When purity meets madness... (feat Ana R. Malleby)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
MessageSujet: When purity meets madness... (feat Ana R. Malleby) Mer 27 Sep - 17:02



When purity meets madness...

Ana R. Malleby & Zora MagnusL'automne. Le temps se rafraîchit, les feuilles tombent... La rentrée des classes n'épargne personne, pas même Zora qui ne s'en sort plus dans sa paperasse. En ce mercredi matin, elle reçut la visite d'un habitant un peu particulier, le genre rat de laboratoire accro à tout ce qui touche à la science. Ce dernier venait lui apporter une collection d'encyclopédies haute comme un immeuble de trente étages, sous prétexte qu'il en avait trop et qu'il souhaitait les faire partager à la ville. Chouette idée mon bon Monsieur ! Mais où est-ce que je les range ? Sans compter tous les retours tardifs, les emprunts en cours et les nouveaux abonnés à sa bibliothèque ! L'alter-ego pestait en silence, se frappant la tête contre son bureau. La pièce se retrouvait inondée de piles de livres, avec à peine assez de place pour se frayer un chemin vers les rayons de la grande salle voisine. En proie à la panique, Zora avait exceptionnellement fermé la boutique le temps de tout remettre en ordre. S'ils sont pas contents, c'est pareil. Merde !

Plus de deux heures pour faire le bilan de son encyclopédie. Une heure de plus pour les remettre dans le bon ordre. Une heure supplémentaire pour démanteler une étagère entière à son classement, et les coller là en espérant que personne n'y touche. Depuis son réagencement il y a plusieurs mois, la recherche d'ouvrages était devenue plus simple, plus ludique. Hélène ne voulait pas s'en mêler pour l'instant, Zora s'en foutait pas mal de son avis de cul serré et avait refait la déco à sa manière. Certains l'avaient même félicité pour ça. Au final, elle avait fini par apprécié juste un peu le boulot imposé par sa... colocataire corporelle. Souriant à pleines dents face à son tour de force, elle déchanta rapidement. Tous les livres qui se trouvaient là avant son ménage... Qu'allait-elle en faire hein ? Pivotant sur elle-même, elle observa chacune des étagères voisines, espérant trouver de la place. Non... N'y pense pas débile ! Se rendant compte de la galère dans laquelle elle venait de s'embarquer, elle respira un bon coup et procéda autrement. D'abord les retours de livre, après le rangement. Il n'y en avait pas tant que ça au final. Et hop ! Une autre heure de plus pour cette tâche quotidienne. Résultat des courses ? Il est 13h passé, elle n'a rien avalé de consistant depuis son réveil et elle n'est pas prête de prendre l'air. Merci bien...

18h. Enfin la délivrance ! Zora n'en peut plus, presque à vouloir mourir sur place. Quelle idée a t'elle pu avoir pour venir à bout de son rangement ? Ô que oui, elle en a eu une, un truc ingénieux qui va lui rapporter de l'argent. Oui Madame ! Un ménage de printemps de presque cinq heures ! Sa bibliothèque regorgeant de tout et n'importe quoi, ça n'était pas difficile pour elle de savoir ce qui pouvait rester de ce qui devait dégager. Et mieux encore ! Les archives sont clean ! Cette foutue salle remplie de moutons et de poussière n'est plus qu'un lointain souvenir. Les antiquités sont dans des nouveaux cartons, tous étiquetés pour qu'elle s'y retrouve. Les étagères en métal accueillent les bouquins de la salle principale jugés has been par la demoiselle. Et il y en avait ! Même si les archives ne sont pas complètement remplies, Zora se félicita pour son endurance. Sa bibliothèque a fait peau neuve, littéralement. Demain, elle pourra rouvrir à ses habitués et recevoir les lauriers. Fort bien ! Mais où est l'argent là-dedans ? Dans sa paie. Cette fois-ci, elle augmentera. Ayant toujours un patron au dessus de la tête, même à caractère officieux, ce dernier se fera une joie de la féliciter par un chèque plus gros. Elle n'a pas besoin de lui demander, elle le sait c'est tout. Alors la jeune femme jubile, terminant de nettoyer les saletés qui restent au sol. Ses vêtements sont sales, elle va devoir se changer en rentrant.

19h. Zora est dans un parc, allongée dans l'herbe en train de profiter du coucher du Soleil. Il ne fait pas si froid, c'est étonnant à cette période ! A peine eut-elle le temps de quitter son boulot, de rentrer chez elle, de se remettre en état et d'avaler un truc, la revoilà déjà dehors en train de glander ! Oui, elle acceptait cette éventualité. Ne rien foutre, ça détend. Et à part ses habitués du boulot, elle n'avait revu personne. Pas Jake, qu'elle pensait croiser derrière un rayon de livres. Pas Fredo... Non pas lui, surtout pas ! Elle le giflerait à la moindre occasion. Pas même cette garce de Avalon tient ! Et pourtant, rien ne lui ferait plus plaisir de lui éclater la gueule avec ses poings ! Et Flora dans tout ça ? La jeune et jolie petite fille fragile... La gerbe. Les seuls qui avaient une quelconque importances restaient cette chère Casey et Miyabi. Tient d'ailleurs ? Et ses photos ? Elle n'avait pas pensé à aller les récupérer ! Trop de travail tout l'été... peut-être que lui aussi était débordé ? Elle se rappela ce délicieux shooting au Holy Fire. Un si bon moment... Mais alors qu'elle s'imaginait des choses assez coquines, son œil droit reçut comme un flash de lumière. D’instinct, elle tourna la tête vers ce qui l'avait dérangé, se redressant avec ses mains. Juste à côté d'elle, une jeune femme s'était incrustée. Les cheveux longs et blancs, le teint pâle, avec des habits particuliers. A sa façon de la dévisager, elle semblait vouloir lui demander quelque chose, sans pour autant oser le faire.

« Allons donc ! Que me veux-elle celle-là ? »
© YOU_COMPLETE_MESS

____________________________________________________________

Duality, which is the contradiction of unity, is also the consequence.
avatar
Humaine
Humaine
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 252
Âmes : 231
Date d'inscription : 08/06/2016
Localisation : A la bibliothèque
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: When purity meets madness... (feat Ana R. Malleby) Sam 30 Sep - 18:25

When purity meet madness...Zora Magnus & Ana. R Malleby
Ana était assise sur son canapé. Les coudes sur les genoux et le regard perdu dans le vide, cela faisait bien 1heure qu’elle n’avait pas bougé. Du moins, son corps n’avait pas esquissé un mouvement, mais son esprit lui dérivé au milieu d’une mer de souvenir.
La jeune femme était arrivé il y a deux jours à Damned Town, mais elle n’avait pas encore eu la force de déballer tous ses cartons. Comme si son arrivée dans cette ville n’était pas un choix délibéré de sa part, mais plutôt une vile farce du destin. Elle n’avait pas pour habitude de s’apitoyer sur son sort, mais à ce moment précis, une certaine mélancolie l’envahissait.
N’avait-elle pas assez souffert ces dernières années ? Perdre un mari, un enfant n’étais-ce pas assez ? Il fallait aussi qu’elle perde ses parents ? Pas au sens propre du terme bien sûr, mais Eve n’avait jamais été aussi seule qu’aujourd’hui. Seule et perdue dans une ville où se mélangeait les races. Elle avait imaginé qu’une telle chose la mettrait en joie, mais maintenant qu’elle y était, elle redoutait la confrontation avec les êtres du démon.
Le rideau blanc voleta au contacte du vent, ce bref mouvement tira Ana de ses pensées. Elle réalisa avoir oublié de fermer la fenêtre et par la même occasion que la température dans la pièce avait étrangement diminué.
Se traitant d’idiote la médecin se leva enfin et referma sa fenêtre. Elle avait pris ses quartiers avec ceux de sa « race » et le quartier était plutôt jolie, calme. Peut-être pourrait-elle aller faire une ballade ? Cela aurait peut-être un effet apaisant sur l’esprit préoccupé de cette dernière et cela serait un moyen parfait pour découvrir cette nouvelle ville.

Les cartons peuvent bien attendre n’est ce pas ?

Ana prit son manteau et une grande écharpe bleu claire qu’elle aimait porté, un cadeau de son époux qu’elle n’avait jamais plus quitté. Un dernier regard envers son petit appartement plein de carton et Ana claqua la porte de bois.

Une fois dehors, la femme aux cheveux blancs se laissa un instant pour profiter des rayons du soleil sur sa peau. Il faisait doux pour un automne dans les montagnes. Ana ne savait absolument pas où pouvait bien se trouver cette endroit, elle n’avait jamais rien vu de tel, que ce soit sur Terre ou au Paradis. Etait-elle entre deux mondes ? Une dimension parallèle comme dans les histoires des terriens ? Sûrement vu qu’ils meurent pour arriver ici.
Cette pensée lui arracha un petit rire. Elle aimait l’idée d’être dans un lieu n’existant sur aucune carte, n’existant peut-être même pas finalement.

Ana tourna sur elle même, où devait-elle allait à présent ? Elle avait choisis de partir en ballade, mais ne connaissait rien à cette ville. Et elle ne doutait pas que de nombreux quartiers seraient plutôt à éviter pour une créature comme elle. Où se trouvait ces lieux malfamés ? La jeune femme se rendit compte qu’elle n’en avait pas la moindre idée. Elle serait bien incapable de dire même où se trouvait le premier commerce, alors qu’il devrait y en avoir dans une ville comme celle ci.
Il était important qu’elle se fasse des amis, de bons amis, qui pourront l’aider à éviter les pièges de ce monde et à s’intégrer. Et elle ne doutait pas qu’il existe des endroits où rencontrait tous types de personnes.
La ville lui semblait pour le moment vide, mais ce n’était pas une ville fantôme, elle le savait. Les habitants de ce monde devait bien passer leurs temps libres quelques parts. D’autant plus que l’heure tardive de l’après-midi favorisé les sortis après le travail.

Pleine d’espoir de rencontre, l’ange aux cheveux d’argent se mit en route, un pied devant l’autre sans vraiment savoir où tous cela aller la mener.
Elle déambulait depuis plus d’une heure dans les rues, avec l’impression d’être dans un véritable labyrinthe. Ana se demandait si un jour elle retrouverait son chemin, elle avait une bonne mémoire certes, c’était même essentielle en tant que médecin, mais tous se ressemblait tellement ici.
Elle n’avait croisé que deux ou trois personnes, qui n’avaient pas daigné répondre à son bonjour. Ana n’avait pourtant pas perdu son sourire devant les mines renfrognés qu’elle avait croisé. Mais elle commençait à en avoir mare de se perdre ainsi et hormis des maisons alignés, la jeune femme n’avait encore rien vu. Peut-être que la « ville centrale » ne se trouvait pas ici, qu’il y avait un moyen d’y accéder autrement qu’en errant entre les habitats de ses confrères.

Au moment où elle s’apprêtait à tourner les talons et tenter de rentrer chez elle, deux personnes la doublèrent parlant de se rendre dans un parc. Ana tenta de les aborder pour savoir où se trouvait ce lieu de vie commune, mais elle ne reçut des deux personnages qu’un regard de travers qui la transformèrent instantanément en pivoine.
Elle se mit donc à marcher tout droit espérant tomber dessus et même si elle n’y rencontrait personne, Ana avait besoin de voir de la verdure et respirer un air non vicié.

Et si Dieu existe, il a béni cette jeune femme. Elle n’eut pas plus de cinq minutes à faire avant de tomber sur les grilles donnant sur le parc municipale.
Une bouffée de joie l’envahit et un profond soulagement aussi, cette ville n’était pas uniquement composée de maisons alignés les une sur les autres.

Ana s’engagea sur le chemin en terre battue, profitant pleinement du vent d’automne. C’était un parc magnifique, les arbres avaient revêtus leurs manteaux d’or, qui commençait même à tomber, révélant par moment leurs branches nues. La vie et la mort, un cycle éternelle qui rendait ce monde moins effrayant.
La jeune femme inspira profondément, apaisée. Elle était à nouveau prête à rencontrer des gens, mais le parc semblait désert. N’ayant pas pris sa montre, elle n’avait aucune idée de l’heure, mais la position du soleil la conforta dans son idée qu’il commençait à se faire tard.
Elle décida de faire un petit tour de l’endroit avant de reprendre le chemin de sa maison pour y faire le rangement de ses affaires et ne plus dormir sur son petit canapé.

Ana continuait sa petite promenade quand elle tomba nez à nez (enfin façon de parler) avec un corps allongé sur le sol.
Sa nature de médecin reprit immédiatement le dessus croyant à un malaise ou bien arrêt cardiaque. Son pas se fit plus pressant, droit sur cet être étendu et inconnu. Mais arrivé devant, Ana se rendit compte de sa méprise et que le corps qu’elle croyait en difficulté était tout simplement assoupie.
C’était une femme, une jeune femme aux cheveux bleus.
A bien y regarder, la bleutée n’était peut-être pas complètement endormie. D’ailleurs, elle se tourna assez brusquement vers Ana et dans son regard se lisait la colère envers la petite ange pour l’avoir tirée de son état de somnolence.

« Allons donc ! Que me veux celle-là ? »

Le ton de la voix de son interlocutrice fit sursauté Ana . Elle se sentait comme une petite fille prise la main dans le sac de friandises. Elle recula brusquement d’un pas et se mit à bafouiller face à la femme allongée dans l’herbe. Complètement paniqué, les mots ne trouvaient pas leurs place dans la phrase en se bousculait sur ses lèvres.

« - Je...oh...moi...désolé...je...pardon vraiment...je croyais...enfin j’ai cru que….mais en fait….non...enfin...je...pardonnez moi... »

Réalisant à quel point elle était ridicule à cette instant précis, Ana se transforma à nouveau en une belle tomate bien mûre. Elle ferma donc la bouche et s’inclina. Une situation encore plus ridicule qu’avant car la jeune femme à qui elle présentait ses respects était allongé dans l’herbe encore verte du parc municipale.

"- Veuillez m'excuser. Je m'appelle Ana Rose Malleby et je viens d'arriver, je me suis arrêté,
non pour vous importuner, mais car j'ai cru que vous étiez en difficulté. Encore une fois, je m'en excuse.

© 2981 12289 0
avatar
Ange
Ange
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 14
Âmes : 54
Date d'inscription : 01/07/2017
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: When purity meets madness... (feat Ana R. Malleby) Dim 1 Oct - 0:09



When purity meets madness...

Ana R. Malleby & Zora MagnusMerde ! J'ai parlé trop fort. Zora ne pensait pas que sa réflexion serait entendue. Peut-être la fatigue de la journée... Dans tous les cas, elle était prise sur le fait. Mais l'inconnue fut en proie à un malaise. Inverse les rôles chérie ! Ça te plairait d'être emmerdée de la sorte ? L'alter-ego devenait vraiment misanthrope à la longue. Depuis toujours, sa vie se reflétait à détruire celle des autres, pas à se faire des amis. Peu importe. Voyant un tel désarroi dans les yeux de la fille, elle tendit l'oreille sur ses mots entrecoupés.

« Je... oh... moi... désolé... je... pardon vraiment... je croyais... enfin j’ai cru que…. mais en fait…. non... enfin... je... pardonnez moi... »

La jeune femme prit dix secondes pour réfléchir. De sa vie, jamais personne ne s'était autant effondré devant sa petite personne. Surtout que cette fois, elle ne s'était pas démarquée par quelconque provocation ou torture psychologique. Son regard neutre, limite antipathique scrutait les joues de l'inconnue. Plus rouge que ça, tu meurs ! Mais par une prouesse des plus remarquables, elle s'inclina devant Zora et se présenta :

« Veuillez m'excuser. Je m'appelle Ana Rose Malleby et je viens d'arriver, je me suis arrêté, non pour vous importuner, mais car j'ai cru que vous étiez en difficulté. Encore une fois, je m'en excuse. »

« Non, ne vous excusez pas. C'est moi... J'ai été surprise. Je pourrais mettre ma mauvaise humeur sur le compte de ma journée de travail, mais ça n'excuse en rien mon attitude. »

Pas mal. L'alter-ego se sentit con un court instant. Cette Ana qui pensait qu'elle était en difficulté au point de venir lui prêter assistance... Il n'y avait pas de mal à ça finalement. Se relevant péniblement, elle épousseta sa jupe de travail, s'approcha de la jeune femme et lui tendit une main amicale, léger sourire sur ses lèvres.

« Je m'appelle Zora Magnus. Encore une fois, excusez mon fort caractère. Je ne mords pas en temps normal. Que puis-je faire pour me faire pardonner ? »

Et de trois ! Ô rage, ô désespoir, ô cruelle ennemie que pouvait avoir Zora en ce moment. Pourquoi chercher la merde tout le temps ? Mais cette fois-ci, cette idiote de Hélène n'y était pour rien. Zora ne put s'empêcher de repenser à la manière extraordinaire où elle avait percuté Fredo et Jake avant de se rendre au parc d'attractions. Elle avait dû se faire pardonner pour les deux. Le premier s'était jouer d'elle au point de la rendre dingue, et le deuxième avait mis ses sentiments à nu. Que pouvait lui réserver Ana à son tour ? Peut-être rien de méchant, comme la pire des punitions. Elle observa la jeune inconnue sous toutes les coutures. Son visage ne lui évoquait rien. Était-elle nouvelle dans cette ville maudite ? La question se poserait en temps voulu. Pour l'heure, Zora devait ranger sa rancœur habituelle et remettre son masque de bibliothécaire modèle.
© YOU_COMPLETE_MESS

____________________________________________________________

Duality, which is the contradiction of unity, is also the consequence.
avatar
Humaine
Humaine
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 252
Âmes : 231
Date d'inscription : 08/06/2016
Localisation : A la bibliothèque
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: When purity meets madness... (feat Ana R. Malleby) Lun 2 Oct - 18:31

When purity meet madness...Zora Magnus & Ana. R Malleby
Ana redressa la tête assez rapidement en voyant la main qui lui était tendu. Perplexe, elle ne savait pas vraiment comment régir, elle resta quelques secondes à fixer la main comme si cette dernière aller la frapper ou bien l’attraper.
Que voulais bien pouvoir dire ceci, en Chine, elle n’avait jamais vu personne faire une chose pareil. Personne ne tendait une main ainsi : on donnait quelque chose à deux mains et l’on se saluait en s’inclinant.
De plus, elle avait refusé les excuses de la jeune femme, alors qu’Ana se savait parfaitement en tort. Et puis il vaut toujours mieux s’excuser, même sans raison, et l’autre se doit d’accepter les excuses.
Ana était complètement perdue un tel comportement la mettait mal à l’aise et elle ne savait pas vraiment comment y réagir : fallait-il décliner ou bien faire comme si ce petit manège lui était parfaitement famillié ?  

« - Je m’appelle Zora Magnus. Encore une fois, excusez mon fort caractère. Je ne mord pas en temps normal. Que puis-je faire pour me faire pardonner ? »

Ana serra maladroitement la main tendue, sa main à elle tremblait et son bras était quelque peu mollassons. C’était une chose bizarre pour elle, une chose nouvelle dans une nouvelle ville.
Elle tenta de se reprendre à nouveau, mais se mit à fixer bêtement ses pieds, complètement intimidée. Pourtant, elle en avait rencontré des gens, mais là, elle n’était pas dans son cabinet, elle n’était pas face à un patient en attente d’une réponse. L’ange était face à un autre être, qui ne lui demander rien, qui ne lui avait rien demandé plus tôt.

« - Vous ne me devez rien. Je vous en prie, c’était à moi à prendre garde de ne pas vous froisser. »

Ana avait relevé la tête pour parler à son interlocuteur. Sa voix était un peu tremblotante, mais l’expression de son visage exprimé une réelle sincérité, elle accorda même un sourire timide.
Une question lui trotté dans la tête bien sûre, même un milliard de questions et la jeune femme face à elle ne semblait pas agressive et être une habitante de longue date de la région. Elle hésitait à lui poser, se sentant déjà de trop dans cette discussion.
Ana baissa à nouveau la tête cherchant un moment ses mots.

« - Je me permet néanmoins de vous demander si cette ville possède des magasins. Je suis arrivée il y a quelques jours et jusque lors je n’ai rencontré presque personne et je n’ai vu que des maisons semblables s’aligner, ainsi que ce parc. »

Ana était mal à l’aise de poser ce genre de question, elle n’avait aucune envie d’importuner son interlocutrice, encore moins de la faire fuir. C’était la première à être gentille avec elle, à lui parler. Elle était sûrement un ange, quoi qu’elle ne savait rien.
C’est à ce moment là que Ana réalisa à quel point elle était perdue : elle n’avait aucune idée de à quoi Damned Town pouvait bien ressembler, elle ne connaissait personne et surtout, elle ne savait pas à qui s’adresser. Qui sont les amis ici ? Et les ennemies à quoi se ressemblait-il? Quelle danger courrait-elle ? Pouvait-on déterminer la nature d’un être à son allure ? Ana avait l’intime conviction que c’était impossible.
Ana avait beau avoir été un médecin de guerre, elle se sentait plus vulnérable ici qu’en Syrie ou en Irak. Peut-être étais-ce d’avoir perdu son mari.
Une larme roula sur sa joue pour disparaître dans son écharpe, réalisant son état, l’argenté releva la tête et afficha sourire à la femme face à elle.

« - Je me sens un peu perdu dans tous ça, vit-on bien à Damned Town ? »

Elle se sentait perdue oui, mais Zora ne lui semblait pas le moins du monde menaçante. Elle ne l’avait pas agressé malgré son intervention inutile qui avait conduit à réveillé la bleutée, Ana voyait en elle, une amie potentielle, ou au moins une aide.
Elle avait cruellement besoin d’aide.
© 2981 12289 0
avatar
Ange
Ange
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 14
Âmes : 54
Date d'inscription : 01/07/2017
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: When purity meets madness... (feat Ana R. Malleby) Mer 4 Oct - 22:23



When purity meets madness...

Ana R. Malleby & Zora MagnusZora se retrouvait prise au piège face à une personne fragile et hésitante. Ses pensées s'envolèrent vers cette insipide Flora, tandis que Ana lui rendit sa poignée de main. Elle avait la tremblote... Elle n'allait pas se faire dévorer tout de même ! Son comportement laissait présager une fille coincée de la vie. L'alter-ego n'avait pas besoin de ça mais le destin s'en était mêlé. Si Hélène était aux commandes, elle aurait enjolivé ses paroles, couvert son visage de sourires et de joie... Jouer la fifille modèle en quelque sorte. Dans tous les cas, la "sauveuse" et bonne samaritaine regardait ses pieds, cherchant ses mots. C'est long ! Allait-elle faire un malaise ?

« Vous ne me devez rien. Je vous en prie, c’était à moi à prendre garde de ne pas vous froisser. »

Encore ses excuses ! Zora avait compris la première fois, pas la peine d'en rajouter. Si Ana ne voulait rien, autant tourner les talons et rentrer chez elle. Malgré un bref sourire timide, Ana baissa de nouveau le regard, réfléchissant à ce qu'elle voulait vraiment. Flora... Même si les deux jeunes femmes ne se ressemblaient en rien physiquement, elles pouvaient s'accorder sur leur façon d'être ! Trop chétive... Comment Hélène pouvait se suffire d'une personnalité pareille ?

« Je me permet néanmoins de vous demander si cette ville possède des magasins. Je suis arrivée il y a quelques jours et jusque lors je n’ai rencontré presque personne et je n’ai vu que des maisons semblables s’aligner, ainsi que ce parc. »

Tout de même. Aller faire les boutiques n'était pas trop demandé pour l'alter-ego, qui lui donna un petit sourire, en clignant de l’œil. Malgré cet acte de gentillesse instinctif, elle observa une larme couler sur la joue de Ana, se frayant un chemin sur le coton de son écharpe. La fille aux yeux d'argent venait de réaliser sa bassesse, les yeux toujours en fixette sur ses pieds. Elle redressa la tête et changea de visage instantanément. Son sourire se voulut plus éclatant, moins crispé. Euh... ouais ? « Je me sens un peu perdu dans tous ça, vit-on bien à Damned Town ? » Bon stop ! Trop de questions là. Zora mit sa rancœur de côté et prit les devants.

« Vous voulez voir les boutiques ? Ça sera avec plaisir. Venez avec moi Ana ! C'est par ici. La plupart ne ferment qu'à 20h, privilège non négligeable de cette ville. »

Zora voulut lui prendre le bras ou même la main pour l'entraîner dans un footing soft, elle se ravisa rapidement. Devant pareille perplexité, elle se devait de garder un peu de sérieux... Comme avec Flora. L'alter-ego tiquait déjà sur la parade qu'elle devrait jouer pour gagner sa confiance et ne pas la faire fuir au loin. La patience est règle d'or. Lui faisant simplement signe de la suivre, Zora entama le chemin de terre menant à la sortie du parc. Ana hésita... Étonnant hein ? Pas tant que ça au final. Elle rattrapa la bibliothécaire en peu de temps et marchèrent à allure normale. Il fallait briser un peu la glace.

« J'oubliais. Je travaille à la bibliothèque, si ca vous intéresse. Je viens justement de remettre de l'ordre dans tous mes bouquins. Vous seriez la première à en profiter. Mais je ne vous force à rien ! Si vous ne voulez voir que les boutiques, ça sera pour une prochaine fois. »

Zora lui tendait une perche, littéralement. Ana comptait-elle la saisir ? Ou décliner son offre en une série de plates excuses ?
© YOU_COMPLETE_MESS

____________________________________________________________

Duality, which is the contradiction of unity, is also the consequence.
avatar
Humaine
Humaine
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 252
Âmes : 231
Date d'inscription : 08/06/2016
Localisation : A la bibliothèque
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: When purity meets madness... (feat Ana R. Malleby) Mar 10 Oct - 9:09

When purity meet madness...Zora Magnus & Ana. R Malleby

La dénommée Zora lui proposait une virée dans les boutiques de la ville, boutiques qui semblent fermer plus tard que ce que l’on pourrait trouver ailleurs. Cette ville est bien animé alors, un soulagement pour Ana. Ce n’était pas qu’un village dortoir, elle ne passerait pas ses journées à déambuler seule dans les allées à attendre désespérément des patients.  

Zora fit signe à Ana de la suivre à travers le parc.Elle buta un court instant, devait-elle suivre cette femme ? Faire confiance ainsi à une pure inconnue ? Ana, d’un naturelle réticent, craignait les gens trop...démonstratif. Et bien que la jeune femme aux cheveux bleu lui inspirait une certaine sympathie, Ana se méfiait, se demandant si l’inconnue n’était pas en réalité un démon.

Elle secoua sa crinière d’argent et prit son courage à deux mains. Elle avait vécu sur les champs de batailles, supporté les bombardements et la perte de l’amour de sa vie, alors elle pouvait bien suivre une inconnue, même si cette dernière se révélait être un démon.
Oui, elle le ferait.
Elle se mit en marche d’un pas rapide vers Zora déjà parti devant. Il n’y avait que quelques mètres à faire, mais ils lui avaient déjà semblé interminable. De plus le vent avait commencé à se lever et la jeune femme commencé à avoir froid au bout des doigts.
Ana enfonça ses mains dans les poches de son manteau assez ample et son nez dans les plis de son écharpe.
Il ne lui fallut pas longtemps pour rattraper sa guide et elle la suivit silencieuse, d’un pas tranquille. Néanmoins, l’hésitation de Zora ne lui échappa pas. Le mouvement du bras avait été rapide et presque imperceptible pour un œil non initié, mais Ana était rodée à ce genre de petite observation. La médecin en conclut donc qu’il était naturel dans la culture de cette femme de se toucher, d’être physiquement proche même des inconnus. C’était très intéressants, nouveau, elle n’avait jamais eu à côtoyer des gens comme elle.

Le silence c’était fait entre les deux femmes et bien qu’il y ai une légère gêne entre les deux, Ana ne se sentait pas mal. Elle réfléchissait à vrai dire. Ayant quitté le paradis un peu rapidement à cause des mauvaises relations qui lui gâchait la vie, elle n’avait emporté tous son matérielle, mais elle doutait sérieusement de trouver un magasin possédant le matériel nécessaire à la pratique de la médecine.

La voix de Zora s’éleva a côté d’elle, la faisant un peu sursauter :

«  - J’oubliais. Je travaille à la bibliothèque, si ça vous intéresse. Je viens justement de remettre de l’ordre dans tous mes bouquins. Vous seriez la première à en profiter. Mais je ne vous force à rien ! Si vous voulez voir que les boutiques, ce sera pour une prochaine fois. »

Ana se tourna un peu vers son interlocutrice, Zora venait de marquer un point : elle adorait les livres et elle n’avait jamais manqué une occasion de compléter sa bibliothèque.
Les yeux brillants comme ceux d’une petite fille à qui l’ont offre une tarte au chocolat, Ana offrit un large sourire à la jeune femme à ses côtés.

« - Ce serait un honneur pour moi d’être la première à voir la réorganisation de vos étagères. Les livres sont une chose magnifique et je ne raterai jamais une occasion d’un dénicher de nouveaus. »

La jeune femme à la chevelure argent reposa les yeux sur le parc qui les entourait.

« - Un livre est une porte vers un monde imaginaire il paraît, c’est vrai que ça permet de s’évader, d’être une autre personne l’espace d’un instant. Mais c’est bien plus que ça. Le livre, à mes yeux, c’est la plus belle expression du savoir de l’Homme. Nous avons appris à écrire, à lire et nous avons consigner tous ce que nous avons appris sur des morceaux de papiers. Des forêts entières de savoir en somme,...je trouve cela exaltant. »


Elle se tut, à nouveau plonger dans ses pensées.
La brise caressa les joues roses d’Ana, elle était heureuse d’avoir trouvé une nouvelle amatrice de lecture, si elle en est une…

« - Qu’en pensez-vous ? »
© 2981 12289 0
avatar
Ange
Ange
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 14
Âmes : 54
Date d'inscription : 01/07/2017
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: When purity meets madness... (feat Ana R. Malleby) Mar 10 Oct - 17:36



When purity meets madness...

Ana R. Malleby & Zora MagnusBingo. Zora pouvait lire l'émerveillement dans le regard de la jeune femme. La littérature plait à énormément de monde, contrairement à ce qu'elle pense. Ana lui lâcha un sourire qui en dit long sur ses intentions. Voir les boutiques serait une simple balade. Et retourner sur son lieu de travail, après tout ce grand nettoyage de printemps, ne l'inspirait en rien. Mais, comme il y a toujours un mais... Elle ferait cet effort, afin de mieux cerner cette Ana et de lui ouvrir l'esprit.

« Ce serait un honneur pour moi d’être la première à voir la réorganisation de vos étagères. Les livres sont une chose magnifique et je ne raterai jamais une occasion d’un dénicher de nouveaux. »

Elle m'en voit ravie. Zora esquissa un sourire en coin et un clin d’œil. Ana regardait les alentours, comme absorbée par la beauté du paysage. Son écharpe en laine fit rire en silence l'alter-ego. La voir aussi couverte en plein automne laissait présager que l'hiver serait une torture pour elle. Alors que les deux femmes quittaient le parc en silence, Ana se lança dans un monologue terrible.

« Un livre est une porte vers un monde imaginaire il paraît, c’est vrai que ça permet de s’évader, d’être une autre personne l’espace d’un instant. Mais c’est bien plus que ça. Le livre, à mes yeux, c’est la plus belle expression du savoir de l’Homme. Nous avons appris à écrire, à lire et nous avons consigner tous ce que nous avons appris sur des morceaux de papiers. Des forêts entières de savoir en somme,...je trouve cela exaltant. »

Zora se figea. Cet emballement pour la littérature donnerait des idées à Hélène, pas à elle. Elle se faisait chier à la bibliothèque, recluse tel un rat dans la pénombre. Et même si elle avait prit un semblant de plaisir aujourd'hui, elle préfèrerait tellement poser pour Miyabi, n'importe où ! Ne sachant quoi lui répondre, elle fit mine de réfléchir à ses propos. Et comme elle tardait à s'exprimer : « Qu’en pensez-vous ? »

« Votre vision de la littérature est fascinante. Je ne l'avais jamais vu sous cet angle. Il est vrai que les livres sont des puits de science inépuisables ! »

Pas mal comme entourloupe. Soupirant calmement, Zora s'engagea dans une grande rue passante, Ana à ses talons. La mairie n'était pas loin, mais ça n'était pas la destination. Le centre-ville et les boutiques sont toutes proches. Mais où emmener cette demoiselle en premier ? Je sais ! Souriant comme une enfant, elle passa les magasins classiques pour se rendre vers la toute dernière échoppe tendance. Enfin, de son point de vue ! Plus que quelques minutes de marche sous ce beau Soleil et enfin, au loin... L'animalerie ! Zora se précipita vers la grande vitrine, où une flopée de chatons jouaient ensemble dans leur enclos. Si elle s'écoutait, elle les prendrait tous, mais elle avait assez de travail avec un seul. Zora se tourna vers Ana, la mine enfantine.

« Je me suis dit que voir ces jolis minois vous donneraient la pêche. Je viens justement d'adopter un chaton il y a quelques semaines. Vous voulez entrer les voir ? Ou passer à autre chose ? »

Qui refuserait de jouer avec des bébés animaux ? Hormis Jake ? Pas Ana, pour sûr. Elle avait un présentement tout à coup, comme si la jeune femme allait accepter de se vider l'esprit et de se changer la tête face à ces bouilles d'amour...
© YOU_COMPLETE_MESS

____________________________________________________________

Duality, which is the contradiction of unity, is also the consequence.
avatar
Humaine
Humaine
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 252
Âmes : 231
Date d'inscription : 08/06/2016
Localisation : A la bibliothèque
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: When purity meets madness... (feat Ana R. Malleby) Lun 20 Nov - 17:06

When purity meet madness...Zora Magnus & Ana. R Malleby
Ana tomba en extase devant les petites boules de poils qui se pressaient contre la vitre, collant leurs coussinets et leurs nez roses contre le verre en miaulant.
Ils étaient si mignon, si petit, si fragile et joyeux.
Elle laissa un large sourire s’étaler sur ses lèvres et s’approcha de la surface glacée, elle fit courir un doigt sur la vitre en riant quand l’une des petites boules d’amours tenta de l’attraper.

« - Je serai ravis d’entrer dans cette boutique ! »

Sa joie pouvait se sentir dans sa voix habituellement calme et pour cause, ces petits félins qui roulaient devant elle, lui rappelait subitement sa propre forme animal. Au bien sur, elle n’aurais jamais déroger à la règle de la ville, lui imposant de ne pas se changer, mais sur Terre...elle avait souvent parcouru les forêts et les collines sous la forme d’un chat blanc aux yeux d’or. Une forme sous laquelle elle se sentait libre et invulnérable car elle lui conférait souplesse et vitesse. Elle regrettait cette époque béni où se procurait des plantes miraculeuses ne relevait pas d’un défi : sa peur du vide envolait, elle pouvait sans le moindre problème sauter sur les corniches les plus étroites pour récupérer les précieuses fleures, racines, feuilles pour ses soins.

Se tournant rapidement vers son interlocutrice, elle s’empressa de lui demander de la renseigner sur la possibilités d’obtenir un petit animal dans cette ville. Le pouvez t-on ? Si oui, quel type de créature ? Combien tout cela pouvait bien coûter ?
Ana était emballée à l’idée d’acquérir à son tour un chaton ou un petit chiot, un animal est toujours une présence rassurante pour ses propriétaires comme pour les personnes fréquentant les individus. Un animal est la marque des personnes fiables et gentils.
La jeune médecin avait de plus en plus l’impression que Zora était une personne fréquentable.
Et tout en écoutant les indications de sa guide improvisée, elle continuait de regarder les petits chats s’agitaient derrière la vitre de la boutique.
Elle avait hâte de rentrer dans la boutique, de pouvoir passer ses doigts dans leurs poils soyeux.

Ana se voyait déjà avec son compagnon courir de la forêt et s’allonger peau contre poil sur un coussin, en plus, elle aurait avec lui un moyen de communication privilégié étant donné son appartenance à ce monde animal là précisément.

L’un d’entre eux attirée particulièrement son attention : un petit chaton écaille de tortue avec les yeux vairons. Il ne sautait pas avec les autres sur la vitre, mais tenté d’attrapé un reflet produit par le soleil sur une enseigne de vitrine qui se balançait en grès du vent. Il semblait si frêle, si curieux qu’Ana était complètement sous le charme. Elle aurait voulu se changer, là maintenant, pour aller le voir, frotter son museau au sien et jouer avec lui.

Mais une nouvelle question survint alors qu’elle s’apprêtait à entrer dans l’animalerie.

« - C’est ici que vous avez acheté le votre ? »


Ana le savait bien, toutes les animaleries ne se valait pas, et elle ne voulait pas se faire arnaquer et obtenir un animal malade qui mourrait rapidement et qui la ferrait souffrir en plus de lui faire perdre des sommes importantes d’argents pour les soins de ce dernier. .
© 2981 12289 0

HRP:
 
avatar
Ange
Ange
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 14
Âmes : 54
Date d'inscription : 01/07/2017
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: When purity meets madness... (feat Ana R. Malleby) Hier à 19:06



When purity meets madness...

Ana R. Malleby & Zora MagnusBien joué. Zora pouvait à nouveau lire l'émerveillement dans le regard de la jeune femme. La gente féminine et les chats... Une si belle histoire d'amour. L'alter ego ne se le cache pas. La compagnie des félins est tout ce qui l'intéresse. Le contact humain n'a pas sa place dans sa vie, sauf dans le cas présent où elle n'a d'autre choix que de lui faire le tour des boutiques. Dans un rire enfantin, Ana joua du doigt avec une des boules de poils, ce dernier s'imaginant le lui attraper. Zora sourit à l'écoute de ses mots :

« Je serai ravie d’entrer dans cette boutique ! »

Bien que son besoin vital était de pénétrer dans l'animalerie à toute pompe, elle s'interrogeait sur la façon d'obtenir un animal de compagnie. Enfin une question pertinente ! Parler de littérature aura raison d'elle rapidement dans les heures à venir... Mettant un doigt sur son menton, elle se rappela quelques détails sur l'adoption de son petit compagnon. Elle lui en parlerait certainement plus tard.

« C'est très simple ! Vous n'avez pas besoin de venir "réserver" votre animal, si je puis le dire ainsi... Le simple fait de venir enthousiaste suffit à convaincre la propriétaire. C'est ce que j'ai fait ! De mémoire, on peut y trouver d'autres animaux que des chats... Chien, hamster, oiseau en cage, lapin et poisson rouge il me semble. Mais c'est à vous de voir ! »

Ana écoutait ses paroles, comme captivée par ses explications. Son regard resta cependant bloqué sur un animal en particulier : un petit chaton écaille de tortue avec les yeux vairons. Une merveille ! Il fallait l'avouer. Zora constata que le petit bébé concerné ne s'amusait pas avec ses confrères, comme intrigué par un rayon du Soleil tapant contre la vitre. Pour le peu que l'alter ego en savait de la jeune femme, il lui irait comme un gant. D'ailleurs, sa question suivante voulut la faire rire :

« C’est ici que vous avez acheté le votre ? »

Évidemment. Se contentant de sourire, elle sortit d'une de ses poches une photo de son petit compagnon, la tendant à Ana pour qu'elle puisse le voir :

Neptune:
 

« Il s'appelle Neptune. Il avait 8 mois sur cette photo, le jour de son adoption. Et oui, je l'ai eu ici. Dans cette ville, c'est la seule animalerie. Vous ne pouvez pas vous tromper. Allez, on entre ! »

Rangeant la photo à la hâte, elle prit les devants et ouvrit la porte de l'animalerie, tout sourire. Dedans, un groupe d'enfants jouaient avec des chiots dans le fond de la boutique. Des perruches s'exprimaient non loin de sa position, rendant le bruit assourdissant. Voilà pourquoi elle n'en veut pas ! Ce genre de concerto au quotidien ne l'intéresse en rien. Les deux jeunes femmes entrèrent et refermèrent la porte, se dirigeant tel un aimant puissant vers les jeunes félins de la vitrine. S'imaginait-elle en avoir un deuxième ? Neptune aurait une compagnie supplémentaire durant la journée. Mais ça impliquait deux fois plus d'entretien, et deux fois plus de bêtises à gérer ! Peut-être une autre fois. Un joli rouquin croisa son regard, remuant sa fine queue en guise de bienvenue. Sans le faire attendre, elle passa sa main contre son pelage et le couvrit de grattouilles et papouilles en tout genre. D'un regard en coin, elle remarqua l'état d'excitation de Ana, qui ne savait plus où se donner de la tête.

« Alors Ana ? Conquise ? La gérante n'est pas occupée en ce moment. Si vous voulez la voir pour des infos, profitez-en ! »

Zora qui devient sociable... Cette idée débile lui donna la chair de poule. Pas question ! Simple gentillesse gratuite, pas de quoi s'affoler. Elle refusait de revivre les émotions éprouvées en la présence de Fredo et Jake. Fais ce qu'elle demande et rentre.

HRP:
 
© YOU_COMPLETE_MESS

____________________________________________________________

Duality, which is the contradiction of unity, is also the consequence.
avatar
Humaine
Humaine
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 252
Âmes : 231
Date d'inscription : 08/06/2016
Localisation : A la bibliothèque
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: When purity meets madness... (feat Ana R. Malleby)

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
When purity meets madness... (feat Ana R. Malleby)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Madness [Libre]
» This is Madness ! Madness ?
» « Drunkenness is nothing but voluntary madness » || Lerena Evergreen
» PV de Roxane || Chloé R. Evans ( feat Kristen Bell ) pris
» Just the same //feat Matt'//

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Damned Town :: La ville :: Le centre-ville :: Parcs-
Sauter vers: