Vivre au jour le jour {feat. Hélène Magnus}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
MessageSujet: Vivre au jour le jour {feat. Hélène Magnus} Mar 11 Avr - 4:10


Vivre au jour le jour

Vivre au jour le jour.Malgré le fait que j'ai abouti ici, à Damned Town, rien ne m'empêche de continuer ma vie et de progresser et peut-être dans un futur proche, je pourrais finalement sortir d'ici. Il y avait probablement une raison pourquoi que j'étais à Damned Town, par certain dire c'était parce que nous tous avions commis un péché de trop. Mon péché de trop a été un excès de colère, j'ai tué le petit ami de ma meilleure amie, Ai. Je me souviens comme si c'était hier. J'avais perdu contrôle de mes propres faits et gestes et je me suis retrouvé rapidement au-dessus de ce dernier entrain de lui fracasser le visage au sol. Rien n'avait pu m'empêché, pas même Ai, pauvre elle, elle qui aimait malgré tout cet abrutit et le voilà mort devant ses yeux par son meilleur ami. Elle doit me considéré comme un monstre désormais, à sa place ça serait le cas. En atterrissant ici je me suis retiré des futures ennuis que j'aurais eu en étant à Tokyo. J'aurais rejoins mon père en taule pour la même et simple raison : le meurtre. Par contre le siens était voulu, le miens laissait à désirer pour certains. Devais-je regretté mon geste malgré tout ? Hm, ce salaud méritait quelque coups de poings, certes, mais pas sa mort. Tout ça est bien trop tard et malheureusement il n'y avait pas de machine pour faire un retour en arrière. Si une machine se ferait construire, je sauterais le premier à l'intérieur pour sauver ma mère des griffes du meurtrier et comme ça ma famille serait encore réuni et mon père n'aurait pas sombré dans l'alcool sans avoir eu recourt à son partenaire de crime pour retrouver le coupable. Ouais, si cette machine existe un jour, c'est ça que je ferais en premier. Pour le petit ami de Ai, je crois que je ferais en sorte qu'ils ne se rencontrent pas du tout, mais je sais qu'en changeant le passé cela pourrait avoir un futur incertain, donc serait-ce mieux de laisser là où que tout à commencer ? Ouais, je ne m'embarque pas dans ce genre de folie, car sinon je ne m'en sortirais jamais et j'aurais toujours des remords pour tout. J'étais ici pour une raison et j'allais sortir de là pour cette raison, un jour ou l'autre.

Il y a semaine que je suis arrivé ici et en une semaine j'ai trouvé un endroit où vivre, dans un charmant appartement au troisième étage qui se situe au Centre-ville, quoi demander de mieux ? Ensuite pour payer la nourriture, vêtements et le logements en question, il me fallait du boulot, je me suis donc engagé en tant que photographe indépendant ! Mes photos se résume à être des paysages ainsi que des personnes à Damned Town, bien évidement je ne prenais pas particulièrement des modèles puisque je ne connais personne en ces lieux, du moins je n'ai pas pris la peine de le faire, à quoi bon ? J'essais de faire de mon mieux pour vivre en ces lieux, qui restera toujours un bouquet mystère pour moi. Les habitants de cette ville sont tout aussi étrange les uns que les autres, je n'ai pas eu moyen d'en apprendre davantage en arrivant ici. J'ai eu quelques réponses, mais très brèves, certains sous-entendait qu'il fallait que je cherche par moi-même ou que c'était évident pourquoi que j'étais ici. Je ne me suis pas pris la tête pour autant, au lieu de cela j'ai pris de l'avant et je m'installais que très tranquillement. Mon appartement était très en ordre, tout était rangé à leur place, j'avais bien choisit les meubles et les couleurs pour une fois à force de regarder ma tante choisir des harmonies de couleur pour ma propre chambre lorsque j'habitais avec elle, ses couleurs je les apprécies beaucoup. Les tons neutre ainsi qu'une touche de bleu. Rien ne traînait et il ne fallait pas que ça soit le cas, c'était presque maladif mon affaire, mais bon j'étais ainsi et rien ne pourra me l'enlever.

Aujourd'hui était une magnifique journée, que pourrais-je demandé de plus ? Rien du tout, bien évidement. D'ailleurs, je n'étais pas très matinale et puisque je travail à mon propre compte je pouvais me lever aux heures que je désirais et pas de patron pour m'engueuler. Ah la joie d'être son propre chef ! Rapidement, je sortis de mon lit avant de le faire soigneusement tout en rangeant mon pyjama tandis que je me dirigeais vers la salle de bain pour prendre une douche bien chaude, mais pas brûlante tout de même. Je restais un certain temps dans la douche profitant de ce bien-être que l'eau chaude me procurais. Une fois douché, je sortis de celle-ci en fermant l'eau et j'enroulais une serviette autour de ma taille prenant soin de bien m'essuyer partout pour qu'aucune goutte d'eau ne touche le sol, même si c'était de la céramique que j'avais comme plancher de la salle de bain. Je me promenais dans mon appartement en ayant uniquement la serviette autour de mes hanches pour me faire à déjeuné ainsi de prendre une tasse de café pour démarrer la journée. Je tournais mon regard vers l'horloge et je constatais qu'il était midi, déjà ? J'avais bien dormi et ce depuis longtemps que je n'avais pas bien dormit comme ça. J'ajoutais du lait ainsi que du sucre à mon café avant de prendre une gorgée, je souriais en étant satisfait avant de retourner dans ma chambre pour m'habiller. Je optais pour un pair de jeans bleu marin, un haut noir ainsi qu'une veste en cuir, ce look me donnait un côté bad boy surtout lorsque j'ébouriffais mes cheveux. Je mis des bas ainsi que mes convers avant de me rendre dans le salon en terminant ma tasse de café tout en surfant sur le net de la ville en question. Il n'y avait rien de nouveau et aucune nouvelle intéressante non plus. Qu'allais-je faire aujourd'hui ? Je soupirais doucement tout en me grattant la joue mine de réfléchir... Je pourrais peut-être me promener et visiter la ville ? J'ai eu vent d'une ouverture d'un bar qui se prénomme le Holy Fire, ça me semble intéressant et je pourrais peut-être prendre des photos de ces lieux, qui sait ? Sans attendre davantage je me levais du canapé rangeant mon ordinateur portable à sa place ainsi que ma tasse dans le lavabo que je laverais plus tard. Sur le chemin je prenais mon portefeuille que je glissais dans ma poche arrière et prenais la sacoche qui contenait mon appareil photo et sortit de mon appartement la tête tranquille.

En sortant de chez moi, je prenais soin de verrouiller la porte et quittait le bâtiment pour sortir au centre-ville pour me rendre à ce fameux lieu. C'était à quelques minutes de marches de chez moi, pas de quoi à me plaindre. En arrivant sur les lieux en question je m'arrêtais pour prendre quelques clichés du Holy Fire, quel endroit formidable, même si ce n'était qu'un bar, ça faisait de super photo tout ça et plus tard je pourrais ajouté des filtres. Gardant un sourire sur mes lèvres je entrais dans le bar prenant des photos de chaque recoin de celui-ci et une fois terminé je me rendais à une table rangeant soigneusement mon appareil dans son sac avant de commander quelque chose, dont une bière, car je n'avais pas envie de boire autre chose et c'était la seule chose que j'étais capable de boire de toute manière. Je remerciais la serveuse qui apportait mon verre avant que je trempe mes lèvres. Tout était parfait, une bonne journée et une bonne petite bière. Tandis que restait assis je scrutais l'écran de mon appareil que j'avais ressortis pour regarder le résultat de mes prises. Oui, une journée bien tranquille.


                     

____________________________________________________________


Je vous parle en #336699
avatar
Humain
Humain
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 22
Âmes : 63
Date d'inscription : 21/03/2017
Age : 21

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Vivre au jour le jour {feat. Hélène Magnus} Mar 11 Avr - 17:31






Vivre au jour le jour

Zora Magnus et Miyabi Kimura




Ce soir, c'est le grand soir. Zora avait terminé sa journée de travail avec brio. De nouveaux clients à sa bibliothèque avaient fait leur apparition, et ses habitués lui en avaient beaucoup demandé. Elle avait aussi entrepris une restructuration de ses rangées de livres. L'ancien schéma l'ennuyait à mourir. Elle avait donc fermé un peu plus tôt pour tout réarranger à son goût. L'alter-ego se fichait royalement de ce que Hélène pouvait en penser. Et d'ailleurs, elle ne l'avait plus entendu depuis sa rencontre avec Alec. Était-elle morte finalement ? Impossible. Cette maudite Avalon l'avait prévenu. Ou simplement endormie ? Non... Alors quoi ? Était-elle en train de bouder dans son coin sans réagir ? Cette pensée la faisait rire aux éclats.

L'heure n'était pas à se morfondre sur l'état psychologique de cette petite idiote. Elle sortait ce soir. Après une bonne douche revigorante et un simple repas, elle se prépara dans sa chambre. Elle jeta un œil à sa nouvelle garde-robe. Elle hésitait entre une robe sexy et un haut à décolleté assez plongeant. Zora opta pour la seconde option, avec un jean évasé et une paire de talons. Un peu de maquillage, et le tour était joué. Ce soir, elle partait au Holy Fire, le nouveau bar branché de la ville. Elle ne pensait pas y faire de rencontre particulière, mais au cas où, elle se devait d'être présentable, et même aguicheuse. Elle scrutait ce qui se passait de la fenêtre du salon, contente. Le ciel était encore très clair en cette fin d'après-midi. "Tant pis !" pensa t'elle. Elle voulait attendre plus tard, mais elle n'avait pas la patience. Elle prépara son sac à main, s'empara de ses clefs et quitta les lieux.

Le printemps gagnait la végétation de la ville. Les arbres devenaient de plus en plus fleuris. Zora appréciait cette période de l'année, bien que l'été soit sa saison préférée. Hélène était plutôt du genre à aimer l'hiver, et la neige. Elle n'avait pas tord au demeurant... "C'est pas vrai !" cria t'elle en s'arrêtant sur le trottoir. Zora pensait encore à l'autre idiote, mais pourquoi ? Elle n'en avait rien à faire de sa condition, alors pourquoi son esprit insistait-il autant ? En secouant la tête à se foutre des gifles, Zora reprit son chemin vers le Holy Fire. Elle n'était pas si loin tout compte fait, malgré l'exil de son immeuble. Alors qu'elle approchait de son infrastructure, elle remarqua un détail troublant. Un homme se tenait là, avec son appareil photo, et prenait des clichés du bar. Son visage ne lui disait rien. Était-il nouveau dans cette ville maudite ? Très certainement. Son style vestimentaire rebelle et à la fois captivant lui plaisait beaucoup. D'où pouvait-il provenir ? A sa grande joie, ce dernier pénétra dans le Holy Fire. Sans plus attendre, elle suivit le mouvement, sans pour autant le harceler. Elle se posta devant la porte et passa la tête subtilement. L'individu prenait d'autres photos mais de l'intérieur. Sans se faire remarquer, elle s'installa au comptoir et admira la décoration.

Après quelques minutes d'observation, elle appela le barman et commanda un p'tit punch, pour commencer en douceur. L'inconnu avait terminé de prendre ses clichés et avait rangé son appareil photo. Une idée dingue lui traversa l'esprit. Oui... une excellente et absolument dingue idée de génie. Pourquoi ne pas faire un shooting photo ? Elle avala son verre en vitesse et se recoiffa un court instant. Elle réfléchissait à comment l'aborder, quand le barman revint lui proposer autre chose. Elle reprit un autre punch, paya et s'empara du verre. Elle se leva de son siège et se dirigea vers l'inconnu, qui sirotait une bière tranquillement, en observant ses clichés sur son appareil. Avec zèle, elle se posta juste à côté de lui, jusqu'à ce qu'il la remarque.

▬ « Excusez-moi ? Navrée de vous importuner à votre table, mais je vous ai vu prendre des photos du bar et... Votre style m'a interpellé. Êtes-vous un professionnel ? »

Zora lui adressa un beau sourire, prenant une pose quelque peu osée. Elle jeta un bref coup d’œil au cliché apparaissant sur l'écran. Une pure merveille ! Ce type avait du talent. Allait-elle pouvoir être capturée de la même manière ?



© Jawilsia sur Never Utopia


____________________________________________________________

Duality, which is the contradiction of unity, is also the consequence.
avatar
Humaine
Humaine
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 257
Âmes : 241
Date d'inscription : 08/06/2016
Localisation : A la bibliothèque
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Vivre au jour le jour {feat. Hélène Magnus} Mer 12 Avr - 18:20


Vivre au jour le jour

Est sage qui bien vit, et surtout qui vit bien. La tranquillité du bar me surprendra toujours, mais c'est peut-être parce que nous sommes en plein après-midi et que peu de monde viennent en ces temps-ci. C'était une réalité à considéré. Je sortais toujours en compagnie de Sorata ainsi que Ai, tous les trois nous faisions une drôle d'équipe, mais on s'appréciaient et c'était ça qui était important et rien d'autre. Jamais j'aurais espéré d'autre amitiés comme la leurs, mais plus jamais je ne pourrais les revoir ici et même si c'était le cas, jamais Ai ne me pardonnera pour mon geste envers son petit ami... J'espérais que Sorata allait bien veillé sur Ai pendant ma longue, car si tout ça tourne mal, je m'en vaudrais à jamais. Mes amis étaient ma deuxième famille et je ne pouvais pas me permettre de les perdre tout comme j'ai perdu mes parents ou du moins ma mère... Mon père toujours en prison, c'était comme ci j'avais perdu celui-ci, heureusement que ma tante en a décidé autrement et m'a élevé comme son propre fils. Au moins j'ai gardé contact avec mon père malgré ce qu'il a fait et je comprenais mieux ses faits et gestes. Il m'avait promis qu'il l'arrêterait coûte que coûte et qu'il ne méritait pas la vie, juste la mort. Il a retenu sa promesse envers moi ainsi que sa femme morte, ma mère. On m'a tellement ridiculisé avec ça à l'école, mais rien ne m'empêchais d'aller de l'avant, j'ai donc fait mangé de la poussière à celui qui m'intimidait, que je n'ai pas tué, mais blessé. Bunta. Plus jamais je n'ai entendu parlé de ce dernier et c'était peut-être mieux ainsi.

Mes pensées s'envolèrent lorsqu'une jeune femme aux cheveux bleus vint s'asseoir à mes côtés apportant même son verre en main. Que me voulait-elle en particulier ? Il est vrai que je n'avais pas vraiment la tête à faire des rencontres à mon arrivé ici, mais je devais changé ça et rencontré d'autres personnes que mes vieilles connaissances, ça ne me ferait pas de tords de connaître d'autres visages à Damned Town. Cette jeune femme s'était postée à mes côtés, je ne bougeais pas d'un poil et ne tentait pas la conversation, pas avant qu'elle le fasse, car de toute manière c'est elle qui est venue à moi et non le contraire. Avais-je fait quelque chose qui avait attiré son attention en particulier ? M'avait-elle vu prendre des photos de cet endroit branché ? Il était fort possible, mais je ne pouvais pas faire de déduction sans qu'elle motive sa présence ici présent.

▬ Excusez-moi ? Navrée de vous importuner à votre table, mais je vous ai vu prendre des photos du bar et... Votre style m'a interpellé. Êtes-vous un professionnel ?


Elle m'adressait un beau sourire, sourire que je faisais que très rarement dans mon cas, il était caché derrière mon visage neutre et quelque peu observateur. Où voulait-elle en venir par le fait que je sois un professionnel ou non ? À mon tour, j'esquissais un sourire à celle qui m'avait abordé tournant mon visage vers cette dernière. Je glissais mon regard noisette dans ces yeux bleus tel que le ciel azuré, tout à fait magnifique.

▬ Mon style vous a interpellé ? Dans le bon sens ou dans le mauvais ? Peut-on réellement me considérer comme un professionnel ? Je n'y crois pas, désolé de vous décevoir, je ne suis qu'un simple amateur qui adore prendre des photos avec précisions, c'est disons un côté naturel de ma part... Même si je ne voulais pas devenir photographe, mais je me suis dit quelqu'un devait prendre tous les lieux de Damned Town en photo, ça serait dommage de les laisser ainsi sans réaliser une merveille avec...

Je haussais légèrement les épaules rangeant mon appareil dans son sac avant de prendre une gorgée de ma bière. Je déposais mon verre et léchais ma lèvre supérieur qui avait le liquide de ce dernier. Il faisait tout de même chaud dans cet endroit ou c'était ma bière qui faisait cet effet ? Je ne pouvais point le dire, dans tous les cas je retirais ma veste et la posais sur le dossier de la chaise révélant ainsi mes bras de tatouage, du moins mes bras étaient la suite de ce qu'il y avait dans mon dos, l'oeuvre de Ai et elle a su convenir à mon désir de me faire un gros tatouage face aux événements de ma vie. Cela lui a prit du temps, mais en tant qu'amatrice d'art elle a su répondre à mes exigences malgré tout, pour ça je l'appréciais grandement, je ne sais même plus si c'est réciproque ou non. Je passais une main rapide sur mon bras avant de mette mes mains sur la table tournant une nouvelle fois mon visage vers l'intéressée, si je pouvais l'a prénommé ainsi.

▬ Être photographe n'est qu'une passion pour moi, mais j'en ai fait mon propre métier, un travailleur autonome, en quoi cela vous intéresse, mademoiselle ?  

Si je me souviens bien, elle ne s'est même pas présenté, donc j'ignorais comment la jeune femme se nommait. J'espérais connaître son prénom , car sinon la nommé "mademoiselle" tout le temps risque de ne pas me plaire forcément. Peut-être que si je me présentais en premier, elle le fera ? Il n'y a qu'une seule façon de le savoir !

▬ Pour ma part je suis Miyabi Kimura, fraîchement arrivé à Damned Town, du moins ça fait au moins une semaine que je suis ici et j'ai perdu la notion du temps depuis. Ravis de faire votre connaissance, mademoiselle.


Il est vrai que ça aurait pu faire un moins trois jours que je suis ici peut-être moins ou peut-être plus. Ici on dirait que le temps il n'y en a pas, comme si le temps se passait tranquillement comme parfois ça pouvait aller rapidement. Je n'étais pas un expert en la matière, mais j'espérais que ça ne soit pas encore plus gros de ce que je m'imagine. Je lui tendis la main, j'étais ravis de faire un premier contact depuis les quelques jours que je suis, j'espérais de faire plus ample connaissance avec cette dernière ou même avec d'autre, même si je ne suis pas aussi optimisme à ce propos.


                     

____________________________________________________________


Je vous parle en #336699
avatar
Humain
Humain
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 22
Âmes : 63
Date d'inscription : 21/03/2017
Age : 21

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Vivre au jour le jour {feat. Hélène Magnus} Jeu 13 Avr - 3:35






Vivre au jour le jour

Zora Magnus et Miyabi Kimura




L'homme prit du temps avant de la regarder. Il est vrai que Zora l'avait dérangé, ça ne faisait pas partie de ses habitudes premières de venir questionner un inconnu, mais les circonstances étaient de mise. Un photographe à Damned Town ! Une opportunité unique de voir son corps exposé sur papier glacé. Et peut-être que quelqu'un en voudrait qui sait ? Ses pensées dépassaient un peu trop la réalité, et furent brutalement interrompues. L'homme la fixait à présent, lui rendant son sourire. Ses yeux couleur noisette vinrent se plonger dans les siens, couleur océan. Quel charisme ! Rien qu'en le regardant, l'alter-ego sentait une présence exquise.

▬ « Mon style vous a interpellé ? Dans le bon sens ou dans le mauvais ? Peut-on réellement me considérer comme un professionnel ? Je n'y crois pas, désolé de vous décevoir, je ne suis qu'un simple amateur qui adore prendre des photos avec précisions, c'est disons un côté naturel de ma part... Même si je ne voulais pas devenir photographe, mais je me suis dit quelqu'un devait prendre tous les lieux de Damned Town en photo, ça serait dommage de les laisser ainsi sans réaliser une merveille avec... »

Zora sentit un picotement dans sa nuque. Ce n'était pas un professionnel. "Merde, quel dommage !" pensa t'elle. Cependant, elle ne s'avouait pas vaincue. Comme il venait de le préciser à l'instant, c'était sa passion à défaut d'être sa profession. Qu'importe ! Elle trouverait bien le moyen de lui proposer ce genre de service. Elle esquissa un oui de la tête et but une gorgée de son punch, sans faire de bruit. L'énergumène avait haussé les épaules en rangeant son appareil dans son étui. Il avait du talent, elle l'avait aperçu du comptoir. Et voir sa posture dehors la laissait penser qu'il était bien plus qu'un amateur. Sans dire un mot, elle le surprit à prendre une gorgée de sa bière. Puis, il reposa la bouteille et se tourna à nouveau vers elle, l'air pensif.

▬ « Être photographe n'est qu'une passion pour moi, mais j'en ai fait mon propre métier, un travailleur autonome, en quoi cela intéresse, mademoiselle ? »

Son métier ? Et bien voilà... Finalement, elle ne s'était pas si mal débrouillée la p'tite Zora. Elle ferma les yeux un court instant et soupira en silence. Le premier pas était franchi. Mais elle ignorait comment il s'appelait ! Elle n'eut pas besoin d'attendre très longtemps.

▬ « Pour ma part je suis Miyabi Kimura, fraîchement arrivé à Damned Town, du moins ça fait au moins une semaine que je suis ici et j'ai perdu la notion du temps depuis. Ravis de faire votre connaissance, mademoiselle. »

▬ « Et moi Zora, Zora Magnus. Je suis plus que ravie Miyabi. A moins que vous ne préfériez Monsieur Kimura ? »

L'alter-ego lui tendit sa main en guise de salutation. Miyabi la prit et la serra moyennement. Elle abaissa sa tête en plus, sourire narquois aux lèvres. Elle ne savait pas par où commencer. Qu'allait-elle lui demander d'abord ? Déjà, elle comptait bien répondre à sa question : en quoi son travail l'intéressait.

▬ « Je sais qu'on ne se connaît pas, mais j'aurai une suggestion à vous faire. Puis-je m'installer à votre table ? Je n'en aurai que pour quelques minutes. »

Avec un bref signe de tête, le photographe l'autorisa à se joindre à lui, le regard neutre. Son appareil restait rangé dans son étui, à son grand dam. Une partie d'elle-même voudrait qu'il le ressorte et la photographie là, sur place. Des pensées osées vinrent chambouler sa vision et la firent rougir. "Non, pas toute nue voyons..." se chuchota t'elle en croisant les doigts sous la table. Elle ignorait complètement si sa proposition serait prise au sérieux, ce n'était pas le moment de voir plus grand. Elle avala le reste de son verre et se jeta à l'eau.

▬ « Voilà. Je m'excuse d'avance si je passe pour une présomptueuse, mais je voudrais savoir... si vous seriez intéressé... de faire un shooting photo avec moi, en guise de portrait ? »

Des étoiles brillaient dans ses yeux à présent. Un frisson lui parcourut tout le corps. Avait-elle été trop loin ? Ou allait-il accepter sa proposition ?



© Jawilsia sur Never Utopia


____________________________________________________________

Duality, which is the contradiction of unity, is also the consequence.
avatar
Humaine
Humaine
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 257
Âmes : 241
Date d'inscription : 08/06/2016
Localisation : A la bibliothèque
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Vivre au jour le jour {feat. Hélène Magnus} Sam 15 Avr - 16:53


Vivre au jour le jour

Il faut vivre comme on peut et non comme on veut. La jeune femme aux cheveux bleus me regardait tandis que je me demandais pourquoi elle était intéressée à la photographie et surtout le style que j'y apportais à moins que cela soit mon style vestimentaire, il faut dire que question de vêtement ça n'a jamais été mon pêché mignon, mais grâce à ma meilleure amie. Depuis que je suis arrivé ici je ne cesse de songer à ma meilleure amie, Ai. C'est à cause de la chose que j'ai fait, je m'en voulais et j'avais également peur de m'emporter à cause d'un frottement envers une nouvelle connaissance, j'ignorais même si je voulais me faire de nouveaux amis. Faire de nouvelles rencontres semble s'avérer à être du gâteau par ici qu'à Tokyo, car mon "talent" fut approché une jeune demoiselle et je me dis que je donnerais une chance malgré tout, mais je ne m'empoterais pas davantage, je ne veux pas que ce genre de chose se reproduise, pas ici, je devais apprendre à me contrôler du tout au tout.

▬  Et moi Zora, Zora Magnus. Je suis plus que ravie Miyabi. A moins que vous ne préfériez Monsieur Kimura ?

▬ Miyabi fera l'affaire et j'imagine que vous préfériez Zora que Mademoiselle Magnus, n'est-ce pas ? Après tout nous sommes pas si vieux que cela, admettons-le.

Monsieur Kimura ? Elle me prenait pour un vieux ou quoi ? Je n'étais pas si vieux que cela et elle non plus juste en juger par son apparence. Il faut dire que les japonais, du moins pour certain, nous paraissons jeune surtout les jeunes femmes. Zora serrait la main que je lui tendais pour "conclure" les présentations. J'étais effectivement ravis d'avoir franchit cette première étape à Damned Town, mais je me demandais si cette personne en vaudrait la peine...

▬ Je sais qu'on ne se connaît pas, mais j'aurai une suggestion à vous faire. Puis-je m'installer à votre table ? Je n'en aurai que pour quelques minutes.

Pour quelques minutes ? Hm, pourquoi pas, je n'ai rien de prévu de gros pour aujourd'hui. D'un geste de la main, je lui fis signe de s'asseoir et de prendre la place de libre à ma table. Pendant qu'elle s'assoyait j'en profitais pour prendre une autre gorgée de ma boisson avant de déposer ma bouteille à nouveau et je vins me gratter le bras, car ça me piquais légèrement. Pour une raison que j'ignore, elle se mettait à rougir soudainement... Qu'avait-elle exactement en tête ? Ah les femmes, jamais je ne les comprendrais mieux que les hommes, pas que je préférais plus la compagnie des hommes, mais c'était à peu près le cas. Les deux sexes m'attirent alors et je ne suis pas bisexuelle comme les gens diront, je suis plutôt pansexuelle, c'est la qualité de la personne qui m'attirent pas leur enveloppe charnelle et je ne crois pas uniquement à la volontiers des dieux disant qu'il faut obligatoirement aimer une femme et fondé une famille heureuse. Je n'y croyais rien en ces blablatages. Ma compagne de table bu son verre avant de continuer sur sa lancée du pourquoi, car oui cela m'intéressait de savoir ce qu'elle voulait en faire de mes "talents".

▬ Voilà. Je m'excuse d'avance si je passe pour une présomptueuse, mais je voudrais savoir... si vous seriez intéressé... de faire un shooting photo avec moi, en guise de portrait ?

Je penchais légèrement ma tête sur le côté tandis que j'ancrais mon regard au siens. Je m'enfonçais davantage sur ma chaise tandis que je jouais avec ma bouteille à moitié vide. Je fixais cette fameuse bouteille mine de réfléchir me demandant si cela allait m'apporter quelque chose... Je posais des paysages et des endroits à Damned Town, mais faire un shooting photo ça c'était une autre affaire comme quoi mon métier était photographe alors j'ignore pourquoi je refuserais son offre et surtout si elle avait de quoi payer... Si je lui dis non, j'ai bien peur de perdre un début d'amitié que si je dirais oui... Mon choix n'était pourtant pas si difficile, mais on dirait que je me compliquais toujours la vie pour un rien. Il fallait que je donne mon verdict au plus vite avant qu'elle déguerpisse à cause de mon silence. Doucement je me redressais sur ma chaise avant d'appuyer mes coudes sur la table tandis que j'appuyais mon menton sur mes doigts entremêlés.

▬ Désolé d'avoir prit du temps à vous répondre, disons que vous êtes la première personne à me poser cette question. Normalement je ne fais que des photographies sur la nature, les objets pour les mettre en valeurs, des paysages et des endroits, mais je pourrais faire une exception pour vous, je pourrais ajouté "portrait" à mon dossier.

Je lui adressais un sourire presque enfantin. Comment dire ? J'étais plutôt heureux. Oui, je l'étais ne demander pas pourquoi, je le suis tout simplement ! Quand on est heureux faut-il précisément avoir une raison à cela ? Non, pas à ma connaissance. Je regardais toujours cette demoiselle en question, j'adorais ses yeux ainsi que ses cheveux, j'arriverais peut-être à faire quelque chose avec les photos prises ? Hm, ça commençait à devenir alléchant toute cette histoire.  

▬ Alors Zora, quand est-ce vous voulez débuté ? Avez-vous un lieu précis pour que je prennes des portraits de vous ?

Après tout c'était rendu ma cliente et elle avait sûrement un endroit quelconque où qu'elle voudrait se faire prendre en photo, qui sait ? Mon appareil brûlait d'impatience, je le sentais qui m'envoyait des ondes positives presque de des SOS pour prendre plusieurs photos de cette charmante demoiselle, mais avant je devais régler une chose qui me perturbera toujours, les formalités.

▬ Par contre il y a une chose que je voudrais vous demandez. C'est à propos de ce vouvoyez et ce n'est pas une formalité que j'aime surtout que nous avons probablement la même tranche d'âge, alors si nous pouvions juste nous tutoyez à partir de maintenant ça serait bien.

Parce que je ne suis pas vieux et elle non plus, juste à la regarder. Pourquoi nous vouvoyez alors que l'on pourrait se tutoyez ? Je comprend que nous nous connaissions pas à la base et je ne connais rien de son passé, mais je ne voudrais pas que l'on se vouvoie pendant longtemps, je veux dire que je ne veux pas rester ami professionnellement avec elle, ni être une connaissance, mais être des amis après le shooting et en même apprendre à la connaître, ça serait bien, oui. Il est temps de mettre le démon du passé de côté et d'aller de l'avant.  


                     

____________________________________________________________


Je vous parle en #336699
avatar
Humain
Humain
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 22
Âmes : 63
Date d'inscription : 21/03/2017
Age : 21

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Vivre au jour le jour {feat. Hélène Magnus} Dim 16 Avr - 5:40






Vivre au jour le jour

Zora Magnus et Miyabi Kimura




L'attente était longue... Trop longue. Et pourtant ! Zora brûlait d'impatience. Allait-il accéder à sa requête improvisée ? Ou tout simplement la remercier ? La seconde option risquait de lui ruiner sa journée, c'est vrai. Mais que serait la vie sans un minimum de risques ? Miyabi prit son temps pour se réinstaller sur son siège, puis s'accouder sur la table. Il était vraiment particulier ce monsieur. Rien à voir avec Alec. Ah ce suédois... Quand pourrait-elle le revoir ? Elle n'eut pas le temps de divaguer à son sujet.

▬ « Désolé d'avoir prit du temps à vous répondre, disons que vous êtes la première personne à me poser cette question. Normalement je ne fais que des photographies sur la nature, les objets pour les mettre en valeurs, des paysages et des endroits, mais je pourrais faire une exception pour vous, je pourrais ajouté "portrait" à mon dossier. »

"Merveilleux !" s'écria t'elle sans le vouloir. Zora jeta un bref coup d’œil aux alentours. Certains la regardaient bizarrement. Et alors ! "Buvez vos verres et occupez-vous de vos culs !" pensa t'elle très fort. Remettant sa chevelure bleue en place, et ajustant son décolleté, elle tendit l'oreille à la question suivante.

▬ « Alors Zora, quand est-ce vous voulez débuté ? Avez-vous un lieu précis pour que je prennes des portraits de vous ? »

Un endroit en particulier ? Mais ici voyons ! Elle était bien habillée, maquillée et coiffée pour l'occasion. Elle avait prévu de faire la fête ce soir, alors pourquoi ne pas commencer par des photos d'elle en tenue aguichante ? L'idée lui donna un sourire espiègle, celui qu'elle préférait faire. Elle ferla les yeux et imagina les positions qu'elle allait adopter.

▬ «Par contre il y a une chose que je voudrais vous demandez. C'est à propos de ce vouvoyez et ce n'est pas une formalité que j'aime surtout que nous avons probablement la même tranche d'âge, alors si nous pouvions juste nous tutoyez à partir de maintenant ça serait bien. »

▬ « Et bien, ça n'est pas de refus Miyabi. Et pour répondre à TA question du départ, pourquoi ne pas se trouver un coin ici, au bar ? Il est tout récent, et tellement branché. Je vais en toucher un mot au barman avant, je le connais. Et puis, mon verre est quasi vide. Je reviens tout de suite. »

L'alter-ego se leva de sa chaise et partit en direction du comptoir, où Shisoka servait quelques verres. Avec un signe de la main, elle l'appela et lui chuchota son plan dans le creux de l'oreille. Avec le recul, si Casey la voyait... Elle se ferait massacrer, c'est certain. Le serveur, un peu méfiant au départ, lui accorda sa demande, en lui priant de ne pas déranger les clients, et d'attendre un peu plus tard dans la soirée, quand tout le monde partirait. Il acceptait donc de laisser le bar ouvert un peu plus longtemps pour eux. Avec un sourire ravageur, elle le remercia d'une bise furtive sur la joue, reprit un verre de rhum et paya ses consommations, avant de revenir à la table de Miyabi, ravie.

▬ « Bon. Mon ami le serveur est d'accord, mais il aimerait que nous attendions la fin de soirée, pour ne pas déranger sa clientèle. Quel serré celui-là... M'enfin, il a dit oui, c'est pas si mal. Ça te va ? »

Quelle bonne ambiance subitement ! Zora se voyait déjà, en train de poser non loin du juke-box, ou encore proche de la scène, telle une gogo-danseuse. Ses désirs lui firent tourner la tête. Elle devait se reprendre et montrer une certaine forme de professionnalisme. Après tout, ce n'était qu'un contrat, enfin, pour le moment.



© Jawilsia sur Never Utopia


____________________________________________________________

Duality, which is the contradiction of unity, is also the consequence.
avatar
Humaine
Humaine
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 257
Âmes : 241
Date d'inscription : 08/06/2016
Localisation : A la bibliothèque
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Vivre au jour le jour {feat. Hélène Magnus} Mar 18 Avr - 3:31


Vivre au jour le jour

Souffrir apprend à vivre, à souffrir, à mourir. Zora s'écria à un tel point que tout le monde qui se trouva au bar tournait leur regard vers la jeune femme, je me permettais de sourire légèrement face à cette scène. Était-elle aussi choyée que j'accepte sa proposition à ce point ? C'était juste des portraits, rien de plus, à moins qu'elle s'imagine plein de chose en tête ? Malheureusement que je n'étais pas devin et je ne pouvais aucunement lire dans l'esprit de cette jeune femme, quoique ce n'était pas quelque chose que je voulais faire également... Je remarquais du coin de l'oeil qu'elle arrangerait ses cheveux ainsi que son décolleter. Pourquoi la poitrine était quelque chose d'aussi important à montrer à un homme ? Pour qu'il l'aime davantage ? Bon, pour certain c'était plutôt physique, moi je me contentais de la personnalité, c'est pourquoi la majorité des jeunes femmes voulaient être plus proche de moi, car je les comprenais et que je n'étais pas uniquement attiré à leur physique, les femmes n'étaient pas des objets, mais bien des personnes avec des sentiments. La majorité des hommes ne savent pas encore faire la différence et c'était malheureux. Mais bon, si Zora était en parfait état avec son corps, tant mieux pour elle, mais rien ne m'attire. Pas à ce niveau. Il fallait chercher plus loin.  

▬  Et bien, ça n'est pas de refus Miyabi. Et pour répondre à TA question du départ, pourquoi ne pas se trouver un coin ici, au bar ? Il est tout récent, et tellement branché. Je vais en toucher un mot au barman avant, je le connais. Et puis, mon verre est quasi vide. Je reviens tout de suite.

Suite à ses paroles, elle se dirigeait vers le barman en question. Pendant qu'elle s'occupait à parler au propriétaire de cet endroit, j'en profitais pour prendre une autre gorgée de mon verre ainsi que de regarder les lieux. C'était effectivement un lieu plutôt branché, mais pas le genre d'endroit que j'irais à tous les jours, je suis quelqu'un dans la catégorie café que boisson alcoolisé et mes amis ne pouvaient qu’approuvés mes dires. D'une main délicates presque gracieuses, je vins arrangés mes cheveux surtout les mèches qui servait de frange. Pendant que j'arrangeais mes cheveux, une jeune femme se posait à mes côtés, je retirais mon bras qui cachait ce côté de mon champ de vision pour apercevoir le visage de cette femme. Ses yeux brillait et presque admiratif. Elle avait glissé ses mains devant elle et elle rougissait.

▬ Bonjour... Mon amie et moi-même avions remarqués vos tattoos et on les adores, vraiment ! C'est la première fois que nous voyons ce genre de tatouage...  

▬ Où voulez-vous en venir, demoiselle ? Vous n'êtes pas venue me voir pour discuter de mes tatouages, n'est-ce pas ? Alors que voulez-vous ?

▬ On voudrait savoir si vous vouliez profité de notre compagnie, avec mon amie bien entendu... Danser, discuter et peut-être...

Je tendis ma main en faisant signe de s'arrêter, je gardais une mine totalement neutre, mais sans être dur envers la jeune femme.

▬ Désolé mademoiselle, mais je ne suis aucunement intéressé aux femmes. Et je suis déjà pris alors... Vous et votre amie devriez vous contentez d'une autre personne, est-ce clair ? Je vous souhaite une bonne soirée.

La jeune femme partie frustrée, mais je m'en foutais, je n'étais pas une bête de cirque et on me prenait pour tel. Tenter de m'aborder grâce à mes tatouages, mais quel intérêt là-dedans ? Non, mais... Bien sûr le faire que je sois en couple et que je n'aime pas les femmes étaient que des mensonges, je voulais juste m'en débarrassé et c'était la seule façon de le faire sans être agressant dans mes propos. Je buvais le reste de ma bière pour oublier les dires de la jeune femme. Après mon petit péripétie, Zora revenait avec une nouvelle consommation en main et vint de rasseoir en face de moi.  

▬ Bon. Mon ami le serveur est d'accord, mais il aimerait que nous attendions la fin de soirée, pour ne pas déranger sa clientèle. Quel serré celui-là... M'enfin, il a dit oui, c'est pas si mal. Ça te va ?

▬ Oui, ça me va totalement. Je revins.

Je me levais de la chaise tout en traînant mon appareil avec moi, c'était une manie que j'avais, même si je pouvais faire confiance envers la personne, je prenais toujours mes affaires avec moi, sait-on jamais. Je me commandais un café, car oui une seule bière était suffisante et surtout que je n'étais pas un buveur et je ne voulais pas devenir comme mon père en m'emportant dans la boisson. Je payais pour ma bière ainsi que mon café en ajoutant un pourboire avant de rejoindre Zora qui était toujours à la table. Je sucrais mon café en ajoutant du lait avant d'y boire une gorgée.  

▬ En attendant la fermeture, que dirais-tu qu'on apprenne à faire plus ample connaissance ? Je n'ose pas trop bouger à cause d'une demoiselle qui est venue lorsque tu étais occupée avec ton ami, le barman. Je l'ai rapidement rejeté la faisant croire que les femmes n'étaient pas mon genre et que j'étais en couple... Ce qui était faux... Peut-être pas pour la première chose. Ce n'est pas que je déteste les femmes, je les adores tout autant que les hommes. Le physique ne compte pas,
c'est uniquement la personnalité qui m'intéresse, disons que je suis plutôt Pansexuelle.


Désormais Zora connaissait mon orientation sexuelle, allais-je la dégoûté ou va-t-elle être compréhensible sur certain point ?J'espérais vivement la seconde réponse. Il est vrai que j'ai essayé avec les deux, mais ça n'a jamais été plus loin. La seule et unique raison c'est que je les sentais pas prêt à aller de l'avant, ni même d'être avec moi. Pour ne pas les faire souffrir après l'avoir fait et qu'ils me traitent de profiteur et tous les surnoms non-imaginables, je préfère attendre avec la bonne personne et ce sera cette personne qui posera le premier pas et non moi. Je dois encore rêver pour que cela arrive, mais je suis patient niveau amour.  

                     

____________________________________________________________


Je vous parle en #336699
avatar
Humain
Humain
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 22
Âmes : 63
Date d'inscription : 21/03/2017
Age : 21

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Vivre au jour le jour {feat. Hélène Magnus} Mar 18 Avr - 5:19






Vivre au jour le jour

Zora Magnus et Miyabi Kimura




Miyabi était plutôt d'accord. A son tour, il se leva pour se reprendre un truc à boire. Zora en profita pour se "refaire une beauté" rapide, sans avoir à se rendre à la toilette. Elle sortit un petit miroir de son sac et se recoiffa en vitesse. Elle était plutôt contente de sa morphologie à la fois fine et sportive, même si elle se verrait bien avec quelques kilos supplémentaires. Au travers du reflet, elle distingua deux femmes qui regardaient en sa direction. Qu'avaient-elles donc ces gourdes ? Qu'est-ce qu'elles voulaient au juste ? Son portrait ? Sans leur accorder la moindre importance, elle réajusta une mèche et rangea le miroir. Miyabi revenait à leur table, café en main. Et bien ! Il ne tenait pas l'alcool celui-là ! Mais qu'importe. Il se devait de rester sobre, sinon les photos n'auraient que peu d'éclat. Tandis qu'il dosait le sucre dans sa tasse, il reprit le fil de leur discussion avec le sourire.

▬ « En attendant la fermeture, que dirais-tu qu'on apprenne à faire plus ample connaissance ? Je n'ose pas trop bouger à cause d'une demoiselle qui est venue lorsque tu étais occupée avec ton ami, le barman. Je l'ai rapidement rejeté la faisant croire que les femmes n'étaient pas mon genre et que j'étais en couple... Ce qui était faux... Peut-être pas pour la première chose. Ce n'est pas que je déteste les femmes, je les adores tout autant que les hommes. Le physique ne compte pas, c'est uniquement la personnalité qui m'intéresse, disons que je suis plutôt Pansexuelle. »

Pansexuel ! Zora écarquilla légèrement les yeux. "C'était donc possible..." pensa t'elle discrètement. De sa vie, elle n'en avait jamais vu. Mais quelle aubaine ! Décidément, ce début de soirée s'annonçait vraiment pas mal. Elle ne connaissait cet homme depuis quelques minutes, et pourtant il lui avait déjà dévoilé un élément personnel de sa personnalité. Elle en oubliait presque sa réflexion sur les deux poufs qui l'observaient tantôt. Ça expliquait bien des choses. Au pire, si elles insistaient encore, elle aurait une bonne raison de leur mettre une gifle à chacune, pour l'exemple. Elle se reconcentra sur Miyabi.

▬ « Chacun est libre d'aimer et d’interpréter l'être humain à sa guise. Je dois t'avouer que je n'en avais encore jamais croisé. Les bisexuels sont bien plus nombreux qu'on le pense, mais les pansexuels... Si ça peut te rassurer, je n'ai rien contre ça. Je respecte. »

L'alter-ego, dans un élan de générosité subite, se décida à faire de même, en espérant qu'il ne tombe pas de sa chaise, ou qu'il ne la croit pas. Dévoiler une schizophrénie, assise dans un bar en face d'un presque inconnu... Et habillée pour l'occasion ! Mais comment pouvait-elle prévoir ce cas de figure une heure auparavant ? Elle vida d'abord son verre de rhum avant de se lancer, l'air un peu plus sérieux.

▬ « Je suis atteinte d'un dédoublement de personnalité. Ma jumelle se nomme Hélène, mais pour le moment elle ne m'adresse plus la parole. Je ne suis que l'alter-ego qui a pris sa place, dans des circonstances que je n'expliquerai pas. Elle m'a créé dans le but de s'échapper de sa vie pourrie qu'elle avait avant de se retrouver ici, avec les autres damnés. Et crois-moi sur parole... Je ne m'étais jamais sentie aussi bien qu'en cet instant. »

Un partout. Zora esquissa un sourire en coin, soutenant son regard étonné. "Et oui, mon petit !" pensa t'elle en rigolant. Elle n'avait rien à voir avec la gentille Hélène serrée et idiote. Non... Et elle ne comptait pas la laisser revenir. Avec élégance, elle se redressa de sa chaise et contempla les tatouages de Miyabi. Elle voulut lui en toucher deux mots, mais il parla le premier.



© Jawilsia sur Never Utopia


____________________________________________________________

Duality, which is the contradiction of unity, is also the consequence.
avatar
Humaine
Humaine
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 257
Âmes : 241
Date d'inscription : 08/06/2016
Localisation : A la bibliothèque
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Vivre au jour le jour {feat. Hélène Magnus} Mer 19 Avr - 1:22


Vivre au jour le jour

Vivez chaque jour comme le dernier de votre vie. Je remarquais l'expression faciale Zora lorsque je lui révélais mon orientation sexuelle, elle avait légèrement écarquillé les yeux. Elle ne semblait pas être dégoûtée par mon orientation, ce qui semblait être une bonne chose, fort heureusement. En attendant une quelconque réponse de celle-ci, je pris la tasse de café et y bu une simple gorgée, hm, le café était parfait comme j'aime boire. J'étais un adorateur de café ainsi que de thé ainsi que les tisanes. La seule chose que je n'appréciais pas c'était l'alcool en abondance, cela me faisait malheureusement songé à mon père qui avait sombré dans l'alcool après la mort de maman. Je ne voulais pas être comme lui à ce niveau.

▬ Chacun est libre d'aimer et d’interpréter l'être humain à sa guise. Je dois t'avouer que je n'en avais encore jamais croisé. Les bisexuels sont bien plus nombreux qu'on le pense, mais les pansexuels... Si ça peut te rassurer, je n'ai rien contre ça. Je respecte.

Fort heureusement, car je crois que ça l'aurait causé un froid entre-nous, car c'est ma façon d'être. Aimer les hommes et aimer les femmes étaient totalement différents. Tellement différent, les femmes rompait assez rapidement après un problème tandis que les hommes tentent de le régler avant d'en finir, bon, ce n'est pas globalement, mais avec ceux avec qui j'ai été en couple ça été le cas. Je ne m'attendais pas à grand chose à cette ville, ni même de rencontrer ma douce moitié, j'étais patient, très patient même. J'attardais mon regard vers Zora qui termina son verre de rhum et aguichait un air sérieux.

▬ Je suis atteinte d'un dédoublement de personnalité. Ma jumelle se nomme Hélène, mais pour le moment elle ne m'adresse plus la parole. Je ne suis que l'alter-ego qui a pris sa place, dans des circonstances que je n'expliquerai pas. Elle m'a créé dans le but de s'échapper de sa vie pourrie qu'elle avait avant de se retrouver ici, avec les autres damnés. Et crois-moi sur parole... Je ne m'étais jamais sentie aussi bien qu'en cet instant.

Jamais sentie aussi bien qu'en cet instant, a-t-elle dit ? C'était tout de même curieux, mais je n'en fus pas aussi choqué que je le devrais, peut-être parce que l'une de mes ex avait un problème de ce genre, mais je n'ai pas su comment faire,  elle ne m'avait pas semblé être saine d'esprit comme Zora, non, l'autre s'emportait à chaque fois et murmurait des choses incompréhensives... Il semblerait qu'il y avait d'autre cas à part et je ne voulais pas étudier le domaine psychiatrique, mais le domaine de droit tout simplement, donc Zora pouvait être Hélène si elle le désirait, pour moi elles ont un esprit et ne s'emporte pas trop facilement. Zora se redressa de sa chaise avec élégance. Il fallait que je réponde à quelque chose, que je ne reste pas muet, il fallait que je joue franc jeu.  

▬ Hm... Je n'ai jamais rencontré quelqu'un avec un dédoublement de personnalité, mais à ce que j'ai entendu il y a toujours un côté plus mature, plus serein tandis que l'autre préfère avancer et ne pas perdre du temps... Donc tu es deux...
À ce qu'il paraît on pourrait atteindre 25 personnalités différentes voir plus... Au moins tu n'as pas beaucoup de compétitrice... Pardonne-moi, je ne sais pas comment le prendre, mais je me doute que ce soit une mauvaise chose, sinon tu me l'aurais fait remarqué, je me trompe ?


Je tapotais doucement le bout de mon index sur la table avant de prendre une gorgée de mon café me permettant de souffler un peu. Je n'étais pas effrayé par cette Zora, mais c'était tout de même quelque chose... Alors ça serait à cause d'elle que si cette Hélène se retrouvait ici à Damned Town ? En quelque sorte elle m'a révélé la raison qu'elle était ici, je devais également jeter une carte et lui dire le fait. Qu'elle me croit ou non, c'était la stricte vérité.   

▬ La raison pourquoi je suis ici peu sembler être surprenante, mais j'ai tué quelqu'un... Sous l'effet de la colère, tu sais quand tu t'emportes trop et que tu ne sais pas ce que tu es entrain de faire, ce fût mon cas. J'ai tué le petit ami de ma meilleure amie, Ai. C'est d'ailleurs elle qui a dessiné mon énorme tatouage. Il ne voulait pas la lâcher et pourtant elle répétait sans cesse de le faire... Je n'ai pas pu ne pas rien faire... En plus je le détestais, donc ça joué un peu sur le coup final...Ce n'était pas la première fois que je m'emportais ainsi. La première fois fût au primaire, un garçon prénommé Bunta m'intimidait et balançait des choses que je ne veux pas répété, un beau jour je me suis jeté dessus et je l'ai frappé sans cesse, ça du prendre deux professeurs pour m'arrêter et ils ont dû l'emmener à l'infirmerie... On m'a changé d'école, mon père n'était pas en colère,car il a comprit pourquoi je m'étais emporté, il m'a même féliciter, en quelque sorte. C'est en changeant d'école que j'ai rencontré mes deux meilleurs amis, Sorata et Ai. Ils étaient ma deuxième famille. J'avoue que ce n'ai pas un sujet très joyeux à discuter, si tu veux nous pouvons parlés d'autre chose, ça ne me dérange pas...

Je détournais légèrement mon regard tandis que m'adossais contre le dossier de la chaise glissant une main sur mon bras. Sorata, j'espère que tu prendras soin de Ai en mon absence... Elle mérite quelqu'un comme toi auprès d'elle... Ça fait bizarre, mais au fond de moi j'espérais que mes meilleurs amis sortent ensemble, car ils se connaissent avant mon arrivé à la nouvelle école. J'espérais que ce souhait allait se réalisé.

Je passais une main derrière mon crâne en frottant légèrement celui-ci avant de sourire un peu. Je tournais pour regard vers la fille aux cheveux bleus. Je prenais une nouvelle gorgée de café avant de déposer doucement la tasse dans sa petite assiette. Je penchais légèrement la tête sur le côté.    

▬ Alors Zora... Est-ce que c'est dur de m'imaginer que je sois en colère voir de tuer quelqu'un ? Me vois-tu différent maintenant ? Suis-je comme les autres damnés qui on commis un péché de trop ? Soit honnête, c'est important que je le sache, que ça soit mauvais comme ça soit bon, tout ce que je veux c'est de savoir ce que tu en penses.

Je voulais avoir de son avis. Si mes gestes étaient bons, si j'avais été trop loin dans mes faits et gestes quand j'étais jeune voir même la semaine dernière à mon arrivé à Damned Town. Ma cause était-elle bien justifié ? Je voulais tout savoir ce qu'elle en penserait, si je voulais bâtir une amitié avec cette dernière il fallait joué franc-jeu et je ne voulais pas qu'elle dise que je voulais entendre, qu'elle soit honnête. Je me doute que parlé de ma mère et mon père ne soit intéressant pour apprendre à me connaître, je restais un peu vague là-dessus, mais je n'y voyais pas l'intérêt de le faire.

                     

____________________________________________________________


Je vous parle en #336699
avatar
Humain
Humain
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 22
Âmes : 63
Date d'inscription : 21/03/2017
Age : 21

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Vivre au jour le jour {feat. Hélène Magnus} Mer 19 Avr - 3:45






Vivre au jour le jour

Zora Magnus et Miyabi Kimura




Miyabi n'était pas choqué finalement. Enfin, son visage ne laissait rien entrevoir d'alarmant. Ou simulait-il...? Non. Alors qu'il réfléchissait à quoi lui répondre face à cette révélation, l'alter-égo remarqua encore une fois que les deux gourdes de tantôt avaient jeté leur attention sur sa petite personne. "Allaient-elles arrêter ça ?" pensa t'elle très fort, les zyeutant en coin. Zora voulait passer une bonne soirée, en charmante compagnie. Elle continuait de se le répéter, tâchant de ne pas crier contre ces grosses truies mal tirées. Son esprit était vulgaire, elle ne se le cachait pas, mais pour ce soir, elle ne voulait pas passer pour une conne. Miyabi se manifesta enfin.

▬ « EHm... Je n'ai jamais rencontré quelqu'un avec un dédoublement de personnalité, mais à ce que j'ai entendu il y a toujours un côté plus mature, plus serein tandis que l'autre préfère avancer et ne pas perdre du temps... Donc tu es deux... À ce qu'il paraît on pourrait atteindre 25 personnalités différentes voir plus... Au moins tu n'as pas beaucoup de compétitrice... Pardonne-moi, je ne sais pas comment le prendre, mais je me doute que ce soit une mauvaise chose, sinon tu me l'aurais fait remarqué, je me trompe ? »

Zora esquissa un sourire qui en disait long sur la réflexion du photographe. Elle avait fort à faire avec Hélène, ce n'était pas pour se rajouter une complexité supplémentaire. Accoudant sa tête de manière sensuelle, elle laissa tomber sa chevelure courte sur le côté, sans chercher à la remettre en place. Elle observait Miyabi, qui buvait son café tranquillement. Soudain, il lui sortit le grand jeu. A la vitesse de l'éclair, il lui raconta, en détails, ce qui l'avait amené à se retrouver ici, dans cette ville maudite. La bibliothécaire éprouvait de la compassion, pour la première fois de son existence. C'était tragique en effet... Mais que pouvait-il faire de mieux ? Elle serait morte sinon. Le souvenir de sa dernière action morbide lui revint en mémoire. Son histoire n'était pas si différente de la sienne. Cette gracieuse confession la laissa songeuse. Devait-elle en faire autant ? Après quelques mimiques, Miyabi reprit une gorgée de son café et pencha sa tête sur le côté.

▬ « Alors Zora... Est-ce que c'est dur de m'imaginer que je sois en colère voir de tuer quelqu'un ? Me vois-tu différent maintenant ? Suis-je comme les autres damnés qui on commis un péché de trop ? Soit honnête, c'est important que je le sache, que ça soit mauvais comme ça soit bon, tout ce que je veux c'est de savoir ce que tu en penses. »

▬ « Non. Je ne te vois pas différemment. Je pense que dans le fond, toi et moi sommes pareils. Nous avons été exilés ici pour protéger quelqu'un. La seule différence, c'est que toi, tu n’hésiterais pas à recommencer si tu en avais l'occasion... »

L'alter-ego ferma les yeux un instant, prit une grande bouffée d'air et se leva de sa chaise, faisant signe au photographe qu'elle avait quelque chose à faire. Sans prévenir, elle se retourna et d'un pas décidé, se rua sur les deux jeunes femmes, qui n'avaient aucune échappatoire. Discrètement, elle se faufila derrière l'une d'entre elles et lui chopa le bras, serrant de toutes ses forces. Son regard c'était durci. Elle en avait marre, ça y était.

▬ « Écoutez-moi bien, bande de pouffiasses. J'en ai marre de vous voir. Arrêtez de vous agiter dans le vide et tenez-vous tranquille ! La première que je chope à s'acharner, je lui en colle une. C'est clair ? »

Zora relâcha son emprise en la claquant, puis retourna s'asseoir. Elle n'avait pas terminé son explication auprès de Miyabi à cause de ces idiotes. Recherchant où elle s'en était arrêté, elle tortillait une mèche de ses cheveux nerveusement.

▬ « Hélène n'est pas comme moi. C'est une jeune femme trop gentille et du coup, tout le monde lui marchait dessus. À son école, elle était la cible de nombreuses attaques. Au début, elle n'agissait pas, mais à la fin, à force de vivre recluse, ça a provoqué ma "naissance". Elle allait à l'école le jour, et je prenais le relai la nuit. Je m'en prenais à ses bourreaux en les affectant psychologiquement. Ils ne revenaient plus la chercher après. Mais, un soir, çà a mal tourné... Je suis allée trop loin, provocant la mort d'une blondasse sans le moindre intérêt... »

Zora se tut. Elle en avait assez dit. Remarquant avec retard que son verre était vide, elle s'imagina le remplir, comme si elle cherchait à se vider la tête. Ce souvenir était si douloureux, et à la fois si intense, si jouissif... Une totale contradiction en soi. Mais elle s'en fichait dans le fond. Elle l'avait cherché comme tous les autres. Avec un sourire crispé, elle sortit son miroir de son sac et remarqua à sa grande joie que les deux gourdes avaient quitté le bar. "Enfin un peu de tranquillité !" pensa t'elle. Ce petit jeu de révélations lui plaisait. Qu'allait pouvoir lui dire Miyabi à présent ?



© Jawilsia sur Never Utopia


____________________________________________________________

Duality, which is the contradiction of unity, is also the consequence.
avatar
Humaine
Humaine
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 257
Âmes : 241
Date d'inscription : 08/06/2016
Localisation : A la bibliothèque
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Vivre au jour le jour {feat. Hélène Magnus} Jeu 20 Avr - 17:07


Vivre au jour le jour

Celui que tu empêches de mourir t'empêchera de vivre. Je redressais, un peu de temps après, ma tête pour mieux la regarder, j'esquissais un sourire totalement neutre. Je ne cherchais pas à faire pitié encore moins qu'elle me considère comme tel. Je me demandais juste si ma cause était juste ou si j'avais exagéré la chose. C'était quelque chose que je devais savoir de la bouche d'une autre personne. Si ça aurait été Ai, elle m'aurait ignoré pour le restant de ma vie tout autant pour Sorata qui me considérait comme un monstre. Un monstre aux intentions mauvaises. Ce n'était pas plus mal de me retrouver ici tout compte fait, cela m'aidait à échapper de la dur réalité surtout pour meurtre je me serais retrouvé en taule avec mon père, bon, peut-être pas dans la même cellule, mais presque. Tous les deux accusés de meurtres. Tel père, tel fils, dirait-on.

▬  Non. Je ne te vois pas différemment. Je pense que dans le fond, toi et moi sommes pareils. Nous avons été exilés ici pour protéger quelqu'un. La seule différence, c'est que toi, tu n’hésiterais pas à recommencer si tu en avais l'occasion...

Elle ferma les yeux mettant sa phrase en suspend tandis qu'elle se lève de sa chaise. Qu'est-ce qu'elle avait ? Une mouche lui avait piqué tout d'un coup ? Elle me fit signe qu'elle avait quelque chose à faire. Je hochais doucement la tête avant de prendre une gorgée de café tout en regardant la scène. Alors ces filles avaient donc joués sur la patience de Zora ? C'est drôle, mais elles méritent amplement une petite rééducation ces deux-là. Je n'aimais pas voir ce genre de chose, donc je tournais mon regard droit devant moi comme si rien n'était souhaitant que personne ne voyait la scène en question. Je buvais une autre gorgée de café. Quelques instants après, Zora revient et vint s'asseoir à sa place tout en tortillant une mèche de ses cheveux.  

▬ Hélène n'est pas comme moi. C'est une jeune femme trop gentille et du coup, tout le monde lui marchait dessus. À son école, elle était la cible de nombreuses attaques. Au début, elle n'agissait pas, mais à la fin, à force de vivre recluse, ça a provoqué ma "naissance". Elle allait à l'école le jour, et je prenais le relai la nuit. Je m'en prenais à ses bourreaux en les affectant psychologiquement. Ils ne revenaient plus la chercher après. Mais, un soir, çà a mal tourné... Je suis allée trop loin, provocant la mort d'une blondasse sans le moindre intérêt...

Je jouais un peu avec ma tasse à moitié vide, depuis le temps que je prenais des gorgées de mon café. Elle s'était également exprimée, mais comme moi elle devait caché quelque chose ou ne pas en rajouté de plus que l'essentiel, car ce n'est pas aussi important. Elle fit un sourire crispé avant de sortir son miroir de poche. Je passais une main au niveau de ma nuque réfléchissant à la suite... J'allais mettre toute les cartes sur la table, comme ça on ferait totalement connaissance.   

▬ En gros, elle ignorait ta naissance, puisque tu apparaissais rien que la nuit, pas vrai ? Ça serait plutôt logique, de mon point de vue. Et elle a apprit que dernièrement qu'elle a une deuxième personne vivant avec elle dans la même tête... Tu pratiquais la torture psychologique à celles qui ont été trop loin avec Hélène, à ce que j'ai compris. Et ça mal été avec une, donc te voilà à être ici, à Damned Town. Pourquoi ce n'est pas les autres personnes qui font juste ça de leur vie, qui tue sans but ou qui fait du mal aux femmes sans raison valable ou juste parce qu'elles sont "faibles" je les déteste ceux qui font ça.

Je serrais mon poing et donnait un coup sur la table, ce qui la fait bouger. Je me moquais des regards des autres, ça me frustrais tellement, mais pas être totalement en colère et de voir noir, sinon que se passerait par la suite ? Je fixais longuement ma tasse de café avant de relever mon visage, plus serein vers Zora.   

▬ Pardonne-moi de m'être emporté... C'est juste que j'ai perdu ma mère à un plus jeune âge. Elle était en route du travail, habitant non loin de l’hôpital elle marchait chaque jour jusqu'à la maison, un soir elle n'était pas revenu... Le soir même les officiers on retrouvés son corps, violenté, j'étais jeune donc je ne comprenais pas trop ce qu'il passait, mais mon père s'est noyé dans l'alcool. Grâce à un ami de la police et d'une autre ville, il a cherché de son côté le coupable et il l'a fait. Une fois qu'il l'a retrouvé, il a prétendu d'être parrain dans le domaine et qu'il voulait faire un entretien parce qu'il le trouve "formidable" et qu'il voudrait l'avoir dans son équipe, tout ça était de pur mensonge. Mon père l'a tué, chez moi. Je revenais de l'école et encore une fois je n'ai rien compris de ce qu'il s'était passé. C'est de l'injustice. C'est pourquoi j'ai décidé d'étudié en droit à cause de l'injustice en ce monde. Tu sais le garçon, Bunta, qui m'intimidait ? Et bien la chose qui me sortait était à propos de ma mère, elle est morte à cause qu'elle était faible et que si elle aurait été plus forte elle serait peut-être encore vivante... J'en avais eu assez d'entendre ses paroles à répétition, que je me suis jeté dessus. Il le méritait et aucun adulte ne faisait rien contre son intimidation, mais contre le fait que je l'ai battu. Au final ce n'est pas plus mal. J'ai appris, depuis ce temps, à m'affirmer. Alors le fait que nous soyons ici plutôt que d'autres personnes, c'est de la pur injustice, mais au moins je ne me suis pas retrouvé en prison à cause de mon dernier crime et non je n'hésiterais pas à recommencer si il le faut.

Mon regardait s'était durcit pendant mon monologue face à mon passé et de l'injustice qu'il y avait dans ce monde. Je terminais la dernière gorgée de mon café avant de déposer doucement la tasse dans son assiette. Je fis une légère face de dégoût à cause que celle-ci était froid et du café froid ça n'a pas bon goût. Je secouais la tête avant de me concentrer sur Zora.     

▬ Alors disons que ton crime est moins pire de ce que j'ai vu... Tu l'as fait pour protéger Hélène, d'une certaine façon, surtout que ce n'est pas de ta faute si tout à mal tourner vers la vie, il y a parfois des têtes plus dur que d'autres, que ça fini par tuer.. C'est malheureux, mais c'est la triste vérité. Je pourrais t'en parler très longtemps de l'injustice, mais je risque de m'emporter et de t'ennuyer avec tout ça...

                     

____________________________________________________________


Je vous parle en #336699
avatar
Humain
Humain
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 22
Âmes : 63
Date d'inscription : 21/03/2017
Age : 21

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Vivre au jour le jour {feat. Hélène Magnus} Jeu 20 Avr - 20:48






Vivre au jour le jour

Zora Magnus et Miyabi Kimura




Miyabi jouait avec sa tasse de café. Y'en restait-il dedans ? Peut-être plus. Le photographe réfléchissait, une de ses fonctions premières depuis que Zora lui avait adressé la parole. Cet homme prenait toujours un peu de temps pour se mettre d'accord avec lui-même sur ce qu'il avait à dire. D'habitude, l'alter-ego se lassait assez rapidement de ce genre de comportement. Mais dans le cas présent, elle comptait faire une exception. Elle trouvait cet homme fascinant. Il la connaissait depuis peu, et pourtant il ne s'était pas gêné pour lui donner certains détails sombres de sa vie. Et il ne comptait pas s'arrêter là.

▬ « En gros, elle ignorait ta naissance, puisque tu apparaissais rien que la nuit, pas vrai ? Ça serait plutôt logique, de mon point de vue. Et elle a apprit que dernièrement qu'elle a une deuxième personne vivant avec elle dans la même tête... Tu pratiquais la torture psychologique à celles qui ont été trop loin avec Hélène, à ce que j'ai compris. Et ça mal été avec une, donc te voilà à être ici, à Damned Town. Pourquoi ce n'est pas les autres personnes qui font juste ça de leur vie, qui tue sans but ou qui fait du mal aux femmes sans raison valable ou juste parce qu'elles sont faibles je les déteste ceux qui font ça. »

Zora n'y croyait pas. Miyabi avait tapé du point sur la table, très en colère. Il avait un certain sens de la morale ce gars-là, c'était louable. Il lui fallut un petit instant avant de reprendre ses esprits et de se lancer dans une explication... en relation avec sa vie passée. C'est comme ça que Zora apprit que Miyabi n'avait plus de mère, qui son père était en prison, que ça s'était passé sous ses yeux sans qu'il ne puisse réagir. La bibliothécaire comprenait son besoin de vengeance désormais. Se rendant compte qu'il était parti dans un monologue sans fin, Miyabi se tût et termina sa tasse de café, en faisant la grimace. Trop froid peut-être ? Ou y'avait-il un dépôt dans le fond ? Zora gardait ses yeux ronds, désireuse d'en savoir toujours plus sur cet individu particulier. Elle relâcha son verre, qui avait manqué se de briser au sol après l'excès de colère du photographe, et le fixa, d'un air neutre.

▬ « Alors disons que ton crime est moins pire de ce que j'ai vu... Tu l'as fait pour protéger Hélène, d'une certaine façon, surtout que ce n'est pas de ta faute si tout à mal tourner vers la vie, il y a parfois des têtes plus dur que d'autres, que ça fini par tuer.. C'est malheureux, mais c'est la triste vérité. Je pourrais t'en parler très longtemps de l'injustice, mais je risque de m'emporter et de t'ennuyer avec tout ça. »

▬ « Ne m'en veux pas, mais nous ne sommes pas là pour débattre sur les pour et les contre de l'injustice. Il n'empêche que... »

L'alter-ego réfléchit un court instant. Devait-elle parler de cette partie intime de Hélène ou non ? D'un côté, ça ne le regardait en rien mais... Il en avait trop dit sur lui. Zora avait appris à ses dépends qu'il ne fallait pas trop jouer avec la tentation, de peur qu'elle ne se retourne contre soi. Balivernes, elle avait le contrôle, l'autre ne se manifestait plus, elle comptait bien lui dire d'autres petites secrets honteux.

▬ « Pour se remettre sur un pied d'égalité, tu dois savoir que Hélène... est orpheline. Ses parents l'ont abandonné dans un orphelinat et ne sont jamais revenus. Elle ne sait pas ce que c'est que de vivre avec une autorité au dessus de la tête, hormis sa tutrice de l'époque. Elle a appris à se démerder à sa majorité, mais pas assez, comme je te l'ai expliqué. Elle ne les déteste pas alors qu'elle devrait. Je trouve ça pathétique... »

Zora lâcha un soupir d'irritation et se leva à nouveau de sa chaise, faisant signe à Miyabi qu'elle retournait se chercher à boire, pour la troisième fois de la soirée. Cette fois-ci, elle se commanda toute une série de shots et revint avec un plateau. Ravie de ces breuvages, elle en but un d'une traite et proposa à Miyabi de se joindre à elle.

▬ « Allez, assez de souvenirs douloureux pour ce soir. Nous en avons assez dit. Si tu en veux un, tu peux te servir. Alors... parlons un peu de tes talents de photographe. Tu me disais que tu prenais des clichés de paysages, c'est bien ça ? »

Zora reprit un autre shot, qu'elle dégusta un peu plus que le premier. Avant de se saisir du troisième, elle guetta les alentours. Les gens arrivaient de plus en plus nombreux. Ce n'était pas encore le moment de procéder au shooting photo, à son grand désarroi.



© Jawilsia sur Never Utopia


____________________________________________________________

Duality, which is the contradiction of unity, is also the consequence.
avatar
Humaine
Humaine
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 257
Âmes : 241
Date d'inscription : 08/06/2016
Localisation : A la bibliothèque
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Vivre au jour le jour {feat. Hélène Magnus} Dim 7 Mai - 5:19


Vivre au jour le jour

Mourir n'est que la conséquence de vivre.De simple yeux bruns, plutôt banal fixait les yeux bleus d'une demoiselle plus charmante que ma propre personne. Je me rabaissais assez souvent, mais c'était la stricte vérité, car je ne valais pas mieux que quiconque dans ce bar et pourtant la demoiselle est venue me voir malgré tout et tout ça à cause que j'ai un appareil photo. Elle désirait un shooting photo, ce qui m'a intrigué au plus haut point, que je n'ai pas pu lui refuser. Un peu de nouveau ne me ferait pas de tord à mon portfolio n'est-ce pas ? Nous étions rendus sur un point où que je pouvais facilement m'emporter : la politique et la justice. J'étudiais pour être avocat et j'étais sûr que j'allais y exceller comme un grand, car il y a beaucoup trop d'injustice en ce monde, la preuve nous sommes à Damned Town un endroit où tout le monde doivent réparer leurs pêchés de trop. Évidement je ne voulais pas trop m'attarder sur le sujet, qui pourrait être ennuyant pour la demoiselle et je ne voulais pas la faire fuir, du moins pas encore.  

▬ Ne m'en veux pas, mais nous ne sommes pas là pour débattre sur les pour et les contre de l'injustice. Il n'empêche que...

Zora fit une pause à sa phrase et se mit à réfléchir à ce qu'elle allait dire pour la suite. Tandis qu'elle se concentrait dans son coin, je tendis l'oreille et écoutait la musique qu'il y avait dans le bar, une ambiance qui fonctionne avec le Holy Fire. Je me mettais quasiment à danser sur ma chaise, mais rien de plus puisque je ne suis pas un bon danseur et mes amis me l'ont fait assez savoir. Sans oublier que je ne suis pas un buveur, une simple bière et ça me suffisait amplement pour la semaine, car je ne voulais pas devenir comme mon père et je ne voulais pas suivre le même chemin que lui, était-ce une raison valable ?  

▬ Pour se remettre sur un pied d'égalité, tu dois savoir que Hélène... est orpheline. Ses parents l'ont abandonné dans un orphelinat et ne sont jamais revenus. Elle ne sait pas ce que c'est que de vivre avec une autorité au dessus de la tête, hormis sa tutrice de l'époque. Elle a appris à se démerder à sa majorité, mais pas assez, comme je te l'ai expliqué. Elle ne les déteste pas alors qu'elle devrait. Je trouve ça pathétique...

Orpheline, hein ? J'ignorais c'était quoi le pire entre le fait qu'un parent meurt et que l'autre soit enfermé pour meurtre ou que les deux décident d'abandonner leur propre enfant en bas age ? Tel est la question. Il y aurait certainement un débat tout dépendant comment l'enfant réagit face à l'abandon de ses parents ou encore perdre ses parents. Cela pourrait être un sujet assez intéressant à débattre. Zora lâchait un soupir et se levait de sa chaise, encore une fois, pour aller chercher quelque chose à boire, c'est ce que j'ai compris dans son geste. Tandis qu'elle me quittait de nouveau je jouais avec la tasse vide en la fixant sans cesse. Elle revenait avec un plateau qui contenait une série de shots. Elle m'en proposa, mais je lui refusais gentiment.

▬ Allez, assez de souvenirs douloureux pour ce soir. Nous en avons assez dit. Si tu en veux un, tu peux te servir. Alors... parlons un peu de tes talents de photographe. Tu me disais que tu prenais des clichés de paysages, c'est bien ça ?   

▬ Non merci je passe. J'ai une limite à respecter, c'est ennuyant, mais c'est ainsi.

Je penchais légèrement la tête sur le côté regardant Zora qui buvait ses shots, elle était rendue à sa troisième, au moins elle savait faire la fête quand c'était le temps. Elle guettait les alentours ce qui me forçait à faire de même, il y avait plus de monde que tout à l'heure et ce jusqu'à l'heure de la fermeture, au moins nous aurons la salle après l'heure...    

▬ Mes talents en photographies, est-ce que je peux réellement appeler ça un talent ? Je veux dire tout ce que ça prend c'est d'un bon appareil et de ne plus bouger pour prendre la photo que le photographe veut prendre. Tout le monde peut le faire et je fais mes édits j'y ajoute ma petite touche, ce qui les rends unique en leur genre. Parfois j'imagine quelque chose qui devrait être là et je fais en sorte que cela arrive, de nos jours c'est facile à ajouter un détails ou en effacer.

J'esquissais un sourire en regardant le sac qui contenait mon appareil photo. J'étais fier de mes clichés, mais j'aurais aimé découvrir cette passion avant que j'arrive à Damned Town. Je mens. J'adorais prendre des photos, c'est juste que je n'ai pas exploité cette option, car la justice me portait trop à coeur, donc cette passion s'est mit un peu de côté.      

▬ C'est assez malheureux. En étant à Tokyo, je n'ai jamais réellement songé que je pouvais devenir photographe, car l'injustice prenait une place importante dans mon coeur, mais je suis heureux d'être ici, car ça me fait réaliser que cette passion rayonne toujours au fond de moi. Rien arrive pour rien, à ce que l'on dit. J'aurais autant prit de cliché à Tokyo qu'ici... Je n'ai pas encore tout découvert à Damned Town et je compte bien le faire, tous les recoins qui jugerait bon de prendre en photo. Et toi Zora ? As-tu une passion ?

                     

____________________________________________________________


Je vous parle en #336699
avatar
Humain
Humain
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 22
Âmes : 63
Date d'inscription : 21/03/2017
Age : 21

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Vivre au jour le jour {feat. Hélène Magnus} Dim 7 Mai - 20:11






Vivre au jour le jour

Zora Magnus et Miyabi Kimura




Miyabi refusa poliment le shot offert par Zora. Il n'était pas du genre à boire ce jeune homme. "Tans pis..." pensa t'elle silencieusement. Il ne serait pas son compagnon de beuverie pour ce soir, ni pour les prochains. D'ailleurs, à par Casey, elle ne connaissait personne à la hauteur de boire dans cette ville ? Elle pourrait demander au barman, mais il était de service. Peut-être après le shooting photo... Visualisant la scène avec amusement, elle se la sortit de la tête et se reconcentra sur Miyabi.

▬ « Mes talents en photographies, est-ce que je peux réellement appeler ça un talent ? Je veux dire tout ce que ça prend c'est d'un bon appareil et de ne plus bouger pour prendre la photo que le photographe veut prendre. Tout le monde peut le faire et je fais mes édits j'y ajoute ma petite touche, ce qui les rends unique en leur genre. Parfois j'imagine quelque chose qui devrait être là et je fais en sorte que cela arrive, de nos jours c'est facile à ajouter un détails ou en effacer. »

Imaginer quelque chose ? Hum... Curieuse pratique. Enfin, si ça lui permettait de prendre des clichés fabuleux, elle n'allait pas le contredire. Elle l'observa sourire, ses yeux rivés sur sa sacoche où se cachait son appareil. Il aimait prendre des photos, ça sautait aux yeux. Zora replongea un court instant dans son fantasme de poser nue quelque part... Cette idée folle l'excitait à nouveau. Mais elle ne pouvait pas lui demander de but en blanc, sans laisser le temps agir sur leur relation professionnelle. Elle lâcha un soupir et reprit un shot.

▬ « C'est assez malheureux. En étant à Tokyo, je n'ai jamais réellement songé que je pouvais devenir photographe, car l'injustice prenait une place importante dans mon coeur, mais je suis heureux d'être ici, car ça me fait réaliser que cette passion rayonne toujours au fond de moi. Rien arrive pour rien, à ce que l'on dit. J'aurais autant prit de cliché à Tokyo qu'ici... Je n'ai pas encore tout découvert à Damned Town et je compte bien le faire, tous les recoins qui jugerait bon de prendre en photo. Et toi Zora ? As-tu une passion ? »

▬ « Une passion ? Moi ? Hum... Question épineuse. Hélène te répondrait la littérature, sous toutes ses formes, ainsi que l'archéologie. Mais moi... »

L'alter-ego avala un autre shot et se redressa, prenant une position de réflexion. Avait-elle vraiment une passion dans sa vie, maintenant qu'elle contrôlait ce corps ? Avant de se retrouver ici, à Damned Town, elle en avait une : terroriser les bourreaux qui s'en prenaient à Hélène au quotidien. Mais maintenant qu'elle avait commis l'irréparable, qu'avait-elle de concret ? La bibliothèque n'était qu'un travail. Elle faisait du vélo, mais c'était plus pour entretenir son corps qu'autre chose. Les montagnes russes peut-être ? Non. Une distraction, rien de plus. Alors quoi ? Elle ne pouvait pas parler de photographie, elle n'avait pas la moindre idée de ce que ça allait donner... Zora se creusa la tête un peu plus, quand soudain, tout devint clair. Comment avait-elle pu mettre ce détail de côté ? Un flot de souvenirs lui revinrent en mémoire. Un large sourire illuminait son visage.

▬ « Les enfants m'adorent... Aussi incroyable que ça puisse paraître. Lorsque je vais au parc d'attractions, je ne peux pas m'empêcher de jouer avec eux, c'est plus fort que moi. Mieux encore ! Leurs parents ne paniquent pas en me voyant. Le monde à l'envers ! En tout cas, je ne sais pas si on peut appeler ça une passion, mais c'est la seule "aptitude" que j'ai en magasin. Les enfants... Qui pourrait me croire ? »

Zora riait à présent. Elle qui n'en voulait pas, devrait-elle revoir ce projet à l'avenir ? Non ! Et puis quoi encore ! Ce n'était pas sa raison de vivre à la base. Hélène avait-elle un lien avec ça ? Lui avait-elle procuré de la gentillesse à son insu ? "N'y pense même pas, petite idiote ! Je ne te laisserai jamais revenir !" chuchota t'elle, regardant le sol en se cachant les lèvres, pour ne pas que Miyabi la voit. Lâchant un autre soupir, elle enfila deux autres shots d'affilé, et sourit au photographe, qui jouait inlassablement avec sa tasse de café vide. Tout à coup, un bruit sourd se fit entendre dehors. Le barman coupa la musique dans le bar. Tout le monde se tourna vers la porte d'entrée. Il y avait un raffut assourdissant. Des gens curieux sortirent pour voir ce qui s'y passait. Quelques secondes plus tard, un homme revint en courant dans le bar et alarma la populace.

▬ « A l'aide ! Venez vite ! Des groupes de gens se battent dehors, c'est la folie ! Ils veulent piller les commerces aux alentours, et venir ici après ! On doit les en empêcher ! Je vous en prie ! »

Zora et Miyabi regardèrent l'homme, impassible. Avait-il bu un coup de trop ? Ou était-il en proie à la justice ? Ni l'un ni l'autre ne voulait s'en mêler, et pour cause : la quasi totalité des consommateurs venaient de se lever et quittaient le bar, intrigués pour certains, apeurés pour d'autres, laissant les lieux déserts. L'alter-ego, ravie de cette situation, se pencha vers le photographe, ancrant son regard dans le sien.

▬ « Miyabi, je pense que le bar est à nous. Que dirais-tu de commencer ? Ils vont en avoir pour un moment dehors, autant en profiter. »

Zora se donna du courage et enfila les shots restants, avant de remettre sa chevelure ainsi que ses vêtements en place, tandis que Miyabi posait sa sacoche sur la table. Que le spectacle commence !



© Jawilsia sur Never Utopia


____________________________________________________________

Duality, which is the contradiction of unity, is also the consequence.
avatar
Humaine
Humaine
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 257
Âmes : 241
Date d'inscription : 08/06/2016
Localisation : A la bibliothèque
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Vivre au jour le jour {feat. Hélène Magnus} Mar 11 Juil - 3:39


Vivre au jour le jour

Apprend à connaître la vie au lieu de rêver de la mort.Je voulais savoir qu'elle était la passion de la jeune femme aux cheveux bleus, parce que oui elle me le demande parce qu'elle a envie de mieux me connaître, mais j'ai aussi le droit de savoir ce qui la passionnait dans la vie. Elle savait que je ne buvais pas pour ne pas ressembler à mon père, elle savait pourquoi j'étais ici à cause de mon pêché de trop, elle savait que j'adorais photographier tout et n'importe quoi tant que cela soit beau et abordable pour vendre mes photos, vendre mon nom. Alors lui demander en retour c'était tout à fait naturel. Peut-être allait-elle me surprendre ? Déjà qu'elle l'a fait en me demandant de la prendre en photo, c'était tout de même quelque chose.   

▬ Une passion ? Moi ? Hum... Question épineuse. Hélène te répondrait la littérature, sous toutes ses formes, ainsi que l'archéologie. Mais moi...

C'était vrai. Zora n'était qu'une double personnalité dans le corps de Hélène, le véritable maître de ce corps. Zora faisait tout pour y vivre et faire ce qui lui plait, face à sa déclaration cela ne m'a du tout fait peur et je n'eu aucune envie de m'enfuir. J'étais quelqu'un d'assez ouvert d'esprit, mais tant que nous parlons pas la vie après la mort tout allait bien. Elle me paraissait bien silencieuse tout d'un coup. Avait-elle réellement besoin de tout ce temps pour répondre à sa propre question ? Il fallait y songer, surtout avec moi qui retourne les questions à son destinataire.   

▬  Les enfants m'adorent... Aussi incroyable que ça puisse paraître. Lorsque je vais au parc d'attractions, je ne peux pas m'empêcher de jouer avec eux, c'est plus fort que moi. Mieux encore ! Leurs parents ne paniquent pas en me voyant. Le monde à l'envers ! En tout cas, je ne sais pas si on peut appeler ça une passion, mais c'est la seule "aptitude" que j'ai en magasin. Les enfants... Qui pourrait me croire ?

Les enfants étaient aussi confiant envers un inconnu tel que Zora ? Hm, c'était bon à savoir. Il avait tout de même beaucoup d'enfant à Damned Town ce qui m'étonnerais toujours. Ils ont certainement commis un pêché de trop sans réellement savoir ce que c'est, comment pouvaient-ils grandir ? Comment pouvaient-ils apprendre si il n'a pas d'éducation à leur donner ? Bon après tout ce n'est guère mon problème encore moins mon sujet d'étude. Qu'importe. Zora éclatait de rire encore quelque chose que je ne comprenais pas à son insu, ah les femmes... Est-ce la raison pourquoi mes relations ne fonctionne jamais avec elles ? Parce que je ne les comprend pas assez ? Peut-être. Est-ce qu'au moins un homme connaît les femmes au bout des doigts ? À part les dragueurs qui recherche uniquement à se faire plaisir et sans amour propre pour une relation durable et équitable. Les hommes incapable d'aimer ne seront jamais en relation très bien longtemps à moins qu'une fleur lui ouvre la voie et le change... Mais les probabilités sont faibles. Tandis que le silence commençait à se répandre dans le bar, les portes du bâtiment s'ouvrirent sur un jeune homme qui semblait être en panique total. Je le regardais arquant les sourcils me demandant bien ce qu'il pouvait bien se tramer.

▬ A l'aide ! Venez vite ! Des groupes de gens se battent dehors, c'est la folie ! Ils veulent piller les commerces aux alentours, et venir ici après ! On doit les en empêcher ! Je vous en prie !

Ah. Ce n'est pas mon problème et d'ailleurs je ne voulais pas laisser mon appareil sans protection et ce n'était mon combat. Ils trouveront bien de l'aide quelque part et assez de bras pour les arrêter. Je ne vais pas commencer à jouer les héros d'un bord ou de l'autre. La preuve, la dernière fois que je voulais aider quelqu'un ça c'est mal terminer. Ni Zora, ni moi ne bougeait de notre place, par contre les autres buveurs se levèrent tous ensemble pour venir en aide à l'inconnu qui semblait être heureux d'être entendu. Bon bah il n'aura pas besoin de nos bras. Je tournais mon regard vers Zora qui ancrait son regard au miens. Que voulait-elle maintenant ?

▬ Miyabi, je pense que le bar est à nous. Que dirais-tu de commencer ? Ils vont en avoir pour un moment dehors, autant en profiter.   

Si tel est son désir. Les enfilait les shots restant avant de s'arranger dans son coin. De mon côté de sortit mon appareil et changeait la lentille avant de me lever pour trouver un endroit adéquat pour la séance de photo. Un endroit avec assez de lumière... Mes yeux cherchaient un endroit propice avant que je trouve mon bonheur en faisant signe à Zora de me rejoindre. La scène était parfait avec ses effets de lumière ! Je la laissais ce placer comme elle le désire avant que je me mette en position et que je prenne des photos. Je lui indiquais de bouger légèrement son corps ainsi que sa main pour prendre de belle photo. Intérieurement je souriais, je pouvais ajouté ses photos dans mon portfolio.

Quelques photos prises, c'était excellent et parfait. Pendant la séance elle changeait de position tandis que je prenais des photos sans cesse. Nous changions également de place pour être proche du bar, quelques photos dans ce coin de la pièce pour ensuite revenir à notre place pour que cela soit plus naturel. Je prenais de bonne photo pour pouvoir en sélectionner lorsque je les éditerais pour rendre la vision meilleure et parfaite. J'étais impatient de voir le résultat final de tout ça. Quelques minutes plus tard je rangeais mon appareil dans son étuis tandis que je m'assoyais soufflant légèrement. Il faisait tellement chaud ! Je ne pouvais pas retirer mon haut tout de même, il fallait que je garde un peu de tenu.  

▬ Merci Zora pour les photos, c'est sûr que je vais travaillé sur ses photos et ajouter quelques effets pour les rendre meilleure. Et merci pour ta patience, c'est la première fois que je prend des photos de quelqu'un et non des paysages.

Je tapotais délicatement l'étuis de mon appareil-photo en souriant toujours avant de lever mon regard vers la porte du bar. Personne n'étaient revenus de cette bagarre. Je ne devais pas trop tarder à rentrer pour travailler sur mon nouveau projet. Je tournais à nouveau mon regard sur Zora.    

▬ Je ne vais pas tarder à y aller. Est-ce que tu voudrais que nous fassions autre chose ou tu as autre chose à faire pour la veillée ? C'est toi qui voit.

C'était une proposition comme une autre, sans arrière pensée et ouverte. Je ne voulais pas qu'elle se sente mal à l'aise parce que je lui demande si elle souhaite aller autre part qu'au bar. Je me lasse de rester trop longtemps au même endroit et je voulais prendre un peu l'air, de l'air frais et rester à l'intérieur ne m'aide en rien. La balle était dans son camp, il suffisait qu'elle dise ou ou non et je pouvais y aller. Dans les deux cas j'allais prendre l'air que ce soit accompagnée ou non.

                     

____________________________________________________________


Je vous parle en #336699
avatar
Humain
Humain
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 22
Âmes : 63
Date d'inscription : 21/03/2017
Age : 21

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Vivre au jour le jour {feat. Hélène Magnus} Mar 11 Juil - 5:24






Vivre au jour le jour

Zora Magnus et Miyabi Kimura




Miyabi récupéra son appareil photo et se leva de son siège, scrutant le bar avec attention. Il ne pouvait pas faire son travail n'importe où tout de même ! Son regard se posa sur la scène, l'endroit le plus illuminé des lieux. "Parfait !" chuchota t'elle en silence. Sans perdre un instant, elle s'installa sur la dite scène, en position allongée et quelque peu sexy. Elle avait de l'allure ce soir, elle devait le montrer au mieux. Le photographe la laissa opérer comme elle le voulait, lui donnant cependant quelques consignes pour des clichés de meilleure qualité. Elle se sentait comme le centre du monde, le sujet de toutes les attentions, et même de toutes les convoitises. Entre temps, le duo changea d'endroit, pour prendre appui dans un coin du bar, un peu plus tamisé en soi mais excellemment chic. Miyabi savait manier son appareil avec brio. Zora se délectait de ces instants privilégiés où personne n'était là pour les zieuter. Elle se sentait plus libre... Ce sentiment ne la quittait plus en cette soirée.

Après un long moment de "clics" et de mouvements subtils, le duo stoppa le shooting et retourna s'asseoir à leur table. La clientèle du bar ne revenait toujours pas... Tant mieux dans un sens. Miyabi avait chaud tout à coup, il était essoufflé, mais pas au point de se mettre à l'aise. Zora, quant à elle, se sentait bien, même trop bien. Profitant de l'instant où le professionnel rangeait son outil de travail, elle ramassa les verres et les ramena au comptoir, laissant un petit pourboire au serveur sous l'un d'entre eux, avant de rejoindre son "ami" d'un soir.

▬ « Merci Zora pour les photos, c'est sûr que je vais travaillé sur ses photos et ajouter quelques effets pour les rendre meilleure. Et merci pour ta patience, c'est la première fois que je prend des photos de quelqu'un et non des paysages. »

Elle sourit naturellement. Si ça pouvait lui rendre service, elle n'hésiterai vraiment pas à recommencer la p'tite ! Bien que son idée de poser nue lui taraudait encore l'esprit, elle n'en dit pas un mot au jeune homme. Même si elle avait appris à le connaître suffisamment en quelques heures, elle ne pouvait pas se permettre de tout foutre en l'air juste à cause d'une lubie passagère. Il souriait aussi, observant la porte d'entrée, un peu perplexe.

▬ « Je ne vais pas tarder à y aller. Est-ce que tu voudrais que nous fassions autre chose ou tu as autre chose à faire pour la veillée ? C'est toi qui voit. »

▬ « Miyabi, j'ai passé une excellente soirée. Je me suis ouverte, amusée, et j'ai bien profité. Tu es libre ! Je n'abuserai pas plus de ton temps, tu dois avoir autre chose à faire certainement. Mais avant... »

Zora s'empara de son sac à main, en sortit un crayon et arracha un morceau de la serviette en papier donnée avec les shots mais qui n'avait pas servi au final. En appuyant suffisamment fort sur la mine, elle y inscrivit son nom ainsi que ses coordonnées téléphoniques. Loin de là l'idée d'un rencard, mais au moins d'une deuxième entrevue professionnelle.

▬ « Voici mon numéro, quand tu seras prêt à me montrer les photos, ou pour un autre shooting... Ou même les deux ! Au besoin, tu sais où me trouver. La bibliothèque est facile à repérer. Sur ce... »

Zora se leva, tendit une main au photographe qu'il serra délicatement, et sans demander son reste, elle quitta le Holy Fire, tout sourire. L'air frais du printemps caressa son visage alors qu'elle rentrait à son appart. Des soir.es comme celle-là, elle en aimerait tous les jours...



© Jawilsia sur Never Utopia


____________________________________________________________

Duality, which is the contradiction of unity, is also the consequence.
avatar
Humaine
Humaine
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 257
Âmes : 241
Date d'inscription : 08/06/2016
Localisation : A la bibliothèque
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Vivre au jour le jour {feat. Hélène Magnus}

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Vivre au jour le jour {feat. Hélène Magnus}
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Vivre et mourir en ce jour
» A chaque jour suffit sa peine ▬ Kyle
» Joan - Vivre au jour le jour!
» Partir un jour sans retour || feat Jayden
» L'Ondine du Niddeck

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Damned Town :: Rp terminés-
Sauter vers: