ! Comment as-tu pu l'espace d'une seconde oublier son nom ? Qu'importe. Ses paroles sont aussi limpides que de l'eau de roche. Elle pourrait s'arrêter là et te rendre la motricité de ton corps, mais elle s'en abstient toujours. Non, elle n'a pas terminé son petit discours formel.

En ce jour marqué par l'avènement du Ciel et de la Terre, j'énonce aux deux souverains dichotomes les lois absolues de la cité.


❀ L'ensemble de tes neurones endoloris se concentrent sur les différents points énumérés par Marie. Tu dois les retenir et en faire une charte une fois au palais. Que tous tes conseillers soient mis au parfum le plus vite possible ! L'incident d'aujourd'hui ne doit plus se reproduire sur cette place. Tu t'en fais la promesse solennelle. Si tu dois vaincre Keithan, ça sera sur ton terrain... ou le sien.

❀ Tu fermes tes paupières et te focalises sur sa voix cristalline. Sept points en tout, sept petites lois immuables, gravées dans la stèle. Il ne t'en faut pas plus pour comprendre que l'ensemble de la cité sera régie par ces mots aussi brefs soient-ils. Et tu les acceptes, sans poser la moindre question. La dirigeante de Damned Town a parlé. Ta silhouette reprend une posture normale tandis que tes extrémités retrouvent leurs sensations. Il était temps ! Tu lâches ton arc et procèdes à des moulinets de poignets, calmement. Enfin, presque...

Rien ni personne ne pourra m'empêcher d'accomplir mes volontés.



❀ Le cancrelat qui se prend pour un Roi est toujours là, mais plus pour longtemps. Il sait qu'il n'a plus le choix, qu'il doit ravaler sa fierté et repartir la tête basse. Avoir subi l'humiliation d'une jeune femme le dégoûte tellement... Tu serais presque tentée de le consoler d'une tape amicale sur l'épaule... Pauvre fou ! Nul ne se sentirait capable de te prendre en affection. La honte pèsera sur ta tête aussi longtemps qu'il le faudra ! Ton pire ennemi te dévisage une dernière fois, s'attarde une seconde sur Marie et tourne les talons. Tu pestes en silence.

La mort sera ta seule échappatoire. Je ne te laisserai pas obtenir satisfaction. Et si je dois y laisser la vie, je n'hésiterai pas un seul instant. Qu'il en soit ainsi.


❀ Tout est dit. Tu n'as plus rien à faire ici. En reine impériale, fière et droite, tu déploies tes ailes blanches et t'élances depuis les dalles humides. Il te faut prendre ton envol et informer Peter de ce qui s'est produit durant cette heure pénible. Ton arc git sur la place, symbole d'une bataille inachevée. Tu ne le récupéreras pas, tel est le modeste prix à payer pour ta négligence.

"Si vis pacem, para bellum.
Si tu veux la paix, prépare-toi à la guerre.
"
©️ YOU_COMPLETE_MESS
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Prologue : Tâche d'encre Lun 28 Mai - 11:00



Prologue : Tâche d'encre





Le silence retombe en volute sur la place publique. La douce mélodie de la paisibilité envahit l'atmosphère, ne laissant que la chaleur du soleil revenu inonder de ses rayons cristallins les vestiges d'un duel sans merci. J'expire, heureuse de ressentir la pression insoutenable se dérider, et l'ardeur de la violence s'éteindre. Je suis intervenue à temps cette fois. De mes mains sereines j'ai mis un terme au combat. Je me sens en résonance à nouveau avec la cité. J'entends ses poumons se gonfler, ses cavités cardiaques se contracter, et son sang s'échouer dans leurs vaisseaux de pierres. Écho de mon propre corps, l'ordre véritable reparaît. Plus grand et majestueux que jamais, il est sublimé par l'éclaircissement céleste.

Les deux adversaires tournent les talons, et quittent leur ancien champ de bataille confisqué. La rage au ventre, les dents serrées, ils se retournent vers leur origine. J'entends les talons d'Isabel claquer contre les marches de son palais. J'entends les pierres se mouvoir pour former un édifice pour le démon. La brise tourne la page sur un passé de paix et d'harmonie.

Demain, les humains n'auront plus aucun souvenirs du duel des deux êtres divins. Comme après un long sommeil, ils se réveilleront, les yeux lourds d'avoir trop dormi. Les anges, et les démons, n'auront qu'une unique image de ce jour. Un tableau immense, retraçant les traits figés d'une reine angélique et d'un roi démoniaque, croisant le fer sous un orage d'éclair. Ne se souviendront de moi que les deux souverains, seuls témoins de mon intervention. Dès demain, mes lois se graveront contre la pierre de la Mairie. J'ancrerai définitivement mon empreinte au sein de Damned Town, pour la protéger de la destruction.

Je crains que la venue de nouveaux êtres ne menace l'équilibre millénaire du monde. Je sens, que la roue vient de tourner. Le destin m'appelle de son chant lancinant. Plus rien ne sera comme avant. Je dois me résoudre à chaque seconde à l'avenir à m'efforcer de surveiller de mon regard perçant la ville. De sonder à travers la foule et les ruelles désertes, la moindre trace de chaos pour l'apaiser. Je deviens garante du respect et du calme.

Mes vêtements se soulèvent, mes pas légers et silencieux m'écarte de la grande place. Je retrouve rapidement mon observatoire, et me pose assise. Une main vient libérer ma longue chevelure, et de mes pouce et index, je laisse glisser entre mes doigts ma bague. Je la lève, entourant de son corps précieux l'astre divin. Une ombre filiforme s'en dégage, pointant de sa langue ma poitrine. Mauvais présage. Puis la lumière décline avec la montée de la Lune. Il va faire nuit. Dormez bien, habitants de Damned Town.

Dans quoi me suis-je impliquée ? Je ne trouverais plus le repos.
Il s'agit peut-être de la dernière nuit d’accalmie avant les fléaux.
Le destin au-delà des nuages flamboie
Et la vie palpite depuis mes doigts.

« Où vais-je ? je ne sais : mais je me sens poussé d'un souffle impétueux, d'un destin insensé. Si cette nuit est une nuit du destin, bénédiction sur elle, jusqu'à l'apparition de l'aurore nouveau ! »
avatar
Dirigeante
Dirigeante
Voir le profil de l'utilisateur http://damnedtown.forumactif.org
Messages : 268
Âmes : 66
Date d'inscription : 10/05/2015
Localisation : ?
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Prologue : Tâche d'encre

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Prologue : Tâche d'encre
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [LOI] Lois héraldiques royales : prologue
» Prologue
» Prologue du film 16 Pokémon L'éveil de Mewtwo
» Prologue d'une étrange histoire.
» L'Épilogue du Prologue [One-Shot]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Damned Town :: Avant toute chose :: Histoire :: Histoire-
Sauter vers: