Radja DALGARNO - CASTIGAT RIDENDO MORES

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
MessageSujet: Radja DALGARNO - CASTIGAT RIDENDO MORES Dim 14 Jan 2018 - 18:44

Radja Dalgarno

Libre


NOM × DALGARNO

PRÉNOM × Radja

SURNOM × Libre

ÂGE × 20 ans

DATE & LIEU × Capitale Enfers – 07 Juin

NATIONALITÉ ×Espagnol

SEXE ×Homme

GROUPE ×Démons déchus

SITUATION ×Célibataire

ORIENTATION ×Bi

PERSONNAGE SUR L'AVATAR ×Sirius Black
Amoureux de la poésie, de la langue de Shakespeare, ce petit bout d’homme ne se lasse pas de lire et de relire les grands classiques littéraires. Passionné par la réthorique, par l’évolution de l’humanité, ses fondements et son histoire, il adore particulièrement s’imprégner de connaissances.

Qu’elles soient néanmoins scientifiques ou plus philosophiques, il n’en a cure, le tout pour lui est de progresser, peu importe le domaine dans lequel on souhaite se lancer. Il faut en effet bien passer le temps et laisser la journée s’écouler, non ?

Tranquille et doux comme un agneau, ce pacifique acéré conserve une grande foi en l’humanité. Plein d’espoir et de rêves, ses pensées l’entraînent dans de joyeux voyages où il ne cesse de se complaire. Rêver sa vie, c’est quand même mieux que la subir. Grand penseur, il n’en reste pas pour le moins parfois peu loquace. Ses silences sont autant de moments sacrés que nous nous devons de respecter. Bien que parfois, la langue lui soit redonnée, et que d’âme bavarde il se sente, au point peut-être un tantinet vous agacer.
Né dans une famille aisée, Radja a rapidement développé la fâcheuse tendance à compatir pour la douleur d’autrui. Donnant le sentiment de toujours vouloir s’évader vers un monde dont lui seul aurait la clé, quand il s’agit d’assister aux actes effroyables de ses pairs, il n’en demeure pas le moins d'une attention et d'un jugement redoutable. Ses mots empruntés à la littérature, empleins de calme et parfois d’un peu trop de lenteur ont rapidement agacé sa famille dans son intégralité. Ils ont bien vu que quelque chose clochait. Quand il aurait du se repaître des réunions familiales, à torturer les prisonniers, lui se contentait d’évoquer les principes et droits de l’homme, de réfuter les pratiques et traditions perpetrées. Bien que d’une extrême tranquilité, ses pupilles exprimaient la souffrance de voir ces semblables être roués de coups ou psychologiquement attaqués. Un jour, le pacifiste n’y tint tout de même plus et mit au point une stratégie militaire. C’était décidé, chaque nuit, tous les prisonniers il irait délivrer. Quand on est le fils du geôlier, l’accès au clé est bien peu surveillé. Dans la plus grande discrétion, il en vint à se maintenir éveillé, chaque soir, de par ses pages rédigées bien aimées. A l’heure où le clocher sonnait les douzes coups, il descendait ensuite d’un pas incertain, frémissant de la peur de se faire prendre. Au bout de quelques jours, en effet, il fut attrapé. Il fallait bien qu’à un moment ou un autre, la mascarade prenne fin. Emporté comme il l’était, son père signa dans la soirée les papiers de la clinique. Réputée pour la radicalité de leurs soins, en périphérie de la ville, le cadre paraissait idéal pour son fils dont la bonté avait dépassé le consentement. A partir de là, il rencontra la petite Linnéa, avec laquelle il put  se confier sans se cacher, qui l’écoutait enfin sans pour autant le juger, le mépriser, le voir comme l’handicapé dont il aurait fallu se débarasser. Ensemble, ils traversèrent quantité d’épreuves dont il vous faudra discuter avec moi. Mais un beau jour, Radja fut séparé de la jeune Linnéa, et depuis, leur route ne se sont plus recroisées.

En réalité, son père le réclama à nouveau auprès de lui, voyant bien au fil de ses visites, que, malgré le traitement, rien n’avançait. Agacé de mettre tant d’argent dans cette foutaise, il arrêta le tout, brutalement. Cela ne perturba pas le moins du monde Radja, qui manifesta même quelques mimiques de joie! De par son temps libre retrouvé, et par le malaise familial qui régnait à chaque fois qu’un des siens il rencontrait, il prit le parti de rendre visite à sa chère Linnéa, sitôt qu’il pu à nouveau se mouvoir librement dans la ville. Arrivé à la clinique, il apprit cependant que la jeune allemande avait fugué. Soudain inquiet de l’imprudence que sa tête de nœud d’amie pouvait commettre, il décida de fuguer à son tour, emportant ses quelques bouquins favoris, sur les traces de sa jeune amie. C’est ainsi qu’il se retrouva à Damned Town, méprisé par les siens et désireux de retrouver les traces de Ly’.
Alors, n’importe qui peut prendre le personnage de Radja, qu’il s’agisse d’une première expérience ou d’un joueur confirmé. Je n’ai cure de cet aspect. La seule condition essentielle à mes yeux est que l’on comprenne bien l’esquisse du caractère de Radja afin de lui donner une forme en accord avec les traits que j’aurais voulu lui donner. Être inspiré et vouloir faire prendre vie à ce fou de littérature sont donc à mes yeux les seules obligations que je demanderais au futur joueur (; Ah et aussi avoir un peu d’imagination! Un rêveur ne peut rêver si cette partie là en vient à manquer.

Au sujet de l'histoire en revanche, toute modification est faisable tant qu'elle demeure cohérente avec son caractère. Je suis ouverte à toute proposition d'amélioration, ou de critique quant au réalisme de cette histoire. Je n'oublie pas que pour jouer un personnage, il faut aussi être en phase avec lui. C'est pourquoi si le futur joueur, pour se sentir à l'aise avec Radja a besoin de la moindre adaptation, je reste à disposition par Mp pour en discuter.

Merci par avance à l'être qui le choisira ♥️
Linnéa Krämer Petite sœur de coeur de Radja, elle est le motif de sa venue à Damned Town. Les deux se portent une affection sans nom, indescriptible et poignante à la fois. Bien qu’ils risquent d’évoluer différemment, ils ne peuvent oublier les épreuves que la clinique leur a demandé d’endurer, et qu’ils ont fini par devoir supporter, à deux.
avatar
Démone déchue
Démone déchue
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 36
Âmes : 101
Date d'inscription : 31/08/2016
Age : 18

Revenir en haut Aller en bas
Radja DALGARNO - CASTIGAT RIDENDO MORES
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» UN MANDAT D'ARRET CONTRE TUNEBE DELPE ! AVANT QU'IL SOIT TROP TARD....
» REGARD SUR L’ACTUALITÉ HAÏTIENNE \ de Férère Coffy, observateur politique
» Agriculture
» OP lavalas an bandisyon menase reprann OPERASYON BAGDAG
» Baby dok ak Switmiki?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Damned Town :: Le personnage :: Prédéfinis :: Prédéfinis "Démons"-
Sauter vers: