De l'autre côté du miroir (feat Helene Magnus)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
MessageSujet: De l'autre côté du miroir (feat Helene Magnus) Mer 20 Juil - 2:24



 


De l'autre côté du miroir (feat Helene Magnus)


Il faisait chaud, l'été était enfin arrivé et il se faisait sentir, je déambulait dans la rue seule, j'ignorais pourquoi il y avait personne dans les rues, la chaleur peut -être, en tout cas, je n'allais surement pas me plaindre de ne pas avoir à supporter la présence de ces cloportes rampant dans la souillure de leur propre corruption. Je continuais ainsi de ruminer jusqu'à arriver à ma destination initiale, mon refuge et mon paradis, j'étais enfin arrivé à la bibliothèque, je poussais la porte et je me dirigeais vers le coin des livres en brailles en prenant mon fauteuil habituel, après tout c'était pas comme si il y avait une centaine d'aveugles fans de littérature, et alors que je me plongeait dans mes aventures fictives extraordinaires, quelques choses me perturbait, je sentait trois lignes temporelles, pourtant je ne sentais que deux personnes dans la bibliothèque, moi et la bibliothécaire, il ne devrait ainsi y avoir que deux émanations de conscience, la mienne et la sienne, quelque chose clochait et je voulais savoir quoi, cela venait de la bibliothécaire, je me dirigeais donc vers elle pendant qu'elle rangeait quelques livres, je faisait semblant de trébucher sur elle, je profitais de cela pour effleurer sa peau avec ma langue.

Une autre schizophrène, tout s'explique, mais celle ci est plus virulente qu'Avalon et Zora est moins fade qu'Ivy. Et bien Hélène, je pense qu'on va bien s'amuser toutes les deux.

Je faisais semblant de me relever maladroitement en m'aidant de ma canne tout en époussetant Hélène et moi-même. Je lui présentais un sourire désolé en remettant mes lunettes en place.

Bonjour, excusez-moi je suis vraiment maladroite, je voulais juste un renseignement et voilà que je trébuche sur le premier truc qui traîne, bon avec mon handicap je veux bien que c'est compliqué mais quand même à quoi peut bien servir ma canne. Enfin je parle, je parle mais je ne me suis même pas présentée, je m'appelle Aurore, enchanté Hélène, alors pour éviter toute confusion, je connais Avalon et elle m'as déjà un peu parlé de toi et elle m'a dit que tu commençais à travailler à la bibliothèque, étant les seuls ici, je suppose que c'est toi, pas évident l'arrivée ici à ce que j'ai entendu, enfin je suppose que tu ne veux pas en parler. Bon dans tout les cas j'étais venu pour demander un renseignement, quelle pipelette moi alors.

Je ricanais bêtement après ma dernière phrase, je jouais la petite fille naïve et sociable, j'ai cru que j'allais vomir à ce moment là, comment les gens comme ça pouvaient se supporter au quotidien, même un cafard est moins repoussant, je retenais mes haut le cœur et mes nausées.

Je me demandais si vous aviez en braille "Alice, de l'autre côté du miroir" de Lewis Caroll, le principe d'opposé et de dualité, toute chose à son opposé, un peu comme une pièce, pile et face, deux facettes représentant des choses parfois diamétralement opposée mais qui pourtant sont ancrée dans une même base physique, enfin je pourrai en parler toute la journée.

Je pouvais sentir l'élan de panique qui s'était emparé d'elle, contrairement à moi elle ne savait pas cacher ses émotions, son souffle s'était alourdi, elle était presque en hyperventilation. Je savais qu'elle percevrai la référence, je me retenais de faire un grand sourire satisfait, à la place je portait un mine inquiète.

Hélène ça ne va pas? Attend viens t'asseoir.

Je la faisais s'asseoir sur le fauteuil le plus proche, la mine toujours aussi inquiète même si je jubilait intérieurement mais je continuais mon petit jeu d'acteur.

Tu veux que j'aille te chercher un verre d'eau? Mais enfin qu'est ce qui s'est passé?
 


© codage by Serfy




____________________________________________________________

Je pense en #00ffcc
Je parle en#cc0000

Invité, je tire les ficelles de tout les pantins des cette ville, sauras-tu échapper à mes fils?


avatar
Démone déchue
Démone déchue
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 364
Âmes : 366
Date d'inscription : 13/10/2015
Age : 18

Localisation : très loin...
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: De l'autre côté du miroir (feat Helene Magnus) Ven 22 Juil - 17:50

Nouvelle à la Bibliothèque (feat Avalon I. White)



Enfin ! Mon premier jour en tant que bibliothécaire.

Il était temps. L'entretien d'embauche m'avait paru si long... Ça va, pas la peine d'avoir fait 10 ans d'études pour classer des bouquins et faire la causette aux gens qui viennent les lire... Bref. Maintenant que le boulot m'appartient, à moi de faire de mon mieux pour le garder. J'ai toujours été passionnée par les livres, en particuliers par la littérature fantastique. Rien de tel que de se plonger dans une aventure extraordinaire pour ne plus avoir à supporter la morosité du quotidien. D'ailleurs, j'ai à peine eu le temps de faire le tour du propriétaire comme on dit. Je quittais mon bureau pour arpenter les différentes rangées qui occupaient la pièce. Il y a vraiment de tout ici, mais quel "bordel"... Je vais devoir m'activer à tout ranger, quitte à refaire l'organisation au complet, j'ai du mal à m'y retrouver. Et si jamais quelqu'un arrivait ? Tant pis ! J'arriverai bien à me débrouiller, comme toujours.

Je me dirigeai vers la section des romans. Il faut bien commencer quelque part. Soudain, j'entendis la clochette de la porte tinter. Ah ? Une cliente ? Bien. L'entrée n'était pas dans mon champ de vision. Je fis un pas sur le côté pour voir qui venait d'arriver. Ô ! Une aveugle... Elle n'avait pas l'air en galère, je pense que c'est une habituée. Elle partit directement vers la section des livres en braille et s'installa par la suite sur un des fauteuils de lecture. Parfait. Pas la peine de m'inquiéter, elle sait ce qu'elle fait, et au pire, si elle a besoin... je suis là. Bon sang ! Mais c'est pas possible de voir ça ! Rien n'est classé là-dedans. Rhaa... Je vais en avoir pour la journée, si ce n'est plus. Mais je ne peux pas me permettre de dépasser l'horaire, sinon Avalon va s'inquiéter de ne pas me voir rentrer et...

*BOOM* Aïe !! Qu'est-ce qui s'est passé ? Ô ! Mais c'est elle ! Elle ne m'a pas vu... évidemment, elle est aveugle, idiote ! Elle se releva, l'air désolé et épousseta mes vêtements ainsi que les siens. Elle remis ses lunettes en place, avec un sourire gêné.


- Bonjour, excusez-moi je suis vraiment maladroite, je voulais juste un renseignement et voilà que je trébuche sur le premier truc qui traîne, bon avec mon handicap je veux bien que c'est compliqué mais quand même à quoi peut bien servir ma canne. Enfin je parle, je parle mais je ne me suis même pas présentée, je m'appelle Aurore, enchanté Hélène, alors pour éviter toute confusion, je connais Avalon et elle m'as déjà un peu parlé de toi et elle m'a dit que tu commençais à travailler à la bibliothèque, étant les seuls ici, je suppose que c'est toi, pas évident l'arrivée ici à ce que j'ai entendu, enfin je suppose que tu ne veux pas en parler. Bon dans tout les cas j'étais venu pour demander un renseignement, quelle pipelette moi alors.

~ Ô ! Hum... Enchantée Aurore. Effectivement, je viens d'arriver depuis quelques jours et je ne saisis pas très bien la situation encore. Peu importe. De quoi as-tu besoin ? Dis-moi.

Avalon... tu en fais trop... Enfin, ce qui est fait est fait. Je regardai Aurore, elle riait bêtement. Cette fille est très jolie il faut l'admettre, un peu particulière aux premiers abords... mais j'adore sa dégaine. Vraiment. *soupirs* J'ignore pourquoi, mais j'ai une étrange sensation tout à coup...

- Je me demandais si vous aviez en braille "Alice, de l'autre côté du miroir" de Lewis Caroll, le principe d'opposé et de dualité, toute chose à son opposé, un peu comme une pièce, pile et face, deux facettes représentant des choses parfois diamétralement opposée mais qui pourtant sont ancrée dans une même base physique, enfin je pourrai en parler toute la journée.

Alice... Mon histoire préférée, et de loin. Mais je ne sais pas où il se trouve celui-là ! Attends, Réfléchis. Va à ton bureau, vérifie tes fiches et cours le... *suffoque* Hélène, qu'est-ce qui se passe...? Je me sens mal, je n'arrive plus à respirer. Ça me reprends, comme la nuit où Avalon m'a trouvé... Aurore me regardait, la mine inquiète. Et cette voix dans ma tête... Non, ça ne va pas recommencer ?

- Hélène ça ne va pas? Attend viens t'asseoir.

Je sentais Aurore m'agripper le bras et m'emmener m'asseoir sur un des fauteuils de lecture. Qu'est-ce qui se passe...? J'ai l'impression de tomber de fatigue...

- Tu veux que j'aille te chercher un verre d'eau? Mais enfin qu'est ce qui s'est passé?

~ Dis donc toi ? On ne t'a jamais dit que c'était mal de mentir ? Tu crois vraiment que tu vas me faire gober ta fausse gentillesse ? Ca marche avec Hélène, mais pas avec moi.

Aurore eut un mouvement de recul. Son inquiétude avait totalement disparu de son visage. Tel est pris qui croyait prendre ma chère. Je ne sais pas qui tu es, mais je vais m'amuser un peu avec toi.

~ C'est bien ce que je pensais. Bon, reprenons... Aurore, c'est bien ça ?


____________________________________________________________




Friends ♥:
 
avatar
Humaine
Humaine
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 244
Âmes : 220
Date d'inscription : 08/06/2016
Localisation : A la bibliothèque
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: De l'autre côté du miroir (feat Helene Magnus) Sam 23 Juil - 2:21



 


De l'autre côté du miroir (feat Helene Magnus)



Dis donc toi ? On ne t'a jamais dit que c'était mal de mentir ? Tu crois vraiment que tu vas me faire gober ta fausse gentillesse ? Ca marche avec Hélène, mais pas avec moi.

Ce changement aussi soudain de personnalité m'avait quelque peu surprise, je ne m'attendais vraiment pas à ce que ce soit aussi facile. Je la laissais continuer en souriant de toute mes dents.

C'est bien ce que je pensais. Bon, reprenons... Aurore, c'est bien ça ?

Je ricanais en entendant ses pensée défiler dans sa tête, non je ne ricanais plus j'éclatais littéralement de rire. J'étais plié en deux je m'asseyait sur le sol, je n'en pouvait plus.

Tu veux jouer avec moi? Tu es sérieuse? Enfin Zora, personne ne peux me battre a ce jeu pour la simple et bonne raison qu'Avalon ne m'a rien dit, au contraire je doit être la dernière personne à qui elle parlerai, depuis le début j'avais conscience de ton existence mon seul objectif à été de te faire sortir de ton trou, ce qui m'a surpris tout a l'heure c'est que tu me donne ce que je veux aussi rapidement et facilement, tu veux jouer avec moi? Mais tu as déjà perdu. Enfin tu m'amuses, tu n'as aucun intérêt et tu es pour l'instant d'une inutilité flagrante, mais au moins tu m'auras fait rire aujourd'hui

Je me relevais en me calmant petit à petit, quelques fou rire ici et là mais je me ressaisissais lentement, je replaçais mes lunettes. Je me rappelais ma dernière rencontre avec Avalon, j’espérais ne pas en arriver jusque là. Je me rappelais comment j'avais appris à jouer, depuis que j'étais enfant en fait, avec les clients, tout les exemples que j'entendais et que j'appliquais alors que je grandissais, et avec le don, je devint le maître dans ce domaine, je pouvais manipuler n'importe qui ou presque, selon mon bon désir, je savais que Zora essaierai malgré tout, mais elle ne ferai jamais rien qui me surprendra. J'attrapais Zora par le bras et je la relevais.

Enfin, tu m'as tout de même bien diverti, et pour une fois je ne tombe pas sur une naïve prête à tomber dans le premier piège tendu, et ça, ça fait plaisir, pour la peine je t'invite à aller boire un verre, c'est pas comme si tu en avais grand chose à faire de ce boulot. Et puis de toute façon, comment pourrait tu résister à l'envie de jouer avec quelqu'un de mon niveau, je me trompe.

En soit elle était aussi répugnante que les autres, et l'envie de vomir qui allait avec, mais pour une fois je me retrouvais face à quelqu'un de moins naïf et insouciant, et ça change vraiment, j'étais a peu prés sincère, elle pourrait tenter aussi de refuser pour me laisser dans ma certitude que j'étais arrogante, mais bon c'est pas comme si j'en avais grand chose à faire de son cas, pas plus que les autres, elle n'était intéressante que pour son potentiel de manipulation; Pendant que j'étais perdue dans mes pensées, je m'étais dirigée vers la porte, mais je n'entendais pas Zora me suivre.

Tu viens ou pas? Crois moi que dans cette ville tu as plus à apprendre de moi que moi de toi enfin tu fais comme tu veux.

Je franchissais la porte et je partait tout en gardant une oreille vers la porte pour voir si elle me suivait, ce qu'elle fit au bout de quelques minutes.  


© codage by Serfy




____________________________________________________________

Je pense en #00ffcc
Je parle en#cc0000

Invité, je tire les ficelles de tout les pantins des cette ville, sauras-tu échapper à mes fils?


avatar
Démone déchue
Démone déchue
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 364
Âmes : 366
Date d'inscription : 13/10/2015
Age : 18

Localisation : très loin...
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: De l'autre côté du miroir (feat Helene Magnus) Sam 23 Juil - 5:27

Nouvelle à la Bibliothèque (feat Avalon I. White)



Ah ! Je ne m'étais pas trompée. Cette fille est littéralement folle... et très dangereuse. Une seconde de plus avec Hélène aux commandes et c'était la catastrophe. Manifestement, mon entrée en scène la fait rire, attendons de voir ce qu'elle a à dire. La gentille fifille aveugle... mon cul oui !

- Tu veux jouer avec moi? Tu es sérieuse? Enfin Zora, personne ne peux me battre a ce jeu pour la simple et bonne raison qu'Avalon ne m'a rien dit, au contraire je doit être la dernière personne à qui elle parlerai, depuis le début j'avais conscience de ton existence mon seul objectif à été de te faire sortir de ton trou, ce qui m'a surpris tout a l'heure c'est que tu me donne ce que je veux aussi rapidement et facilement, tu veux jouer avec moi? Mais tu as déjà perdu. Enfin tu m'amuses, tu n'as aucun intérêt et tu es pour l'instant d'une inutilité flagrante, mais au moins tu m'auras fait rire aujourd'hui.

... Mouah ah ah !!! Mais qu'elle est drôle celle-la ! À mon tour d'éclater de rire.

~ Mais c'est qu'elle a un don la p'tite ! Tu devines ce que pensent les gens ? Alors là, je suis bluffée. Je te tire ma révérence. Mais ne t'enflamme pas trop vite. Tu allais manipuler cette pauvre Hélène si je n'étais pas intervenue. Et puis, comme tu viens de le dire, tu voulais me voir non ? Alors je suis là.

Aurore s'était relevée tranquillement, en replaçant ses lunettes. Elle se remettait de ses émotions. J'ignore à quoi tu penses sale gamine, mais ne comptes pas sur moi pour être ton jouet. Et cette Avalon... évidemment qu'elle n'avait rien dit ! Je la regardais, perdue dans ses pensées, quand elle m'agrippa le bras, me forçant à me lever du fauteuil.

- Enfin, tu m'as tout de même bien diverti, et pour une fois je ne tombe pas sur une naïve prête à tomber dans le premier piège tendu, et ça, ça fait plaisir, pour la peine je t'invite à aller boire un verre, c'est pas comme si tu en avais grand chose à faire de ce boulot. Et puis de toute façon, comment pourrait tu résister à l'envie de jouer avec quelqu'un de mon niveau, je me trompe.

Comment ? Je l'ai diverti ? Et elle m'invite à boire un verre ? Mais pour qui elle se prend celle-là ? Quelle arrogance ! J'en avais jamais vu des comme elle, jamais... Rhaa la tentation est forte tout de même. Mais elle a raison sur un point : son cas m'intéresse. Des tarées comme elle, ça ne se rencontre pas à chaque coin de rue. Elle s'en alla vers la porte d'entrée. Dois-je la suivre ?

- Tu viens ou pas? Crois moi que dans cette ville tu as plus à apprendre de moi que moi de toi enfin tu fais comme tu veux..

... Ah ! Et merde ! Je vais faire l'effort exceptionnel de voir ce qu'elle a dans le soutif la p'tite aveugle. Le temps de remettre mes vêtements en place, de me recoiffer un minimum et de prendre la pancarte de fermeture de la boutique. Je reviendrai plus tard. Je me dirigeai vers la porte. Aurore avait l'air de s'impatienter.

~ D'accord. J'accepte de te suivre. Mais j'ai quelques petites choses à te dire avant d'y aller.

À ton tour de m'écouter maintenant. Aurore me dévisagea, sourire satirique aux lèvres. Elle me plaît, c'est certain.

~ On va mettre les choses au clair Aurore, ou peu importe ton vrai nom. C'était la dernière fois que tu voyais Hélène. Dorénavant, tu auras à faire à moi, et à moi seule. Tu me plais tu sais ? Tu es fourbe, arrogante, et manipulatrice surtout, et c'est ce que je suis, une manipulatrice. Tu as deviné qu'Hélène était une pauvre fille débordant d'émotions à en vomir... tu t'es dit que la contrôler serait un réel plaisir ? Navrée ma chère, je ne te laisserai pas ce plaisir. Parce que tu vois, pour faire en sorte qu'Hélène se réveille, il faut me satisfaire, et pour le moment, on en est loin.

Cette garce ne réagissait pas. Mes paroles lui passaient clairement au dessus de la tête, mais je m'en foutais. Elle était prévenue. Je lui fis mon plus beau sourire.

~ Bon, on va le boire ce verre ?


____________________________________________________________




Friends ♥:
 
avatar
Humaine
Humaine
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 244
Âmes : 220
Date d'inscription : 08/06/2016
Localisation : A la bibliothèque
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: De l'autre côté du miroir (feat Helene Magnus) Dim 24 Juil - 2:27



 


De l'autre côté du miroir (feat Helene Magnus)



D'accord. J'accepte de te suivre. Mais j'ai quelques petites choses à te dire avant d'y aller.

Encore une fois, elle me donnait ce que je voulais avec une facilité déconcertante, mais je me retournais quand même avec ce même sourire malsain que j'avais l'habitude de porter, en soit j'en avais absolument rien a faire de ce qu'elle aurait à dire mais bon, je n'avais apparemment pas le choix, quel ennui.

On va mettre les choses au clair Aurore, ou peu importe ton vrai nom. C'était la dernière fois que tu voyais Hélène. Dorénavant, tu auras à faire à moi, et à moi seule. Tu me plais tu sais ? Tu es fourbe, arrogante, et manipulatrice surtout, et c'est ce que je suis, une manipulatrice. Tu as deviné qu'Hélène était une pauvre fille débordant d'émotions à en vomir... tu t'es dit que la contrôler serait un réel plaisir ? Navrée ma chère, je ne te laisserai pas ce plaisir. Parce que tu vois, pour faire en sorte qu'Hélène se réveille, il faut me satisfaire, et pour le moment, on en est loin.

Effectivement, j'en avais rien à faire, c'était bien ce que je pensais.

Bon, on va le boire ce verre ?

Je Jouais avec elle, je voulais savoir jusqu’où je pouvais jouer avec elle, je lui fit signe du doigt de me suivre, j'écoutais ses pas j'étais sur mes garde, si elle tentait quoi que ce soit j'aurai esquivé, j'analysais ses pensées tout le long du trajet, je me retenais de rire car ce que je voyais était ridicule. On arrivait finalement dans un bar assez fréquentais, et réputé, à mon grand plaisir, pour ses mauvaise fréquentation. On allait au comptoir et je commandais une pinte, Zora fit de même, je nous plaçait à notre table habituelle, dans un coins, sans être vraiment dérangé. Je pris une bonne gorgée et je refis ce même sourire si irritant en léchant mes babines.

Sinon la façon dont tu as torturée cette fille avant d'arriver ici, c'était délicieusement cruel, du grand art, un peu brouillon, mais du grand art, enfin c'était facile, ici si tu veux continuer, il va falloir apprendre à être pire que les autres car on est pas les seuls bien évidement. Mais bon tu t'en doutes surement tu n'es pas aussi bête que les autres. Avalon a de loin été de loin la plus facile à tromper, cette fille est d'une naïveté déconcertante, c'est incroyable. Enfin bref est ce que tu as des question?

Je m'attendais évidement à une tentative de sa part, je devais reconnaître que même si j'avais du mal à l'admettre, elle me plaisait aussi, elle avait du potentiel, de la volonté, et dieux merci elle était débile comme les autres, je savais que j'allais bien m'amuser avec elle.

 


© codage by Serfy




____________________________________________________________

Je pense en #00ffcc
Je parle en#cc0000

Invité, je tire les ficelles de tout les pantins des cette ville, sauras-tu échapper à mes fils?


avatar
Démone déchue
Démone déchue
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 364
Âmes : 366
Date d'inscription : 13/10/2015
Age : 18

Localisation : très loin...
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: De l'autre côté du miroir (feat Helene Magnus) Dim 24 Juil - 15:46

Nouvelle à la Bibliothèque (feat Avalon I. White)



Aurore me fit signe de la suivre. Je ne suis pas ton chien ma p'tite, alors méfie-toi. Aurore... ce prénom ne lui va pas du tout. Il faudrait que je prenne le temps de lui trouver un joli surnom. Pfff... de toutes façons, je peux penser ce que je veux, elle s'en rendra compte puisque c'est une médium apparemment. J'observai cette fille. Elle était sur ses gardes, c'est certain. Sérieux ? Tu me prends pour qui ? Tu crois vraiment que je vais t'attaquer comme ça en pleine rue ? Bien au contraire. J'ai tellement à apprendre de toi petite garce, je ne vais pas tout gâcher tout de suite. Pendant le trajet, à défaut de regarder les alentours, je me suis mise à la mater. Hélène et moi étions d'accord sur un point, cette fille a la classe, bien élancée. Après tout, la chair c'est de la chair. Contrairement à cette petite idiote, tout m'intéresse. Si la personne me plaît, je prends et j'en profite.

Qu'il était loin ce bar ! Je ne reconnaissais pas le quartier. Avalon ne nous avait pas fait la visite guidée de Damned Town. Alors elle... elle dégouline de gentillesse, de câlins, de bisous... Ô la gerbe ! Comment peut-on supporter ce genre ? Rahh arrête de penser à elle. Tu as autre chose à faire de ta journée. Aurore poussa la porte d'entrée. Ce bar avait l'air très fréquenté, mais aux vues des gens qui s'attardaient aux différentes tables, on devinait vite qu'il ne s'agissait pas d'enfants de coeur. Nous nous dirigions vers le comptoir. Aurore demanda une pinte, je fis de même. Hélène déteste la bière. Tant pis pour elle ! Dors mon enfant, dors... Je m'occupe de tout. Les deux pintes en main, nous allions nous asseoir à une table, au fond de la salle. Aurore connaissait les lieux, c'était sans conteste une habituée. Au moins, nous ne serions pas déragnées par un quelconque débile. Aurore prit une bonne gorgée de sa bière, se lécha les babines en me souriant et attaqua la conversation.


- Sinon la façon dont tu as torturée cette fille avant d'arriver ici, c'était délicieusement cruel, du grand art, un peu brouillon, mais du grand art, enfin c'était facile, ici si tu veux continuer, il va falloir apprendre à être pire que les autres car on est pas les seuls bien évidement. Mais bon tu t'en doutes surement tu n'es pas aussi bête que les autres. Avalon a de loin été de loin la plus facile à tromper, cette fille est d'une naïveté déconcertante, c'est incroyable. Enfin bref est ce que tu as des question?

Je buvais à mon tour une bonne gorgée. Un délice cette bière.

~ Brouillon ? Oui peut-être... Je suis allée trop loin surtout. Je n'ai pas encore pris le temps de flairer la concurrence, mais en ce qui concerne Avalon, nous sommes d'accord. J'aimerai bien faire connaissance avec Ivy, mais elle l'empêche de s'exprimer, et pire encore ! Elle la lobotomise... quel gâchis.

J'avais tellement de choses à lui demander. Par quoi commencer ? Mais que tu es conne Zora, elle entend tes pensées non ? On va la tester. Alors écoute bien Aurore... et défi supplémentaire, réponds dans l'ordre. C'est parti. Qu'est-ce que je fous ici ? Quel est ton intérêt à terrasser les gens ? Quelle connerie as-tu pu faire pour arriver ici aussi ? Es-tu capable de faire confiance ? Est-ce que tu aimes le chocolat comme tout le monde ?

~ Qui es-tu en réalité ?

Ma question la fit sourire.


____________________________________________________________




Friends ♥:
 
avatar
Humaine
Humaine
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 244
Âmes : 220
Date d'inscription : 08/06/2016
Localisation : A la bibliothèque
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: De l'autre côté du miroir (feat Helene Magnus) Dim 24 Juil - 22:39



 


De l'autre côté du miroir (feat Helene Magnus)


J'entendais Zora prendre quelques gorgées de bières avant de me répondre.

Brouillon ? Oui peut-être... Je suis allée trop loin surtout. Je n'ai pas encore pris le temps de flairer la concurrence, mais en ce qui concerne Avalon, nous sommes d'accord. J'aimerai bien faire connaissance avec Ivy, mais elle l'empêche de s'exprimer, et pire encore ! Elle la lobotomise... quel gâchis.

J'étais ravie de savoir qu'on était du même avis sur Avalon, pas que j'ai besoin d'une confirmation sur la nullité de l'interessée, c'était plutôt la confirmation que Zora est effectivement plus intelligente qu'elle en avait l'air. Tout allait bien jusqu’à ce qu'elle tombe dans la même curiosité mal placée que tout ces autres cloportes qui composent mon quotidien (sauf Shisoka bien sur).

Qui es-tu en réalité ?

Je lui souris, pas un sourire malsain, mais un sourire moqueur. Je repris un peu de bière avant de lui répondre.

Tu n'es en aucun droit de savoir qui je suis, tu te contentera du nom que je t'ai donné, ne deviens pas aussi bête que les autres s'il te plait, ce serai dommage de gâcher un pareil potentiel, de plus là ou moi je sais absolument tout de toi, toi tu ne sauras jamais rien sur moi. Et je répondrai pas à ton petit test débile, je ne suis pas ton sujet d'expérience, même si je sais, je me contrefous de ce que tu fais ici, ce que j'ai fait ne te regarde en rien, ma vie te restera inaccessible ainsi que mes gout alimentaires. Et si par malheur tu essaie quand même dans mon dos de savoir qui je suis, je te le ferai payer, tres, tres cher.

Je me léchais alors les lèvres sensuellement en ricanant.

Car je sais tout, absolument tout sur tout le monde, n'importe qui dans ce resto je pourrai te dire ce qu'il mangera demain midi, car oui je vois aussi l'avenir, rendant ainsi toute tes pitoyables tentatives de pièges futurs, morts avant même que tu ne les ai pensés.

Evidemment même si je pouvais le faire, cela me répugnait, personne ne devrait pouvoir lire l'avenir s'autrui, je reprenais ainsi encore un peu de bière en scrutant toujours attentivement ses pensée mais cette fois je faisais en sorte de lui faire croire qu'il n'en était, elle allait toujours se méfier, mais on allait voir à quel point, je commençais à tirer sur le col de mon T-shirt pour montrer que j'avais chaud, pour faire croire que j'étais légèrement euphorique suite à la pinte, un peu, mais pas trop, en vue de ma corpulence et le fait qu'on était toute les 2 à jeun, cela pouvait être crédible, si elle tombe dans mon piège je serai déçu, mais je m'amuserai autrement. J'allais prendre un autre gorgée de bière quand je vit qu'il n'y en avais plus, je me retenait de sourire car ça collait parfaitement à mon plan.


Je sais pas si tu as finis ta pinte aussi, mais si c'est le cas, tu viens en chercher une autre avec moi?
 


© codage by Serfy




____________________________________________________________

Je pense en #00ffcc
Je parle en#cc0000

Invité, je tire les ficelles de tout les pantins des cette ville, sauras-tu échapper à mes fils?


avatar
Démone déchue
Démone déchue
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 364
Âmes : 366
Date d'inscription : 13/10/2015
Age : 18

Localisation : très loin...
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: De l'autre côté du miroir (feat Helene Magnus) Dim 24 Juil - 23:52

Nouvelle à la Bibliothèque (feat Avalon I. White)



- Tu n'es en aucun droit de savoir qui je suis, tu te contentera du nom que je t'ai donné, ne deviens pas aussi bête que les autres s'il te plait, ce serai dommage de gâcher un pareil potentiel, de plus là ou moi je sais absolument tout de toi, toi tu ne sauras jamais rien sur moi. Et je répondrai pas à ton petit test débile, je ne suis pas ton sujet d'expérience, même si je sais, je me contrefous de ce que tu fais ici, ce que j'ai fait ne te regarde en rien, ma vie te restera inaccessible ainsi que mes gout alimentaires. Et si par malheur tu essaie quand même dans mon dos de savoir qui je suis, je te le ferai payer, tres, tres cher.

Merci Aurore. Tu as très bien répondu à ma question. Je savais qu'elle ne me dirait rien sur elle. C'est confirmé. J'en mettrai ma main au feu qu'elle n'est pas humaine. Je resterai campée sur ma position. A moins qu'elle ne change d'avis, ce qui me paraît quasi impossible... Elle se lécha les lèvres. Quelle provocation... cela m'excite énormément.

- Car je sais tout, absolument tout sur tout le monde, n'importe qui dans ce resto je pourrai te dire ce qu'il mangera demain midi, car oui je vois aussi l'avenir, rendant ainsi toute tes pitoyables tentatives de pièges futurs, morts avant même que tu ne les ai pensés.

~ Bon très bien. Je vais devoir m'en contenter.

Ne t'attends pas à des excuses. Je ne me rabaisserai pas, c'est un signe de faiblesse exploitable sur les autres, mais pas sur moi. Me coûter cher... au moins elle va droit au but pour menacer les gens. Tu n'as même pas idée à quel point j'en tremble... de rire. Je me retenai de le montrer tellement c'était ridicule. Au lieu de ça, je continuai de boire la bière, en lui souriant et en la regardant droit dans les yeux. Soudain, elle commença à tirer son t-shirt. Elle paraîssait euphorique tout à coup. Non mais qu'est-ce que tu me fais là ? Du cinéma ? Juste une pinte et tu es déjà au tapis ?

- Je sais pas si tu as finis ta pinte aussi, mais si c'est le cas, tu viens en chercher une autre avec moi?

~ Chérie, ne me la fais pas à l'envers tu veux ? Tu es aussi bourrée que je suis reine d'Angleterre. C'était bien essayé. Mais ma pinte est vide, et j'ai toujours aussi soif. La prochaine tournée est pour moi. Amène-toi.

Je me levai de ma chaise en direction du comptoir, Aurore me suivait de près. Je commandai deux pintes supplémentaires, lui en tendit une, et nous repartimes nous asseoir.

~ Très bien, Aurore. Assez de simagrées. Tu me disais à l'instant que j'allais devoir montrer mon potentiel et faire mieux que d'habitude car nous n'étions pas les seules... Alors je t'écoutes. Hormis Ivy et toi, à qui ais-je à faire dans cette ville ?


____________________________________________________________




Friends ♥:
 
avatar
Humaine
Humaine
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 244
Âmes : 220
Date d'inscription : 08/06/2016
Localisation : A la bibliothèque
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: De l'autre côté du miroir (feat Helene Magnus) Mar 26 Juil - 1:29



 


De l'autre côté du miroir (feat Helene Magnus)



Chérie, ne me la fais pas à l'envers tu veux ? Tu es aussi bourrée que je suis reine d'Angleterre. C'était bien essayé. Mais ma pinte est vide, et j'ai toujours aussi soif. La prochaine tournée est pour moi. Amène-toi.

Evidemment ma piètre tentative n'avait pas marché, Je souriais à pleine dents en la suivant chercher un autre bière, j'étais contente de voir que l’intelligence existait encore quelque part à Damned town. On repartait s'asseoir chacune notre bière à la main et on retournait s'asseoir moi toujours un sourire un peu hautain sur les lèvres.

Très bien, Aurore. Assez de simagrées. Tu me disais à l'instant que j'allais devoir montrer mon potentiel et faire mieux que d'habitude car nous n'étions pas les seules... Alors je t'écoutes. Hormis Ivy et toi, à qui ais-je à faire dans cette ville ?

J'éclatais de rire, je pouvais entendre tout le monde se retourner pour nous regarder, et j'en avais rien a faire, je continuais de rire, quand un des clients vint nous déranger, je me calmais tres vite suite à l'injonction de cet intrus puant et rampant.

Eh! Quat'yeux, tu peux la boucler un peu, on aimerai siroter not'bière tranquille.

Je souris amèrement avant de tourner la tête vers l'individu en question, nommé frank. J'étais furieuse qu'il m'interrompe dans mon élan. Je lui fis le sourire le plus cruel que j'avais en réserve, mon sang démoniaque les rendait même légèrement pointue,

On ne t'as jamais dis qu'il était impoli d'interrompre une dame espèce de porc? Maintenant retourne t'asseoir ou je t'assure que ne pourra jamais plus boire une seule goutte d'alcool de toute ta misérable vie. Aller dégage!

Mon ton était sec et outrageusement menaçant, le répondant de cette larve amorphe ne se faisait pas attendre.

Tu te crois maligne? T'as pas le quart de mon poids et de ma taille et tu es aveugle vu la canne que tu porte.

En quelques mouvements de mains je déployais les fils métalliques de ma cannes et je ligotais le cou de cet imbécile et je tirais ma canne d'un coup sec pour claquer sa tête violemment contre la table le laissant ainsi inconscient sur le sol. Je relevais la tête vers Zora un grand sourire au lèvre. Avant de dire bien fort histoire que tout le monde entende.

Messieurs, comme votre camarade l'as si bien dit, je ne suis qu'une frêle jeune fille, je n'ai certainement pas la force de porter un individu aussi massif est ce qu'il y aurai un gentleman assez serviable pour me débarrasser de cette ordure qui orne à présent le sol?

J'avais toujours la tête tournée avers Zora, la mine contrite face au peu de réaction qu'il y avait. Je parlais plus doucement pour que elle seule comprenne.

Excuse-moi mais il est temps que ces cloportes apprennent la galanteries, j'ai un plan mais je vais avoir besoin de ton aide pour ça, tu en es?
 


© codage by Serfy




____________________________________________________________

Je pense en #00ffcc
Je parle en#cc0000

Invité, je tire les ficelles de tout les pantins des cette ville, sauras-tu échapper à mes fils?


avatar
Démone déchue
Démone déchue
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 364
Âmes : 366
Date d'inscription : 13/10/2015
Age : 18

Localisation : très loin...
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: De l'autre côté du miroir (feat Helene Magnus) Mar 26 Juil - 15:01

Nouvelle à la Bibliothèque (feat Avalon I. White)



Aurore éclata de rire, encore une fois. Décidément, cette tarée ne peut pas s'empêcher de s'exprimer à l'extrême. Son rire était si fort que la totalité des gens assis dans ce bar se retournaient pour nous regarder. Ah... nous avons un public ? Fort bien, cela ne me dérangeait pas, et à elle encore moins. Soudain, je vis une ombre se mouvoir jusqu'à nous. Ni plus ni moins qu'un pauvre mec bourré, manifestement dérangé par les écalts d'Aurore. Cette dernière se calma subitement tandis qu'il s'approchait d'elle.

- Eh! Quat'yeux, tu peux la boucler un peu, on aimerai siroter not'bière tranquille.

Mouah ah ah ! Je lâchai un rire discret. Aurore paraîssait furieuse, c'était superbe à voir. Toute son arrogance avait laissé place à la colère. Son sourire en était la preuve concrète, il était rempli de haine. Comme si un débile de ce type pouvait la déstabiliser... Un ton sec trancha de sa bouche.

- On ne t'as jamais dis qu'il était impoli d'interrompre une dame espèce de porc? Maintenant retourne t'asseoir ou je t'assure que tu ne pourra jamais plus boire une seule goutte d'alcool de toute ta misérable vie. Allez dégage!

- Tu te crois maligne? T'as pas le quart de mon poids et de ma taille et tu es aveugle vu la canne que tu porte.

~ ...Mauvaise réponse mon gars.

La réponse d'Aurore à cette pitoyable provocation ne se fit pas attendre. En un tour de main, elle dégaina sa canne et en fit jaillir des fils metalliques. Hum... intéressant. Je me disais bien aussi qu'elle cachait une arme quelque part... Et en quelques mouvements bien placés, elle enroula ses fils autout de son cou, l'étrangla partiellement et fit claquer sa tête sur la table, avant de le laisser giser au sol, inconscient. Belle prouesse technique pour une aveugle. J'applaudissai en rigolant comme une gamine. Aurore releva la tête vers moi, un sourire de vainqueur aux lèvres. Faire le show lui plaisait, mais qu'on l'encourage comme je venais de le faire... ça l'excitait en quelque sorte. Elle se tourna vers les autres alcooliques de la salle.

- Messieurs, comme votre camarade l'as si bien dit, je ne suis qu'une frêle jeune fille, je n'ai certainement pas la force de porter un individu aussi massif est ce qu'il y aurai un gentleman assez serviable pour me débarrasser de cette ordure qui orne à présent le sol?

Aucune réponse. Du jamais vu !

~ Messieurs, voyons ! La galanterie est-elle morte de nos jours ? Mon amie ici présente vous a posé une question facile pourtant !

Aucune réaction, de la part de personne. Même le barman n'y prêtait pas attention. Il devait en avoir l'habitude. Aurore n'eut pas la patiente de reposer la question. Elle se tourna vers moi et, discrètement, me sussura des mots si doux à mon oreille...

- Excuse-moi mais il est temps que ces cloportes apprennent la galanteries, j'ai un plan mais je vais avoir besoin de ton aide pour ça, tu en es?

~ Ô mais quelle délicate attention. Je pense qu'une prise de conscience collective s'impose. J'en suis ! Qu'est-ce que tu proposes ?

Je me levai de ma chaise et me dirigea vers Aurore, toujours debout depuis quelques minutes. Elle enroula son bras autour de ma taille, et me dévoila son plan en chuchotant.


____________________________________________________________




Friends ♥:
 
avatar
Humaine
Humaine
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 244
Âmes : 220
Date d'inscription : 08/06/2016
Localisation : A la bibliothèque
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: De l'autre côté du miroir (feat Helene Magnus) Ven 29 Juil - 23:04



 


De l'autre côté du miroir (feat Helene Magnus)


Tout doucement je murmurais lentement mon plan en glissant une petite fiole, que je sortais discrètement de poche arrière gauche de mon jean, dans la mains de de Zora.

Vois tu, cette fiole que je viens de te donner contient une neurotoxine qui rendra ces gentleman aussi obéissant que des toutou, pendant que je les distrairai, je leur "payerai" une tournée général, une fois les boissons servies je veux que tu verse quelques gouttes dans chaque verres, je m'occuperai du reste après.

Je ricanais légèrement en pensant au sort que je réservais à ces putois nauséabonds. Puis je susurrait sensuellement à l'oreille de Zora pour finir.

Ne me déçois pas, ce serai dommage de briser un si bon score maintenant.

Je ricanais toujours légèrement en léchant doucement la tempes de Zora, une zone proche de l'oreille et donc érogène, et puis c'est pas comme si elle en mourrait pas d'envie. Avant même qu'elle ait le temps de répliquer, je me retournais brusquement vers les futures victimes. Je les interpellais tous pour qu'il m'écoute en faisant signe à ma complice d'aller se placer près du bar.

Messieurs, je vous prie de m'excuser, j'aurai pas du réagir aussi violemment face à votre collègues, j'ai un perdu le contrôle de moi-même, et pour me faire pardonner, permettais moi de payer à tout le monde une tournée même au patron, aller une bière pour tout le monde, et deux pour le pauvre homme que je viens d’assommer.

Je brandissais ma bière qu'il me restait, j'entendais l'autre abruti se relever lentement, mais il a vite été repris par un de ses potes et j'ai plus entendu parler de lui, l'ambiance était a son paroxysme et malgré mes haut le cœur incessant, je m'efforçait de rire et de m'amuser avec les autres, mais cela ne se voyait pas de l’extérieur. Au bout d'un quart d'heure, petit à petit la neurotoxine faisait son effet et très vite le seul son que j'entendais derrière moi était celui des chaussure de Zora.

Bien joué, un plan exécuté à la perfection. Maintenant, que la vrai fête commence.

Je commençais à rire de façon légèrement sardonique, j'avais un sourire carnassier sur le visage. Je tapais deux fois dans mes mains pour attirer l'attention de mon armée de zombies fraîchement crée.

Maintenant bandes de macaques, vous allez faire tout ce que je vous dis, et pour l'instant vous allez me suivre, vous ne suivrez les ordres de personnes d'autres que moi.

je glissais une bouteille de bière dans la poche de l'un d'eux en lui disant de me porter sur les épaules et ainsi j'avais un magnifique moyen de locomotion. Je tournais la tête vers ma camarade en souriant.

Je te conseille de suivre, la suite devrait t"intéresser, par contre tu reste à terre parce que j'en ai envie.

je rigolais à gorge déployé et je lançais mon cortège à travers la ville, droit vers l’entrepôt ou j'avais déjà emmené Ivy, une fois là bas je les faisais pénétrer à l’intérieur de l’entrepôt, je verrouillais à double tour toutes les sorties et je forçais mon porteur à avaler la clé avec la bière que j'avais mise dans sa poche. J'étais consciente de la présence de Zora tout le long qui me regardait, je l'emmenais ensuite dans les hauteurs en barricadant la porte en faisant s'écrouler quelques poutres grâce au palan, la neurotoxine commençait à se dissiper une fois tout le monde en train de râler. Je les interpellais encore une fois.

Rebonsoir messieurs, votre manque de galanterie vous ayant amenés ici, voici comment cela vas se passer, l'un d'entre vous possède dans son petit bidon la clé permettant de sortir d'ici, je vous laisse le soins de découvrir qui. Oh avant que j'oublie, pour les petits malins, la neurotoxine que vous avez ingérés bloqueront encores vos réflexes pendant quelques jours, incluant les reflexes vomitifs, aller bisous éventrez vous bien, les survivant auront le droit de rester en vie.

Je m'adressait ensuite à Zora.

Aller viens chérie partons.

On partait de la pièce pour monter la garde à l’extérieur.

Le moindre porcs qui ressort de cet entrepôt, je le tue. Bon maintenant reprend tout ce que tu veux me dire ou me demander depuis le début.

Je tournais la tête vers elle en souriant toujours de façon aussi malsaine.


© codage by Serfy




____________________________________________________________

Je pense en #00ffcc
Je parle en#cc0000

Invité, je tire les ficelles de tout les pantins des cette ville, sauras-tu échapper à mes fils?


avatar
Démone déchue
Démone déchue
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 364
Âmes : 366
Date d'inscription : 13/10/2015
Age : 18

Localisation : très loin...
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: De l'autre côté du miroir (feat Helene Magnus) Sam 30 Juil - 16:47

Nouvelle à la Bibliothèque (feat Avalon I. White)



Aurore entama la discussion. J'avais hâte d'entendre son plan diabolique pour les remettre en place ces bouseux ! Subtilement, elle glissa dans une de mes poches un objet.

- Vois tu, cette fiole que je viens de te donner contient une neurotoxine qui rendra ces gentleman aussi obéissant que des toutou, pendant que je les distrairai, je leur "payerai" une tournée général, une fois les boissons servies je veux que tu verse quelques gouttes dans chaque verres, je m'occuperai du reste après.

Elle ricana à ses dernières paroles et continua de me sussurer à l'oreille.

- Ne me déçois pas, ce serai dommage de briser un si bon score maintenant.

~ Chérie, c'est comme si c'était fait. Commande, et laisse-moi 30 secondes.

Elle continuait d'en rire. Décidément, cette fille a un égo démesuré. Avant de se diriger vers les bouseux alcooliques, elle me lécha la tempe. Provocatrice ! Tu n'avais pas besoin de me faire ça voyons. J'étais déjà bien excitée avant. Elle se tourna vers le reste de la salle tandis qu'elle me fit signe d'aller au bar.

- Messieurs, je vous prie de m'excuser, j'aurai pas du réagir aussi violemment face à votre collègues, j'ai un perdu le contrôle de moi-même, et pour me faire pardonner, permettais moi de payer à tout le monde une tournée même au patron, aller une bière pour tout le monde, et deux pour le pauvre homme que je viens d’assommer.

Elle leva sa bière en signe de "pardon". Le barman avait entendu sa demande et prépara les boissons. A chaque fois qu'il en plaçait sur le comptoir, je vidais goutte par goutte la neurotoxine. J'avais hâte de voir le résultat final. Le contexte, connaissant un peu mieux cette garce, allait être haut en couleurs et être très axé sur sa petite personne, c'était certain. Par fausse courtoisie, je m'adressai au barman.

~ Non ! Ne vous donnez pas cette peine, vous avez du travail. Je vais faire le service, ça compensera l'indélicatesse de mon amie.

Le barman me remercia et me laissa faire. Pauvre con ! Un peu de politesse, un joli sourire et tu deviens un petit mouton facile à dresser. Je m'employai à la tâche. Je servais chaque alcoolique avec ces bonnes bières fraîchement empoisonnées. La fête battait son plein. Aurore faisait semblant de s'amuser, et tout le monde était content. A la fin du service, je me mis sur le côté pour observer. J'attendais que la neurotoxine agisse. Ce n'était qu'une question de temps. Et effectivement, je n'eus pas à attendre très longtemps. Une quinzaine de minutes avait suffit. Le silence s'abattit dans le bar. Par précaution, je me dirigeai vers le barman et l'assoma d'un coup sec dans l'estomac. Je retournai voir Aurore. Elle semblait comblée.

- Bien joué, un plan exécuté à la perfection. Maintenant, que la vrai fête commence.

L'aveugle tapa deux fois dans ses mains, un rire malsain aux lèvres. Et devinez quoi ? Toute la bande de bouseux se tourna vers elle. Elle en avait fait des zombies. Pas mal la p'tite, que vas-tu en faire ce ses débiles maintenant ?

- Maintenant bandes de macaques, vous allez faire tout ce que je vous dis, et pour l'instant vous allez me suivre, vous ne suivrez les ordres de personnes d'autres que moi.

Elle glissa une bouteille dans la poche du premier venu. En un tour de main, elle se retrouva sur ses épaules et se tourna vers moi.

- Je te conseille de suivre, la suite devrait t"intéresser, par contre tu reste à terre parce que j'en ai envie.

Pfff. Qu'est-ce que j'en avais à foutre tient ? Monter sur un bouseux ? Je vais me salir, je préfère être au sol. Peu importe. Aurore ordonna à sa troupe de partir. Nous quittâmes le bar et le cortège se balada en ville. Personne à l'horizon. Personne ne savait ce qu'on manigençait. La longue marche mena à un entrepôt. Qu'est-ce que c'est que ce délire là ? Je dévisageai Aurore. Elle avait l'air de savoir ce qu'elle faisait. La suite ne fut pas compliquée. Tout le monde entra dans l'entrepôt. Aurore partit barricader les issues avec une clé, retourna voir son porteur et lui ordonna d'avaler la clé à l'aide de la bouteille qu'il avait dans sa poche depuis le départ. Je venais de comprendre ce qu'elle allait faire tout à coup... J'avais envie d'éclater de rire, c'était funeste ! Comme la neurotoxine commençait à s'évacuer, elle me fit signe de la suivre sur les hauteurs de l'entrepôt. Et une fois tout ce petit monde revenu à la réalité, elle leur adressa la parole une dernière fois.

- Rebonsoir messieurs, votre manque de galanterie vous ayant amenés ici, voici comment cela vas se passer, l'un d'entre vous possède dans son petit bidon la clé permettant de sortir d'ici, je vous laisse le soins de découvrir qui. Oh avant que j'oublie, pour les petits malins, la neurotoxine que vous avez ingérés bloqueront encores vos réflexes pendant quelques jours, incluant les reflexes vomitifs, aller bisous éventrez vous bien, les survivant auront le droit de rester en vie.

Suivi d'un "aller viens chérie partons" nous partîmes de l'entrepôt. Aurore s'arrêta pas très loin de la porte principale. Elle n'allait pas laisser partir les survivants. Enfin, ça restait mon avis...

- Le moindre porcs qui ressort de cet entrepôt, je le tue. Bon maintenant reprend tout ce que tu veux me dire ou me demander depuis le début.

~ Avant de te répondre, je tiens à te dire à quel point je suis subjuguée par ta vengence. Ils n'ont aucune chance, la peur va les gagner et tu vas t'en délecter... Mouah ah ah ! Quel délice.

Sa façon malsaine de m'observer devenait une habitude. Si tu penses me faire peur avec ta prouesse, c'est raté. Tu as du travail pour me faire sursauter.

~ Donc, je te demandais, avant d'être dérangée par ces bouseux... A part Ivy et toi, à qui ais-je à faire à Damned Town ? Qu'est-ce que tu peux m'en dire ?


____________________________________________________________




Friends ♥:
 
avatar
Humaine
Humaine
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 244
Âmes : 220
Date d'inscription : 08/06/2016
Localisation : A la bibliothèque
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: De l'autre côté du miroir (feat Helene Magnus) Lun 1 Aoû - 0:28



 


De l'autre côté du miroir (feat Helene Magnus)


Une douce musique commençait à résonner près de l’entrepôt, celle de la chair entaillant la chair, mêlé à de la panique, de la terreur et de la rage, un condensé de toute les émotions les plus négative poussé par le meurtre, j'aurai presque pus avoir un orgasme en sentant ce torrent de sentiments émaner de l’entrepôt à tel point que je n'avais même pas écouté la première phrase de Zora, mais cela avait peu d'importance je ne prenais même pas la peine de répondre et je savourais mon oeuvre.

Donc, je te demandais, avant d'être dérangée par ces bouseux... A part Ivy et toi, à qui ais-je à faire à Damned Town ? Qu'est-ce que tu peux m'en dire ?

Elle n'avait visiblement pas compris le message si subtil que contenait mon rire la première fois. Je soupirais d’exaspération et de déception.

A partir de quel moment tu es devenue indigne d’intérêt? Mon rire de tout à l'heure ne répond-il pas très bien à la question. C'est décevant, très décevant même.

Je souriais et je ricanais, le peu de respect qu'elle avait gagné, elle venait de le perdre, par stupidité comme tout le monde évidement, je me moquais de sa propre erreur dont elle se mordait les doigts je le savais, je continuais donc de ricaner, ce qui l'enfonçait encore plus, et je n'avais aucun remord à le faire au contraire j'y prenais un plaisir au moins aussi grand que celui que me procurait la douce mélodie du carnage qui se déroulait dans le bâtiment à côté de nous, mais j'étais magnanime, elle avait tout de même réussi à me surprendre une ou deux fois, je décidais donc de lui laisser un chance de se rattraper.

Je te laisse une chance de te rattraper pour l'intelligence dont tu faisais preuve jusqu'à maintenant, je veux que tu tue le moindre gros lard qui sortira de cet entrepôt, de la façon qu'il te plairas, une seule condition, il faut faut que ce meurtre m’excite autant que cette douce mélodie de violence qui berce mes oreilles depuis tout à l'heure.

Je ricanais en me délectant déjà du meurtres qui s'annonçait.  


©️ codage by Serfy





hrrp:
 

____________________________________________________________

Je pense en #00ffcc
Je parle en#cc0000

Invité, je tire les ficelles de tout les pantins des cette ville, sauras-tu échapper à mes fils?


avatar
Démone déchue
Démone déchue
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 364
Âmes : 366
Date d'inscription : 13/10/2015
Age : 18

Localisation : très loin...
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: De l'autre côté du miroir (feat Helene Magnus) Lun 1 Aoû - 22:56

Nouvelle à la Bibliothèque (feat Avalon I. White)



- A partir de quel moment tu es devenue indigne d’intérêt? Mon rire de tout à l'heure ne répond-il pas très bien à la question. C'est décevant, très décevant même.

Quelle belle salope. Venir me demander de reprendre du début pour me recaler sans ménagement ?! Elle mériterait que je l'égorge et que je la laisse se vider de son sang. Manque de chance, mes couteaux sont à Londres, et je n'ai pas eu le temps de me réapprovisionner. Il y aurait bien ses lames mais... inutile. Note pour plus tard Zora : démerde-toi. La prochaine fois qu'elle me demande si j'ai besoin de quelque chose, je ne répondrai rien. Mon désarroi face à sa réponse la faisait bien ricaner. Elle n'arrêtait pas depuis que ces bouseux s'entretuaient. Ça l'excitait. Elle ne s'arrêta pas là.

- Je te laisse une chance de te rattraper pour l'intelligence dont tu faisais preuve jusqu'à maintenant, je veux que tu tue le moindre gros lard qui sortira de cet entrepôt, de la façon qu'il te plairas, une seule condition, il faut faut que ce meurtre m’excite autant que cette douce mélodie de violence qui berce mes oreilles depuis tout à l'heure.

Je ne répondis pas. Mon visage était assez expressif. Ne pas avoir le choix me répugnait. Je devais le faire. Mon instinct me commandait d'agir, et pourquoi ? Parce que si jamais je refuse sa demande, c'est elle qui me tuera, pour défiance envers sa petite personne. J'ai horreur de ça moi... mais comment faire ? Mon but étant de rester en vie le plus longtemps possible, je me devais d'obéir pour cette fois-ci. Pfff...

Avec un regard rempli de haine, je me relevai tranquillement et me dirigeai vers l'entrée principale de l'entrepôt. Je pouvais entendre ses rires à chaque fois que je pensais du mal d'elle. Elle s'en foutait royalement, ça la divertissait. Je m'approchai de la porte et collai mon oreille. Des gémissements résonnaient dans toute l'enceinte. Je me demande combien il reste de bouseux là-dedans. Plus beaucoup je pense. J'imaginais la vision d'horreur de ces débiles au moment de chercher la clé dans les estomacs des morts... J'en souriais.

Les minutes s'écoulaient, et personne ne sortait. J'étais adossée au mur de l'entrepôt. Aurore trépignait d'impatience... pas moi. Ça me faisait chier d'être là à poireauter juste pour lui faire plaisir. Je me forçais à penser à rien. J'allais devoir m'entraîner à cette discipline en sa présence. Tout à coup, j'entendis le cliquetis de la clé s’enfonçant dans la serrure. Je me redressai à la hâte et me mis en garde. La porte s'ouvrit tout doucement. Sans plus attendre, j'attrapai le pauvre gars qui s'apprêtait à sortir. Mais... Quelle coïncidence ! Je m'attendais à tout sauf à ça ! Le premier à sortir était le gris porc qui nous avait interpellé dans le bar. D'un simple coup, je lui tapai derrière des genoux, le forçant à tomber au sol, et je lui ms une main devant la bouche, en le maintenant fermement. Je tournai la tête vers l'intérieur de l'entrepôt... il n'y avait aucun autre survivant. Comment résumer le spectacle qui s'offrait à moi ? Une marre de sang, de tripes et de cadavres. Ni plus, ni moins.

Et maintenant ? Que le spectacle commence. Je relâchai le bouseux en le poussant en avant. Ce dernier n'était pas très content de s'être fait manipuler par une fille et une... je ne sais quoi. Pendant que je claquais la porte, je l'observai. Il était plein de sang. Il avait dû sans doute se battre avec les autres pour pouvoir en sortir vivant. Manque de chance mon vieux, je vais devoir m'occuper de toi. Aurore s'excitait, elle n'était vraiment pas discrète. Le bouseux se retourna et lui lança toute une série de jurons. Elle riait de plus belle. Je profitai de le voir retourné pour l'agripper et lui chuchoter à l'oreille :

~
Je suis désolée, mais tu vas mourir. Ne lutte pas, tu souffriras moins.

L'homme se débâtit et me poussa en arrière, pensant m'avoir fait mal au torse. Bon... j'ai voulu faire un effort, il n'a pas osé saisir cette chance. Il se rua vers moi en hurlant. J'étais excitée à mon tour, mais pas autant que l'autre folle qui applaudissait au dessous de lui et moi. Le combat était inégal mais tant pis. Je commençai par lui faire un bon croche-pied. Le pécore s'étala de tout son long au sol. Complètement hystérique, il se releva et fonça à nouveau, tête baissée. Je lui attrapa le bras droit et lui cassa en un coup. Il hurlait en se tenant le dit bras. Avant qu'il ne puisse contrattaquer, Je courus à mon tour vers lui et le mitrailla de coup de poing partout sur tout le corps. Cette déferlante de haine dura au moins une bonne minute avant qu'il ne tombe au sol, le souffle coupé, quasi mort. Enfin, je l'attrapai par le col de son sweat-shirt, enroula mon bras autour de son cou et lui tordis d'un coup sec. Il était mort.

Un silence s'imposa subitement. Je me tournai vers Aurore. Elle n’applaudissait plus, ne disait plus rien d'ailleurs. Elle me souriait à pleine dent. Je restais neutre. Je ne devais rien laisser transparaitre. Je rouvris la porte de l'entrepôt, jetai le corps inerte du bouseux à l'intérieur et refermai la porte avec la clé ensanglantée. Ce bouseux m'avait complètement tâchée ! J'allais devoir repasser par l'appartement avant de retourner travailler. Je remontai voir Aurore. Je lui tendis la clé avant de lui lâcher :

~
Alors ? Heureuse ?

Elle prit la clé. Elle allait me donner son avis, mais je ne la laissai pas répondre à la question. J'en avais assez vu et fait pour l'heure.

~
Bien. Tu es contente ? Tu t'es débarrassée de ces gros tas de graisse ? Tu m'as vu à l’œuvre pour le même prix ? Tu en as bien profité ? Tant mieux. Je me fous de savoir si ma prestation m'a fait remonter dans ton estime, bien que je me doute que la réponse est oui. Et devine quoi maintenant ? Je pars. Ça suffit pour aujourd'hui. Nous aurons de maintes occasions de nous revoir, parce qu'au cas où tu l'aurais oublié, j'ai autre chose à faire... et Hélène a du boulot. Donc, je te laisse. Et n'essaie pas de me suivre ni de m'empêcher de partir. Ça serait dommage de briser un si joli score n'est-ce pas ? Bye bye, chérie.

Elle continuait de me sourire. Je fis volte face et descendis en direction de la route, sans me retourner ni penser à quoi que ce soit.



hrrp:
 

____________________________________________________________




Friends ♥:
 
avatar
Humaine
Humaine
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 244
Âmes : 220
Date d'inscription : 08/06/2016
Localisation : A la bibliothèque
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: De l'autre côté du miroir (feat Helene Magnus) Mar 2 Aoû - 20:49



 


De l'autre côté du miroir (feat Helene Magnus)


Zora exécutait mes ordres à la perfection, le gentil petit toutou, mais je ne prenais conscience de l'horreur que je venais de commettre seulement lorsqu'elle m'a rendu la clé couverte de sang dégoulinant dans ma mains, je souriais juste pour garder cette image horrible que je venais de me faire, je ne l'avais même pas écoutée, encore une fois, je venais de prendre conscience que j'avais encore laissé libre cours à ma colère sans réfléchir ni discernement, c'était de plus en plus fréquent en ce moment, les choses n'allaient pas en s'arrangeant, prise de haut le cœur, je me mettais à vomir, je m'en voulais, pour l'images que je donnes pour les innocents que je venais de tuer sans aucune raison. Ça ne me ressemblais pas, ce n'était pas "moi", qu'est ce qui va pas chez moi en ce moment, je pousse au meurtre je manipule sans raisons valables, ce n'est pas ce que je voulais. CE N'EST PAS CE QUE JE DEVRAIS FAIRE.

Je sentais du sang couler le long du poing que je venais de mettre dans le mur à coté de moi. Je dégainais l'une de mes lames et je m'entaillais profondément le bras.La douleur m'arracha un léger gémissement, j'entendais le léger clapotis du sang qui tombait contre le bitume, je faisais un garrot et je rentrais ainsi chez moi, en pleurs.

Qu'est ce qui te pousse a être comme ça, regarde toi, t'es dans un état pitoyable, tu parle d'une force, vas y continue on verra combien de temps tu va encore tenir dans ces conditions.

Je voyais que j'étais en train de me perdre moi-même, ente le masque que je porte et mon vrai moi, la barrière était de plus en plus mince. Je commençais à me demander si je n'étais pas folle. Une chose était certaine, je n'en pouvais plus de continuer comme ça, toute ces horreur dont j'étais responsables, Itsuke, Avalon et maintenant Hélène... Combien de temps encore vais-je aller contre moi-même? Combien de temps encore vais-je me donner l'image de tout ce que je déteste? Comment puis-je réparer cet être déjà en morceau si je ne fais que faire pareil avec les autres, qu'est ce qui me pousse à être comme ça? QUI SUIS-JE A LA FIN?

Je venais de m'écrouler sur le sol en pleurant, je n'arrivais même plus à avancer, j'étais pitoyable, faible, indigne de l’intérêt des autres, de tous ceux avec qui j'aurai pus à qui j'ai brisé la volonté, tout ceux que j'ai essayé d'impressionner en leur faisant commettre l'irréparable. Et mes pensées s'illuminèrent soudainement, pourquoi faire pareil avec tout le monde? C'est vrai que je suis misanthrope, mais est-ce une raison pour tous les faire souffrir? J'étais frappé par toute la monstruosité de ma personne. Apres toutes ces années à craindre la monstruosité des autres j'ai finis par en être un moi-même. Mais tout le monde n'en est pas un, tu devrai savoir mieux que quiconque qui en est un ou pas, imbécile de Casey.

Je me relevais difficilement et je continuais ma route vers mon domicile, je pleurais toujours, mais ce n'étais pas des larmes amères et triste, mais bien des larmes de joie. Je savais que le chemins allait être long et tortueux, les habitudes auront la peaux dures et je n'étais pas sorti de l'auberge, mais je m'en fichais, je voulais essayer, à la fois réparer ce que j'ai déjà brisé, je savais qu'il était trop tard pour moi, mais pas pour les autres, alors je me tiendrai toujours autant à l'écart, mais je ferai ce que j'ai toujours voulu faire indirectement, les aider à devenir plus fort là ou la loi du plus fort règne. Que toute la ville tremble, car je suis de retour et je suis prête à perturber les plus hautes instances royales s'il le faut.

Je rentrai difficilement chez où je me soignais, et me reposais et pour la première fois depuis que j'avais quitté les enfer, je passais une nuit sans cauchemar.


© codage by Serfy




____________________________________________________________

Je pense en #00ffcc
Je parle en#cc0000

Invité, je tire les ficelles de tout les pantins des cette ville, sauras-tu échapper à mes fils?


avatar
Démone déchue
Démone déchue
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 364
Âmes : 366
Date d'inscription : 13/10/2015
Age : 18

Localisation : très loin...
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: De l'autre côté du miroir (feat Helene Magnus)

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
De l'autre côté du miroir (feat Helene Magnus)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» De l'autre côté du miroir [ Libre ]
» De l'autre côté du miroir.
» De l'autre côté du miroir (PV Adane et bons rpistes d'action
» [fic participative] De L'autre côté du miroir
» Alice au pays des merveilles et De l'Autre Côté du miroir (Lewis Caroll, 1865, 1871)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Damned Town :: Rp terminés-
Sauter vers: